[Blog] Lire pour le meilleur

Par dans GénéralLife Style il y a 2 mois.

Blog Adrien Delmas

Bien le bonjour à tous ! Cela faisait longtemps que je ne vous avais pas écrit de billet de blog et c’est avec un grand plaisir que je m’attaque aujourd’hui à un thème assez particulier pour moi : la lecture. Plus spécifiquement, je vais aborder mon rapport assez compliqué avec le sujet.

Cela en surprendra sûrement quelques-uns, mais j’ai toujours eu beaucoup de mal à lire. La preuve en est qu’entre ma naissance et mes 24 ans, j’ai dû lire tout au plus cinq ou six bouquins, dont deux Poker Harrington, un Le mental au poker (disponible ainsi que sa suite dans notre Boutique VIP) et le livre de mon coach mental (ainsi qu’à d’autres membres du Team Winamax) Pier Gauthier. Pourtant, ce n’est pas l’envie qui me manquait et chez mes parents doivent encore trôner une bonne vingtaine de livres que j’ai achetés... mais jamais lus. Bien sûr, pour avoir entendu des histoires semblables des dizaines des fois, je sais que je ne suis pas le seul dans ce cas.

Le spleen du livre

Pourquoi étais-je à ce point contrarié par la lecture ? Au-delà du divertissement plus facile et plus fun des consoles, sur lesquelles j’ai passé moult heures, l’explication est je pense assez simple : cela m’ennuyait. Je trouvais ça lent, avec une dizaine d’heures (parfois plus !) pour finir un livre sachant qu'en plus il n’y avait pas d’images ! Pire, lire m’endormait et j’avais du mal à rester concentrer pendant ne serait-ce que vingt minutes. Je m’étais donc naturellement tourné vers les BD et les mangas, plus visuels et rapides à lire.

C’est vers mes 19-20 ans que j’ai commencé à ressentir un réel problème avec ça. Pas tant dans la lecture à proprement parler mais la frustration de vouloir lire des livres et de ne pas y arriver en... Lire la suite

[Blog] Mes tips pour progresser

Par dans Général il y a 7 mois.

Delmas-FBK

C’est une question qui revient très souvent sur les réseaux sociaux, ou bien lors de mes sessions Top of The Pok : comment progresser au poker ? Et surtout, est-ce que j’ai des conseils à donner pour cela ? 

Ce blog s’adresse donc aux personnes qui souhaitent s'améliorer au poker, et ne savent pas vraiment quel chemin emprunter. Je vais essayer d’être clair et de donner des ressources adaptées pour tous les niveaux : j'espère ainsi que tout le monde pourra y trouver son compte !

Lisez pour débuter

Pour les plus débutants qui commencent à peine dans le poker et veulent une première introduction à l’aspect stratégique du jeu, ou bien des mathématiques simples, je pense que les livres sont un excellent moyen ppur démarrer. Généralement bien vulgarisés, même si un peu dépassés, ils peuvent constituer une bonne entrée en matière. Pour moi, la référence en France est Poker is War : c’est le format qui me plaît le plus, et le livre est beau, en couleur avec une narration très agréable à suivre. Sinon, lorsque j’ai commencé le poker, mon cousin m’a prêté les bouquins de Dan Harrington : c’est ce qui a fait naître ma passion pour l’aspect stratégique du jeu. Malheureusement, à ce niveau, ces livres sont loin d’être au point par rapport aux standards actuels.

Si vous souhaitez explorer cet aspect de façon plus poussée, je pense directement à Modern Theory of Poker (de Michael Acevedo) qui est au-dessus de tous les autres, mais nécessite déjà d’avoir de bonnes bases.

Exploitez les médias

Delmas-Sismix
Les médias sont un excellent moyen d’élargir ses connaissances, parfois même ludiquement. Il y en a des myriades, mais je vais essayer de vous indiquer les contenus qui font le plus de sens pour moi, ou ceux qui m'ont le plus... Lire la suite

[Blog] J'assume...!

