[Blog] Ma liberté d'expressions

Par dans GénéralLife Style il y a 19 jours.

BlogDavidi

Ceux qui me connaissent savent que j’ai toujours kiffé les petites expressions. Je les ai rarement inventées, mais naturellement quand j’entends une expression qui me fait marrer, je la pique à son auteur, parfois sans même m’en rendre compte.

Dans ma jeunesse avec mes amis belges, nous avions tendance à communiquer énormément par le biais de petites phrases cultes ou autres punchlines. Alors quand je voyais d’autres personnes en dehors de mon cercle d’amis, on me prenait parfois pour un fou : les gens ne comprenaient pas trop ce que je racontais... Dans le milieu du poker, beaucoup ont en revanche adopté ces expressions, et aujourd’hui j'observe de nombreux fans les réutiliser, pour mon plus grand plaisir. 

Pour ce blog, j’ai donc décidé de faire une liste de mes expressions favorites. D'ailleurs, j'organise un sondage sur les réseaux sociaux de Winamax (Twitter, Facebook, Instagram) pour connaître les plus populaires ! Cela m’aidera à créer un « stream deck », que j’utiliserai lors de mes sessions de streaming. Je pense aussi à lancer une collection de hoodies avec vos expressions préférées...

Allez Salut ! 

À la base, on se disait « au revoir » comme ça avec mes potes. 

C’est tellement approprié de l’utiliser dans mon métier. Le but principal en poker de tournoi est de rester le dernier survivant en lice, donc cela passe par beaucoup d’éliminations. Et quoi de plus élégant qu’un « Allez salut ! » quand on bust un joueur ? Vous avez dû m’entendre le dire souvent, que ce soit lors des épisodes de Dans la Tête d’un Pro ou lors de mes sessions sur le Winamax Stream Gang.

Prononciation : il faut insister sur le « u » (Allez Saluuuuuuut !).

Utilisation au poker : une expression parfaite quand... Lire la suite

[Blog] En quête de sens

Par dans GénéralLife Style il y a 1 mois.

Leo Margets - En quête de sens
"Celui qui possède un ‘pourquoi’ qui le fait vivre peut supporter presque tous les ‘comment’." - Friedrich Nietzsche (1844-1900)

Je mentirais si je disais me réveiller tous les matins pleine de motivation. Mais certains jours, oui. Et ceux-là sont la raison pour laquelle je sors de mon lit, avec des objectifs clairs en tête. Il n’y a pas de grain de sable qui puisse me freiner, je déborde même d’envies folles de bosser, grinder, m’entraîner. Dès mon petit-déjeuner, je pense à la session à venir. Ces jours-là je ne sais pas pourquoi, mais je trouve aussi le temps de méditer et même de lire un peu.

Et puis il y a ces autres jours, plus nombreux, où c’est tout l’inverse qui se produit : je procrastine en faisant défiler les réseaux sociaux, je me disperse dès que j’essaie de travailler, me mettre à jouer paraît me demander un effort surhumain et l’idée même de faire du sport me donne envie de ne rien faire alors que pourtant j’adore ça !

Jusqu'il y a quelques années je pensais que l’antidote à ces journées de flemme que nous rencontrons tous était de me demander pourquoi je fais les choses que je fais. Pourquoi j’étudie presque tous les jours ? Pourquoi est-ce que je dédie un certain nombre d’heures à jouer ? Pourquoi est-ce que je m’efforce à méditer tous les matins ? Répondre à cette question implique de voyager dans le passé à la recherche ce qui m’a poussé à faire ça. En réalité, je suis en quête de justifications. Est-il possible que je me trompe de question ?

Une fois par an, j’essaie de relire Découvrir un sens à sa vie avec la logothérapie (Man’s Searching for Meaning en V.O.) du professeur de neurologie Viktor Frankl. Je ne vais pas le spoiler ici mais je vous le recommande fortement. Il a beau être court, il fait... Lire la suite

[Blog] Road to Champions League

Par dans Tournois OnlineLife Style il y a 1 mois.

