[Blog] Mes plus belles galères

Par dans Tournois LiveLife Style il y a 25 jours.

Header Blog Leo

Un an et demi sans jouer en live : cela m’a rendu mélancolique à plus d’un titre. Mon style de vie pré-Covid me manque. Je dis cela tout en sachant que j'ai la chance d’avoir pu continuer à travailler et à profiter de la vie dans le confort de ma maison, mais ça ne vaut pas les frissons du circuit live…

Alors, dans un de mes accès de nostalgie, j'ai pensé aux expériences qui m’ont le plus marqué lors de mes voyages tout au long de ma carrière de « dinosaure » du poker. Je me suis dit, un peu à l’instar de ma coéquipière Gaëlle Baumann : "Et pourquoi pas faire un classement des pires et des meilleurs moments de ma vie de joueuse ?"

Franchement, même les plus mauvais moments ne me semblent plus si terribles aujourd'hui. En fait, tout dépend de la façon dont chaque individu interprète ce qui lui arrive à une période précise de sa vie. Je vais donc vous parler de quatre de mes pires souvenirs. ¡Vamos !

Mon premier voyage à Vegas

Simpsons
Beaucoup de gens pensent que mon premier pélerinage à Vegas a eu lieu en juillet 2009, lorsque j’ai perfé dans le Main Event. Mais en fait, il s'agissait de mon deuxième voyage là-bas, car deux semaines auparavant, je m'étais rendue pour la première fois à Sin City dans le but de réaliser un reportage pour la chaîne de télévision Cuatro. Je devais faire un tour dans les bas-fonds de la ville.

En traversant les banlieues, j'ai été vraiment choquée par la grande pauvreté qui y règnait : les enfants sniffant de la colle dans les arrière-cours des maisons, les nombreux sans-abris et toxicomanes dans la rue, les histoires de gens ayant tout perdu, le fait de découvrir que Vegas est la ville qui compte le plus de suicides aux États-Unis… La vérité est que, bien que j'adore mener l’enquête,... Lire la suite

[Blog] Cap sur les Series

Par dans Tournois Online il y a 1 mois.

Gaëlle Baumann Winamax Series
Pandémie oblige, cela fait plus d'un an que je n'ai pas pu fréquenter la moindre table live. Je pense que c'est la même chose pour vous… à moins que vous ne viviez à l'étranger et que vous ayez pu tenter l’expérience (un poil déconcertante) du poker masqué et emmuré dans le plexiglas. Quoique : j'ai vu qu'en Australie on s'était remis à jouer de manière tout à fait classique, démasqués, à dix par table et sans les mains asséchées après s’être frotté pour la quinzième fois avec du gel hydroalcoolique. Tout ça grâce à une circulation du virus totalement éradiquée. Mais je m'égare déjà alors que je n'en suis qu'au premier paragraphe de ce blog !

Même si le poker est mon métier, je ne me plains pas de mon sort, loin de là. Il y a des professions pour qui les choses sont immensément plus compliquées... Et nous, joueurs de poker, on a surtout la chance d'avoir des tables en ligne qui ne se sont jamais arrêtées de tourner ! Ce qui fait qu'une échéance se retrouve scrutée encore plus qu’en temps normal : les Winamax Series. Qui plus est quand on voit que l'édition d'avril garantit 21 millions d'euros minimum de dotation : un record absolu depuis la première édition du festival en 2011 ! Bon, en même temps, j'ai l'impression qu'on écrit ça tous les quatre mois...

Lorsque le circuit live tourne à fond, les Series sont déjà un moment important de l'année : en ce moment, elles prennent une toute autre dimension. Cela devient clairement une étape aussi importante que peuvent l'être les World Series of Poker en temps ordinaire. J'entends par là que c'est l'échéance la plus importante du calendrier. Il faut donc se préparer en fonction. Je parle en tant que joueur pro, bien sûr. À niveau amateur, pas besoin de bouleverser ses... Lire la suite

[Blog] S'adapter, une nécessité

Par dans Général il y a 1 mois.

