[Blog] Fausse alerte, vraie panique

Par dans Tournois Live il y a 10 jours.

Blog Adrián Mateos Facebook

¡Hola a todos! Comment ça va ? Votre été s'est bien passé ? Le mien a été fait d'un peu de tout : tournois à las Vegas, vacances en famille et entre amis, tournois à Barcelone et une autre petite semaine de vacances à Ibiza en compagnie de certains camarades du Team, avant une (plaisante) obligation professionnelle pas très loin de la maison. Je ne suis pas sûr de pouvoir encore vous en parler, alors gardons le suspense...

Retour au présent. Je me retrouve face à mon ordinateur pour vous écrire ces quelques lignes, quelques jours avant de reprendre l'avion direction Chypre, pour y jouer une série de tournois High Rollers qui me font très envie. Mais plutôt que de se projeter vers le futur, j'ai choisi de vous parler de quelque chose qui m'est arrivé cet été. Quelque chose de vraiment extra-ordinaire, pas directement lié au poker, mais qui, c'est certain, restera longtemps gravé dans ma mémoire (et celles de beaucoup d'autres). D'autant que je ne sais pas exactement l'écho que cet événement a eu en Europe. Vous l'avez donc compris, pour cette anecdote, nous retournons à Las Vegas.

Le moment où tout a basculé

Adrián Mateos WSOP

C'est la dernière ligne droite des WSOP. Mon Main Event s'est malheureusement achevé bien plus tôt que je ne l'aurais voulu, sur la deuxième place payée de ma carrière, mais rien d'autre qu'un min-cash. Espen Jorstad vient d'être sacré Champion du Monde, mais il reste encore quelques beaux tournois à disputer, à commencer par le "10K 6-max". Je suis en train de jouer le Day 1 au même endroit que se sont joués la majorité des Day 1 durant ces WSOP : dans la Paris Ballroom. Pour vous donner une idée si vous ne vous la représentez pas, c'est une salle gigantesque, divisée en plusieurs zones, dont la... Lire la suite

[Blog] V.E.G.A.S.

Par dans Tournois Live il y a 2 mois.

Davidi Kitai Blog Facebook

L'excitation était énorme avant d'aller jouer les WSOP. D'abord parce qu'entre le Covid en 2020 et la naissance de mon fils l'an passé, qui ne m'a permis que d'y aller huit jours, cela faisait très longtemps que je n'avais pas fait de vrai gros Vegas. Ensuite car j'y ai souvent eu des très bons résultats et le field me convient parfaitement. Ma motivation de gagner un nouveau bracelet reste donc intacte.

J'y suis d'abord parti dix jours tout seul. J'ai joué quelques beaux tournois, pour ensuite rentrer une semaine à la maison et y retourner un peu plus tard avec toute ma famille pendant 18 jours. Cela demande de l'organisation, et je le voyais un peu comme un test, car je compte faire ce voyage en famille chaque année jusqu'à ce que mes enfants atteignent leur majorité.

J'ai pu jouer les tournois que j'affectionne particulièrement, mais mon objectif principal restait une grosse perf sur le Main Event. C'est la chose qui manque à mon palmarès, et le gagner un jour a toujours été mon rêve ultime de joueur de poker. Je pense sincèrement que si je me donne à 100%, la grosse perf' va finir par tomber : j'y ai acquis énormément d'expérience au fil des ans, et mon style de jeu exploitant est particulièrement adapté sur ce tournoi. Allez, c'est parti pour un résumé de mon V.E.G.A.S. !

V - Victoire

Bon d'accord, je n’ai pas gagné de bracelet cette année. Mais c'est toujours jouissif de voir gagner des joueurs que je connais depuis longtemps et que j’apprécie, comme les Julien (Pérouse et Martini), ou encore de voir des jeunes joueurs français que je connais moins remporter un bracelet. Et oui, j'ai beau être Belge, je n’ai pas le seum pour autant (d'ailleurs je déteste ce mot). Je suis entouré de joueurs français toute l'année et je... Lire la suite

[Blog] Running Up That Hill

Par dans Tournois Live il y a 2 mois.

