[Blog] Ma victoire irlandaise

Par dans GénéralTournois Live il y a plus de 2 ans.

Blog Gaëlle
Avertissement : si vous n’étiez pas à Dublin cette année, vous allez, une fois terminée votre lecture, me prendre au mieux pour une folle, au pire pour une névrosée de la boisson. C’est qu’au-dessus de la salle de poker du Winamax Poker Open, au premier étage du centre de conférences du City West Hotel, l’ambiance est difficile à retranscrire. Vous avez sûrement vu un paquet de vidéos, ou lu les articles et posts sur les réseaux sociaux. Mais croyez-moi : pour assimiler ce qu’il s’est réellement passé là-haut, il fallait être sur place.

« Il », c’est le Winamax Beer Pong Open. Un tournoi pas loin d'être aussi prisé que le Main Event. Vous voyez, vous commencez déjà à me regarder de travers. Pourtant, une fois l'aspect financier écarté, je peux vous assurer que le trophée ramené à l'aide des petites balles de plastique est regardé avec des yeux aussi envieux que celui ramené à l'aide de petites tranches de céramique. En mai dernier, au SISMIX, je me suis retrouvée un long moment aux côtés de Guignol. Il venait de perdre en finale du WBPO de Marrakech. Je peux vous assurer : je ne l’avais jamais vu dans un tel état. Si le voir enchainer quelques liqueurs (ayant malencontreusement oublié de venir avec leurs petits copains les softs) ne m'a pas trop étonnée, c'est son regard noir et vide qui est venu m'interloquer.

- Ça va ?
- C'était mon rêve, putain.


Je vous avoue qu'à ce moment-là, je me suis tout de même dit qu'il en faisait un peu trop. J'avais moi-même terminé en 16e de finale du tournoi, après quelques lancers épiques en compagnie d'Adrien Delmas, mais m'en étais assez vite remise une fois la partie terminée. C'est durant l'été qui a suivi que la fièvre est montée. Avec la table siglée Winamax à la maison et... Lire la suite

[Blog] Les mains les plus folles de ma carrière (Partie 1)

Par dans Tournois Live il y a plus de 2 ans.

Romain Lewis Blog Facebook

Salut tout le monde! Je célèbre cette semaine ma première année complète sous les couleurs de Winamax et pour fêter ça, j'avais envie de vous raconter mes coups les plus rocambolesques. Entre le poker amateur, de club et professionnel, j’en ai vécu des coups marrants, des bad beats, des good beats aussi, des coups venus d’une autre planète ou d’autres qui ne devraient juste jamais exister. C’est aussi pour ça qu’on aime ce jeu : une fois qu’on a reçu nos deux petites cartes faces cachées, nul ne sait exactement ce qu’il va arriver !

Au moment d’écrire ce blog, je suis en train de préparer mon planning complet pour les WSOP. Au même moment, l’an dernier, j’écrivais justement mon premier blog sur la préparation mentale et physique pour Vegas. Cette année, la seule différence c’est que je vais rester un peu plus de temps. J’ai envie de jouer plus de tournois, de tester un peu plus mes limites mais aussi de vivre plus de moments intenses, aux tables et en dehors.

Et de moments intenses, il va justement être question dans les lignes qui suivent. Ne me jugez pas, sortez le pop-corn, mettez-vous à l’aise au fond de votre canap’, car ce qui suit n’est pas toujours très ordinaire. Dans cette première partie, je parle de la période où je n’étais pas encore professionnel. Il va y avoir du spectacle, let’s go !

Premiers frissons à Gujan

Romain Lewis

Remontons le temps. Nous sommes le samedi 23 septembre 2014 à Gujan-Mestras. Le soleil est tombé depuis l’éclatement de la bulle du Main Event du DSO, et je suis dans l’argent depuis quelques heures pour mon premier gros tournoi live. J’ai 19 ans depuis quelques mois et l’idée de jouer un tournoi de poker à 550 € me dépassait largement quatre mois... Lire la suite

[Blog] Mon WPO en quatre mains

Par dans Tournois LiveAnalyse de mains il y a plus de 4 ans.

