[Blog] Motivés, motivés !

Par dans Général il y a 1 mois.

Adrián Mateos Blog

¡Hola a todos!

Cela faisait un petit moment que vous n’aviez pas eu de mes nouvelles via ce blog. Si vous avez bonne mémoire, la dernière fois, je vous ai raconté comment je gérais mes breaks et le temps chez moi quand je ne suis pas sur les routes.

Cette fois, j’aimerais vous parler d’un facteur que je considère très important pour n’importe quel joueur de poker, qui concerne aussi bien les professionnels qui jouent les plus gros tournois du circuit que les joueurs amateurs qui ont envie de progresser. Ce facteur, c’est la motivation.

La motivation est un point clé pour un joueur de poker, parce qu’elle peut servir de moteur à plusieurs moments de notre carrière, bons ou mauvais. En ce qui me concerne, j’ai toujours pensé et continue de penser que cela m’a énormément aidé pour arriver où j’en suis.

Le plaisir avant tout

Le premier élément à prendre en compte quand on parle de motivation doit être la réponse à cette question : suis-je heureux quand je joue au poker ? Ici, il n’y a pas de débat possible : ce doit être oui. Dans le cas contraire, mon conseil est simple : arrêter de jouer et prendre un peu de temps pour réfléchir. Si cela doit vous arriver, ne vous inquiétez pas. On a tous besoin de prendre un peu de distance de temps à autre.

Personnellement, j’ai toujours dit que je prenais beaucoup de plaisir grâce au poker, dans tous ses domaines : j’aime étudier, jouer online, voyager pour participer aux plus beaux tournois et cela m’a permis de rencontrer beaucoup de gens qui comptent pour moi. Malgré les périodes de bad run qui peuvent être difficiles à encaisser, l’envie de continuer est intacte. J’essaie de garder une vision globale des choses, en gardant en tête les nombreux souvenirs... Lire la suite

[Blog] Le long terme, c’est long !

Par dans Life Style il y a 6 mois.

João Vieira Blog Facebook

"Ça va marcher sur le long terme." Voici l'une des expressions que l'on entend le plus chez les joueurs de poker quand ils reviennent sur une main. Cela veut souvent dire que l'action n'a pas donné le résultat escompté dans cette situation donnée, mais que, si on continue de la répéter face à ce même problème, elle fonctionnera suffisamment souvent pour nous faire gagner de l'argent. Quand on met ces mots ensemble, on renforce l'idée que, même si l'issue n'était pas la bonne aujourd'hui, répéter cette façon de jouer est la bonne façon de faire. On renforce le chemin sur lequel on avance, pas notre résultat immédiat.

Comprendre le concept simple que toutes les bonnes décisions ne se changeront pas en résultats positifs, et que de mauvaises décisions peuvent parfois engendrer des issues positives est extrêmement important pour comprendre le poker. Assimiler le fonctionnement de la variance est aussi très utile pour le reste de nos vies.

Combien d'entre nous ont déjà modifié des bonnes choses dans leur stratégie à cause d'un manque de confiance en période de bad run ? Combien ont commencé à remettre en question tout ce qu'ils faisaient aux tables parce qu'ils étaient en train de perdre depuis un petit moment ? Combien ont répété les mêmes erreurs pendant des années, pour ne les remarquer que lors d'une phase négative ? Combien se sont reposés sur leurs lauriers parce qu'ils étaient tout le temps en train de gagner ? Gardez foi en la voie que vous avez choisie, les connaissances que vous avez emmagasinées et faites confiance à votre méthode.

De la même façon, dans notre vie de tous les jours, combien d'entre nous ont changé leur façon d'être, de se comporter, de traiter avec les gens, sur la base de quelques... Lire la suite

[Blog] Entrer dans la zone

Par dans Général il y a 7 mois.

Entrer dans la zone

Quand je joue poker j’essaie toujours d’être la plus concentrée possible. C’est une évidence, plus tu es attentif à ce qui se passe à table, plus tu gardes l’esprit clair et plus tu as de chances de prendre les meilleures décisions. Il y a des jours où tu te sens au top, débordant de motivation et les idées claires, avec une harmonie parfaite entre l'envie de gagner et une grande sérénité. Le cocktail parfait pour utiliser à la fois la raison et ses émotions, et prendre des décisions optimales. C’est, sans aucun doute, le meilleur état mental pour jouer ton meilleur jeu. Tu es en contrôle, tu es "dans la zone". Tout va même tellement bien que tu penses que c’est facile.

Pourtant, il y a des jours où tout se complique. Parfois, tu t’assoies à table avec comme un brouillard qui t’empêche d’être à 100%. Le manque de sommeil ou de motivation, la fatigue, des soucis personnels : tous sont autant de facteurs qui peuvent affecter ton jeu.