CréaBlogAladin
Je vous écris en direct d’une petite mise au vert entre la jungle cambodgienne et les îles de Koh Rong, où j'entame mes préparatifs pour la rentrée et les Winamax Series qui approchent à grands pas. Il m’a donc semblé que c'était le bon moment pour vous livrer quelques petits "tips" sur la préparation et la façon de se mettre dans les meilleures conditions possibles pour performer pendant des périodes étendues.

Il s’agit bien évidemment de secrets de polichinelle : j'ai déjà rabâché tout cela maintes et maintes fois, et vous le savez si vous me suivez sur les réseaux sociaux. Mais le véritable enjeu, comme dans tous les domaines, consiste à véritablement passer à l’action.

Plus le temps passe et plus le niveau technique augmente, donc il faut évidemment se renouveler sans cesse pour rester compétitif sur ce plan-là, mais aussi sur tous les aspects qui entourent l’activité et permettent d’augmenter la performance. Même s’ils sont de plus en plus connus, ils sont encore appliqués de manière trop timorée, et c’est plutôt une bonne nouvelle pour vous qui lisez ce blog !

Le point clé est d’appliquer au poker toute la discipline et l’organisation qui entoure le sport de compétition et qui a été découverte et développée au fil du temps. Et ce même si, selon la définition apportée par le sociologue du sport Pierre Parlebas dans Eléments de sociologie du sport en 1987, le poker ne peut pas à proprement parler être considéré comme un sport à part entière, puisqu’il ne répond pas à l’un des 4 critères nécessaires pour entrer dans la définiton, à savoir la motricité, l’essence même de l’activité n’étant pas basée sur le mouvement physique. À titre indicatif et afin de citer les trois autres critères,... Lire la suite

[Blog] Paré pour le décollage ?

Par dans GénéralTournois LiveTournois Online il y a 1 mois.

Kanit-BlogFR
Salut à tous !

J’espère que vous prenez soin de vous en cette période pour le moins bizarre. Malheureusement, la vie a changé pour beaucoup de personnes, mais j’espère de tout mon cœur que vous vous portez tous pour le mieux.

J’ai une question très simple à laquelle je voudrai apporter ma réponse : si vous deviez commencer à jouer au poker aujourd’hui, comment débuteriez-vous ?

1) Se spécialiser

Tout d’abord, mon premier conseil serait de choisir entre tournois et cash game, et de trouver une variante à laquelle se dédier entièrement, afin de l’étudier et d’y jouer tous les jours. Selon moi, le poker change selon ses formats. Si je devais partir de zéro, je commencerai avec les Expresso et, une fois que j'aurais compris comment ils fonctionnent, j’utiliserai mon skillset pour essayer de gravir les échelons dans les MTT. En effet, le poker est un jeu très compétitif : pour réussir à le transformer en vrai travail, il est très important de se spécialiser.

Kanit2

Une fois arrivé au sommet de la pyramide d’une spécialité, cela devient beaucoup plus simple de s’adapter aux autres formats ou variantes par la suite. Me concernant, j'ai pris en 2012 la décision de me concentrer sur les tournois. À cette époque, je jouais en cash game autant qu’en MTT mais, étant donné que j’étais plus fort dans les tournois et que je prenais plus de plaisir à y jouer, j'ai décidé de me spécialiser dans le format. Cela fut une bonne décision. (Muss' a notamment accumulé plus de 11 millions de dollars de gains en tournoi live, ndlr)

2) Jouer et étudier, un équilibre à trouver

Mais finalement, quel est le bon équilibre entre le jeu aux tables et le temps consacré à l'étude du jeu ? Chacun est différent et doit trouver sa propre... Lire la suite

[Blog] Un Vegas qui me colle à la peau (Part 6)

Par dans Tournois LiveAnalyse de mains il y a 1 mois.

