Tournois à Londres : Monarchie-Sick

Par dans

Arnaud Mattern à l'EPT de LondresL'Angleterre et Londres n'ont jamais été dans mon cœur, contrairement à Paris, et je dois avouer qu'une fois de plus, les événements passés ici n'ont fait que renforcer ce sentiment.

J'ai commencé par le 1500£ WSOP, mais vous connaissez déjà la fin de l'histoire si vous lisez le blog du Team de manière assidue :)

J' ai alors décidé de contre-attaquer et jouer le WSOP Europe main event à 10 000£.

J' ai joué quelques coups, notamment 2 pots ou je sur-relance preflop, mais je perdrai les 2 coups.

Je suis désormais stack moyen (j'ai 8000 chips, blindes 150/300), un joueur finlandais relance a 800, Joe Beevers sur relance a 2500, je shove 8000 en small blinde avec KK, le premier relanceur passe, Joe call pour 3/4 de son tapis avec A5 de cœur (J'ai le roi de Cœur), le croupier retourne le flop en montrant sa "door card" (la carte de face du flop) un magnifique as (!), et apporte 2 cœurs également, réduisant mes espoirs à peau de chagrin. Le cœur sur le turn fait tomber mon équité à 0% (communément appelé une "Tall"). Fini pour moi en ce qui concerne le main event.

Nicolas Levi succombera également à quelques coups malheureux, ne laissant qu’Antony Lellouche porter les couleurs de Winamax, malheureusement pas très longtemps suite à un bluff qui se heurtera à une main premium.

Mais il nous reste l’EPT Londres, avec son million de pounds au premier en guise de consolation :)

Mon tournoi commence assez bien, la table est tight/passive, je me décide alors à agresser presque tous les coups, et développe ainsi une image loose aggressive. Je suis à 9000 quand le coup suivant arrive :

J'ai TT early position, je relance à 300, la big blinde me paye (Jesper Hougaard, détenteur du bracelet 1500£ de la semaine précédente…). Il est clairement conscient que je vole plus de coups que de raison. Le flop vient 664, il check, je bet 450, il call. Turn 2, il re-check, je mise 800, il check raise a 3200, je paye. La river est un 9, il check, aucun intérêt a miser s’ il a air (bluff complet), je check derrière, il muck avant même que je ne retourne mes cartes…

Je passe dans la zone des 13/14k, je continue à dominer la table ; Tout le monde passe. J’ai discuté avec mon voisin de gauche, c'est un jeune qualifié d’une vingtaine d’années qui a gagné son package pour 27 dollars, et qui joue son 2e tournoi live, le premier qu’il ait joué étant un tournoi à 2500$. Les enchères sont élevées pour lui, son papa l’observe, il n’engagera pas son tapis entier sans les « nuts » absolues. Bon à savoir… Je suis small blinde, je relance son big blinde avec A2 de pique à 300, il fait 900 assez rapidement. Son range de mains est assez étroit : AK, JJ+. Je décide de caller, soit pour flopper gros, soit pour essayer de trouver une opportunité de lui mettre la pression si un flop effrayant vient se dérouler sous ses yeux… Flop : J95. Je check, il check timidement derrière. Il a AK, j'en suis sur, ou quelque chose dans le genre. Turn 8. J'envoie 1500, il paye la mort dans l'âme. River doublette du 9. J'estime qu'une 2e louche devrait suffire à le faire fuir, j'envoie 4000, il passe en retournant AK, je dis « pas de chance de ne pas pouvoir flopper une paire avec une si belle main »…Il acquiesce.

Je suis dans la zone des 16/17K, je continue à monter mon tapis sans encombre vers les 20K sans showdown. Je raise a 850 avec AT de pique UTG+1 (blindes 150/300), un caller en position, Hougaard envoie boite 3100 de plus, j’ai beaucoup ouvert de pots, je décide de le payer sec, l'autre gars passe, Jesper montre 79 de carreau contre mon As Dix de pique. Flop 775 A T. Mes deux paires ne suffisent pas, et je commence à comprendre comment il s’y est pris pour gagner son bracelet.

