Interview de Nabil Djellit

Par dans

Il est l'un de nos chouchous sur @WinamaxSport : Nabil Djellit, journaliste sportif et consultant sur L'Equipe TV, dégaine le premier en période de mercato.

home

D’où te vient cette passion du foot ? 

C’est quelque chose de naturel. La première activité lorsqu’on est gamin, c’est de jouer au foot dans la cour de récré. Dès qu’il y a un ballon, on court derrière. C’est le sport le plus accessible, le plus simple, gratuit, tu as juste besoin d’un ballon. Il rassemble les gens.  

Quel est ton premier souvenir lié au foot ? 

Je vais te parler d’un but qui m’a émerveillé : le deuxième de Diego Maradona contre l’Angleterre, celui où il dribble tout le monde lors de la Coupe du monde 1986. Je l’ai revu 200 fois sur Youtube en regardant tous les détails. Selon moi, c’est le plus beau but de tous les temps. Maradona, quelque part, c’est la revanche des pauvres.  

Quel poste jouais-tu à l’école ? 

Je campais devant, en fait. J’ai toujours été attaquant car j’ai le sens du but et du dribble. J’ai aussi joué en club mais j’ai surtout fait du foot en salle, où tu touches davantage la balle. Je prenais plus de plaisir en salle ou à 7 qu’en foot à 11. Si tu joues en pointe dans une équipe faible, à 11, tu ne vois pas souvent le ballon.  

Pourquoi es-tu devenu journaliste ? 

J’ai un parcours atypique. Cela n’a pas toujours été simple. Je n’ai jamais pensé devenir journaliste sportif : j’avais fait des études d’histoire contemporaine, j'ai un DEA, mais je n’ai pas passé les concours pour devenir prof. Par le biais d’une rencontre, Johann Lefebvre, je me suis retrouvé  animateur sur une chaine du câble, Game One. Je co-animais Level One, une émission sur le jeu vidéo. J’étais là pour le plaisir, je présentais les jeux vidéo de sport, c’était cool. Bon an mal an, j’ai évolué lentement vers France Football.  

Quelle est ta méthode de travail pour les transferts ? 

Je dis toujours : le coup de bol, il faut le provoquer. Ma méthode ? Du réseau, du relationnel, beaucoup de travail invisible, des rencontres. On récupère des infos en fréquentant les gens du club ou les agents. Parfois, tu vois des trucs farfelus !  Par hasard, j'ai appris le transfert de Hazard dans une chicha. Á côté de moi, un mec m'a tout dévoilé spontanément, et notamment son départ vers Chelsea alors que tout le monde s'accordait à dire qu'il jouerait pour United ou City. J'ai compris que les chichas étaient un nid d'infos... 

Quelle est l’info dont tu es le plus fier d’avoir sortie en premier ? 

Deux me reviennent en tête… mais elles étaient alors passées inaperçues, tout cela pour vous dire qu'il n'y a pas de petites infos. J’ai sorti le transfert de Mahrez du Havre à Leicester. À ce moment-là, tout le monde s’en fout. J’ai sorti aussi le transfert de Kanté, attendu à Marseille mais qui signa finalement à Leicester. Derrière, on sait ce qui s'est passé avec l'épopée des Foxes. 

Sur Twitter, tout le monde semble avoir des infos transferts, même mon voisin. Comment vis-tu cette concurrence ? 

Je ne vis pas ça comme une concurrence. Sur le transfert de Neymar, il y a eu un engouement incroyable et tout le monde citait ses sources. C’est parfois pénible, car on raconte vite n’importe quoi. En tant que journaliste, cela t’oblige à être plus vigilant pour déceler le vrai du faux. C’est un métier, on prend des précautions, on vérifie, revérifie. Ce n’est pas le dernier qui a parlé qui a raison.  

Ta bio précise que tu es « spécialisé (et non étiqueté) dans le foot maghrébin ». Cela t’agace que les internautes fassent parfois le raccourci ? 

Cela ne m’agace pas, on est dans une société où les raccourcis sont nombreux. Les blagues et la dérision me font marrer. Ce sont les insultes qui sont pesantes surtout quand on s'en prend aux mamans. Dès que je fais un truc, une petite minorité parle de communautarisme. Par contre, on ne dit rien sur le journaliste spécialisé dans le football breton ou par la Serie A. On ne peut pas être spécialisé dans tout, mais quand on est spécialisé dans un truc, on nous le reproche. Le maillage des identités sportives est différent. Taxe-t-on un journaliste qui ne parle que du football de l'Ouest de la France de régionaliste ? En revanche, dès que tu touches à la rive sud de la méditerranée, c'est marrant, ça en dérange certains... Comme si cela réveillait des lignes de fracture de notre société. Entre nous, qu'on laisse le football en dehors de tout ça. 

Le football africain est une passion. J’ai grandi dans cette culture-là comme mon ami Patrick Juillard. En Ligue 1, il existe une proximité culturelle très forte entre la France et l’Afrique. Au début, j’ai commencé sur ce créneau car si j’avais commencé par autre chose, jamais on ne m’aurait laissé entrer. J’aime Hatem Ben Arfa, mais ce n’est pas un footballeur maghrébin, c’est un international français. Twitter peut être fantastique, mais aussi devenir la lie de l’humanité pour certains qui viennent y déverser leurs instincts primitifs.  

Quel serait ton onze type ? 

onze

J’ai fait une équipe où il n’y a pas besoin de défendre, car c’est impossible de leur prendre le ballon. Elle est un peu algérienne (Rires...). En même temps, comme on dit, les Algériens sont tous nés pour être numéro 10. Y a que du lourd... Belhadj en défense, il faisait des râteaux dans la surface. Mekhloufi est une légende de la Ligue 1 tout comme Dahleb. Depuis Zidane, si un Français méritait de remporter le Ballon d'Or, c'est bien Ribéry. Madjer, Zidane et Benzema c'est 5 C1 cumulés...trois pour le dernier...Je joue en 3-3-3-1 car j'adore Bielsa  

Peux-tu nous faire un pari sur les matchs de ce week-end ?

Le combiné de Nabil Djellit
Nantes - Marseille Marseille @2,20
Amiens - Angers Angers @2,6
Bordeaux - Metz Bordeaux @1,45
Caen - Saint-Etienne Caen @2,92
Toulouse - Montpellier Toulouse @2,20
Strasbourg - Lille Nul @3,30
Dijon - Monaco Nul @4,30
Guingamp - PSG PSG @1,25

Session one-shot Maghreb vs le reste du monde

Coutinho ou Mahrez ? Mahrez

Ben Arfa ou Pastore ? Ben Arfa

Ghezzal ou Rony Lopes ? Ghezzal

Marquinhos ou Thiago Silva ? Marquinhos

Les pages à suivre

t  @WinamaxSport
 

fb  Winamax Sport
 

win  Pariez sur le sport


Maxime

Né en 1984 le jour d'une victoire 5-0 de l'équipe de France contre la Belgique, je prends depuis les années les unes après les autres sans me poser de question. Aime l'ASSE mais aussi le football.