[Blog] Un mauvais rêve ?

Par dans Tournois Live il y a plus de 2 ans.

Blog Romain Lewis Facebook

Ma « trêve » hivernale en tournoi live touche doucement à sa fin avec le lancement de la Grande Finale du Winamax Poker Tour, marquant en même temps le début d’une saison prometteuse et palpitante. Depuis mes débuts, j’ai toujours du mal à imaginer, à l’aube d’une nouvelle année, quelle sera ma situation douze mois plus tard. J’espère que 2018 parviendra à me surprendre. Car cela fait maintenant trois ans que le schéma se répète : je vais de bonne surprise en bonne surprise, et je ne m’en lasse pas !

Encore aujourd'hui, je me demande comment j’ai pu ne serait-ce qu’envisager pouvoir un jour participer à une émission de télé-réalité, rejoindre le Team Winamax ou encore gagner 100 000 € à une partie de cartes ! Dans la vie, je crois qu’on s’habitue trop facilement aux excellentes choses et qu’il est toujours bon de prendre quelques pas de recul pour apprécier pleinement ce qu’on est en train de vivre.

Vous l’avez compris, les choses sont allées beaucoup plus vite que je ne pouvais les imaginer, alors autant y aller franchement. J’allais partir sur un blog traditionnel pour vous présenter mes objectifs et ce que je comptais mettre en place pour les réaliser, mais à la place, j’ai choisi de m’évader dans un monde imaginaire. Imaginaire mais pas forcément rêvé, attention ! Car le rêve, vous le visualisez probablement déjà : une magnifique photo, prise au cours de l'été, dans une certaine ville du Nevada, avec une très belle équipe autour de moi, poings de guerriers en l’air et sourire aux lèvres, un drapeau français en arrière-plan et un bracelet doré au poignet. Non, je vais plutôt partir sur quelque chose de différent, une projection deux ans dans le futur qui, je l'espère, vous fera sourire. Car comme le dit une expression... Lire la suite

[Blog] Swings autour du monde

Par dans Tournois LiveCash Game Live il y a plus de 3 ans.

SISMIX
Lors de mon dernier billet, je vous avais laissé juste avant la grande Finale du Winamax Poker Tour à Paris. Je sortais de deux mois fastes de grind online, avec des gains avoisinant les 60 000 euros. C'est donc avec confiance et entrain que j'abordais cette date importante de mon calendrier au Cercle Clichy-Montmartre.

Chapitre I : Tour de chauffe à Paris

J'affectionne particulièrement les événements estampillés Winamax car ils permettent une pratique fun du poker, qui tranche avec le sérieux et la sobriété des EPT ou des WSOP. La finale s'est bien déroulée pour moi, avec une belle quatrième place sur le High Roller pour 33 000 euros. Je nourris quelques regrets puisque j'étais large chipleader à quatre joueurs restants, mais un bluff raté et stratégiquement inutile contre Alexandre Reard m'a fait tomber à vingt blindes. Un flip plus tard et je prenais la porte au pied du podium. 

Chapitre II : Sans-limites à Macao

VietDou
Rapidement après mon escapade parisienne, Macao est arrivé. J'avais décidé de faire un écart après mon bon début d'année et je prévoyais de prendre des shots (au poker, bien entendu) à Macao ou à Vegas, selon la taille et la qualité des fields que j’allais affronter. Je me suis vite rendu compte que les tournois et les parties de cash-game n’étaient pas trop relevés. J'ai donc beaucoup joué : quatre tournois à 2 500 euros, le High Roller à 12 000 euros, deux tournois à 1 100 euros et le Main Event à 5 300 euros. J’ai également joué highstakes en cash-game, beaucoup en 100/200 HKD - divisez environ par huit pour convertir en euros - et jusqu'en 200/400 HKD avec straddle (blinde supplémentaire valant le double de la grosse blinde).

Cela s'est hélas très mal passé, je n'ai pas très bien joué et... Lire la suite

La compétition dans la peau

Par dans Tournois Live il y a plus de 6 ans.

