Giro 2020 : tout sur la course

Par dans

A peine quinze jours après le Tour de France, rebelote : Le peloton prend la direction de la Sicile pour trois semaines à travers l’Italie. De Palerme à Milan, préparez-vous pour 21 étapes mouvementées !

Le parcours

sdfsd

Oubliez la Hongrie, direction Palerme !

Initialement prévu à Budapest, le départ du Giro 2020 aura finalement lieu en Sicile, comme en 2017. Il y en aura pour tous les goûts lors de cette édition 2020 puisque le parcours n’éclipsera quasiment aucun coin de l’Italie. Aptès trois jours en Sicile qui nous emmeneront sur les pentes de l’Etna, le peloton remontera par la Calabre avant de passer par les Pouilles. La remontée vers le Nord longera la côte adriatique de Brindisi au sud jusqu’à Rimini. Enfin, la partie finale de ce Tour d’Italie 2020 s’étendra de l’extrême Est, à Udine, jusqu’à Sestriere, à la frontière française. Du Sud au Nord puis de l’Est à l’Ouest : hormis la Sardaigne et la côte tyrrhénienne, toute l'Italie y passera !

Sur le plan sportif, ce Giro a la particularité de proposer trois contre-la-montre : deux parcours plutôt plats en ouverture et en cloture de respectivement 15 et 16km, puis un chrono un peu plus vallonné de 34km entre Conegliano et Valdobbiadene. Contrairement au Tour de France, et c’est assez surprenant, ce Giro offrira pas mal d’opportunités de sprints, avec 5 étapes quasiment promises aux fusées du peloton, et peut-être même deux de plus pour ceux qui parviennent à tenir les bosses.

Côté montagne, la première semaine enverra déjà du lourd avec l’Etna dès le troisième jour, puis une arrivée à la station de ski de Camigliatello Silano deux jours plus tard. Le bouquet final aura bien évidement lieu en dernière semaine avec 4 étapes de montagne dont notamment l’infernale montée de 25km à 8% de moyenne sur l’étape de Laghi di Cancano, qui nous emmènera à pas moins de 2746m d’altitude. Ne reste plus qu’à prier pour que la météo n’empêche pas la course de monter si haut.

Pariez sur le Giro

Les étapes à suivre

Lundi 5 octobre, 3e étape : Enna - Etna (151 km)

3

Pas de répit pour les braves : le Giro frappe fort dès la troisième étape avec une arrivée en haut de l'Etna, à près de 1800m d'altitude. Avec 19km d'ascension à 6.6%, les écarts pourraient déjà être conséquents !

Dimanche 18 octobre, 15e étape : Base Aérienne de Rivolto - Piancavallo (185 km)

15

Après une deuxième semaine placée sous le signe de la moyenne montagne, cette 15e étape sonne le début du bouquet final. Avec près de 4500m de dénivelé et une montée finale de 15 km à près de 9%, cette étape promet un bien joyeux bazar !

Jeudi 22 octobre, 18e étape : Pinzolo - Laghi di Cancano (208 km)

18

L'étape reine de ce Giro : presque 6000m de dénivelé positif, et l'infernale ascension du Passo dello Stelvio : 25 km à 7,5% de moyenne. Et comme si ça ne suffisait pas : l'arrivée sera jugée après ce col monstrueux, sur une dernière rampe de 9 km à 7 %. Nul doute que c'est ici que le Giro se gagnera !

Samedi 24 octobre, 20e étape : Alba - Sestrière (198 km)

20

Et puisqu'il faut finir en beauté, terminons à la frontière française ! 4 ascensions atroces au menu de cette dernière étape avant Milan, avec une arrivée dans la station de Sestrière, à 2000m d'altitude !

Les favoris du général

qfqff

Après un Tour de France all-stars où tous les cadors du peloton ont voulu tenter leur chance, la startlist du Giro est logiquement plus réduite. Les concurrents au général ne sont pas légion, et la victoire finale devrait logiquement se jouer entre 5 ou 6 coureurs maximum.

Avec quasiment 70km de contre-la-montre, c’est bien évidemment Geraint Thomas qui est l’immense favori de cette édition. Le Gallois, éjecté du Tour de France à la dernière minute, a probablement à cœur de prouver que cette décision était une erreur. Thomas à la gagne, c’est coté @2.

Principal outsider et très en forme sur Tirreno-Adriatico, Simon Yates compense en montagne ce qu’il perd en contre-la-montre. Avec plusieurs arrivées très difficiles, il devrait pouvoir rattraper son retard sur ses concurrents si les jambes sont là. Attention cependant : une météo capricieuse pourrait avoir la peau de certaines arrivées au sommet, et donc handicaper lourdement l’Anglais dans sa course au podium. @4,40 pour la gagne, la cote est déjà un peu plus intéressante.

Derrière ces deux épouvantails, on retrouve un « pack » de trois outsiders : en première ligne, Jakob Fuglsang (@7,25). Après une saison 2019 de folie, le Danois a rempilé avec une belle reprise en 2020, ponctuée par une victoire sur le Tour de Lombardie mi-Août et une prestation plus que correcte aux Mondiaux où il a terminé 5e. Attention cependant : malgré son expérience conséquente, le leader d’Astana n’a jamais réussi à être performant sur trois semaines complètes.