Par dans GénéralLife Style il y a plus d'un an.

Blog Adrien Delmas

Pour ceux qui suivent assidûment mes blogs sur Winamax (merci à tous, je vous aime), vous commencez sûrement à connaître la structure que je mets généralement en place. J'attaque en étudiant un sujet assez vaste, qui me plait, m’intéresse, me stimule, et j'essaie ensuite de le ramener au monde du poker et d’en tirer des conclusions. Ce que je vous propose aujourd’hui c’est de vous faire réfléchir sur le fait "d’assumer" aussi bien nos choix, nos actes, que nos responsabilités.

(Cet article reflète mon analyse personnelle, tout y est évidemment sujet à débat.)

Dès le plus jeune âge, on a tous vécu cette situation : on fait une connerie, et on préfère alors dire que c’est la faute de son petit frère, du chien, ou encore de Roger, le poisson rouge familial. En clair, on n’assume pas. On se prend alors à ressentir de la honte, avec parfois la conscience d’avoir fait quelque chose qui n'était pas approprié.

Par la suite, au collège et au lycée, je pense que l'on a davantage tendance à ne pas assumer envers soi-même. Par exemple, en cas de mauvaise note, c’était la faute à pas de chance, à cause d’un sujet trop complexe ou bien de la sévérité du correcteur. Par contre, de mon côté, lorsque j’avais de bonnes notes, c’était seulement grâce à l’unique force de mon incroyable talent et de mon dur labeur. Le constat était le même quand je me faisais doser sur Street Fighter : c’était "la faute à la manette". Ici, on est clairement dans ce qu’on appelle le biais d’auto-complaisance (cf. le blog en deux parties où je reviens sur le sujet plus longuement), qui représente un mécanisme "normal" d’auto-défense, et permet aussi de ne pas subir les sensations néfastes de la honte.

Assumer : pour quoi faire ?

Adrien Delmas WPO

Ne pas assumer,... Lire la suite

[Blog] Le Vegas de tous les frissons

Par dans Général il y a plus d'un an.

Adrien Delmas - Blog
Dans mon dernier article, je réfléchissais à comment j’allais me préparer afin d’affronter les échéances à venir : EPT Monaco, SISMIX en Espagne, et surtout les WSOP, 50e édition. Et le moins que l’on puisse dire c’est que ces mois-là furent riches en frissons.

J’évoquais notamment trois points : planifier les jours de repos et le temps « off »; planifier les tournois que j’allais jouer pour mieux y être préparé; et bien travailler mes objectifs (les « plans d’action »), afin de pouvoir performer au maximum.

Il est bien beau de se fixer des objectifs, mais encore faut-il les analyser a posteriori afin de pouvoir rebondir et s’améliorer pour les prochaines échéances. Les objectifs, beaucoup de joueurs s’en fixent pour, mettons, un festival, mais ne reviennent jamais dessus ensuite pour essayer d’en tirer des leçons claires, et créer des lignes de conduite efficaces pour les tournois futurs. C’est que je me propose de faire ci, avant de revenir sur les moments les plus marquants de mon été (et il y en a eu un joli tas !)

Les jours off sont aussi importants que les jours de boulot

C’était mon troisième Vegas, donc je commençais à avoir pas mal d’expérience vis-à-vis de pas mal de quelques données personnelles. A savoir mon temps de sommeil, le jetlag, le pull qu’il faut toujours apporter au RIO (merci la clim à 18 degrés), mais surtout ce qui est pour moi le plus important : les plages de repos.

En effet, l’an passé je n’avais pas particulièrement organisé de journées off, ou même de breaks au milieu d’un séjour long de 45 jours. Résultat : j’étais souvent fatigué, sans énergie, sans envie et par conséquent je ne performais pas au maximum.

Cette fois, j’ai changé mon fusil d’épaule en... Lire la suite

[Blog] Les grandes manoeuvres

Par dans Général il y a plus d'un an.