Mardi 5 novembre 2013. Mon duel final face à Ryan Riess est sur le point de s'achever après un énorme call hauteur dame sur la rivière s'avérant gagnant. Je touche le rêve du bout des doigts... Ce scénario, fruit de mon imagination, ne s'est malheureusement pas produit, comme vous le savez. Je ne garde cependant aucun regret de cette table finale du Main Event, seulement un peu de déception, mais surtout beaucoup d'expérience et d'excellents souvenirs.

Retour à la réalité

Mardi 3 juin 2014. C’est aujourd’hui la veille de mon départ à Vegas et je sens déjà l’excitation qui monte. On pourrait croire qu’après avoir vécu autant d’émotions lors de mon dernier séjour à Sin City, je ne ressentirai plus rien à la veille de cette nouvelle édition des championnats du monde. Il n'en est pourtant rien. Ma motivation est au plus haut pour mon premier long séjour à Vegas et la quinzaine de tournois que je prévois de disputer.

Le séminaire

Il faut dire que le séminaire du Team effectué à Marrakech il y a deux semaines nous a tous fait un bien fou. Cohésion d'équipe, préparation mentale et technique pour LE rendez-vous de l’année (les championnats du monde), le tout agrémenté d’un peu de détente et de fun dans un cadre paradisiaque : idéal pour refaire le plein de motivation et de confiance. La suite, vous la connaissez déjà. Oui, le Team Winamax a cartonné à Marrakech pour les débuts de notre nouveau festival electro poker, le bien-nommé SISMIX. Victoire de Davidi Kitai sur le Main Event, belles places d’honneur pour Ludovic Lacay et Michel Abécassis (5e et 9e) et sur le High Roller pour Guillaume Diaz et moi-même (7e et 11e). Un poil plus de réussite en fin de tournoi, et le titre du High Roller était également pour l’un... Lire la suite

Un rush d’enfer !

Par dans Tournois Live il y a plus de 6 ans.



Les objectifs

En début d’année, j’avais fixé avec mon coach mental Pier Gauthier des objectifs ambitieux pour cette année 2014.  Intégrer le Top 10/15 du classement Global Poker Index, disputer trois finales de tournois majeurs et en gagner un titre important. J’ai pu réaliser tous ces objectifs en trois tournois consécutifs !
 

Premier tournoi : Highroller de l’EPT Monte-Carlo – 25 500€ - 214 entrants

Résultat : troisième
 

Même si je n’ai jamais été aussi proche d’atteindre mon objectif de gagner une épreuve Highroller, que j’étais chipleader au coup d’envoi de la table finale et que je vise toujours la première place lorsque je joue un tournoi,  j’ai tout de même ressenti une énorme satisfaction avec cette troisième place et n’ai aucun regret sur mon tournoi.

Et ce pour plusieurs raisons :

  • Le niveau était très hétérogène durant le tournoi, mais en finale par contre, il ne restait plus aucun joueur « faible ».
  • Je n’ai jamais joué à une table d’un niveau aussi élevé : John Juanda, Byron Kaverman, Martin Finger, Stephen Chidwick, Pascal Lefrançois, Scott Seiver, Philipp Gruissem. C’est vraiment le top mondial !
  • Terminer derrière Philippe Gruissem et Scott Seiver, c’est beaucoup plus facile à digérer que derrière d’illustres inconnus.


Dès l’entame de la table finale, suite à une relance UTG de Philipp Gruissem, j’ai décidé d’être un peu tricky et de flatcall au bouton avec KK. J’ai ensuite payé  une triple mise au cours d’un tableau Q8229 et il m’a montré QQ pour un full house. J’ai perdu à peine un quart de mon tapis, ce qui relève du miracle.

Lorsque nous étions plus que cinq, le même scenario s’est reproduit : Philipp a relancé UTG, et j’ai trouvé cette fois AK au bouton. En accord avec mon plan... Lire la suite