Onlive

Par dans Général il y a plus de 14 ans.

Mon monde du poker "high stakes" est en train de s'écrouler comme un château de cartes : l'Haussmann et le CIC, deux des cercles fréquentés par les plus gros joueurs de poker d'Europe viennent de fermer leur portes. Espérons que cela ne soit que provisoire. Il ne reste plus aujourd'hui que l'ACF (et aussi, dans une moindre mesure, le Gaillon et Wagram) pour accueillir la fine fleur du poker parisien.

Heureusement qu'il reste encore quelques cercles à Paris, parce que je me vois mal me déplacer au casino et payer 4% de prélèvement sur chaque coup. Croyez vous que ce chiffre diabolique peut être vaincu ?

2008 fut la plus belle de ma carrière en cash-game (et peut-être aussi en tournoi, d'ailleurs) Très vite en début d'année, j'ai compris que ma forme était à son apogée et j'en ai donc tiré le maximum, en jouant le plus possible et en gonflant des pots plus que je ne l'aurait fait en temps normal. Cela a fonctionné.

Oui je crois a la loi des séries, au poker on appelle ca les "rushs". Et vous savez quoi ? Je suis l'un des deux seuls gagnants cette année, dans une partie où une vingtaine de joueurs se disputent la part du gâteau. Rien d'anormal : en ligne, c'est pareil, seuls 8% environ des joueurs sont gagnants. Malgré un rake conséquent (j'aurais gagné deux fois plus si les parties n'étaient pas prélevées), je m'en suis tiré plus qu'indemne.

Le rake des cercles de jeux est plus de deux fois inférieur au rake des casinos. Avec les chiffres que je vous ai donnés plus haut, il y a quelque chose d'intéressant à déduire: si les cashgames de cette année avaient eu lieu dans des casinos, hé bien, malgré ma forme, j'aurais été perdant ! Autant vous dire que le taux de gagnants serait passé de 10 à 0% avec les... Lire la suite