Finale Top Shark : entre sprint et marathon

Par dans

On_The_Road, labrik et Chevre.Miel entament jeudi soir une course MTT longue de 8 jours. Au bout du tunnel les attend le Team W ! À J-1, passage en revue des troupes.

Top Shark Academy - la finaleSix semaines durant, ils ont enchaîné des tests d'aptitude pokéristique plus retors les uns que les autres. Ils se sont battus en heads-up ou en full ring. Ils ont analysé des coups de poker, les leurs comme ceux d'Adrian Mateos. Ils se sont présentés en vidéo, puis en direct sur Winamax TV. Ils ont joué en MTT, en Go Fast, en Expresso. Ils ont même affronté les joueurs du Team Winamax. Autour d'eux ils ont vu leurs concurrents lâcher prise les uns après les autres, y compris des favoris nommés Wintops, Cap Haddock ou GoD NaTT. Bref, pour en arriver là ils ont dû prouver leur talent à maintes reprises, mais aussi bénéficier d'un peu de chance, voire même de la clémence d'un public appelé à voter. Eux, ce sont les trois finalistes de la Top Shark Academy, de retour pour une ultime épreuve après deux semaines de trêve hivernale. "Le plus dur reste à faire." Les mots sont d'Aladin Reskallah, et on peut faire confiance au double vainqueur de la Top Shark Academy pour savoir de quoi il parle. On_The_Road, labrik et Chevre.Miel sont aux portes du Team Winamax et d'un contrat de 50 000 €. Mais ces portes ne s'ouvriront qu'à un seul d'entre eux, et seulement après un marathon MTT de huit jours et huit nuits. Cette fois, plus de jury pour départager les candidats, ni de votes de la communauté pour sauver tel ou tel chouchou. Chacun des trois finalistes est seul face à son destin, et un programme aussi simple que chargé : des tournois, des tournois et encore des tournois.

Si vous suivez la Top Shark pour la première fois, jetez-vous sur la page explicative détaillant les modalités de cette dernière épreuve (ainsi que les conseils très complets d'Aladin). Pour les autres, vous connaissez la chanson : à partir de jeudi 20h et jusque le jeudi suivant, François, Louis et Nicolas vont devoir, munis de leur bankroll (et d'un coup de pouce de 2 000 euros offert par Winamax) accumuler les performances sur nos MTT. Et de belles performances, s'il vous plaît ! Car comme d'habitude, seuls les 10 plus gros résultats de chaque candidat seront pris en compte dans le classement, calculé grâce à la célèbre formule du Grand Prix. Nous sommes au beau milieu des Winamax Series, qui offrent quelques-uns des plus gros tournois de l'année. Bien entendu, le choix de cette période n'est pas anodin : nos trois prétendants vont disposer d'un choix plus que large pour signer de gros deep-runs.

En attendant de découvrir, pop corn en main, les rebondissements qui nous attendent sur la dernière ligne droite, revenons un peu sur les CV et lettres de motivation des trois prétendants. Fait remarquable : tous ont intégré l'Academy des la première semaine d'épreuves en novembre. Une première en dix ans de Top Shark !

On_The_Road : le perfectionniste

François OnTheRoadLes épreuves de la Top Shark Academy ont pour but de déterminer quel joueur est le plus à même de porter l'écusson du Team Winamax. En ce qui concerne François "On_The_Road" Pirault, nous n'avons pas attendu 2021 pour savoir qu'il était fin prêt pour intégrer la meilleure équipe d'Europe : il y a trois ans, l'expatrié londonien de 29 ans s'inclinait sur la toute dernière marche de l'édition remportée par un Adrien Delmas proprement intouchable. Un affrontement qui n'a pas remis en cause l'amitié qui liait déjà les deux pros à cette époque : "J'ai fêté la victoire d'Adrien le soir même chez lui !" Classe. Pour sa deuxième finale Top Shark, François n'aura pas à se soucier d'Adrien : plutôt que de le battre, il cherche maintenant à le rejoindre. Pour cela, il compte suivre le style de vie ascète préconisé par Aladin Reskallah. En clair : focus, focus, et encore focus ! En termes plus pratiques, cela signifie s'éloigner des réseaux sociaux, se retenir de jeter des regards nerveux et inutiles sur les perfs des concurrents, préparer ses repas à l'avance, ou encore faire appel à la méditation et au sport avant les sessions. Avec un souci du détail qui témoigne d'une envie de ne rien laisser au hasard : "Je vais régler la couleur de mes tables en fonction de l'évolution de chaque tournoi : si je suis proche de l'ITM, si je n'ai plus de time bank, etc." On n'en attendait pas moins d'un perfectionniste qui a démontré semaine après semaine une capacité de travail remarquable : sur les épreuves dites "théorique" (comme les commentaires "DLTDP", gérés à la perfection), François a systématiquement été classé premier ou second par le jury, et la plupart des épreuves pratiques lui ont souri (on se rappellera longtemps de cette bankroll mutipliée par 12 en trois jours de MTT à peine...). Jamais nominé, trois fois Major de Promo : c'est un bourreau de travail à la motivation palpable et au parcours immaculé qui attaque jeudi sa seconde finale Top Shark. Et celui qui avait remporté une épreuve du Pokus quelques jours avant le début du concours compte bien mettre les bouchées doubles : "La plus grosse différence, ça va être le volume. D'habitude, j'ouvre 8 ou 9 tables. Cette fois, ça sera plus..."