Les grandes manoeuvres - Adrien Delmas
Si vous m’avez un peu suivi ces derniers temps sur les réseaux sociaux, le fait ne vous a pas échappé : je suis parti au merveilleux pays du Soleil Levant pour quelques 23 jours de vacances. Le début d’année étant plutôt calme pour les joueurs de poker, il représente souvent le meilleur moment pour prendre un peu de recul et de repos. J’ai posté pas mal de photos et stories sur mon instagram (@delmasadrien24), si cela vous intéresse.

Je crois bien qu’il s’agissait de mon plus long break poker ! Même le Saint Ordinateur a été laissé de côté durant près de 25 jours. Honnêtement ? Ça fait du bien !

Mais lorsque le break est terminé, il est temps de revenir aux affaires, et question boulot, je vais être servi au cours des semaines à venir. J’écris ces lignes au milieu du séminaire annuel du Team Pro, dans le sud de la France. Un moment hyper privilégié et important, afin de se préparer et planifier un programme très, très chargé, pour moi comme pour le reste de l’équipe. Directement après le séminaire, nous allons à Monaco pour l’EPT, puis ensuite au SISMIX Costa Brava, le premier tournoi Winamax en Espagne, avant de nous envoyer directement pour Las Vegas et l’apothéose annuelle des WSOP.

Bref, il y a du pain sur la planche ! Comment aborder ce marathon – presque 3 mois ! -dans les meilleures conditions ? J’ai ma petite idée…

Déjà, le séminaire est vraiment un excellent moyen de se remettre dans le bain après un break, et recommencer à penser poker, manger poker, dormir poker, et vivre poker. Pendant trois jours « au vert », en quelque sorte coupés du monde, on discute, on rigole, on partage des moments privilégiés qui renforcent la cohésion du groupe – une cohésion qui n’a jamais été aussi cruciale... Lire la suite

[Blog] Même joueur joue encore

Par dans Général il y a plus d'un an.

Adrien DelmasDepuis un an, j’ai pris l’habitude d’écrire des blogs réflectifs, axés sur le développement personnel, mais pour cette fois, j’ai choisi de me lancer dans l’exercice un peu plus égoïste de l’introspection. Après douze mois passés au sein du Team Winamax, voici venu le temps d’une rétrospective chargée en émotions et diverses péripéties.

Cette année a évidemment débuté en trombe, avec ce rêve devenu réalité : remporter la Top Shark Academy et entrer dans le prestigieux Team Winamax. Même si je côtoyais déjà beaucoup ces hurluberlus depuis quelques temps, cela m’a fait extrêmement plaisir d'intégrer officiellement la famille. À peine le contrat dans la poche que je m’envolais vers ce qui reste le meilleur voyage de ma vie : la Nouvelle-Zélande. En trombe je vous dis !

D’une manière générale, 2018 fut le témoin de beaucoup de choses pour moi, autant niveau professionnel que personnel. Pour commencer avec le boulot, il s’agit clairement de l’année où j’ai le plus progressé. Je me suis donné corps et âme dans le développement de mes compétences pokéristiques, travaillant beaucoup sur des solvers, pour étudier aussi bien les phases préflop que postflop, l’ICM, le format Knockout sans oublier une grosse partie sur le mental avec Pier Gauthier et la formation Poker Management System. En plus de mes compères du Team, j’ai la chance d’avoir pu rencontrer certains des meilleurs joueurs du monde, se cachant derrière les pseudos pads, €urop€an et bencb (selon moi, trois des dix meilleurs joueurs du monde en tournoi à l’heure actuelle), avec qui j’ai pu améliorer mon jeu et continue régulièrement de collaborer.

C'est une bonne situation ça, membre du Team Winamax ?

Team Winamax
Si je devais résumer ma vie aujourd’hui avec vous, je dirais... Lire la suite

[Blog] Contrôle des biais ! (Partie 2)

Par dans Tournois OnlineLife Style il y a plus de 2 ans.