Blog Gaelle Créa

Comme chaque année, c'est au rythme des articles du coverage Winamax et des notifications WhatsApp que j'ai suivi la première partie des World Series of Poker 2022. En effet, je faisais partie des derniers arrivants de la troupe W à Las Vegas. La raison ? J'essaie de centraliser un maximum de tournois en un minimum de temps afin de ne pas rester éloignée trop longtemps de ma fille. Plus de trois semaines, c'est déjà énorme ! Certains pensent que je fais exprès de partir tous les ans à cette époque pour éviter de me porter volontaire pour la kermesse de la fête de l'école. Eh bien, si vous imaginez que je n'ai aucune envie d'être préposée à la remise en place du chamboule-tout pendant cinq heures sous 35 degrés... Vous avez totalement raison.

Le problème quand vous partez sur un programme restreint, c'est qu'il faut arriver à 100%. Ce n'était pas vraiment mon cas cette année. J'ai commencé à me poser des questions quand le fond de ma gorge m'a titillé dans l'avion. Puis cela s'est rapidement vérifié sur place. 24 heures après mon arrivée sur Vegas, c'est le drame : alors que j'avais calé ma venue pour débuter par le tournoi Ladies, une épreuve que j'attends toujours avec impatience, je me suis réveillée au milieu d'une grande mare de transpiration dans mon lit. 41° de fièvre, des frissons, une énorme barre au crâne... Si ce n'était pas le COVID, ça y ressemblait fortement. Les deux premiers jours, il m'était même impossible de manger ou de boire quoi que ce soit sans que je pousse des cris dignes d'un phoque en rut.

Retour à la vie

C'est donc après cinq jours (et un test négatif) que j'ai enfin pu mettre le nez dehors et apprécier les 45 degrés de Las Vegas. Enfin, surtout l'air conditionné des casinos Bally's et... Lire la suite

[Blog] Entre deux bonnes mains

Par dans Tournois LiveAnalyse de mains il y a 3 mois.

Créa Blog Kanit
Salut les gars !

Comme vous savez, je me trouve actuellement à Las Vegas pour jouer les World Series of Poker. À l'heure où j'écris ces lignes [il y a huit jours, NDLR], j'en suis environ à la moitié de mon programme. Jusqu’ici, j'ai joué 12 tournois pour deux places payées, dont un bon deep run achevé avec une 13e place sur le 1 500 $ 6-Max. Malheureusement, j’y ai perdu en demi-finales un pot très intéressant qui m’aurait permis de prendre la deuxième place provisoire à 13 joueurs restants... Je vous raconte la main en question.

Jeu exploitant

Pour commencer, le bouton relance à 200 000 et je suis de petite blinde. Ça tombe bien, j'ai un read flagrant sur ses bettings patterns [schémas de mises]. Jusqu'à maintenant, le bouton a toujours relancé à 3x ou 3,5x quand il avait de belles mains, ou min-raise avec des mains spéculatives. Et je sais que le joueur en BB, Joe Cada, a lui aussi remarqué ces détails.

Je suis donc en SB, avec As-Roi dépareillés. J’ai 3,1 millions de jetons, c’est-à-dire 31 BB. J'ai monté ce stack sans showdown, alors que j'avais commencé la journée avec 1,9 million.

Je décide de relancer à 750 000, un sizing assez large. Surrelancer à tapis est sûrement EV+, mais il s’agit d’un spot où je pourrais avoir l’intention de bluffer. Donc, j'aime bien avoir A-K dans ma range de 3-bet, particulièrement avec ma lecture sur le joueur au bouton. Je ne m’attends pas à beaucoup de calls sur mon 3-bet, mais plutôt à pas mal de limp/folds. Le bouton dispose de 60 BB, un stack qui empêche Joe Cada de tenter des moves.

