Frédéric Chau : l'interview poker

Par dans

À l'affiche cette semaine du très attendu Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ?, Frédéric Chau a répondu à nos questions pas toujours très catholiques.

Fred Chau SISMIX

Plus gros succès au box-office français de 2014 avec 12,3 millions d'entrées (de quoi en faire le sixième film français le plus vu en salles de tous les temps), Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ? a le droit à sa suite en ce mercredi 30 janvier, qui déboule sur plus de 800 écrans à travers le pays. Justement intitulée Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ?, ce second opus reprend l'intégralité du casting original avec, parmi les gendres du duo Christian Clavier / Chantal Lauby, un Frédéric Chau au top de sa notoriété. Après un véritable Tour de France de promo (près de 80 villes visitées en deux mois), ce grand passionné de poker, membre émérite de notre clan de Winamax Important People, a répondu à nos questions poker, mais pas que.

Revenir avec la suite d'un film qui a autant cartonné, c'est un peu comme rejouer le Main Event des WSOP après l'avoir déjà gagné : les attentes autour de vous sont beaucoup plus élevées. Est-ce qu'on ressent plus de pression au moment de la sortie ?

Non puisqu'au cinéma, comme dans la vie, il n'y a pas de recette miracle. Toucher un public aussi important avec le premier film était complètement inespéré pour nous, c'est quelque chose que nous n'avions absolument pas calculé. Aujourd'hui, je pense que tout le monde est satisfait du film que l'on a fait et, personnellement, je le trouve même plus drôle que le premier !

Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu

Les quatre gendres de Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ? : Noom Diawara, Ary Abittan, Medi Sadoun et Frédéric Chau.
Crédit photo : allocine.fr

On sait que tu aimes t'amuser à une table de poker. Parmi les gens avec qui tu as travaillé, tu prendrais pour faire la table de 6-max parfaite ?

Pour les trois premiers, c'est facile : Jonathan Cohen, Grégory Fitoussi et Gianni Giardinelli, parce que ce sont les trois qui m'ont fait découvrir le poker et qu'on se tape des barres à chaque fois ! Ensuite je choisis Nawell Madani, parce que c'est l'une des filles les plus drôles que je connaisse et enfin Medi Sadoun (Rachid dans Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ?), pour être le fish de la table. Il faut bien quelqu'un à plumer !

En 2016, tu as réalisé un premier court-métrage, Un pas vers elle. Ça donnerait quoi un film sur le poker dirigé par Frédéric Chau ?

Ce serait l'histoire d'un clandestin sans papiers, qui arrive en France vers ses quinze ans. À mesure qu'il grandit et s'intègre, il apprend le poker sur le tas via des parties clandestines et se découvre des capacités incroyables. Très vite, il monte une grosse bankroll mais se retrouve aussi confronté à des malfrats qui le font chanter en apprenant qu'il est ici illégalement, en menaçant de le faire renvoyer chez lui. Tu penses que je devrais déposer le scénario ?

Fred Chau - Julie de Bona - Medi Sadoun

Avec Julie de Bona et Medi Sadoun sur le tournage de Made in China.

Puisque tu es si bien parti, comment tu verrais un biopic autour du Team Winamax ?

Je vois deux histoires qui se détachent. La première, c'est celle de Davidi Kitai. Pour ce genre de film, il faut pouvoir raconter une trajectoire extraordinaire et clairement, la sienne l'est. Et puis, en plus de son talent, Dav' dégage une incroyable sympathie qui fait qu'on s'attache immédiatement à lui. Ressentir de l'empathie pour le personnage principal, c'est primordial quand on est spectateur. L'autre projet serait évidemment autour des Boss, Christophe Schaming et Alex Roos, les hommes de l'ombre. Pourquoi pas quelque chose à la Facebook, façon The Social Network ? Et pour le casting, disons Guillaume Canet et Gilles Lellouche, histoire d'être sûr d'avoir les financements !

Est-ce que tu as déjà passé un énorme bluff pour décrocher un rôle/job ?

Il y a six ans, je suis allé présenter un projet qui s'apelle Made in China à une grosse boîte de production parisienne. L'idée globale du film est de mettre en lumière la communauté asiatique, donc j'y suis allé en présentant le film comme un La vérité si je mens, mais pour les asiatiques. J'annonce au producteur que la France compte un million d'habitants d'origine asiatique, dans sa tête il voit un million d'entrées et valide le projet. Évidemment, j'avais bien gonflé les chiffres !

Fred Chau SISMIX

En tout décontraction au SISMIX 2015, après une victoire sur un tournoi Win the Button.

Tu nous prépares un gros coup de poker pour 2019 ?

J'ai pas mal de projets à venir pour cette année. Made in China, justement, sortira en juin, suivi en octobre par Les Traducteurs, un polar avec un très beau casting (Lambert Wilson, Olga Kurylenko, Riccardo Scamarcio...). Ce sera mon premier film dans ce genre-là et c'est important pour moi de montrer que je peux évoluer dans un autre registre que la comédie. Je pense qu'un bon acteur doit être capable de tout jouer. Et enfin, je vais faire mes débuts au théâtre, au Chatelet, dans une adaptation des Justes de Camus par Abd al Malik. Bien sûr, j'ai déjà fait de la scène avec mes one man shows, mais cette fois ce sera quelque chose de complètement différent. C'est très excitant !

Retrouvez Frédéric Chau dans Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ?, en salles partout en France et sur Winamax, sous le pseudo fred77msg.


Flegmatic

Adorateur de Cheick Diabaté. Goûteur semi-professionnel de reblochon. Enchaîne les tapis. Finit souvent carpette.

Suivez Flegmatic sur FacebookSuivez Flegmatic sur Twitter