Blog Davidi Kitai
Darwin écrivait que « les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s’adaptent le mieux aux changements ». Quelques siècles plus tôt, Socrate disait que ce qui fait l’homme, c’est sa faculté d’adaptation.

L’espèce humaine a affronté de nombreux chamboulements au cours de son histoire. Nous avons dû constamment nous adapter aux variations de notre environnement afin de survivre. La capacité à changer, à faire évoluer notre appareil psychique, c’est toute l’histoire de l’humanité !

C’est encore le cas aujourd’hui. La société continue d’évoluer : nous sommes forcés de nous adapter, encore et toujours, a des choses que nous ne pouvons pas ou peu contrôler. Prenez la crise du Covid – exemple au hasard ! – qui bouscule nos vies sans que l’on n’ait rien demandé. Mais je pourrais aussi bien évoquer, plus banalement, le fait de s’adapter à notre entourage, à un environnement en mouvement, ou tout simplement au temps qui passe.

La capacité à s’adapter : c’est peut-être une des qualités les plus importantes pour vivre sereinement en société, que ce soit sur le plan professionnel, social ou privé. En faire preuve, c’est se donner la chance d’aborder l’inconnu de manière positive et volontaire. Devant le changement, certains parviendront à mieux faire face que d’autres. Ils sauront adapter leur approche aux circonstances, ils chercheront à comprendre et évaluer un point de vue différent du leur, ils tenteront de trouver des solutions pour affronter les bouleversements. D’autres, à l’inverse, opteront pour la fuite, s’apitoieront sur leur sort, rejetteront la faute sur les autres, et finiront par subir les nouvelles conditions. Mais c’est humain, après tout : pour la... Lire la suite

[Blog] WSOP 2042 : mon coverage exclusif

Par dans Général il y a 1 mois.

Guillaume Diaz WSOP 2042
Comme chaque année depuis 1970, les World Series of Poker sont attendues par tout ce que la planète compte de gamblers affamés de cartes, tous en quête d’un certain prestige déguisé sous la forme d’un bracelet… et bien sûr des millions de dollars mis en jeu. Mais du côté francophone, cette édition 2042 des Championnats du Monde est encore plus attendue. Pourquoi ? Parce que le tenant du titre sur le Main Event n’est autre que Davidi Kitai. Cela fait déjà presque un demi-siècle qu’on le surnomme « Le Génie » mais le Belge réussit encore à nous claquer régulièrement des étés d'anthologie : l'année précédente, il est parvenu à ramener deux bracelets supplémentaires à la maison. Celui du « Big One », donc, mais aussi celui du Super Mega Seniors Event, où il a réussi à priver Doyle Brunson, 107 ans et toutes ses dents, d’un 28e bracelet. Dommage pour Texas Dolly : une victoire lui aurait permis d’égaler le record de Phil Hellmuth !

Mais il y a une autre raison qui explique pourquoi ce 73e été sous le cagnard brûlant du Nevada attire encore plus de tricolores que d’ordinaire, pourquoi TF1 a une nouvelle fois signé un chèque monumental pour s’assurer les droits exclusifs de diffusion, pourquoi toute une nation a les yeux braqués sur Las Vegas tout au long des mois de juin et juillet. C’est parce que le futur du poker bleu-blanc-rouge est en marche. Kylian Sanchis (c’est comme ça qu'il s’appelle) a en effet soufflé sa 21e bougie il y a quelques semaines à peine : il fera ses grands débuts sur ces WSOP 2042. Qu’on se le dise, Kylian n’a pas fait le voyage pour admirer les fontaines du Bellagio ou découvrir les joies du Rhino. Certes, la tentation est partout à Vegas, surtout à cet âge, mais le jeune espoir n’a d’yeux que... Lire la suite

[Blog] Mais sinon, t'as perdu combien ?

