WSOP 2010 - Part 1

Par dans

Les World Series of Poker sont terminés depuis un bon moment maintenant. Il est temps de faire un petit recapitulatif avant d'attaquer la nouvelle saison.

Cinq tournois joués, trois Day 2, une bulle, une place payée au bord de la table finale : un bilan mitigé. Revoyons le tout en details.

Arrivé le 5 Juin, je démarre le 7 sur le 1500$ en Short Handed, environ 1600 joueurs et 160 places payées, structure très rapide et joueurs prets à tenter le tout pour le tout, ce tournoi est une véritable boucherie. Toutes les mains que j'ai jouées ont été assez standard, je n'ai pas grand chose à raconter au final sur ce tournoi.

J'ai pris un mauvais départ en loupant un tirage avec paire + flush draw. J'ai ensuite bataillé cinq heures avec une vingtaine de blindes, doublé sur un "push any two" en small blind, j'ai Q7, la big blinde me paye avec A5 et je gagne le 40/60.

Quelques mains plus tard, je relance 98s au cutoff, c'est payé par la grosse blinde. Flop J-9-5, il check et je fais de même pour contrôler le pot. La turn est un magnifique 9 et mon adversaire me checkraise avec JT. Je double donc a nouveau ce qui me permet d'agresser plus et gagner beaucoup de pots sans showdown.

Je me retrouve ainsi avec 20,000 en jetons au dinner break, pour une moyenne de 18,000 si mes souvenirs sont bons.

A la reprise, je perds trois coups a la suite pour tomber à 14,000 avant de jouer ce qui sera ma dernière main du tournoi. Je trouve une paire de Dames UTG, je me fais 3bet par un jeune joueur agressif, j'ai une mauvaise image a la table du fait des derniers coups joués et décide de relancer à tapis plutot que de payer. Il n'hésite pas très longtemps avant de suivre avec une paire de 9. Le tableau final affiche 45678 et c'en est fini de mon premier tournoi. Je saute en 320ème place, l'argent sera atteint deux heures plus tard avant même la fin du Day 1. Que je vous disais que c'était une boucherie …


Mon deuxième tournoi est encore un 6-max, c'est simple je les ai tous joués. Il s'agit de l'event 26 à 2,500$.

Chose assez rare je suis le plus vieux de ma table de départ, très certainement la première fois que cela m'arrive. Je connais un seul joueur : Yan Skampa, le vainqueur de l'EPT Prague (lorsque j'avais terminé quatrième), un gros client.

Malgré cela tout se passe comme sur des roulettes et je reçois même de belles donations comme lorsque je mise 700 sur un flop 4-4-2 et entends "tapis" pour 6300. Je n'hésite pas très longtemps avec ma paire de dix et gagne face à As-3.

Même dans mes moments d'égarement je continue à engranger des jetons. A savoir que j'ai check/raise à tapis un joueur sur un flop 5-5-3 avec K-J en main (le pot est 3-bet). Je base ce move sur le timing et sur un read particulier, mais ça n'empeche pas la petite goutte de sueur au moment de mettre tous les jetons au milieu.

Bref, j'atteins le dinner-break avec un stack confortable de 41,000, Skampa a été éliminé, Phil Ivey est arrivé a la table et même s'il est impliqué dans beaucoup de coups, il semble plus attentif au match de basket diffusé sur les écrans du Rio, à sa conversation avec la masseuse ou à ma réponse lorsqu'il me demande s'il y a bien deux filles dans le Team Winamax.

J'aurai même l'honneur de le sortir lorsqu'il envoit ses 13,000 de tapis avec Q-J après que je l'ai 3-bet à 4,400. Mon As-Roi tient bon.  J'ai beau trouver le personnage de Matt Damon ridicule dans Rounders quand il "brag" d'avoir gagné un pot contre Johny Chan, mais je ne peux pas nier avoir ressenti une satisfaction particulière à sortir le grand Ivey. Même ma maman y est allée de son "alors t'as busté Phil!!" lorsque je l'ai eue au téléphone le lendemain. La classe, quoi !

Malgré cela, je n'arrive pas à décoller, je perds notamment un gros coup contre Maria Eduarda Mayrinck, une joueuse pro brésilienne. Je suis persuadé qu'elle est en plein move lorsqu'elle me 4-bet mais nous sommes trop "deep" pour qu'envoyer tapis soit une option viable. Je me contente de payer avec A-Q, persuadé qu'elle va abandonner le coup très souvent, mais elle me check/raise all in sur un baby board et je suis obligé de lâcher l'affaire.

Après ça, mon image n'est plus très bonne et je finis la journée en roue libre avec 36,000, après avoir eu en ma possession un maximum de 55,000.

Nous sommes 154 joueurs à revenir le lendemain : 126 seront payés. J'arrive à maintenir mon tapis en jouant quelques petits pots pour éviter de me faire dévorer par les blindes, nous ne sommes plus que 129 joueurs lorsque UITG relance, payé par le deuxième de parole et je découvre As-Roi dans les blindes. Des blindes j'en ai 25 environ, il n'y a qu'une seule chose à faire à moins de vouloir à tout prix s'assurer le min-cash : ALL IN. Le premier joueur hésite un moment et passe (il dira plus tard avoir As-Dame), le deuxième hésite pendant ce qui me semble être une éternité, je suis persuadé qu'il a une paire moyenne et je n'ai pas envie de jouer un coin-flip à ce moment là.

Lui ne devrait pas en avoir envie non plus, il me couvre à peine. Il décide finalement de payer. Gros soulagement lorsque je le vois retourner As-Dame, je suis bon favori pour repasser au dessus de la moyenne, je me vois déjà relancer toutes les mains pendant le "hand for hand" précédent la bulle.

Une vilaine Dame apparaît sur le flop pour mettrefin à cette rêverie.

Fin similaire donc pour ces deux premiers tournois, mais je me sens en confiance à ce moment là, je sais que je joue bien et j'espère que la roue va tourner.


To be continued...