Au lieu de monter a 25K je redescends un peu, mais rien de grave, la table est belle comme dirait Michel Abécassis… Je continue à maintenir la pression et éléve mon tapis vers les 25K.

Ensuite, la big blinde étant absente, je limp QQ au bouton à 300, le jeune qualifié complète sa small blinde. Le flop vient 235 rainbow. Il check, j envoie 800, il check raise je shove all in, il paye, il montre 45o, pour top paire + "open ended" .Mes 55% tiennent bon, ship !!!

Je suis ensuite déplacé à une autre table, un peu plus aggro préflop, mais relativement exploitable quand même. Je prend JJ et KK à quelques orbites d’ intervalle, et ramasse 2 pots mediums préflop, sans accidents notoires. Par la suite un joueur assez bourru, avec des grosses mains, un énorme tatouage, qui parle fort, a un tapis monstrueux et un rire bien gras arrive a table. Il est très certainement très loose, et manipule les jetons avec difficulté. Malgré le fait qu’il aie la position sur moi, je garde en tête qu’il puisse etre « le client de la table ». Je raise K7 de pique au cut off, il call au bouton, le flop vient K34, je check il overbet 1,5 le pot…Je call.Turn 5. Je re check, il check. River 8. Je recheck, il mise 50% du pot, je ne le crois pas, je paye, il montre JTo, et je propulse mon tapis a plus de 60k !!!

Par la suite je perds quelques coups, toujours contre le même mec, Ian Frazer, joueur anglais à tendance très tiltish. Mais il touche beaucoup le bougre…

Je descends un peu (45K), dernier coup de la journée : Je relance KK au Cut off, Ian est en BB, vu notre historique, il sur relance, je mets 40% de mon tapis il réfléchit longtemps et passe. Fin du day 1, ouf ! Je termine avec 51800, la moyenne est a 29900, je fais partie du top 10% des gros tapis.

Je reviens reposé en day 2, j’ai une table assez faible, mais certains bons éléments français sont là : Nicolas Levi, toujours dangereux malgré un stack de 13BB, et Pascal Perrault.

Je relance a 1650 (blindes 300/600) UTG+1, tout le monde passe, le big blinde complète assez rapidement. Le flop vient 553 rainbow, il donk 1500 tempo. Je le relance a 6600 de suite, il paye après une longue hésitation : je le mets sur 77/88/99, peut être TT.Turn 5. Il mise 12000. Il a environ 30 derrière. Je paye les 12k. River 6. Il check, j’envoie boîte, il réfléchit longuement et passe 99 en retournant ces cartes faces en l’air. Il me demande ce que j’ai. En général je montre rarement mes cartes, mais il lui reste environ 30k, j’ai la position sur lui, et créer un petit historique psychologique entre nous joue en ma faveur il me semble, je retourne donc mon As Dame et le jette devant lui en disant « Pas grand-chose ! ». Il est visiblement dépité, ce qui devrait conduire à un accident un peu plus tard dans la partie ; J'espère juste être celui qui va récupérer ses jetons ! :p

Un joueur saute, le format devient 8-handed (ce qui me convient tout a fait avec mon gros tapis de 80K). Bataille de blindes entre notre ami en tilt et moi-même : J'ai KQo, suis de grosse blinde. 500/1000, il complète sa small blinde, je raise à 4000, il call hors position. Flop KT5 avec 2 trèfles, je n’ai pas de trèfles. Il check, je bet 6500, et me commit contre son tapis de 22k. Il paye sec. Turn bof : J de trèfle. Il lead 5K je fais tapis il paye avec KJ, pas de trèfle. Bah, il vient de toucher son 3 outers, mais ce n’est pas très grave, il me reste les Q, les As et les 9 pour gagner. River : As !!!!

Je passe a plus de 110k.

Je monterai à plus de 116k, avant d'être malheureusement déplacé à une autre table.

