Interview de Karim Bennani

Par dans

Marseillais exilé à Paris, Karim Bennani est l'un des visages de la nouvelle génération de journalistes sportifs en France. Le présentateur de Jour de Foot livre son regard sur la saison des clubs français.

karim

Ca fait quoi d'être un Marseillais à Paris ?

C’est surtout au niveau du climat que ça change ! Sincèrement, au début c'était compliqué à cause de cela. Je suis arrivé à 22 ans à Paris. Quand tu vis 22 ans dans le Sud, où même l'hiver il y a du soleil, c'est difficile d'arriver dans une ville où même l'été il y a de la grisaille. Mais avec le temps je m'y suis fait, car pour le coup, Paris est vraiment une belle ville. Il y beaucoup de choses à faire et on s'y adapte facilement quand on est jeunes, on oublie rapidement la grisaille.

Avant de rejoindre BeIN Sports puis Canal+, tu animais notamment Luis Attaque sur RMC. Quelle différence y a-t-il entre présenter une émission radio et une émission télé ?

Je vais peut-être en surprendre quelques-uns mais je pense qu'il est plus compliqué de présenter une émission de radio qu'une émission de télé. Evidemment, chaque format est différent, et à l'époque on avait moins de contraintes au niveau du look : on pouvait s'habiller comme on le voulait puisqu'il n'existait pas de radio filmée. Si je voulais venir mal coiffé, avec un jean troué ou en claquettes, ce que je ne faisais pas évidemment (rires), je le pouvais. Cependant, il faut savoir qu’en radio, il n'y a jamais de blanc. Tu n'as pas d'image te permettant de combler certains trous, alors qu'en télévision, tu peux diffuser des sujets, des réactions qui peuvent te servir de prétexte pour t'aider et te reposer quelques secondes dans ta présentation.

Comment se déroule une journée type lorsque l'on présente Jour de Foot ?

En début de semaine, on commence déjà à planifier le week-end. C'est compliqué en ce moment de préparer les journées de championnat avec l'actualité sociétale et les matchs reportés au compte-gouttes. Mais lundi matin par exemple, nous nous sommes réunis avec mon chef d'édition pour analyser les matchs qui sont à l'affiche ce week-end. On regarde quel match pourrait être à l'actualité de la semaine afin de voir lequel pourrait être placé en premier dans Jour de Foot. On sait donc que Strasbourg joue samedi, qu'il y a toujours une belle ambiance à la Meinau et que ça peut être intéressant de démarrer l'émission par ce match.

Ensuite, on essaie de regarder quel angle on pourrait donner à notre lancement et à notre émission selon ce qui a pu se passer lors de la journée précédente. On se réunit une dernière fois le vendredi pour acter les décisions prises en début de semaine. Si jamais on décide de changer certaines choses au programme, on s'adapte et on déplace l'ordre des matchs. C'est enfin à moi de me renseigner sur les clubs qui seront à l’affiche de Jour de Foot et d’écrire ce dont je vais parler. 

On te voit souvent dans le rôle du présentateur, mais te verrais-tu faire autre chose à l'avenir ?

J'ai déjà fait beaucoup de commentaires en radio pour RMC. J'ai commenté des matchs de Ligue 1, de la Coupe du monde 2010. À BeIn Sports, j'ai également commenté plusieurs matchs de Ligue des Champions. Je n'en fais plus maintenant car je me consacre à la présentation sur Canal+, et c'est vraiment l'exercice dans lequel je me sens le mieux et dans lequel je prends le plus de plaisir. J'ai également eu l'occasion de présenter des émissions en extérieur, dans les stades, et j'ai pris beaucoup de plaisir. Dans ce métier-là, surtout en 2019, il faut savoir être polyvalent et tester de nouvelles choses régulièrement. Je ne suis fermé à rien. Je n'ai que 35 ans et je pense avoir encore pas mal de choses à découvrir.

Canal+ a perdu la majorité de ses droits télévisés, ces dernières années. On note cependant un regain d’ambition avec le retour de la Premier League. Comment analyses-tu cela ?

Le retour de la Premier League est une superbe nouvelle. La saison prochaine sera incroyable pour l'abonné : un nouveau souffle va être créé par le retour du championnat d’Angleterre, avec les émissions qui vont se créer autour, la Ligue 1 qui sera également toujours présente sur nos antennes. On aura des grands clubs tous les week-ends : Marseille, Paris, Lyon, Liverpool, Chelsea, Manchester... Pour nous, en tant que journalistes, c'est excitant de pouvoir offrir ces matchs-là. Après, c'est vrai que le retour de la Premier League nous fait du bien. C'est un championnat qui était très apprécié et il a disparu quelques saisons de nos antennes mais nos abonnés le redécouvriront avec plaisir.

Risque-t-on de te voir couvrir le championnat d’Angleterre ou vas-tu rester exclusivement concentré sur la Ligue 1 Conforama ?