Face à cela, il y a deux façons de voir les choses. On peut se résigner et accepter qu’il y a des jours où rien ne va, ou travailler dur pour découvrir les facteurs qui peuvent nous faire nous sentir mieux. La résilience est une vertu magique que l’on devrait stimuler plus souvent. En clair, il s’agit d’admettre que tout ne peut pas toujours aller dans notre sens, pour ensuite redoubler d’effort face à l’adversité. Mais avant d’en arriver là, il faut être sûr que l’on a essayé de faire tout ce qu’on pouvait. Autrement dit, il ne faut pas se résigner avant l’heure.

Cette capacité à entrer dans la zone n’est pas le fruit du hasard. Il n’y a pas des jours où on ressent comme par magie la possibilité de le faire, et d’autres où c’est impossible. Il est donc très important d’apprendre à se... Lire la suite

[Blog] Year in Progress

Par dans Tournois LiveTournois Online il y a 8 mois.

Blog Guillaume Diaz

Depuis que j’ai la chance de faire partie du Team et de vivre au rythme du circuit live, la période qui suit les WSOP est toujours synonyme de vacances. C’est le seul moment de l’année où la frénésie du circuit s’arrête durant quelques semaines et où, personnellement, je déconnecte totalement du poker le temps d’une grosse dizaine de jours.

Cette année n’a pas fait exception. À part deux ou trois sessions dominicales online et quelques heures passées sur le transat à regarder les Triton Super High Roller Series, je n’ai absolument pas pensé au poker, et ça fait du bien ! J’ai donc profité de ces vacances pour retourner dans mes montagnes natales, à Grenoble, pour voir famille et amis : piscine, pétanque, vélo de descente, golf, foot et surtout pas mal d’apéros !

Mais les vacances, si reposantes soient-elles, doivent se terminer un jour. Ce matin du 8 août, en voyant, sur mon fil Twitter, le compte @Year_Progress indiquer que nous venons d’atteindre 60% de l’année 2018, je me suis dit qu’il est grand temps de me remettre au travail. Mon côté procrastinateur m’incite à me fixer des deadlines courtes pour être le plus performant possible. Cela m’oblige à un travail soutenu et constant car, si les objectifs sont assez ambitieux, il est impossible de les réaliser sans un acharnement quotidien.

Guillaume Diaz Venetian

Pour donner le meilleur de moi-même chaque jour, mes objectifs doivent également avoir une importance forte à mes yeux. Mon erreur dans le passé fut de ne pas me refixer des objectifs assez élevés en cours d’année. Ce fut notamment le cas l’année dernière : en juillet, je pointais à 85 000 € de bénéfice depuis le début de l’année et j’ai conservé l’objectif de 100 000 € que je m’étais fixé en janvier, au lieu de partir... Lire la suite

[Blog] Le poker pour la vie ?

Par dans il y a plus d'un an.

Guillaume Diaz
Depuis le jour où j’ai pris la décision d’arrêter mes études afin de me consacrer pleinement au poker (c’était il y a six ans, déjà !), une question m’a très souvent été posée de la part de mon entourage – OK, soyons honnêtes, elle vient le plus souvent de ma mère :

« Mais jusque quand tu comptes faire ça ? Pas toute ta vie, tout de même ! »

Tout joueur dont le poker est le métier a déjà eu à se poser cette question. Et beaucoup de ceux que j’ai croisés au cours de ces six ans ont un avis similaire : la carrière de joueur de poker n’est qu’une étape dans la vie. Un moyen de gagner de l’argent rapidement… afin de  pouvoir faire autre chose après. Sauf qu’évidemment, tout le monde ne pense pas comme cela.

Beaucoup sont animés par la passion. La passion de gagner des compétitions. La passion de trouver la meilleure solution à un problème donné, puisque, après tout, une partie de poker n’est qu’une suite de problèmes à résoudre. Ou, tout simplement, la passion du jeu en lui-même. Peu importe sa nature : c’est elle qui pousse nombre de joueurs à continuer, à travailler chaque jour pour être le meilleur, même après vingt ans de pratique quotidienne, et même après avoir atteint tous les objectifs financiers/compétitifs qu’ils s’étaient fixés.

Personnellement, la réponse a changé de nombreuses fois durant ma « carrière ». Juste après avoir arrêté le cours, je me souviens avoir lâché à mes parents, rempli de naïveté et d’ambition : « Je vais jouer quatre ou cinq ans, gagner assez d’argent pour acheter une maison et investir dans un projet, puis j’arrêterai. » Hé bien, a priori il va falloir patienter un peu ! A ce moment-là, je voyais le poker comme un jeu qui me passionnait en plus, cerise sur le gâteau, d’avoir le... Lire la suite