Romain Lewis Blog

Résumé de l'épisode précédent : alors que vient de sonner le dinner break du Day 5, il ne reste plus que 237 joueurs en course sur le Main Event des WSOP et le chipleader se nomme Romain Lewis ! Jusqu'où se poursuivra la belle histoire ? Réponse dans cette sixième et dernière partie fleuve.

Un retweet et je ferme tout. J’éteins la connexion avec le monde extérieur. Stéphane est là en avance pour me ramener à la villa. J’aperçois un petit sourire sur le coin de sa bouche. Ne vous attendez pas à une quelconque explosion de joie : ce sera la plus grosse expression d’excitation que nous vivrons ensemble durant ce dinner break. En grignotant un bout, le coach me raconte quelques anecdotes datant de sa carrière de tennisman. Il doit savoir que parler poker ne servirait pas à grand-chose. Je n’arrive pas à savoir s'il fait semblant d’être occupé sur son téléphone ou s’il l'est réellement mais on ne parlera pas beaucoup plus durant cette pause. C’est la grosse différence entre un coach et n’importe quel autre humain. Ici, à la place de Steph', en face d'un de mes amis ou connaissances, j’aurais eu beaucoup de mal à ne pas vouloir en savoir plus sur le déroulé du tournoi. Je prends une petite note mentale.

Ce genre de pause est ultra relaxant. Je fais quelques longueurs dans la piscine histoire de me rafraîchir et sortir quelques instants de cette chaleur infernale. Steph' me fait signe : il reste quinze minutes, c’est l’heure de repartir. Quelques mots d’ordre dans la voiture, peu ou prou les mêmes que d'habitude : patience, moment présent, rigueur et acceptation. Je réponds à ses encouragements avec un petit clin d’œil avant de refermer la porte. Le clin d’oeil de la confiance. J’ai une nouvelle pensée.... Lire la suite

[Blog] Passionné avant d'être pro

Par dans GénéralLife Style il y a 2 mois.

Joao Vieira
« Quel est le secret de la régularité ? »

Il y a quelques jours j’étais avec un ami de longue date. Un de mes premiers potes de poker, depuis les tout débuts. Il m’a posé cette question. Spontanément, j'ai répondu : « Il faut chaque jour essayer d’apprendre quelque chose de nouveau. Tous les jours. Les résultats suivront. »

En fait, c’était une réponse assez idiote. Cela fait bien dix ans que je ne suis plus un joueur amateur. J’ai quelque peu oublié ce que c’est. J’ai répondu à mon pote avec mon prisme de joueur pro ayant subi un lavage de cerveau sur le mode « la performance avant tout ». J’ai répété ce que Steph m’avait dit à propos de Nadal. Mais non, ce n’était pas ça qu’il fallait répondre. La question est restée en suspens.

Du coup, j’ai tenté de me rappeler du bon vieux temps. J’ai loupé la date butoir pour envoyer le blog, mais c’était pour la bonne cause. Je me suis transporté en 2008. A ce moment j'avais 19 ans. C’est à ce moment-là que j’ai trouvé le poker.

Il ne faut pas croire qu’un pro commence à gagner dès sa première partie. Personne ne commence sa carrière en sachant déjà tout. En revanche, il est certain que chacun d’entre eux a commencé par être passionné.

Phil IveyMes premières parties de poker. Ah, l’excitation de réussir un bluff à trois blindes. L’adrénaline qui monte sur chaque coup à tapis avant le flop. Le nombre d’heures incalculables passées dans le rail des cash-games high-stakes de Full Tilt. Si Phil Ivey était connecté, j’ouvrais l’intégralité de ses tables. La passion pour le jeu. La passion pure.

Plus tard, j’ai commencé à fréquenter quelques mecs de mon île qui gagnaient déjà quelques dollars par-ci par-là à ce jeu. Les regarder deep run 3,3 $ à 180 joueurs, c’était comme si... Lire la suite

[Blog] Un Vegas qui me colle à la peau (Part 5)

Par dans Tournois LiveAnalyse de mains il y a 2 mois.