Musta
Mais je pense aussi que Joe peut pratiquer un jeu exploitant sur mon 3-bet, en élargissant beaucoup sa range de 4-bet jam avec des mains comme KQ/KJ ou AXs : en effet, je pourrais aussi... Lire la suite

[Blog] On the road again

Par dans il y a 4 mois.

Romain Lewis Blog

Dans moins de deux semaines, le 31 mai très exactement, démarrent les World Series of Poker 2022. La longue pause de la pandémie semble déjà loin, presque dans une autre vie. Depuis, tout s’enchaîne, très, très vite. Je vis de nouveau dans une valise depuis la reprise du live et l'adrénaline de la compétition a bel et bien repris le dessus. Ma semaine à Monaco n’était pas à la hauteur de celle de Prague, mais le Team a répondu plus que présent pour notre premier festival post-séminaire. En une semaine, Adrián et Bruno à eux seuls ont gagné pour plus de deux millions d'euros. Ça fait rêver. Mais ce qui fait encore plus rêver, c’est d’imaginer ce qui peut se passer sur les 45 jours lors des WSOP. Vous voyez ? Cette équipe me booste comme jamais ! La décision est prise : je prolonge mon séjour d’une semaine. Pour la première fois de ma vie, j’arriverai la veille du premier tournoi, et je ne partirai qu’après la fin. Je veux me donner des chances de participer aux plus gros tournois du début via une poignée de satellites et je rajoute l'Event #8 à 25 000 $ à mon programme. L’été sera chargé. Je m’en réjouis.

Une petite pression particulière s’installe lorsque je finis mon planning et constate la somme totale mise en jeu. Je sais que le montant est très important, mais il n’affecte pas la confiance que je ressens sur le sol américain. Les opportunités seront nombreuses et je n’ai jamais été aussi prêt. C’est à moi de gérer les efforts sur la durée. J’aime me laisser du temps entre les tournois et je n’ai aucun mal à louper ou sauter quelques tournois d’autres casinos pour me focaliser sur les WSOP. L’objectif global pour moi n’est pas le nombre de tournois, mais plutôt ma lucidité et ma clarté d'esprit lorsque je joue. J’avais... Lire la suite

[Blog] Lust for live

Par dans Tournois Live il y a 6 mois.

FBK Blog Volatile38
Après la pluie, vient le beau temps. Enfin, la longue et douloureuse traversée du désert de tournois live semble se terminer, petit à petit. Depuis le début de l’année, on m’a de nouveau offert ce plaisir de m’assoir à une table de poker, afin de pratiquer ce métier que j’aime tant, cette passion qui nous anime tous : jouer un bon vieux tournoi sur un tapis vert, avec des jetons bien réels entre les doigts. Et pour ce retour, je ne plaisante pas ! J’ai prévu de poser près de 200 000 $ de buy-ins sur la table en 2022. Non mais ! Il est l’heure de rattraper le temps perdu.

Ma première occasion de retrouver le live cette année était un festival à Chypre programmé en janvier, avant de filer à Paris pour jouer l’APO 2500. Si mon parcours au Club Montmartre n’a pas été très probant, les choses avaient plutôt bien commencé en Méditerranée, puisque j’ai tout de même atteint la 27e place du Main Event de ce festival (sur 435 joueurs), non sans avoir retrouvé quelques bonnes sensations. Le fameux call hauteur As qui passe pour un pot énorme, après avoir réfléchi pendant un bon moment... J'en ai eu des frissons ! J’ai aussi pu recroiser quelques vieilles connaissances du milieu disparues depuis trop longtemps avec le Covid, j’ai réappris à monter d’énormes piles de jetons, ranger un stack dans un sac plastique, et me réveiller avec cette fameuse petite boule au ventre au matin d'une nouvelle journée décisive… Oh oui, que le live m’avait manqué ! Mais tout cela n'est que le début. Les plus grosses échéances sont encore devant moi.

Comme au bon vieux temps

Diaz-WCTLe planning est déjà chargé et ça tombe bien : c'est ça qu'on veut ! Au moment où vous lisez ces lignes, je suis déjà arrivé à Prague pour l'EPT [Note de la rédaction : nous aussi !],... Lire la suite

[Blog] Un bracelet... et maintenant ?

