Un sacré mal de crâne

Par dans

©Danny Maxwell - PokerNews

Pour ce nouveau billet de blog, j’ai décidé de tester une nouvelle formule et de vous raconter, non pas mes dernières performances en date sur un tournoi, ou de vous faire part de mes objectifs à venir mais d’analyser une main jouée durant l’EPT Barcelone.

L'avant-main

L’action se déroule lors du Jour 2 du High Roller à 10 300 euros, disputé en 8-Max. Nous sommes en cours de Niveau 12, et les blindes sont de 1 500 / 3 000, ante 400.

 Mon tapis : 260 000
 UTG+1 : 180 000
 UTG+2 (Dani Stern) : 160 000
 Small Blind : 100 000
 Big Blind : 100 000

Je ne vais pas trop m’attarder sur le profil des autres joueurs car, hormis Dani Stern, tous vont abandonner dès le flop. La metagame n’a pas non plus beaucoup d’importance puisqu’il vient juste d’arriver à la table.

Dani 'Ansky' Stern. Je l'ai découvert comme beaucoup via l’émission de télé-réalité 2 months $2 million, lancée en 2009. Le show suivait quatre joueurs de poker en ligne qui partageaient une maison à Las Vegas, et qui avaient comme objectif de rassembler, ensemble, deux millions de dollars de gains en l’espace de deux mois. Objectif finalement non atteint puisqu'ils n'ont collecté "que" 676 700 dollars.

Stern est donc un pur joueur issu du online. Il fréquente les tables de high stakes et les tournois à haut buy-in. Il a style très solide, et un jeu énormément basé sur les mathématiques. En live, il est également très performant avec plus de 2,6 millions de dollars amassés en tournoi depuis 2007.

Dani Stern - ©PokerNews

On s'est déjà joué quelque fois. J’ai notamment le souvenir d’un tournoi où il m’avait sorti. J’avais 4-bet puis payé son 5-bet all-in avec une paire de 6. Il a montré une paire de 7. Il doit me percevoir comme un joueur agressif, qui n’a pas peur de bust.

Maintenant que les présentations sont faites, passons à la main proprement dite.

Déroulement de la main

Je suis UTG et je découvre AK. Je relance à 7 700, soit 2,6 fois la BB. Quatre joueurs paient : UTG+1, UTG+2, la petite blinde et la grosse blinde.

Taille du pot : 37 000

Flop K24

Je fais mon continuation bet à 9 000 (un quart du pot). Le flop est sans tirage, je n’ai aucune utilité à miser trop cher. Je ne veux surtout pas faire fuir les mains que je domine. Dani Stern, UTG+2, est le seul joueur à payer.

Selon moi, sa range à ce moment-là est plutôt large. Les mains les plus probables sont Roi-Dame dépareillés ou Roi-Dame suités, Roi-Valet et Roi-Dix assortis. Avec huit Roi-Dame différents (deux suités, six dépareillés) plus quatre combos possibles de mains assorties, cela fait donc 12 combinaisons de cartes contenant un Roi.

J'y inclus également As-5, As-3 et 5-6 suités avec un tirage couleur backdoor à coeur, carreau ou pique (il jette à mon avis les gutshots à trèfle). Cela nous donne sept combinaisons de mains combinant gutshot et backdoor. Comme j'ai l’As de pique, il perd les combinaisons As3 et As5

J'y ajoute enfin les paires de 2 et de 4, pour six nouvelles combinaisons de brelan. 

Au total, j'évalue sa range à 25 mains probables.

À de rares moments, il peut également décider de "float" avec un tirage backdoor de style Valet-Dame ou 6-7 suités ou payer avec une petite paire et une couleur backdoor (comme As-2, As-4 suités...). Mais ces mains sont tellement rares que je vais complètement les retirer de sa range pour ne pas compliquer l’analyse.

Taille du pot : 55 000

Turn 5

J'envoie un deuxième barrel à 22 000 (40% du pot). Stern se contente de payer.

J’aurais pu décider de check, mais il n’est pas suffisamment souvent en mode "floating" pour que ce soit profitable. De plus je pense qu’il y a de la value à prendre sur cette carte, puisque je domine une grosse partie de sa range. Même si je représente exactement la main que j’ai, il peut croire que je tente seulement de la représenter, avec une main moins forte.

Ré-étudions les mains de sa range. Je crois qu’il va jeter très peu de mains de sa range perçue au turn. Mais, avec le 5 tombé au turn, on peut enlever 2 combos : 56 et As5. As5 se couchera aussi la plupart du temps. 56 et 56 sont eux plus fréquents car il a des belles cotes implicites s’il touche une de ses cartes.

En résumé : 12 combinaisons de Roi, deux de As-3 assortis (As3 et As3), 2 de 5-6 assortis et 6 combos de brelan. Nous voilà avec 22 combinaisons au total.

Taille du pot : 100 000

River 3

Troisième salve à 33 000 (un tiers du pot). Dani Stern fait tapis pour 124 000.

Taille du pot : 257 000

91 000 à rajouter. Dois-je payer ou passer ?

Réflexions

Ma range perçue
Je représente souvent la main que j’ai, c'est à dire un As pour une quinte. De temps en temps je blufferais et d’autres rares fois j’aurais un 6. La question est de savoir s’il pense que je vais fold avec un As. En général, les top joueurs adoptent plutôt une stratégie "low variance" en tournois live. Ils prennent rarement le risque de sortir d’un tournoi sur un bluff s'ils ne sont pas certains de la réussite de leur move. Avec mon image d’hero caller (vite confondue avec calling station), je ne suis pas la cible idéale pour placer un bluff à la rivière pour tout son tapis. De plus, il y a très peu de 6 dans sa range perçue. Il doit se douter que je le sache et donc, il peut s’attendre à ce que je paie souvent son tapis avec un As.

Je pense qu’on peut en déduire qu’il ne va jamais transformer un Roi ou un brelan en bluff. Par contre, je suis convaincu qu’il va shove tous les As de sa range, pour tenter d’éviter le partage du pot.

Que reste-t-il dans sa range ?
Les As et les 6 qu’on a gardé dans l’analyse de la main. Avec le 3 à la rivière, on perd une combinaison A3. Il ne reste donc plus qu’un seul As dans sa range, A3 avec les deux   56 et 56, soit trois combinaisons au total.

Conclusion

La cote est alléchante, je dois avoir raison de payer une fois sur quatre. S’il a un As je ne prends que la moitié du pot, ce qui rend la cote pour le call à 1 contre 6. Je ne suis même battu que par deux mains seulement sur 1 326 combinaisons au total (169 mains uniques). Toutes les autres mains ne font à mon avis aucun sens vu le déroulement du coup.

Après sept minutes de réflexion j’ai finalement abandonné. De son côté, Dani Stern a encaissé les jetons sans révéler son jeu. Cette main restera donc un mystère pour l’éternité.

Je termine au final 69e du tournoi, dans les places payées, soit mon cinquième ITM sur les cinq High Roller EPT que j’ai disputés en 2015. C'est plutôt bien, cela prouve que je suis de plus en plus régulier sur ce genre de tournoi, mais il me manque une table finale, voire une victoire. Non seulement financièrement mais aussi au niveau de la satisfaction personnelle, cela aurait été un gros plus.

Mes prochains tournois live : WPO Dublin, WSOP-E Berlin, EPT Malte.


KitBul

EPT, WPT, WSOP : pas un circuit majeur n’a résisté à l’appétit de victoire du Belge du Team Winamax, qui n’est pas pour autant rassasié.

Suivez KitBul sur FacebookSuivez KitBul sur Twitter