Par dans Général il y a 2 mois.

Joeo Vieira
Commençons cet article par un petit exercice. Choisissez l'un de vos joueurs de tournoi préférés, n'importe lequel. Maintenant, posez-vous la question : combien d'argent a-t-il/elle gagné durant toute sa carrière ? Une fois que vous êtes arrivé à une estimation (à l'aide de Hendon Mob, PocketFives, etc), sortez votre couteau et taillez dans le vif. Je veux dire : divisez le chiffre par quatre. Eh bien, sachez-le : même après cette division, vous êtes encore bien au-dessus de la véritable somme !

Le circuit des tournois est rythmé par des distributions de grands trophées et une pluie continue de sommes mirobolantes. Tout le monde se focalise sur les joueurs arrivant au sommet de l'échelle des gains : les autres sont plus ou moins laissés de côté. Les gros titres des gazettes diront « Naza a gagné tel ou tel tournoi pour 100 000 $ », mais vous ne lirez jamais « Naza n'a pas signé une seul perf cette semaine. » Et c'est très bien comme ça. C'est le jeu !

La réalité du poker de tournoi est bien moins glorieuse qu’elle n’en a l’air. L'activité de joueur de MTT pourrait être résumée ainsi : on enquille les échecs les uns après les autres, puis un beau jour on parvient à triompher.

Du coup, il se passe quoi, pendant les périodes entre ces quelques triomphes ? Eh bien, on tente notre chance. On essaie. On essaie encore. On se prend des tas et des tas de "non" avant d'entendre, une fois de temps, "Mais oui papa !"

Parlons chiffres.

La plupart des tournois paient entre 12 et 15% du field. La majorité des pros atteindra les places payées entre 15 et 20% du temps. Un pro va donc rentrer bredouille 4 ou 5 fois entre chaque ITM (et ça inclut les min-cashs !).

J'estime que la majorité des pros de tournois sont... Lire la suite

[Blog] J'irai jouer chez vous

Par dans Général il y a 2 mois.

Pierre Calamusa J'irai jouer chez vous
Cela faisait longtemps que je n’avais pas eu autant de projets en cours. Je dois dire que ça me plaît plutôt bien ! Déjà, il y a le grind en ligne, évidemment. Jamais de ma vie je n’ai autant joué. Pour vous donner un ordre d’idée : 15% de mon volume total sur Winamax depuis que j'ai rejoint le Team en août 2015 a été réalisé… au cours des trois derniers mois ! Si vous voulez tout savoir, mon égo a été durement touché après des Winamax Series ratées en janvier : en ce moment, je charbonne comme un possédé pour remonter les 15 000 euros perdus en début d’année.

En parallèle, le KING5 est de retour. Cette édition est très spéciale pour moi, car elle m’a permis de monter un projet avec ma copine. Je suis très heureux de pouvoir bosser avec elle, et c’est elle qui a eu cette idée, simple et belle : former une équipe avec des personnes réputées dans leurs domaines et aller à leur rencontre pour vivre ensemble, le temps d’un mardi, la grand-messe du KING5. Grâce à ma présence sur les réseaux sociaux, il n’a pas été difficile de trouver des candidats potentiellement intéressants parmi mes followers et sur les conseils avisés de Delphine, j’ai pu ainsi constituer une vraie dream team !

Notre choix s’était initialement porté sur les frères Claude. Malheureusement, avec les Championnats du monde de biathlon et la quarantaine imposée à toute l’équipe de France, il était impossible de se rencontrer (Note : je viens d'ailleurs d'apprendre qu'Émilien Claude a remporté mardi la médaille junior sur l'épreuve de sprint : félicitations !). C’est donc autour d’Émilien Malbranche, Romain et Vincent alias Les Inachevés et enfin de Moundir que l’équipe s’est construite.

