« Dans la tête d’un pro » Spécial Cannes, épisode 1/7

Par dans GénéralTournois LiveLife Style il y a plus de 9 ans.

Vivez les émotions d’un grand tournoi live comme si vous y étiez, suivez le raisonnement des pros au cœur de l’action et partagez la vie quotidienne du Team Winamax au travers des nouvelles vidéos exclusives de la série « Dans la tête d’un pro » : 7 épisodes tournés lors de la finale du PPT au casino Palm Beach de Cannes !

Dans l’épisode 1, mettez-vous dans la peau de Vikash Dhorasoo qui, à la croisée des chemins, se pose des questions sur son avenir en tant que joueur de poker. De sa préparation (« C’est pareil qu’avant un match, sauf qu’au lieu de crampons, je mets des Ray Ban ») à l’arrivée à table du « Docteur Maboul » Jean-Noel Thorel, suivez le destin de Vikash dans ce tournoi.

L’épisode 2 sera mis en ligne le mardi 27 décembre : on y suivra le parcours d’un Ludovic Lacay plus en forme que jamais. Jamais un joueur n’avait été suivi d’aussi près et aussi longuement lors d’un tournoi de poker… A consommer sans modération !


« Dans la tête d’un pro » Spécial Cannes par winamax


Entretien avec Vikash Dhorasoo



Dans l’épisode 1 de « Dans la tête d’un pro » Spécial Cannes, tu te poses de nombreuses questions concernant ton avenir en tant que joueur de poker… Peux-tu nous en dire plus ?

« J’ai décidé de quitter le Team Pro Winamax car être professionnel de poker demande beaucoup de travail et d’investissement. J’ai l’expérience du haut niveau dans le football et mes activités aujourd’hui ne me permettent plus de faire les sacrifices nécessaires pour être le meilleur.

Je préfère redevenir un joueur amateur de poker de même que je suis redevenu un joueur de foot du dimanche, pour retrouver un autre... Lire la suite

Un week-end à Deauville

Par dans GénéralTournois Live il y a plus de 11 ans.

C’est toujours un plaisir de se rendre à un tournoi de poker. Pourtant, je ne me suis pas rendu à Vegas car je n’en avais pas vraiment l'envie. Mais ne nous méprenons pas : j’aime jouer.

Alors que le championnat de L1 reprenait, j’ai pris la direction de Deauville pour redémarrer ma saison de joueur de poker. Je ne me considère bien sûr toujours pas comme un joueur pro mais c’est avec l’état d’esprit des plus grands compétiteurs que je m’installe à une table.

Le prix d'entrée est de 1,500 euros et nous recevons 20,000 jetons au départ. Les blindes sont de 25-50 et les niveaux de 40 minutes. 150 joueurs environ sont au départ, dont une grande partie de joueurs confirmés.

Je ne connais personne à ma table et très vite, je fais grimper mon tapis en remportant une succession de petits coups. Je relance et sur-relance beaucoup. Je décide notamment de 3-bet un joueur plus âgé que nous (un vieux quoi !) : il jette ces cartes... Il se lève alors : « Vous ne me respectez pas M. Dhorasoo ! Je vous connais mais vous ne me connaissez pas... Je vous préviens : je ne suis pas un fish ! » Je retourne deux as pour lui montrer que je le respecte. Enfin?sur cette main...

Je continue de « grinder » et grimpe sans effort à 40k. Je joue alors un gros pot contre un joueur de l’ACF que je détermine comme gros « donkey-bluffer ». J’ai [Ks][9s] en SB et je complète la BB. Nous sommes 3 et le donkey est à ma gauche. Le flop est [Kd][6s][8s] et je check-raise le bluffeur. Il me paie. Le turn est une brique : je mise 9,500 et mon adversaire annonce all-in. Je le couvre et snap call. Il découvre K5... Une dame de pique vient confirmer ma domination à la rivière. J’ai à ce moment 80k et c’est... Lire la suite

Huis clos parisien

Par dans Tournois Live il y a plus de 12 ans.