Le 24 septembre dernier, le Winamax Poker Open de Dublin septième du nom touchait à sa fin. Encore une fois, cette grande fête du poker fut une franche réussite. J’y participais pour la quatrième fois et je ne m’en lasse toujours pas ! Que ce soit grâce aux multiples animations sur place avec un Beer Pong Open toujours aussi survolté – mention spéciale à la paire Michel Abécassis/Antonin Teisseire qu’on aurait aimé aller voir jusqu’au bout – ou aux nombreux tournois – quel plaisir de jouer en 6-Max en live ! – le WPO est définitivement le tournoi le plus fun d’Europe, avec une ambiance unique en son genre.

Maintenant, parlons poker. Durant ces quelques jours de festival, j’ai joué le Highroller et le Main Event. Pas de résultat notable sur ces tournois à me mettre sous la dent, mais quelques mains intéressantes.

Main #1

Highroller - 1 200€

Je limp en bataille de blindes avec J6 contre un bon joueur régulier sur des blindes 400/800, ante 100. Nous avons tous les deux un tapis équivalent de 40 000, et la BB check son option.

Flop : 873
Pot : 2 200

C’est un flop que je vais check avec une bonne partie de ma range, ce que je décide d'ailleurs de faire. Je m’attends à ce que mon adversaire « stab » (miser pour tenter de remporter le pot rapidement) souvent ici. Il envoie 1 000 assez vite, et deux options s’offrent alors à moi : je peux check/call ou check/raise. Je choisis la deuxième option, car j’ai tous les brelans et combinaisons de double paires dans ma range. Mon adversaire en a moins que moi, et je peux toucher pas mal de cartes qui amélioreront mon équité au turn, pour continuer à semi-bluffer si je suis payé.

Je check/raise à 3 000 et mon adversaire paie. Sa range est composée... Lire la suite

On fait le bilan, calmement...

Par dans GénéralTournois Live il y a plus de 8 ans.

Dans quelques heures, je vais disputer le NBC National Head's up Championship à Las Vegas. Qui l'eût cru ? Un an à peine après mon entrée au sein du Team Winamax, je vais me retrouver confrontée aux meilleurs joueurs du monde à l'occasion de ce prestigieux tournoi  de tête-à-tête à 25,000$. Je vous avais laissé peu après ma dixième place au Main Event des WSOP.  On pourrait penser que tout a changé pour moi depuis... Pourtant, il n'en est rien ! Bien sûr, grâce à cette perf', je vais pouvoir parcourir tout le circuit live cette année, comme je le souhaitais lorsque j'ai pris la décision, en 2011, de faire une transition online/live, un peu lassée à l'époque par la monotonie du grind online. Comment aurais-je pu rêver mieux ?



Je ne me suis pas privée ces six derniers mois. On peut dire que j'ai eu l'occasion de voir du pays : Chypre, Barcelone, Cannes, Dublin, San Remo, Malte, Mazagan, Prague, Iguaçu... Un programme bien chargé. Pas de résultat notable, si ce n'est une onzième place sur un side event à 2k€ (450 joueurs) à San Remo, une bulle en Argentine et une (presque !) bulle à Mazagan. Si 2012 fut l'année des bulles, j'ai hâte de voir ce que me réserve 2013 !

Mais revenons sur les tournois qui ont marqué cette fin d'année 2012. Tout d'abord, il y a eu le Winamax Poker Open de Dublin. Jamais un tournoi de poker n'aura été aussi fun. A peine arrivés à Dublin, nous nous retrouvons entre membres du Team attablés autour d'une Guinness et nous en profitons pour aller à la rencontre des joueurs. Un bon restau et une credit card roulette plus tard (merci coach), nous voilà de retour à l'hôtel. Nous découvrons la salle de jeux, qui sera le théâtre pendant tout le weekend... Lire la suite

Garder du plaisir (2/2)

Par dans Tournois Live il y a plus de 8 ans.

Suite de l'article «Garder du plaisir (1/2) »

Jour 2 du Winamax Poker Open de Dublin. Fort d'un gros tapis et en pleine confiance,  je commence à regarder de plus près la structure : 304 joueurs restants (sur 818 au départ), 84 payés. Le plan A est de profiter de mon gros stack pour écraser la bulle. Faute de quoi le plan B est de ne pas faire de conneries. Le plan C se trouve au bar. Problème potentiel : je me retrouve toute la journée à une table piège avec de sacrés personnages, également munis de gros tapis. Présentation.

- En face, Toufik joue son premier tournoi live, mais il n'est pas venu faire de la figuration. Il me sur-relance à la première occasion, et sa poker face est impeccable derrière un costume assez déroutant dans un style « Ali G aime le rouge ».