Adrien Delmas Blog

Note de l'auteur : avant de vous lancer dans cette deuxième partie, je vous invite à aller lire la première, où je reviens sur les définitions de quelques-uns des biais cognitifs les plus fréquents. Je tiens également à préciser que, dans ce blog, je ne cherche pas à analyser les situations de jeu rencontrées mais plutôt d’essayer de comprendre pourquoi notre raisonnement est orienté d’une certaine manière. C’est bon, tout est clair ? Alors allons-y !

Partons à nouveau d'une phrase que l'on entend à tout bout de champ : "Je me fais toujours craquer les As." Si vous avez bien tout suivi, j'imagine que vous comprenez où est le problème. Dans ce contexte, on voit tout de suite le biais de confirmation en action. Si on pense qu’on se fait systématiquement craquer les As, que se passera-t-il les fois où cela se produira ? Cela renforcera notre croyance, et on se souviendra beaucoup moins vivement des fois où on gagne.

Pourquoi ? Parce que nous avons naturellement tendance à nous souvenir des choses négatives (biais de négativité) car elles nous impactent beaucoup plus que les événements neutres ou positifs. Si l’on réfléchit en termes d’évolution, c'est d'ailleurs une bonne chose puisque ces pensées sont les plus utiles pour la préservation de notre espèce.

Mais revenons à nos moutons. Vous vous faites "craquer" les As autant de fois que les autres, c’est un fait mathématique. Si vous allez voir dans votre base de données tous les 80/20 joués avec AA, spoiler : vous en aurez surement gagnés entre 79% et 81%. Plus vous aurez d’occurrences, plus ce chiffre va converger vers 80%. Bien sûr, je ne parle ici que des cas de tapis préflop.

À l'assaut des idées reçues

Adrien Delmas Casque

Passons maintenant à un autre grand... Lire la suite

[Blog] Contrôle des biais ! (Partie 1)

Par dans Tournois Online il y a plus de 2 ans.

Adrien Delmas Blog

Note de l’auteur : avant de rentrer dans le vif du sujet, je tiens à rappeler que je ne suis pas un expert, ni chercheur en psychologie ou cognition. Mon objectif est de vous présenter, en vulgarisant, différents concepts de base, en évitant d’omettre les détails les plus importants. N’hésitez pas à me faire remonter vos remarques si des erreurs ont été commises dans ce blog. Je ne prétends pas détenir le savoir absolu quant aux analyses faites vis-à-vis du poker, ce sont des observations et déductions personnelles, qui sont sujettes à discussion. Merci et bonne lecture.

Ah, si on m’avait donné un ticket à 1 € à chaque fois que j’ai entendu cette fameuse phrase, je serais sûrement en train de me prélasser dans le jacuzzi de mon énorme manoir périgordin avec encore quelques tickets à dépenser. Cette phrase, vous l’avez forcément déjà entendu, voire même prononcé, plus d’une fois : « De toute façon, [insérer ici votre site de poker préféré] c’est rigged ! Je ne prends que des bad beats ! » Notez que cela fonctionne aussi avec la variante : « Le poker en ligne c’est truqué, en live ça ne m’arrive jamais ça ! »

Si pour vous, le poker en ligne est truqué, que vous êtes en bad run depuis 18 ans et que vous vous faites tout le temps craquer les As, désolé de vous le dire, mais vous vous êtes bien fait biaiser !

Lors de mes courtes - mais intenses - études en psychologie, j’ai eu la chance de découvrir plus en profondeur un sujet qui me fascinait déjà auparavant : les biais cognitifs. Dans ce blog, je vais vous présenter deux biais cognitifs parmi des dizaines, les définir et illustrer comment ils peuvent altérer votre vision de la vie et, plus spécifiquement, votre progression dans le poker.

Le sujet étant... Lire la suite

[Blog] Sortir de sa zone

Par dans Life Style il y a plus de 2 ans.

