Interview de Christophe Pélissier

Par dans

L'entraîneur de Lorient, Christophe Pélissier, s'est confié au micro de Winamax TV. Son club, sa carrière, ses choix, sa vision du métier et le football avec le COVID-19 : entretien XXL !

pélissier

Revélé à Luzenac, reconnu à Amiens, Christophe Pélissier officie désormais sur le banc du FC Lorient, qu'il a fait monter en Ligue 1 dès sa première saison. Le coach, qui a obtenu une quatrième montée en six ans, revient sur l'atmosphère particulière qui a entouré ce sacre : « On a fêté le titre en visio, c’était un peu bizarre mais on s’en souviendra ! »

Voici quelques extraits dans l'entretien vidéo :

• Les ambitions du FC Lorient

« On n’est pas dans un objectif de classement. L’objectif principal du Président est de maintenir le club dans l’élite de façon pérenne. On est plutôt dans un objectif de jeu, dans cette ambition de plaisir collectif, qui donnera lieu à des résultats. Il faut garder beaucoup d’humilité. »

• L'état d'esprit qui règne au club

« Je me trouve dans un cadre magnifique avec des infrastructures exceptionnelles. Tout le monde est content de travailler dans cet environnement. La structure du club permet d’assurer le vivre ensemble.

La capacité de ce groupe à être très investi dans ce qu’ils font tous les jours me plait beaucoup. On sent que les joueurs sont très heureux de se retrouver tous les jours pour faire leur métier mais surtout leur passion. »

• Sa décision de quitter Amiens (Ligue 1) pour Lorient (Ligue 2)

« J’ai pesé le pour et le contre au moment de partir d’Amiens mais je voulais m’engager dans un projet comme celui du FC Lorient, qui m’a accordé toute sa confiance. Le risque est quelque chose de normal dans la vie d’un entraîneur. C’était intéressant d’arriver dans un club qui visait les sommets du championnat, moi qui était surtout habitué à jouer le maintien en Picardie. »

• Sa carrière d'entraîneur

« Entraîner en Ligue 1, ce n’était même pas un rêve pour moi car ça me paraissait inaccessible. Je coachais en DH et j’avais pour objectif d’entraîner en CFA. Je me suis fait sur le tas. Je n’ai pas l’impression d’être un privilégié car on ne m’a rien donné, il m’a fallu tout obtenir. »

• Les coachs français

« En France, on a peut-être la meilleure formation du monde pour les entraîneurs. On a beaucoup de très bons coachs français. Le problème, c’est le réseau. Les entraîneurs étrangers en bénéficient davantage. Mais ils permettent aussi d’ouvrir le débat et de découvrir de nouvelles idées. »

• Le football en période de pandémie

« Retrouver les terrains fait énormément de bien mais on espère pouvoir jouer très vite dans des stades bien bruyants.

Avec 5 changements, on peut influer encore un peu plus sur le déroulement d’un match. On a une arme supplémentaire en notre possession. Ceci étant, cette règle va surtout favoriser les grosses équipes. Mais c’est une bonne chose pour nous les coachs, ça permet de concerner tout le vestiaire. »

• Quelques anecdotes

« - Le meilleur coach du monde : Jürgen Klopp. J’ai toujours adoré ses équipes.
- Les meilleurs joueurs que j'ai pu coacher : Tanguy Ndombélé et Gaël Kakuta.
- Le joueur que j'aurais aimé coacher : Edinson Cavani. »

Retrouvez d'autres entretiens exclusifs très vite sur Winamax TV !

La grille des programmes

Les pages à suivre

twitter @WinamaxSport
 

facebook Winamax Sport
 

instagram Winamax.Sport
 

winatv Winamax TV
 

winamax Pariez sur le sport


Giggs

Ils comprendront dans cent ans.

Suivez Giggs sur Twitter