labrik : l'historique

Louis labrikFaire partie intégrante de la légende de la Top Shark Academy, sans pour autant l'avoir jamais gagnée : quel autre joueur que Louis Linard peut se targuer d'un tel exploit ? Depuis sa frustrante seconde place lors de la troisième édition remportée par Guillaume Diaz (au terme d'une épreuve finale hallucinante de suspens) jusqu'à cette nouvelle accession en Semaine 7 cette année, en passant par une élimination "sur tapis vert" juste avant la finale de 2015, labrik est définitivement l'un des personnages les plus emblématiques de la Top Shark. Et pas seulement de la Top Shark. Au gré de régulières visites sur le circuit live (où il a accumulé plus de 300 000 dollars de gains et manqué de peu et à plusieurs reprises la consécration), et d'une fiche de résultats en ligne qui n'en finit pas de s'allonger, Louis s'est taillé au fil des années la réputation d'un compétiteur fiable. Mais au-delà des performances, si le nordiste et jeune papa de 31 ans s'est fait une place de choix au sein de la communauté, c'est surtout grâce à un charisme et un capital sympathie virtuellement illimités. Que ce soit à une table de poker ou de beer pong, Labrik est une sorte de joker de bonne humeur, la garantie de passer un bon moment, y compris lorsque le bougre finit par prendre tous nos jetons ou gobelets. Preuve de sa large fan base, Louis a récolté plus de voix que ses trois adversaires réunis lors du vote organisé à l'issue de la Semaine 1, s'étant retrouvé en position de nominé après une prestation décevante sur l'épreuve de tables finales virtuelles. Le seul faux pas d'un parcours qui sera ensuite sans tâche : Labrik a été nommé Major de Promo trois fois au cours des six semaines de la compétition ! Et ce alors... qu'il n'avait même pas prévu de la jouer. "Contrairement à mes deux tentatives précédentes, cette fois ça m'est tombé dessus un peu par hasard", a-t-il ainsi expliqué en Semaine 6 lors de l'épreuve de stream. C'est en voyant s'ouvrir une nouvelle porte d'entrée qualificative (le Leaderboard annuel de nos MTT, sur lequel il figurait en bonne place en 2020) que Louis s'est décidé à rempiler pour une troisième tentative. "J'avais un peu abandonné l'idée de rentrer dans le Team, mais j'ai vu l'opportunité, et à partir de ce moment-là, j'ai vite retrouvé les sensations que j'avais oubliées. Je ne pensais pas que j'allais être aussi motivé !" Que représenterait cette place au sein du Team W qu'il convoite depuis si longtemps ? La réponse ne vous surprendra pas : "Une revanche ! Car après les deux essais qui ne sont pas passés, il reste de la frustration..." Au-delà, il y a une volonté de validation auprès de son entourage : "Pour ma famille, pour ma femme, j'ai une grosse envie de me prouver." S'il rentre dans le Team, Labrik compte bien y "laisser [son] empreinte, et côtoyer les grosses machines : Adrian, Joao... Ce n'est pas donné à tout le monde, et ça serait incroyable !" Croyez-le ou non, mais l'expérience considérable de Louis ne l'a pas immunisé contre le stress. "Je subis encore la pression, je pensais que j'allais être mieux mentalement", confiait ainsi Louis lors de l'épreuve de stream. Du mental, il lui en faudra définitivement un paquet pour vaincre le signe indien, et enfin inscrire son pseudo au Hall of Fame de la Top Shark Academy.

