[Blog] Plus loin, plus haut, plus fort ?

Par dans Life Style il y a plus de 4 ans.

Joué à haut niveau, le poker peut aisément être qualifié de sport mental. Cette expression n'est que peu utilisée dans nos contrées, mais chez les Anglais, le terme mind sport fait partie du langage courant pour définir des jeux tels que les échecs, le go, le bridge... La concentration, la capacité d'analyse ainsi que l'endurance mentale sont des facteurs clés pour être performant dans ces jeux, et au poker. Que ce soit en tournoi ou en cash-game, les enjeux financiers sont parfois plus importants que dans certaines compétitions de sport ultra-médiatisées. Des compétitions où, ce n’est pas un secret, le dopage est présent... Dans une moindre mesure, et avec beaucoup moins d'impact médiatique, on retrouve aussi le dopage dans le poker.

La nouvelle mode des smart drugs

Selon ce que j'ai entendu sur le circuit ou autour de moi ces dernières années, l'Adderall serait la substance la plus utilisée par des joueurs de poker désireux de booster leurs performances. Ce médicament est assez facile à se procurer aux États-Unis, car largement prescrit pour traiter l'hyper-activité et les troubles de l'attention (attention deficit disorder, ou ADD) De nombreux étudiants américains y auraient recours, notamment en période d'examens, pour rester concentrés pendant de longues heures. C'est justement ce que recherchent la plupart des grinders : pouvoir jouer de très longues sessions sans baisse de concentration, avec un stress moindre. Si sur le papier cela semble attirant, il ne faut pas oublier que ce produit contient des amphétamines, pouvant entraîner des risques importants d'addiction, avec des effets secondaires assez inquiétants.

Autre exemple qui laisse songeur, celui de Martin Jacobson. Vainqueur du... Lire la suite