Adrien Delmas Blog

« Il meurt lentement celui qui devient esclave de l’habitude, refaisant tous les jours les mêmes chemins, celui qui ne change jamais de repère, ne se risque jamais à changer la couleur de ses vêtements ou qui ne parle jamais à un inconnu, celui qui évite la passion, celui qui ne change pas de cap, celui qui ne prend pas de risques pour réaliser ses rêves, celui qui, pas une seule fois dans sa vie n’a fui les conseils sensés. Il meurt lentement celui qui ne voyage pas, celui qui ne lit pas celui, qui n’écoute pas de musique, celui qui ne sait pas rire de lui-même. » Pablo Neruda

Sortir de sa zone de confort. Écrire même ce blog en est la définition première. Pour reprendre les mots du sage Michel Abecassis, c’est une mise en abyme. Mi-avril, lors du séminaire du Team, arrive la question fatidique : qui fait le prochain blog ? Pour info, il fallait le livrer moins d’une semaine plus tard. Dans mes sujets déjà prêts, je vois alors se dégager celui-ci : « sortir de sa zone de confort ». Je ne pouvais donc que me proposer ! Brièvement évoqué lors de mon premier blog sur la Nouvelle-Zélande, ce thème me semble être d’intérêt général et compte particulièrement pour moi.

Qu’est-ce que c’est ?

Ce qu’on appelle traditionnellement la « zone de confort », c’est cet ensemble d’activités, d’habitudes, de routines ou de comportements qui vous sont familiers et duquel il peut être effrayant de sortir, par peur des jugements extérieurs ou de l’échec.

Les raisons à cela sont facilement identifiables : on s’y sent bien, en sécurité. On exécute toujours les mêmes routines, les mêmes habitudes, sans forcément penser à ce que l’on pourrait faire de mieux, de plus productif, ou qui pourrait nous procurer un plus grand bien être. Elle... Lire la suite

[Blog] Finish him !!

Par dans Général il y a plus de 2 ans.

Adrien_Delmas
Un de mes bons amis dans le poker a un jour prononcé ces mots :

« Au poker, quand tu arrives en heads-up, il faut gagner, car l’histoire ne se souvient que des vainqueurs. »

Cette phrase n’a pas tout de suite résonné dans ma tête, mais elle fît sens quelques mois plus tard, lorsque j’ai réalisé mes premiers deep runs en ligne. Je vois trop souvent des joueurs se relâcher une fois arrivés en tête-à-tête, comme ci le travail était terminé, comme ci le tournoi était déjà fini. Alors que pas du tout ! Quand vous n’êtes plus que deux, c’est l’œil du tigre qu’il vous faut... comme si vous sortiez d’un entretien avec Pascal Dupraz !

La première place est un Graal, et ceci pour des milliers de raisons propres à chacun. Lors de grands évènements, que ce soit en ligne (Winamax Series) ou « en dur » (EPT, WSOP, etc) : qui reçoit les trophées ? Qui prend le plus d’argent ? Qui se retrouve dans les news ? Qui jouit de la plupart des compliments ? Qui fait des interviews ? Le vainqueur, le vainqueur, et encore le vainqueur.

En matière d’argent aussi, la différence entre la première et la seconde place est énorme. De manière générale, le vainqueur prendra toujours entre 30 et 40% plus que le runner-up. Un écart qui se creuse un peu plus sur les tournois en mode Knockout progressif : là, on parle d'une différence allant du simple au double ! Forcément : le vainqueur d'un KO remporte en plus la valeur du bounty qui planait au-dessus de son avatar et gonflait petit à petit depuis le coup d’envoi du tournoi.

Vous l’avez compris : gagner fait autant la différence au niveau de votre palmarès que de votre compte en banque.

- Dis-donc, c’est bien beau ça Jamy, mais comment fait-on pour gagner un heads-up, et comment est-ce qu’on travaille... Lire la suite