Sans faire de langue de bois, je n'en ai encore aucune idée. Nous ne sommes qu'en février, et nous n'avons donc pas encore parlé de la saison prochaine avec nos patrons. Mais comme je le disais tout à l'heure, je ne suis fermé à rien. La Premier League est un championnat que j'aime beaucoup et ce serait très excitant de pouvoir bosser dessus, que ce soit à la présentation d'une émission ou même être sur le terrain. C'est quelque chose qui pourrait beaucoup m'intéresser.

En parlant de la Ligue 1, t'attendais-tu à une telle saison ? On voit évidemment Paris largement au-dessus mais derrière, c’est très ouvert dans la course à la Ligue des champions.

Tout le monde sait qu’il y a un fossé énorme entre le PSG et le reste du championnat. Aujourd'hui, vous n'avez pas Neymar qui est le meilleur joueur de l'équipe, mais la différence ne se fait pas ressentir. Le PSG ne souffrirait même pas de l'absence de Neymar sur une saison de championnat, car il y a bien trop de qualités. Je pense également que Lyon est à sa place parmi les trois premiers.

Ceci étant, c'est vrai que je suis très déçu de la saison de Marseille. Je pense que le contrecoup de la finale de la Ligue Europa et le fait de ne pas avoir été en Ligue des champions a pesé sur l'équipe. Ajouté à cela le retour tardif de certains internationaux qui ont été champions du monde cet été, qui n’ont toujours pas retrouvé leur niveau de la saison passée, et on remarque qu'il y a une conjonction négative qui s’est créée autour de l'effectif, qui fait que l'OM fait pour l'instant une saison très moyenne. Je suis donc assez surpris que l'OM ne soit pas au moins dans les cinq premiers.

Ce qui est beaucoup plus surprenant, c'est le LOSC. Je pense suivre le foot depuis plusieurs années, mais je n'aurais jamais parié sur une seconde place de Lille (rires). En plus, quand tu regardes les matchs du LOSC, c'est un vrai kiff. Le match contre Nice était très beau à voir, avec des joueurs qui sont hyper rapides et un Pépé en feu. Lille, c'est la belle surprise de la saison, et il en faut. On a eu le Nice de Lucien Favre il y a quelques années, là on a le LOSC de Christophe Galtier. C'est une équipe très bien entrainée, et c'est rafraichissant. Ça fait du bien de se dire que l'on peut encore avoir des surprises dans un championnat où les gros, même derrière le PSG, ont un budget bien plus conséquent que les autres équipes. Lille arrive à être dans les trois premiers malgré ses problèmes d'argent.

Strasbourg fait aussi une très belle saison...

Complètement, c'est rafraîchissant. Ce sont des clubs qui ont des belles idées. Ils n'ont pas besoin d'aller chercher des mecs à 15 millions d'euros. Des joueurs comme Rafael Leao, qui n'avait disputé que quelques matchs au Portugal, il fallait aller les chercher. Jose Fonte, il fallait aller le chercher en Chine, Nicolas Pépé, il fallait résister aux sirènes britanniques... Pareil pour Strasbourg, Lebo Mothiba, il fallait aller le chercher en début de saison, Ajorque en Ligue 2... Ce sont des recrutements vraiment très intelligents de la part des dirigeants strasbourgeois, et pour l'instant ça paye. En plus, on voit que ce sont deux équipes qui marquent beaucoup de buts, et on remarque que quand on a une belle attaque et qu'on joue au foot, on est récompensés.

Pariez sur la Ligue 1 Conforama

Le mercato est maintenant terminé, on va donc pouvoir attaquer la dernière ligne droite de la saison : qu'est-ce que tu attends pour cette fin de championnat ?

J'aimerais bien que les grosses équipes se réveillent un peu pour apporter du piment en cette fin de saison. C'est vrai qu'il y a un écart qui commence à être conséquent entre Lille et Lyon d’un côté et Marseille de l’autre, mais pourquoi pas. Avec une série, Marseille peut remonter et cela pourrait donner une fin de saison très excitante. J'aimerais beaucoup que le podium soit indécis jusqu'à la 38e journée, qu'il y ait un vrai match entre Lille, Lyon, Marseille, pourquoi pas Strasbourg et Saint-Etienne. Cela serait presque inédit parce que ce serait peut-être la première fois qu'autant d'équipes se battraient pour le podium. L'année dernière, le match à trois entre Lyon, Marseille et Monaco avait été indécis jusqu'à la fin, et ça avait été très intéressant à suivre.

As-tu été surpris par la victoire de Lyon face au PSG ?

Non, pas du tout. S'il y a une équipe en France qui peut taper le PSG comme ça, par le jeu, c'est bien l'Olympique Lyonnais. C'est vrai que Lopes a fait un très grand match avec beaucoup d'arrêts, mais Lyon n'a pas volé sa victoire. L'OL est un récidiviste, car Lyon arrive très souvent à gagner ce genre de matchs, contrairement à Marseille. Face aux gros clubs, l’OL est une équipe qui est toujours cohérente tactiquement, et ça il faut le mettre au crédit de Bruno Genesio aussi. Il arrive à faire respecter les consignes à ses joueurs, même si, évidemment, c'est plus facile à faire face au PSG que face à une autre équipe. Tout ce qu'a fait Lyon dimanche soir, il l'a bien fait. Et visuellement, c'était très sympa à voir dans ce stade qui est pour moi le plus beau de France.