Des heures et des heures d'ennui ponctuées de rares instants de folie : la vieille maxime souvent évoquée pour définir le Texas Hold'em en No Limit s'est prouvée parfaitement adaptée pour décrire la finale de l'édition 2009 du Grand Prix de Paris.

Il aura fallu attendre trois heures et près de soixante-dix mains pour assister à la première élimination. Trois heures durant lesquelles l'ensemble hétéroclite des six finalistes (deux membres du Team Winamax, deux légendes des cash-games parisiens, un italien sur le retour, et un amateur qualifié pour 50 euros) ont disputé une partie mesurée et prudente. Dans le huis clos étouffant du plateau télévisé fermé au public, pas de place à la rigolade. Ambiance tendue et concentrée. Peu de dialogue : seuls les jetons faisaient la conversation. Une relance pré-flop mettait fin à la plupart des pots – les flops furent rares, les showdowns rarissimes.

Le premier joueur à quitter la table finale fut celui qui s'était montré le plus actif. Mais ce n'est pas un excès d'agressivité qui a forcé Nicolas Levi à se contenter de la sixième place. Juste une banale et inévitable confrontation préflop entre sa paire de Dames et la paire d'As de Fabrizio Ricci, quelques minutes après avoir fait doubler David Pêcheur avec A-Q contre A-6 à la faveur d'un 6 au flop. Aucun regret à avoir pour le joueur du Team Winamax, qui a développé durant trois heures un poker maitrisé, relancant aussi souvent que possible, ramassant de nombreux petits pots, optimisant ses mains en évitant les obstacles avec brio.

S'il a fallu près de soixante-dix mains pour voir le premier joueur sortir, il n'en faudrait que soixante de plus pour voir le tournoi arriver à sa conclusion. Les... Lire la suite

La chèvre de Mr Seguin

Par dans Général il y a plus de 12 ans.

On s'est levé tôt. Dans la voiture avec Vikash, en route vers le Havre pour le FPT, on écoute un CD. Ni pop ni rap mais un conte pour enfants, "La Chèvre de Mr Seguin". S'agirait-il d'une nouvelle lubie de MIK.22 en guise de préparation mentale avant le tournoi qui nous attend aujourd'hui ? Non, car l'envie de nous battre jusqu'au bout, Vikash et moi, on l'a déjà. Alors pourquoi ? Ben... simplement pour faire plaisir aux deux petits bouts de chou adorables que sont Rose et Sarah, les filles de Vikash !

Du coup le voyage passe très vite. Nous arrivons au Havre, la ville natale de Vikash, à temps pour le déjeuner en famille. A priori rapide, pour ne pas arriver en retard au France Poker Tour. Mais ce serait sans compter avec Mme Dhorasso. Un vrai cordon bleu, la maman de Vikash ! Elle nous a concocté un délicieux repas mauricien : samooosas, brochettes de poulet, curry, purée de giraumons... Et pour terminer, champagne et gâteau au chocolat. Oui car j'avais oublié de vous dire que c'est l'anniversaire de Vikash. 35 ans...

Vikash Dhorasso et ses filles

Allez, en route pour le tournoi ! Vaishna, la soeur de Vikash, nous montre le chemin et nous arrivons juste à temps au Art Sport Café,  pour le "Shuffle up and deal". Les 225 joueurs présents nous réservent un accueil digne d'un concert des Beatles. Il faut dire que Vikash est l'idole ici, c'est au Havre qu'il a commencé sa grande carrière de footballeur.

Autographes, photos, discussions de foot, et même quelques swings de golf au practice tout proche pendant les pauses: inutile de dire que personne n'a eu le temps de s'ennuyer cet après-midi. Car en plus, au milieu de tout ça, on a également joué au poker. Sérieusement, même. Tout le monde était très concentré sur l'enjeu - les... Lire la suite