Par dans Tournois Live il y a 7 mois.

Romain Lewis Blog

Entre le moment où j'ai découvert les WSOP sur YouTube et celui où j'ai décroché mon premier bracelet de Champion de Monde, une quinzaine d'années se sont écoulées. Quinze années passées en un clin d'œil et qui représentent en même temps plus de la moitié de ma vie. Tout ce temps à me passionner pour ce jeu de 52 cartes, à voyager à travers le monde en quête de mon prochain succès. Et vous le savez au moins aussi bien que moi : c'est difficile de gagner un tournoi. N'importe quel tournoi.

Jusqu’à ces World Series 2021, j'avais signé beaucoup de deep runs, mais seulement une poignée de "petites" victoires. Après sept ans sur le circuit - ce qui paraît à la fois long et court - je courrais toujours après un "vrai" titre, après ce sentiment de consécration. Bien sûr, je l'imaginais assez bien pour avoir vu gagner un certain nombre de mes amis, mais je me contentais de mes résultats, et je n’avais guère la sensation de défaite lorsque je ne gagnais pas. Au contraire, je restais positif et assez heureux. Trop peut-être. Perdre (bien) avant de jouer la dernière main d’un tournoi arrive plus de 99% du temps. La gagner et sauter dans les bras de mes amis, en ce mardi soir de mi-novembre à Las Vegas, était la première fois.

C’est presque dommage de ne pas célébrer davantage les deuxièmes et troisièmes places, car ce goût d’inachevé est palpable chez tout le monde. C'est aussi ce qui rend la victoire d’autant plus belle. Et alors, c’est l’euphorie. L’histoire est magnifique. Je prends conscience de tout le chemin parcouru, j’ai réalisé l’un de mes rêves de gosses. Now what?

Un titre et des questions

Le rendez-vous est pris avec notre Coach Stéphane Matheu quelques jours après ma finale. L’objectif est simple : se... Lire la suite

[Blog] Un bracelet en six coups clés

Par dans Tournois LiveAnalyse de mains il y a 9 mois.

Adrian Mateos un bracelet en 6 coups clé
¡Hola! Comment ça va ? Moi : plutôt très bien. Vous savez peut-être pourquoi ! Pas mal de belles choses me sont arrivées ces dernières semaines… avec notamment des WSOP qui resteront à jamais gravées dans mon panthéon personnel. À Las Vegas, j’ai remporté mon quatrième bracelet WSOP. Au passage, j’ai battu mon record de gains sur une seule épreuve et remporté ma première victoire sur un tournoi au buy-in très élevé, du genre de ceux qui n’apparaissent que rarement au calendrier. Autant de raisons pour faire de ce titre un moment unique, me confirmer que le travail acharné paie, et que je peux affronter n’importe qui sans aucune crainte, ni penser que mes adversaires sont mieux préparés que moi.

Je n’avais pas envie d’écrire un blog de remplissage, où je me serais contenté de répéter les mêmes impressions quant à la satisfaction de réaliser ses objectifs, le frisson au moment de remporter la dernière main, la joie d’ajouter un bracelet à ma collection... Vous avez pu déjà lire tout ça sur le coverage Wina, ou dans les journaux qui nous ont interviewé ensuite, Leo et moi. (J’en profite au passage pour féliciter une fois de plus Leo pour sa perf, GG !) À la place, j’ai envie de vous raconter ce Super High Roller à 250 000 $ comme s’il s’agissait d’un épisode de Dans la Tête d’un Pro. Les équipes de la série nous ont filmé durant les WSOP, mais ils avaient déjà quitté Las Vegas lorsque ce tournoi a débuté. De toute façon, avec l’exclusivité de diffusion détenue par le site PokerGO, je ne crois pas qu’ils auraient pu filmer ce tournoi. Découvrez donc sans plus tarder… comment gagner un bracelet, en six coups clés.