L’OL a des joueurs de très très haut niveau, et qui sont encore jeunes. Ndombele c'est la grande classe, et il est encore très jeune. Nabil Fekir, Memphis Depay sont loin d'être vieux, Dembélé n'est pas vieux. Il y aussi Aouar, Mendy... Ces joueurs-là seront tous dans des très grands clubs européens dans quelques années, et les voir évoluer face aux stars du PSG, ça donne ce qui est peut-être la plus belle rencontre du championnat depuis le début de la saison. Ce n'est vraiment pas étonnant car Lyon l'a déjà fait la saison dernière et le refera sûrement encore dans les prochaines années, et ce ne sera peut-être pas si facile que ça pour le FC Barcelone.

Justement, Lyon peut-il créer l'exploit face au Barça ?

Lyon a une culture européenne évidente, même si le Barça en a une encore plus grande. Pour que les Lyonnais inquiètent Barcelone, il va falloir au minimum rééditer la performance de dimanche soir, et espérer que le Barça soit à 60 ou 70% de ses capacités, avec un Messi qui ne soit pas en grande forme. Cela fait beaucoup de paramètres pour que l'OL puisse réaliser un exploit.

Cela dit, je pense que Lyon marquera dans le match, car les Gones ont une attaque très performante. La clé du match se trouvera dans leur capacité à contenir l’attaque catalane. Si le Barça est moins en réussite, peut-être que l'OL pourra réussir quelque chose sur le match aller. On peut y croire, mais ce sera très difficile, car même si Lyon a déjà réussi une performance face à Manchester City, il ne faut pas comparer la phase de poules aux matchs à élimination directe. Lors des poules, City a eu l'occasion de se rattraper de sa défaite avec les cinq journées qui ont suivies. Là, tout va se jouer sur un match aller-retour couperet, il n'y aura pas le droit à l'erreur et les Barcelonais seront très méfiants.

Pariez sur Lyon - Barcelone

Les absences de Neymar et possiblement de Verratti, combinées au regain de forme de Manchester, ont inversé la tendance chez les bookmakers. Paris reste-t-il favori ?

C'est compliqué de parler de favori en Ligue des champions lorsque l'on arrive dans les matchs à élimination directe. Paris et Manchester sont deux très grands clubs. À partir des huitièmes de finale, quand deux très grands clubs s'affrontent, c'est du 50/50. Si ça avait été le Manchester du début de saison, qui n'avançait pas et qui avait des problèmes de vestiaires avec Mourinho, que Pogba était inhibé par la présence du Portugais sur le banc, et qu’en face, on avait eu un Paris très très fort avec Neymar, Mbappé et Cavani, il n'y aurait pas eu de match.

Aujourd'hui, le niveau s'est resserré. L'absence de Neymar et peut-être celle de Verratti vont pénaliser le PSG. Manchester a pris de la confiance et n'a rien à perdre, car l'objectif de début de saison n'était pas la victoire en Champion’s League. Pour Paris, c'est obligatoire de passer car cela fait déjà deux ans que le club échoue à ce stade de la compétition, et c'est ce qui peut embêter le PSG sur cette confrontation. Malgré tout, je pense que même sans Neymar, Paris a suffisamment d'armes pour passer, mais ce sera une rencontre très serrée, avec pourquoi pas une prolongation au match retour. Cela ne va se jouer à rien.

Pariez sur Manchester United - Paris SG

Dernière question : Zlatan Ibrahimovic a souvent fait mal à l'OM, et ce week-end c'est Suk qui a marqué le but de la victoire de Reims. Est-ce une spécialité pour les Zlatan ?

(Rires) C'est vrai que j'ai une histoire particulière avec Suk. Ça avait été difficile de contenir un fou rire lorsqu'il nous avait dit lors d'une interview qu'il était effectivement comparé à Zlatan Ibrahimovic en Corée. Mais du coup, j'ai de l'affection pour Suk désormais. J'ai suivi sa carrière à Troyes et aujourd’hui à Reims. Malheureusement, si vous êtes supporters marseillais ça ne fait pas plaisir de le voir marquer comme ça 17 secondes après son entrée en jeu. Mais pour le bonhomme, qui a l'air d'être quelqu'un de très cool et sympa, ça fait plaisir. Ce sont deux beaux gabarits, et même si ce n'est pas Ibrahimovic, on va quand même lui accorder le surnom de Zlatan coréen, et bravo à lui pour son but contre Marseille.

Les pages à suivre

twitter @WinamaxSport 
 

fb Winamax Sport 
 

site Pariez sur le sport