Un samedi soir sur la Terre

Par dans

Raymond est ouvrier carrossier à l'usine Renault de Sandouville, non loin du Havre. Ou plutôt "était". Comme 25% des employés, il vient d'être licencié. A 53 ans. Ce soir il joue à la NL 100 au casino: "Ici au moins, on connaît pas la crise" dit-il avec un regard en coin désabusé sur le croupier qui taille 4% du pot.

Gérard est prof d'EPS. 30 ans. Discret mais enthousiaste : il "fait découvrir le sport, et la vie tout autant" . Ses gamins "en difficulté" viennent des cités. Et au Havre, ce ne sont pas les cités qui manquent...

Rachid, 24 ans, 1m90, crane rasé et verbe haut, vient des cités justement. Sa bonne humeur est un peu arrogante mais très communicative. Il joue au poker comme on joue au foot, Rachid. Remportant un gros pot avec un brelan de 4 contre une paire d'As servie, Rachid se lève et fait le tour de la table en tapant dans les mains de ses potes comme s'il venait de marquer un but: "Z'y va, t'as vu comment qu'j'l'ai joué en finesse, celui-là !" Du coup, même son infortuné adversaire se marre de bon coeur.

C'était quelques rencontres  "live", un samedi de 2008 au Havre. Le poker est bien un jeu de société.