Derrière le Danois, on retrouve Steven Kruijswijk (@7,50), qui aura la lourde mission de faire oublier l’échec cuisant de son équipe sur le Tour de France. Très loin de l’armada alignée il y a un mois, l’équipe Jumbo-Visma a envoyé les fonds de tiroir pour aider le 3e du Tour 2019 à se relancer. Le Néerlandais n’a couru que deux courses en 2020 : une belle 4e place sur le Tour de l’Ain, remporté par son coéquipier Primoz Roglic, puis un abandon sur le Dauphiné. Gros point d’interrogation sur sa forme actuelle, donc.

Enfin, impossible de ne pas mentionner Vincenzo Nibali. Certes, la reprise du Requin de Messine n’est pas vraiment reluisante, avec un Tirreno raté et une incapacité chronique à suivre les meilleurs dès que la course se durcit, à l’image de sa 15e place décevante aux Mondiaux. Le double vainqueur du Giro n’est cependant jamais aussi fort quand il est chez lui. Sa victoire a beau être cotée @9, il ne faudra pas l’enterrer pour autant.

Les grosses cotes

qdddfqqfdfd

Derrière cette brochette de 5, dur dur de voir de potentiels prétendants à la gagne. Rafał Majka (@23) semble en forme, mais son niveau en contre-la-montre rend une potentielle victoire très compliquée. On exclura également Miguel Angel Lopez de la course pour les mêmes raisons. Les deux grosses cotes intéressantes sont plutôt à chercher du côté de Wilco Kelderman (@36) et Alexander Vlasov (@12). Le Néerlandais de l’équipe Sunweb, décevant depuis deux ans, réalise une excellente saison pour le moment : 5e du Tour de La Provence, 6e de l’UAE Tour, 7e du Tour de Pologne et surtout 4e de Tirreno il y a deux semaines. Plutôt solide en contre-la-montre, Kelderman a une bonne tête de surprise pour le podium.

Alexander Vlasov, lui, n’a que 24 ans mais ne perd pas de temps. 5e de Tirreno, 3e du Lombardie, vainqueur du Giro Dell’Emilia et du Mont Ventoux Denivelé Challenge : c’est peu dire que le Russe a décidé d’exploser cette saison. Tranquillement dans l’ombre de son coéquipier Jakob Fuglsang, Vlasov aura peut-être sa carte à jouer si le Danois flanche au fil des étapes. Certes, les contre-la-montre ne sont pas son point fort, mais sa puissance pure n’est plus à prouver.

Les sprinteurs

fezf

Chez les sprinteurs aussi, on retrouve deux gros noms et une panoplie d’outsiders. Sur du sprint pur, Fernando Gaviria et Arnaud Démare semblent les plus forts. Le Français semble d’ailleurs dans la forme de sa vie : de tout le peloton, il est le coureur avec le plus de victoires sur la saison.

Entre ces deux cadors et les outsiders, on retrouve le profil hybride de Michael Matthews : pas le plus rapide sur le plat, l’Australien a montré aux Mondiaux qu’il était solide dès que la route s’élevait. Avec pas mal d’étapes accidentées aux arrivées « pentues mais pas trop », il ne serait pas surprenant de voir le sprinteur-puncheur de la Sunweb en claquer quelques-unes. Dans la roue de Matthews, on retrouve bien évidemment Peter Sagan. Le Slovaque, qui a échoué dans la course du maillot vert sur le Tour, voudra probablement se consoler avec le maillot cyclamen du Giro.

Enfin, dans les outsiders, citons en premier lieu Davide Ballerini et Alvaro Hodeg, qui se répartiront les sprints chez Deceuninck-Quick Step, mais également Andrea Vendrame, très polyvalent et capable de briller sur les sprints moins plats. Enfin, une mention pour Davide Cimolai et le duo Cofidis Elia Viviani/Simone Consonni, qui auront pour objectif de se relancer à domicile.

Pariez sur Arnaud Démare vainqueur du classement par points @4,40

Les Français

dqfqdfdqfdf

Avec 12 coureurs au départ, la France est le 3e pays le plus représenté au départ de ce Giro 2020 derrière l’Australie (17 coureurs) et bien évidemment l’Italie (48 !). C’est chez AG2R-La Mondiale que l’on retrouve le plus gros contingent tricolore, avec notamment un Tony Gallopin en quête d’un second souffle, puis les baroudeurs François Bidard, Geoffrey Bouchard et le jeune Aurelien Paret-Peintre. Cofidis alignera aussi des spécialistes des échappées avec Nicolas Edet, Stéphane Rossetto et Mathias Le Turnier. Côté Groupama-FDJ, Arnaud Démare visera les étapes, Simon Gugliemi découvrira son premier Grand Tour, tandis que Benjamin Thomas ira tenter un coup sur les trois contre-la-montre au programme. Enfin, on retrouve Julien Bernard dans son traditionnel rôle d’équipier de Vincenzo Nibali, ainsi que Rudy Barbier, outsider pour les sprints massifs.

Pariez sur Nicolas Edet meilleur grimpeur du Giro @30

L’Echappée passe en hebdomadaire pour le Giro !

ezfezzef

Après vous avoir accompagné durant tout le Tour de France, l’Echappée revient avec une émission hebdomadaire pendant tout le Giro !

Le planning des émissions :

- Vendredi 2 octobre à 19h

- Vendredi 9 octobre à 19h

- Dimanche 18 octobre à 14h30 (Live Tour des Flandres)

- Vendredi 23 octobre à 18h

Les pages à suivre

xwbxbvwvxwb @WinamaxSport
 

vcvbbvcxvbx Winamax Sport
 

vxwbbvcvbc Winamax.Sport
 

bwxbv Winamax TV
 

vcxvb Pariez sur le sport


Charly

Kim Källström est mon idole de jeunesse. A part ça, j'ai eu une enfance plutôt heureuse.