Main clé #1

Début du Day 1 / Level 2 - Blindes 2 500 / 5 000, BB ante 5 000.

Michael AddamoMa toute première... Lire la suite

[Blog] Pression constante !

Par dans Tournois Live il y a 9 mois.

Blog Mustapha Kanit

Ciao ragazzi! Après trois mois d’aventure et de poker, je suis enfin rentré chez moi. Le voyage avait commencé le 15 septembre, avec comme première destination le Mexique. Entre tacos, guacamole, plage et moments entre amis j’ai passé deux semaines de rêve. J'ai commencé par visiter Cancún avec un de mes meilleurs potes, Philipp Gruissem, puis j’ai passé trois jours à Tulum avec Nacho Barbero pour enfin débarquer à Playa del Carmen, où j'ai partagé ma chambre avec Romain. J'en ai profité pour lui filer des cours de plongée. Sur place, il y avait d'ailleurs une bonne partie du Team Winamax et certains de mes amis italiens, comme Dario [Sammartino], Luigi, Savina... et aussi des potes de Romain, comme Arthur Conan.

Ces deux semaines m’ont permis de bien me préparer pour mon premier objectif : le High Roller à 25 000 $. J’avais un bon feeling pour ce tournoi et je ne m'étais pas trompé, puisque j'ai atteint la table finale en compagnie d'Adri. Malheureusement, une fois arrivé là, rien ne s'est passé comme je l’aurais souhaité, et je termine finalement cinquième pour 216 842 $. Mais tout de même : que ça m’avait manqué de jouer de belles compétitions en live !

À Vegas, j'étais en colocation avec le Coach et Kool Shen. Je les adore tous les deux et nous avons passé de super moments. Stéphane est toujours positif et je ne le remercierai jamais assez pour toute son aide. Il connait vraiment bien le poker de haut niveau. Ses conseils et son support nous permettent d'être toujours au maximum de nos capacités et d'obtenir de bons résultats.

/

Après deux semaines avec le Team, Romain et moi nous... Lire la suite

[Blog] Main Event : 15 ans de passion

Par dans Tournois Live il y a 9 mois.

Créa Blog Davidi
Je reviens de Las Vegas. J'ai pu rejouer le Main Event des WSOP après deux longues années de pause forcée ! Ça m’a donné envie de vous partager quelques souvenirs de mes expériences sur ce tournoi unique au monde. Une compétition comme nulle autre pareille de par son prestige, sa structure, son prize-pool et le niveau de jeu. Gagner le Main Event, c’est le rêve de tous les joueurs de tournoi. Pour moi, c’est le but ultime de ma carrière de joueur pro. Cela fait maintenant quinze ans que je joue le Main Event... Je n’ai jamais raté une édition. Et je compte le jouer encore très, très longtemps !

2006 : la première fois

J’étais jeune, et même si cela faisait déjà trois ans que je pratiquais le poker, les tournois MTT étaient encore quelque chose de très neuf pour moi. Je n’avais que quelques mois d’expérience sur ce terrain de jeu. À cette époque, il n’y avait pas beaucoup d’outils disponibles pour travailler son jeu. Je m’en sortais avec les notions de base, et mes instincts : j’avais déjà compris deux ou trois choses qui me permettaient de faire de bonnes sessions en ligne. Par exemple, j’avais intégré que le jeu agressif était une stratégie gagnante, car la plupart des joueurs foldaient beaucoup trop.

Amazon RoomL’excitation de jouer le Main Event pour la première fois était indescriptible, tout comme celle de découvrir l’Amazon Room pleine à craquer. Une cocotte-minute remplie de joueurs chauds bouillants ! Avec plus de 8 000 inscrits, c’est d’ailleurs un record qui a été battu cette année-là : quinze ans plus tard, il tient toujours. Pourtant, malgré l’effervescence, j’étais très à l’aise. Un jeune en pleine confiance, conscient qu’il avait un « edge » sur la plupart des autres partants...

Et de fait, mon début de... Lire la suite