Rachel et Emilien
Avec sa copine Rachel, Émilien est désormais une célébrité sur... Lire la suite

[Blog] ¡Que viva México!

Par dans GénéralLife Style il y a 3 mois.

Blog Léo Lombardozzi

Je vous arrête tout de suite : ce blog n’a pas pour vocation de vous narrer une quelconque aventure spirituelle dans laquelle je partirais en quête de mon moi intérieur. Non, je rentre tout simplement chez moi : AU MEXIQUE. Je vous entends déjà d’ici : "Qu’est-ce que tu nous racontes mon bon Léo, si tu es en manque de nachos va donc chez Taco Bell au lieu de t’expatrier à l’autre bout du monde !" Que nenni, mon choix est définitif, je vais rejoindre le Quintana Roo dès le mois d’avril, et ce choix va assurément marquer un tournant dans ma carrière.

Porqué México?

Playa del CarmenIl est important pour moi de m'expliquer sur les raisons d’une telle expatriation, car à part ma ressemblance frappante avec Oscar de la Hoya, peu de choses me rapprochent sur le papier de ce pays. Je pars donc dans la ville la plus prisée des grinders américains, Playa Del Carmen (photo), charmante station balnéaire située à 50 kilomètres de Cancún.

Imaginez une ville où la température ondule entre 28 et 33 degrés toute l’année, en pleine Amérique centrale, à proximité de La Havane, Miami, Nassau ou encore San José. Une destination aussi dépaysante qu'aquatique bordée par la mer des Caraïbes (pas moins de 26 degrés toute l’année), dotée de lagons bleus à perte de vue et où les piscines fleurissent sur absolument tous les toits des immeubles ! Mais cette région est avant tout une terre d'histoire à arpenter et découvrir avec de fabuleux sites mayas, comme le Chichén Itzá (photo), une des sept nouvelles merveilles du monde…

Chichen ItzaBref, je pourrais continuer longtemps à vous en vanter les mérites, mais il n’y a pas marqué Guide du Routard ici et on est quand même là pour parler de poker, me trompe-je ? Car oui, partir au Mexique ne se résume pas seulement à vivre... Lire la suite

[Blog] Une bankroll, presto !

Par dans Tournois Online il y a 4 mois.

Borja Blog FBK
[Note de la rédaction] Début décembre, notre Top Shark espagnol Borja Gross s'est lancé un défi à sa mesure : le Nitrometro. En partant d'un capital de 100 € (plus un extra de 100 € en cas de banqueroute), Timotyy devait ainsi monter la plus grosse bankroll possible en jouant des Expresso Nitro, tout comme LeVietF0u l'avait fait en MTT dans son challenge Make Your Bankroll Great Again cet été. Il disposait pour cela d'une session journalière durant une semaine, diffusées en direct sur notre chaine Twitch ibérique (si vous parlez espagnol, les vidéos des sessions sont disponibles ici).

Et clairement, ce n'était pas une mince affaire pour un joueur spécialiste des tables High-Stakes sur ce format, dont il est l'un des plus gros réguliers de Winamax et dont l'enveloppe de départ pour ce défi constituait un seul buy-in des plus petits Expresso qu'il joue la plupart du temps. Celui qui a décroché en mars dernier l'un des sept Expresso 1 Million déjà tombés en 2020 revient pour nous sur les tenants et les aboutissants de ce challenge, nous révélant les pièges à éviter dans ce format si spécifique et la ligne de conduite qu'il a suivie pour terminer dans le vert.

S'il y a bien une chose qui me motive plus que tout, ce sont les défis. J'aime trouver des challenges qui me mettent sous les feux de la rampe et me poussent à donner le meilleur de moi-même. Alors si c'est un défi concernant le poker, et en plus diffusé en streaming, c'est encore mieux ! Justement, au début du mois, nous en avons lancé un sur le site espagnol de Winamax : le Nitrometro. Le principe était simple : durant sept jours consécutifs, je devais jouer un maximum d'Expresso Nitro et monter la plus grosse bankroll possible en partant de 100 €, ce qui revient à... Lire la suite

[Blog] Mes prédictions pour 2021

Par dans Général il y a 5 mois.