Quand je dis malheureusement, je pèse mes mots. Barry Grienstein à ma gauche directe, un joueur français derrière lui, Alain ROY (Vainqueur du PPT Cannes) Ian Frazer (le serial floppeur), un joueur du net, Michael Martin (un des tous meilleurs joueurs du circuit, qui finira par gagner cet EPT par ailleurs) un joueur tight aggressif inconnu, ha, et j'oubliais, un joueur un peu moins tight appelé Gus Hansen je crois …. Dois-je ajouter que le joueur français a ma gauche sautera rapidement pour laisser place à David Benyamine ? Ça y est , on est au complet, que des requins, la fête peut commencer…

Je peux dire sans hésitation que cette table a été la plus difficile à laquelle je me suis assise, et ce depuis que je joue au poker. Pas de spot facile, La partie s'annonce difficile, je fais de mon mieux pour choisir méticuleusement mes spots, ainsi que le calibrage de mes relances.

Je maintiens mon tapis dans les 116k, ce qui n’ est pas chose aisée à cette table sans avoir de cartes.

Je vole ensuite 3 coups, puis suis contraint de folder 99 contre David Benyamine (il montre TT), j ai également raisé puis foldé KQo au bouton contre David, il avait AK de carreau (fold loin d'être évident puisque je suis au bouton, qu'il est en BB, et que j'ai de la fold equity en plus).

J'ai ensuite gagné un coup énorme dans la bulle, je raise QTo au bouton a 7500, Alain Roy reraise du BB 9000 de plus, je paye sec.Flop 844, il mise une quinzaine de 1000, j'envoie boîte, il lui reste 25k derrière, il réfléchit longuement, il ne reste qu’un joueur à sauter avant les places payées, il passe.

Bref, je pense vraiment avoir joué mon A-game (des gros bluffs, des bons folds...), malheureusement, quand ça ne veut pas ça ne veut pas...

A savoir, toujours a une place de l'argent, la grosse blinde n'a qu'une poignée de blindes, je raise A9o, David call en position, tout le monde passe, le flop vient magnifique : 973 rainbow. Je mise 90% du pot, ce qui laisse à David juste un peu plus d’un "pot size" au cas ou il call le flop, et vraisemblablement je vais le mettre a tapis sur le turn. Il paye, turn 7. Je shove all-in pour les derniers 90k de David (j'ai 130k), il turbo call avec 78s, il vient de toucher son 5 outers magiques...Il me reste toujours 2 neufs dans le paquet pour gagner ce coup et passer la barre des 260k et m'envoler vers le chip lead, mais pas de miracle pour moi, je passe du top 10 des tapis dans la bulle au rang de shortstack avec 13BB…La bulle éclate lors de cette main, je suis dans l’argent, un nouveau tournoi commence pour moi : Comment doubler mon tapis, ou me maintenir en espérant trouver une situation exploitable. Changement complet de stratégie, il n'est plus question de massacrer la table grâce a mon chip lead, mais de rentrer dans ma coquille, et ce peut-être pendant plusieurs heures…

Ensuite dinner break , je reviens avec mes 38 000, blinde 1500/3000, bien décidé à me battre et a faire un comeback.

Je suis de grosse blinde, j ouvre QQ, David relance UTG a 8000 environ, tout le monde passe, je shove all in ma paire de Dame, Benyamine instacall les 29K de plus et retourne 44... Vais je gagner ce 80% qui me permettrait de revenir dans la course ? Le turn en décidera autrement en déposant un magique 4. Il me reste 2 outs pour gagner, mais je sens au fond de moi-même que David Benyamine est intouchable aujourd’hui…Bravo à lui pour sa 12e place, un coup de chapeau à Alexia Portal qui a fait preuve d' une implacable résistance et atteint une très belle 22ème place, et UN TRÈS GRAND BRAVO à mon ami Antony Lellouche qui a démontré une fois de plus qu’il est un habitué méritant des tables finales des tournois majeurs du circuit pro.

GOOD GAME ANTO !!! :)