- A ma gauche, un ingénieur qui me montre des photos de ses enfants tout en m'expliquant qu'il est intimidé de jouer à ma table, ou encore qu'il ne veut pas sauter avant la bulle. Le croyant de bonne fois, je m'attends à lui rouler dessus... Mais le bonhomme est-il crédible ? Floating, 3bet sur mes ouvertures, relance premier de parole, tout y passe... J'ai l'impression d'être le pigeon de service !

- A ma droite, un joueur qu'on ne présente plus : Le King de St-Tropez. Pardon, je prononce mal : Le KIIING de Saint-Trrrrrrrrrrrropez ! Plagiste de profession, blagueur infatigable et imprévisible, il n'a pas son pareil pour animer une table. On l'appelle ainsi car il aime bien défendre n'importe quel Roi (oui, oui, K5, K2... TOUS !). Attention il se fait passer pour un rigolo (notamment car c'en est un !) mais il n'est pas là (que) pour plaisanter.

Je l'ai vu faire un fold incroyable sur un flop hauteur Dix avec deux As en main (il... Lire la suite

Garder du plaisir (1/2)

Par dans Tournois Live il y a plus de 8 ans.

Le Winamax Poker Open m'a permis de passer une semaine formidable. La notion de plaisir est tellement importante dans ce jeu... Quel que soit son niveau technique, son degré de motivation ou son "edge" : on ne contrôle finalement pas grand-chose sur le court terme !

Le plaisir. Un mot clé qui a toujours eu une importance primordiale dans mes choix de vie. Je vois tellement de joueurs de poker, professionnels ou non, qui se concentrent uniquement sur leurs objectifs sans penser à apprécier l'instant présent. Le plaisir. En fin de compte, n'est-ce pas l'un des premiers buts dans la vie ?

Ah, on me souffle dans l'oreillette qu'il faut aussi donner un sens à sa vie. J'y reviendrai. Parlons d'abord de plaisir, et revenons à Dublin et ce Winamax Poker Open !

Le premier prix de 65,000 euros me faisait suffisamment saliver pour donner le meilleur de moi-même sans néanmoins me mettre la pression inutilement. J'ai donc joué un poker relâché, parfois carrément "LAG-Tard" comme on dit (contraction des termes  "agressif" et d'"attardé" -retard- pour ceux qui ne connaissent pas cet anglicisme merveilleux).

Il faut dire que le tableau était beau : un format short-handed (six joueurs par table), des gros antes favorisant la prise de risque, et un statut de Team Pro/homme à abattre pour créer de belles dynamiques grâce au bountys mis en place par Winamax (150€ pour le joueur qui m'élimine !). J'abordais ce tournoi avec le même sérieux que n'importe quel autre beau tournoi du circuit pro.

Hélas, je commence par un faux départ canon ! Le style à haute variance que j'ai choisi me fait chuter à 2,750. C'est moins de 15% du tapis qu'on m'a confié lors de l'inscription... Pas de quoi pavaner. Pris d'un coup de... Lire la suite

Homo Ludicus

Par dans GénéralTournois LiveLife Style il y a plus de 8 ans.


D'aussi longtemps que je puisse me souvenir, le jeu a fait partie intégrante de ma vie. Cela a commencé par une fascination enfantine pour la couverture d'un livre étrange trouvé chez un ami plus âgé que moi.

Je me souviens avoir lu et relu des chapitres au hasard, la pensée enflammée par la possibilité d'un monde conçu par l'imagination, dans lequel les règles seraient plus claires et moins effrayantes que celles, obscures, de la vie réelle.

Au fur et à mesure des années, cette passion naissante a englouti ma vie, défini mes amitiés, et formé mon instinct de compétiteur. Adolescent, je me suis plongé cœur et âme dans l'apprentissage, la pratique et la maîtrise de tout objet ludique à portée de main. J'étais, au sens le plus pur du terme, un gamer, noyant ma puberté dans l'attente impatiente de la prochaine partie. Le point culminant de cet appétit insatiable fut une longue et intense carrière de joueur de Magic : The Gathering, le geek game par excellence.

Les années Magic

Des tournois dans le monde entier, face aux meilleurs, dont les récompenses sont basées sur le mérite, l'effort individuel et l'échange collectif. Voilà qui m'évoque quelque chose...

