Davidi Kitai runner-up du High Roller des WSOP Europe Berlin

Par dans

Encore une performance exceptionnelle pour Davidi Kitai : le Belge prend la seconde place pour sa huitième finale WSOP.

Certes, il ne décrochera pas un quatrième bracelet WSOP, mais on ne s'attendait pas à pareil finish. Septième de l’épreuve Pot-Limit Omaha Championship à 10 000$ cet été, Davidi Kitai a réussi un nouvel exploit en prenant la deuxième place du High Roller des WSOPE, le plus gros buy-in du festival berlinois. Short-stack depuis le milieu du Jour 2, notre membre du Team Pro s’est retrouvé dans une position inhabituelle mais n’a rien lâché, enchaînant les confrontations gagnantes à tapis pré-flop.

Sur le papier, c’est une finale de rêve qui s’annonçait. Mais en réalité, c’est plutôt à un concours de tapis pré-flop auquel on a assisté, la faute à une structure particulièrement rapide.

Difficile d’imaginer meilleur scenario de départ pour Davidi Kitai : le Belge a rapidement bénéficié d’un set-up favorable, paire de Rois contre As-Roi chez le Canadien Jonathan Duhamel, pour doubler son tapis d’entrée de partie. Une confrontation inévitable au vu des faibles profondeurs et des écarts minimes entre les stacks des joueurs.

Avant de faire doubler Kitai, le vainqueur du Main Event des WSOP 2010 a été le premier à prendre un peu d’air en remportant un flip (paire de 8 contre As-Roi) face au chipleader italien Mustapha Kanit. Le Canadien s'est ensuite chargé d'éliminer l'Allemand Fedor Holz, sixième pour 96 625€. Avec plus de deux millions de jetons en sa possession, le vainqueur italien du HR de l’EPT Barcelone et du SHR de l’EPT Monte-Carlo a conforté son avance en éliminant l’Allemand Christoph Vogelsang (5ème, 121 020€), reléguant ses adversaires à 900 000 jetons chacun (soit 15 blindes).

All-in à foison

La suite : une succession de tapis pré-flop ! Autant dire que chaque main a été synonyme de renversement potentiel de situation. Les tapis n’ont cessé de voler et les jetons de s’échanger au rythme des double-up successifs. A ce petit jeu-là, le Canadien Samuel Chartier a rendu les armes au pied du podium (4ème, 160 775€).

Mal en point après avoir fait doubler Duhamel, KitBul a trouvé à son tour un double-up salvateur contre  Kanit (As-2 VS As-6, un 2 apparaissant au flop) avant de remporter un gros pot contre l’Italien avec troisième paire : le tournant de cette fin de partie pour notre Team Pro. Quelques minutes plus tard, Duhamel s’est chargé d’envoyer l’Italien et ses 10 blindes restantes dans le rail.

Le tête-à-tête 100% francophone pouvait démarrer : avec une trentaine de blindes chacun, les deux hommes se sont rapidement mis en action. Le Canadien a pris l’avantage en quelques mains avant que Davidi ne trouve un énième double-up (Roi-Valet off contre 9et 8 suité). Mais le rêve d’un quatrième bracelet s’évanouira finalement quelques minutes plus tard, notre Team Pro engageant son tapis avec Valet-7, payé par Duhamel avec une paire de 7.

"Forcément, je suis un peu déçu, confiait KitBul à l'issue de la partie. J'ai bien manoeuvré le 3-handed, mais pas le heads-up. Bizarrement, j'ai pris l'habitude d'être dans la position de short-stack cette année et de faire des min-cash. Cette fois, quelques flips gagnants ont fait la différence. Après avoir perdu deux 80/20 à cinq places de l'argent, j'ai été un peu touché moralement mais mon optique en attaquant la table finale était simple : la gagne ! Finalement, je ne peux pas trop me plaindre. Avec cette structure très turbo, je suis chanceux d'en être arrivé là."

Vainqueur du High Roller for One Drop à Las Vegas cet été, le Canadien Jonathan Duhamel confirme son incroyable forme du moment et ajoute une ligne de choix à son impressionnant palmarès. Quant au Génie, il a encore (presque) frappé.

Résultats High Roller 25 600€ (64 entrées)

Vainqueur Jonathan Duhamel 554 395€
Runner-Up Davidi Kitai (Team Pro W) 342 620€
3/ Mustapha Kanit (Italie) 227 145€
4/ Samuel Chartier (Canada) 160 775€
5/ Christophe Vogelsang (Allemagne) 121 020€
6/ Fedor Holz (Allemagne) 96 625€


Florence

Journaliste Poker et Sport. Promis, je ne parlerai pas que d'Anton Wigg et Olivier Giroud.