Aladin Blog 3
À part si vous vivez dans une grotte ou que vous élevez des chèvres dans le Larzac sans Internet ni électricité depuis un an, vous n'êtes pas sans savoir que l'année 2020 a été marquée par un phénomène certes pas inédit dans l'histoire de l'humanité (on peut citer la peste noire au XIVe siècle ou encore la grippe espagnole au début du XXe), mais assez nouveau dans l'histoire récente. Disons du moins depuis que notre jeu de cartes préféré a acquis ses récentes lettre de noblesse, peu après le début du XXIe siècle : j'ai nommé ce satané coronavirus, rebaptisé entre temps Covid-19.

Pour ma part, bien que la situation fit en sorte que je ne pusse me rendre sur les terres du poker en briques et mortier, je fus dans un sens épargné directement car le virus était quasiment inexistant au Cambodge, où j'étais parti pour trois mois avant de rejoindre le traditionnel séminaire du Team Winamax... entre temps avorté. Je me suis donc retrouvé entre guillemets "bloqué" en terre khmer. En effet, le pays a pris des mesures drastiques dès le début en fermant les frontières et en testant systématiquement les arrivants, réduits au compte-gouttes. De plus, en tant que pays frappé par le paludisme, il détenait des stocks de chloroquine qui est un anti-paludéen notoire et bon marché et a donc pu soigner les cas isolés de contamination. Bilan : zéro mort, à peine 300 cas dans tout le pays, pas de masques et pas de confinement.

Mais le tableau était peut-être un peu trop naïf et la réalité nous a rattrapé au galop récemment.

Étonnée par la bonne copie rendue par le pays de l'Asie du sud-est dans la gestion de crise, une délégation officielle hongroise s'est déplacée il y a deux semaines pour observer un pays sans coronavirus.... Lire la suite

[Blog] Mon courrier des lecteurs

Par dans GénéralLife Style il y a 5 mois.

Davidi Kitai
Vous êtes nombreux à me contacter sur les réseaux sociaux. Je m’efforce de répondre à la majorité de vos questions, mais je manque parfois de temps (et parfois j’oublie !). Certaines de vos questions reviennent assez fréquemment. Plutôt que de faire un copié-collé, je me suis dit que je pourrais me servir du blog pour adresser une réponse groupée. Comme ça, la prochaine fois que l’une de ces questions reviendra, je n’aurai qu’à partager cet article. Qui sait, cela pourra peut-être aider aussi ceux qui n’avaient pas encore osé m’envoyer un message mais se posaient les mêmes questions !

Avant de commencer, un petit avertissement : tout ce qui suit ne constitue que mon opinion personnelle, basée sur mon expérience et mon ressenti. Ne prenez pas mes conseils pour des vérités absolues ! D’ailleurs, si un jour vous m’avez envoyé une question et que je l’ai laissée en « vu », c’est peut-être simplement que je ne pensais pas être la personne la plus qualifiée pour apporter une réponse…

Je débute dans le poker, comment faire pour progresser ?

Voilà l’exemple typique de question qui me fait galérer ! Que répondre ? Quand j’ai commencé à jouer au poker – c’était il y a une éternité  – il y avait très peu d’outils ou de documentation facilement accessibles et permettant de travailler son jeu. Je pense que vous êtes nombreux à le savoir : je suis un joueur « old school », un autodidacte du poker. J’ai appris à force de jouer, jouer et encore jouer, à force de commettre des erreurs, à force de m’efforcer de les détecter et de ne plus les reproduire. Mais en 2020, il serait impensable de ne pas utiliser les outils qui se sont multipliés au fil des années, tant ils peuvent faciliter notre progression. D’ailleurs, mon coéquipier... Lire la suite