Mais « simplement » jouer ne m'a pas suffi. Alors adulte, j'en ai fait une carrière, quittant peu à peu mes mondes imaginaires pour prendre la posture plus valorisante de créateur. Six années comme Game Designer me permirent d'approfondir ma connaissance des mécanismes cachés qui régissent l'acte ludique. Rapidement, mon indéfectible passion me mena à leur enseignement dans les écoles bourgeonnantes du jeu... Lire la suite

Winamax Poker Open : Rendez-vous Jeudi !

Par dans GénéralTournois Live il y a plus de 10 ans.


Le grand jour approche ! Celui de la première compétition internationale organisée aux couleurs de Winamax... A partir du 16 Septembre, nous vous donnons rendez-vous à Dublin pour disputer le plus beau tournoi Short-Handed de l’année : le Winamax Poker Open ! Outre nos professionnels Aurélien Guiglini, Tristan Clémençon, Manuel Bevand, Davidi Kitai et Anthony Roux, ce sont plus de 600 joueurs qui sont attendus du côté du Ballsbridge Inn, charmant complexe hôtelier situé dans le sud-est de la capitale irlandaise.

Parmi eux, quelques bonhommes verts du cru, forcément… Mais aussi et surtout, bien sur, une multitude de joueurs qualifiés via Winamax au cours de ces derniers mois ! On retrouvera avec plaisir des joueurs Matthieu "sixcoups" Lamagnère (Local Hero de son état), Raphael « Raphaelbis » Kroll, finaliste du Partouche Poker Tour, Arnaud « ZsK9 » Szybura, joueur nordiste rencontré au récent EPT de Monte Carlo, et vainqueur d’un Sunday Surprise il y a quelques semaines. Et puis, ce sera l'occasion rêvée de rencontrer une multitude de joueurs que l'on ne connaissait jusque là que sous la forme d'un pseudo : pros, semi-pros, amateurs, grinders de tout poils seront présents en masse, venus de tout l'héxagone, de Suisse et même, pour certains, de Guyane, si, si !

Après avoir partagé une Guinness, tout ce petit monde se retrouvera autour des tapis verts. Au programme : un tournoi à 550 euros en "short-handed"... Traduction : seulement six joueurs par table, pas un de plus ! Un format popularisé sur Internet, qui a depuis quelques années fait son apparition en "dur", pour le plus grand plaisir des joueurs amateurs d'action survitaminée.

L’équipe de reportage... Lire la suite

Victoria Concordia Crescit*

Par dans GénéralTournois Live il y a plus de 10 ans.

La rentrée du Team Winamax


Voilà plus d’un mois que les championnats du monde sont terminés. Une période permettant généralement d'oublier le poker et de se ressourcer après une année riche en évènements... Mais, à vrai dire, le Team Winamax n’a pas réellement chômé ! Tour d’horizon.


La trêve pour Ludo Lacay et Anto Lellouche n’a duré qu’une petite semaine, le temps d’aller profiter de la vie nocturne du Mexique. Car ils ont ensuite rapidement retrouvé les tapis verts. C’était à l’occasion du Partouche Poker Million à Madrid où figurait également un certain Tristan Clémençon. Résultat : seulement 89 joueurs et une table finale manquée d’un rien pour Anto.

Aurélien Guiglini et Michel Abecassis ont ardemment travaillé dans les locaux de Winamax à l'occasion de l'ouverture du marché. Et ce ne fut pas chose facile ! Regardez plutôt comment Mik a du résister à une charge de l’inventeur du Sunday Surprise ! Manuel Bevand et Benjamin Gallen se sont quant à eux envolés pour l’Estonie. L'est, le soleil, les filles... Mais pas que ! C’est dans la charmante ville de Tallin que le coup d’envoi de la saison 7 de l’European Poker Tour a été donné. Et si Benjo s’y est rendu, ce n’est pas pour couvrir le tournoi mais pour… jouer ! Résultat : ManuB l’a éliminé. Ca ne s’invente pas. Au moins, notre pro Winamax a profité de ses jetons pour terminer dans les places payées (46ème - 6,700€).



Manu s’est ensuite essayé aux échecs. Mais il a pris la raclée par une petite fille de dix ans. Ha ha. Et oui, n’est pas Almira Skripchenko qui veut. Notre ChessBaby a obtenu son quatrième titre de championne de France à Belfort il y a quelques jours.... Lire la suite