Romain Lewis Blog Facebook

Résumé de l'épisode précédent : passé à une river de l'élimination suite à une longue période card dead et deux lancers de pièce perdus, Romain Lewis s'est complètement relancé dans ce Main Event des World Series of Poker grâce à un brelan floppé parfaitement rentabilisé. Nous sommes en fin de Day 4, le Bordelais est en table TV secondaire et le meilleur reste à venir...

En une heure de live, on joue environ vingt-cinq mains. Sur le Main Event des WSOP, ce chiffre se situe plutôt autour de vingt. On reçoit une paire d’As toutes les deux cent vingt et une mains en moyenne, ce qui équivaudrait donc à une fois par jour environ. Si je devais choisir le moment où je la découvre, j'opterais pour le dernier niveau, celui qui vaut le plus d’oseille.

Deux heures restantes au compteur pour aujourd’hui. Dernier niveau atteint. Cartes distribuées. Les voilà, deux beaux Aces. Un petit sentiment de légèreté envahit mon corps. Je n’ai toujours pas joué assez d’heures pour être intérieurement indifférent à ces moments trop rares. Sans trop me précipiter, je saisis quatre jetons oranges, les cale entre mon index et mon pouce et les pose juste derrière la ligne blanche. J’aperçois un bâillement chez un de mes voisins de gauche alors qu'il rend ses cartes. Je me rends compte que la combinaison Deliveroo sushis / saut dans la piscine de la villa il y a quelques heures lors du dinner break était la bonne. Je me sens bien frais. Encore plus muni de ce monstre.

Kiss my aces

Cela fait une minute que le joueur canadien deux crans à ma gauche hésite. Une voix s'infiltre dans ma tête : « Sur-relance moi, je t’en supplie. » Je jette un coup d’œil à son stack et aperçois qu’il détient autant de jetons que moi. Je ne vais... Lire la suite

[Blog] Un Vegas qui me colle à la peau (Part 4)

Par dans Tournois LiveAnalyse de mains il y a 3 mois.

Résumé de l'épisode précédent : au terme d'un Day 3 en formes de montagnes russes émotionnelles avec plusieurs coups d'une intensité folle, Romain Lewis a réussi à atteindre pour la première fois les places payées du Main Event des World Series of Poker. Mieux, le Bordelais possède un très joli tapis qui lui permet d'espérer aller encore bien plus loin. Alors que l'écrémage va commencer, Romain regarde lui vers le haut...

Blog Romain Lewis Facebook

Matin du Day 4. 10 A.M. comme on dit de ce côté de l'Atlantique. Je vous passe le rituel matinal, aujourd’hui tout va trop vite. Plus d’un millier de rescapés ont eu le temps de souffler et de se reposer depuis la veille au soir. Le bonheur des centaines de shortstacks est rapidement interrompu par la réalité de la situation. Le plan survie a fonctionné mais ce n'était pas le plus difficile. Le plus angoissant peut-être mais pas le plus difficile. La prochaine étape, les prochaines blindes, les prochaines orbites : toutes occasionneront des pertes.

J’ai une pensée qui me tourne dans la tête. D'un côté, il reste 15% du field donc je pourrais me croire loin dans le tournoi ; sauf que de l'autre, si l'on raisonne purement en nombres d'heures de jeu, je ne suis même pas au tiers du parcours pour aller jusqu'au bout. C’est assez étrange. Je dois me défaire de cette pensée car elle est négative mais bon… je n’arrive pas à croire que je n'en suis potentiellement qu'au tiers de mon tournoi.

Lancers de pièces capricieux

J’arrive parmi les premiers à ma table. J’ouvre mon sac. La pression monte un peu. En l’espace de deux minutes la table se remplit, la motivante et iconique musique des WSOP résonne dans l'Amazon. Des "good luck" collectifs fusent autour de la table. De "véritables"... Lire la suite

[Blog] Les 3 joueurs qui m'inspirent

Par dans GénéralCorporate il y a 3 mois.