Chevre.Miel : l'outsider

Nicolas Chevre.MielFaisant face à deux adversaires bien connus du public, qui ont déjà vécu la pression intense que génère le sprint final de la Top Shark Academy, Nicolas "Chevre.Miel" fait forcément figure de Petit Poucet à l'entame de la dernière ligne droite. Mais le joueur de Bayonne entend bien transformer son statut de relatif rookie en une source d'inspiration pour tous les futurs aspirants Top Shark : "J'ai envie de montrer que tout le monde peut y arriver, qu'il n'y a pas que les joueurs présents depuis des années qui peuvent gagner. Tout le monde peut se voir en moi. Il y a un an, personne ne savait que je jouais au poker..." On termine la phrase pour lui : voilà maintenant le grinder de 27 ans aux portes du Team Winamax ! Et qu'on ne se fie pas aux apparences : l'arrivée de Nicolas en finale n'est en rien un miracle, du genre de celui vécu par Calais en Coupe de France de foot il y a vingt ans. Après avoir tâté des cartes en amateur pendant dix ans, Nicolas a pris la décision de passer à la vitesse supérieure en 2020, se rapprochant d'un groupe de travail de six joueurs aguerris ("des gros perfeurs sur Winamax") et s'offrant les services d'un coach. Un tout jeune pro, donc, mais de ceux qui apprennent vite, comme en témoigne cette perf à 40 000 € sur une épreuve du Pokus, notre festival d'automne, signée en novembre alors que la Top Shark débutait à peine. Et s'il n'a jamais été Major de Promo au cours des six semaines d'épreuves, Chevre.Miel peut tout de même se vanter d'un joli accomplissement : ne pas avoir été nominé une seule fois. Pas si fréquent chez les finalistes du concours ! Qu'il intègre ou non le Team Winamax en 2021, l'ancien membre du Club Poker Pyrénées va vivre une année qui déménage. Littéralement : Nicolas est en effet sur le point de s'installer à Malte, destination préférée de bien des pros Français. À l'aube de l'épreuve finale, il ne semble pas effrayé par la perspective d'un marathon MTT de huit jours non-stop : "Je suis exclusivement un joueur de tournoi, je fais cinq sessions par semaine avec entre 8 et 12 tables, et j'ai joué toutes les Series en 2020. En fait, c'est l'épreuve que je redoute le moins !" Carrément. Autre atout, toujours selon lui : sa capacité à "l'adaptation et l'exploitation. En fonction du profil je vais jouer différemment, sortir des sentiers battus de la théorie." Quand il songe au Team Winamax, Nicolas rêve d'un titre EPT (remporté "devant les caméras de DLTDP"), et pourquoi pas du Main Event des WSOP, cinq ans après son premier voyage à Vegas. Et au-delà de la gloire et de la fortune, Chevre.Miel aimerait représenter "un exemple aux tables, heureux de sa façon de jouer, qui transmet de l'envie et des valeurs aux autres." Cela aurait tout pour nous plaire !

Pendant ce temps, de l'autre côté des Pyrénées

Top Shark Espagne
La Top Shark Academy se conclut aussi en Espagne, avec une finale jouée dans les mêmes conditions qu'en France. Qui va succéder à Borja "Timoty" Gross ? La bataille va se jouer entre quatre joueurs n'ayant pas atteint l'âge de 30 ans : Javier "L1m1less" (rien d'autre que le runner-up l'an passé !), Pedro "the_soprano" (second d'une épreuve Series lundi pour 19K), Alejandro "arrobares" (après avoir été sauvé par le public à trois reprises) et un Madrilène qui aimerait bien devenir le second Borja du Team Winamax. A por ellos !

Comptez sur nous pour vous tenir informés quotidiennement de l'évolution de la finale dans ces colonnes. Les vainqueurs seront célébrés en direct sur Winamax TV le jeudi 14 janvier, au terme du traditionnel gala de clôture des Winamax Series. Bonne chance à tous !

On se rafraîchit la mémoire avant le coup d'envoi avec toutes les actus de cette édition 20201


Les pages à suivre :

t @Winamax


in @Winamax


f Winamax


wtv Winamax TV


wtv Wam-Poker


Benjo DiMeo

Triple vainqueur VSOP à Cognac.

Suivez Benjo DiMeo sur Twitter