[Blog] Macao Royale

Par dans Life StyleCash Game Live il y a 14 jours.

Davidi Kitai Blog Team Winamax Macao Royale
Je me réveille, je suis à Macao, tour du Wynn Palace, 42e étage. J'entrouvre les stores, cent mètres plus bas la capitale asiatique du jeu s'étale devant moi. Il fait beau, même si comme d'habitude l'archipel est enveloppé de brume. Aujourd’hui : day off, car demain je joue le Main Event à 10 000 $ de l'Asian Pacific Poker Tour et j'ai envie d'arriver en forme. Mon programme du jour ? Rien ! Enfin, pas de poker en tout cas. Cela fait déjà plusieurs fois que le calendrier des tournois m'emmène à Macao, et à chaque fois c'est un vrai choc, toujours renouvelé.

On compare souvent Macao à Las Vegas. C'est vrai qu'il y a de loin quelques ressemblances évidentes, notamment esthétiques, mais tous les connaisseurs vous le diront : les deux n'ont rien à voir. Ici la fièvre du jeu est encore plus intense, les divertissements "adultes" qui font la notoriété de Vegas se font plus discrets, les bars, clubs et salles de spectacles sont peu nombreux et moins fréquentés : on vient à Macao pour jouer, et pas grand-chose d'autre. Les floors des casinos sont cinq fois plus étendus que ceux de Vegas, et à chaque table on gamble avec sérieux et application, de façon monomaniaque, religieusement pourrait-on dire. Cela en est presque flippant ! Mais les vieux quartiers de la ville, ses églises et bâtiments coloniaux, son dédale de ruelles où planent encore l'influence portugaise du XVIe siècle donnent à Macao ce supplément d'âme qui manque souvent à Las Vegas, parc d'attractions en carton-pâte ayant subitement poussé dans le désert au milieu du siècle dernier.

Je vais déjeuner avec Jimmy Guerrero, qui est ici chez lui ou presque. Il connaît les cash-games de Macao et leur faune comme sa poche. Entre deux raviolis, il me parle d’une partie de No-Limit... Lire la suite

Me and Mr Ivey

Par dans Tournois Live il y a plus de 7 ans.

Mardi 5 juin. Je suis à Vegas depuis à peine deux jours et mon premier event commence aujourd'hui. Pour la première fois, j'ai décidé de participer au tournoi de heads up à $10,000, ce qui constitue une entrée en matière un peu violente pour mes WSOP. Qu'importe, je me sens frais, remis du jetlag et du mariage de CrocMonsieur, comme investi d'une mission : partir à l'attaque des meilleurs joueurs du monde.

Le tournoi commence de la plus douce des manières. Nous ne sommes que 156 à participer au premier round, ce qui signifie que seuls 28 couples de joueurs seront appariés pour descendre le total à 128 pour le second tour. Les autres doivent affronter le redoutable John Bye qui, il faut bien l'avouer, n'a pas gagne de tête-à-tête dans une discipline connue depuis sa naissance. Je me défais rapidement de cet imposteur et dois patienter cinq heures pour avoir le nom de mon prochain adversaire. Je fantasme en regardant la liste alors que la prière de Cuts, aussi beneficiaire d'un bye, résonne dans ma tête : "donnez-moi un mec bien nul, ou alors carrément Phil Ivey".
ManuB
Mr Ivey

17 heures. Je suis à ma table. Le croupier commence a mélanger. Mon adversaire se fait désirer alors que les autres matchs battent leur plein. Enfin, je le vois arriver, nonchalant, blasé. Phil Ivey me sert la main, ponctuant son geste d'un "hi" laconique. Il installe sa grande carcasse athlétique sur la chaise en face de moi. Je me sens revenir dix ans en arrière, quand je parcourais déjà le monde en jouant à Magic. Magic se joue presque exclusivement en heads up, et j'étais déjà impressionné a l'époque par les deux ou trois meilleurs joueurs du monde que j'avais affronté a plusieurs reprises. Mais ici, l'effet est... Lire la suite

Le secret de Phil Ivey pour gagner TOUS les tournois...

Par dans Général il y a plus de 10 ans.



Phénomène étrange mais néanmoins récurent sur la planète poker : Certains joueurs comme Phil Ivey, Gus Hansen, Allen Cunningham, David “the dragon” Pham, Carlos Mortensen se retrouvent constamment en table finale, et gagnent bien plus souvent que de raison.

Mais quel est leur secret ? Certes, ils jouent très bien, mais de nombreux joueurs online ont un niveau très élevé aussi, mais eux ne parviennent pas à se hisser aussi souvent sur les podiums des évenements majeurs lives.

Est ce que la chance les suit en permanence ? Est ce qu ils mettent plus de 2 outers aux autres joueurs que la normale ? Est ce que leurs tirages flush sortent 100% du temps? Ou bien l’ écart de niveau est-il si grand entre Phil Ivey et par exemple un des meilleurs joueurs online qu’ il est normal qu’ Ivey enchaine les premières places ?

Comment Phil Ivey peut-il gagner un WPT en 2008, 2 bracelets en 2009, et accéder aux fameux november nine de la même année ???  (pour ceux qui habitent sur la planète mars, Phil Ivey est en table finale du main event des WSOP, et essayera de remporter le titre de champion du monde en novembre 2009).

Outre le fait que Phil Ivey soit un des 4 ou 5 meilleurs joueurs du monde, ses résultats sont bien au dessus de son niveau relatif (comparé à d’ autres joueurs “world class” par exemple). Donc d’ ou vient l’ explication de cette incroyable réussite me direz vous ?

Je pense que certains joueurs comme Ivey, Hansen, ou encore Antonius, dégagent une aura particulière (en grande partie liée à leur palmarès), et que la plupart de leurs adversaires ont un mal fou à s’ y adapter. Je m’ explique.

20 joueurs restants au Main event des WSOP cette année.... Lire la suite