Aladin Reskallah
Vous l'avez peut-être vu sur mon fil Twitter : pour ce blog, je vous ai demandé si un sujet vous brancherait particulièrement. J'ai reçu plusieurs suggestions intéressantes, et une a retenu mon attention plus que les autres. Ne faisons pas durer le suspense plus longtemps, et puis vous avez déjà lu le titre de ce blog, ce sera : "les 3 joueurs qui m'inspirent le plus".

Il est toujours beaucoup plus facile de critiquer et d'être jaloux de quelqu'un plutôt que d'apprendre de lui et reconnaître ce qu'il fait de mieux que nous. Je me suis personnellement rendu compte au fil du temps que ma fierté et mon égo avaient été un frein à ma progression pendant un bon moment. Je pensais que je pouvais tout apprendre seul et que je pouvais battre n'importe qui. Parce que bon, si quelqu'un gagne plus et a davantage de succès que nous, c'est forcément parce qu'il est plus chanceux, pas vrai ?

Pourtant, même les meilleurs joueurs s'inspirent des autres pour progresser. Ils n'ont pas peur d'admettre qu'un de leurs congénères est meilleur qu'eux sur un aspect de leur jeu, de leur mental ou de leur préparation. Durant l'année 2018, je me suis beaucoup inspiré de Bencb789, un joueur allemand qui m'a apporté beaucoup sur tous les plans : technique, mental et préparation. J'ai essayé de suivre tous ses conseils à la lettre. Je me suis peut-être dit qu'après tout, un joueur qui connait tant de succès devrait être capable de dispenser de bons conseils !

Toutefois, ce n'est pas de l'école allemande dont je voudrais vous parler ici, mais plutôt de l'école latine. Car au sein du Team Winamax, et depuis son ouverture à l'international, nous avons la chance de cotôyer de près plusieurs joueurs de classe mondiale, qui possèdent chacun leur... Lire la suite

[Blog] Macao Royale

Par dans Life StyleCash Game Live il y a 4 mois.

Davidi Kitai Blog Team Winamax Macao Royale
Je me réveille, je suis à Macao, tour du Wynn Palace, 42e étage. J'entrouvre les stores, cent mètres plus bas la capitale asiatique du jeu s'étale devant moi. Il fait beau, même si comme d'habitude l'archipel est enveloppé de brume. Aujourd’hui : day off, car demain je joue le Main Event à 10 000 $ de l'Asian Pacific Poker Tour et j'ai envie d'arriver en forme. Mon programme du jour ? Rien ! Enfin, pas de poker en tout cas. Cela fait déjà plusieurs fois que le calendrier des tournois m'emmène à Macao, et à chaque fois c'est un vrai choc, toujours renouvelé.

On compare souvent Macao à Las Vegas. C'est vrai qu'il y a de loin quelques ressemblances évidentes, notamment esthétiques, mais tous les connaisseurs vous le diront : les deux n'ont rien à voir. Ici la fièvre du jeu est encore plus intense, les divertissements "adultes" qui font la notoriété de Vegas se font plus discrets, les bars, clubs et salles de spectacles sont peu nombreux et moins fréquentés : on vient à Macao pour jouer, et pas grand-chose d'autre. Les floors des casinos sont cinq fois plus étendus que ceux de Vegas, et à chaque table on gamble avec sérieux et application, de façon monomaniaque, religieusement pourrait-on dire. Cela en est presque flippant ! Mais les vieux quartiers de la ville, ses églises et bâtiments coloniaux, son dédale de ruelles où planent encore l'influence portugaise du XVIe siècle donnent à Macao ce supplément d'âme qui manque souvent à Las Vegas, parc d'attractions en carton-pâte ayant subitement poussé dans le désert au milieu du siècle dernier.

Je vais déjeuner avec Jimmy Guerrero, qui est ici chez lui ou presque. Il connaît les cash-games de Macao et leur faune comme sa poche. Entre deux raviolis, il me parle d’une partie de No-Limit... Lire la suite