[Blog] Un mauvais rêve ?

Par dans Tournois Live il y a plus de 2 ans.

Blog Romain Lewis Facebook

Ma « trêve » hivernale en tournoi live touche doucement à sa fin avec le lancement de la Grande Finale du Winamax Poker Tour, marquant en même temps le début d’une saison prometteuse et palpitante. Depuis mes débuts, j’ai toujours du mal à imaginer, à l’aube d’une nouvelle année, quelle sera ma situation douze mois plus tard. J’espère que 2018 parviendra à me surprendre. Car cela fait maintenant trois ans que le schéma se répète : je vais de bonne surprise en bonne surprise, et je ne m’en lasse pas !

Encore aujourd'hui, je me demande comment j’ai pu ne serait-ce qu’envisager pouvoir un jour participer à une émission de télé-réalité, rejoindre le Team Winamax ou encore gagner 100 000 € à une partie de cartes ! Dans la vie, je crois qu’on s’habitue trop facilement aux excellentes choses et qu’il est toujours bon de prendre quelques pas de recul pour apprécier pleinement ce qu’on est en train de vivre.

Vous l’avez compris, les choses sont allées beaucoup plus vite que je ne pouvais les imaginer, alors autant y aller franchement. J’allais partir sur un blog traditionnel pour vous présenter mes objectifs et ce que je comptais mettre en place pour les réaliser, mais à la place, j’ai choisi de m’évader dans un monde imaginaire. Imaginaire mais pas forcément rêvé, attention ! Car le rêve, vous le visualisez probablement déjà : une magnifique photo, prise au cours de l'été, dans une certaine ville du Nevada, avec une très belle équipe autour de moi, poings de guerriers en l’air et sourire aux lèvres, un drapeau français en arrière-plan et un bracelet doré au poignet. Non, je vais plutôt partir sur quelque chose de différent, une projection deux ans dans le futur qui, je l'espère, vous fera sourire. Car comme le dit une expression... Lire la suite

La compétition dans la peau

Par dans Tournois Live il y a plus de 6 ans.

Mardi 5 novembre 2013. Mon duel final face à Ryan Riess est sur le point de s'achever après un énorme call hauteur dame sur la rivière s'avérant gagnant. Je touche le rêve du bout des doigts... Ce scénario, fruit de mon imagination, ne s'est malheureusement pas produit, comme vous le savez. Je ne garde cependant aucun regret de cette table finale du Main Event, seulement un peu de déception, mais surtout beaucoup d'expérience et d'excellents souvenirs.

Retour à la réalité

Mardi 3 juin 2014. C’est aujourd’hui la veille de mon départ à Vegas et je sens déjà l’excitation qui monte. On pourrait croire qu’après avoir vécu autant d’émotions lors de mon dernier séjour à Sin City, je ne ressentirai plus rien à la veille de cette nouvelle édition des championnats du monde. Il n'en est pourtant rien. Ma motivation est au plus haut pour mon premier long séjour à Vegas et la quinzaine de tournois que je prévois de disputer.

Le séminaire

Il faut dire que le séminaire du Team effectué à Marrakech il y a deux semaines nous a tous fait un bien fou. Cohésion d'équipe, préparation mentale et technique pour LE rendez-vous de l’année (les championnats du monde), le tout agrémenté d’un peu de détente et de fun dans un cadre paradisiaque : idéal pour refaire le plein de motivation et de confiance. La suite, vous la connaissez déjà. Oui, le Team Winamax a cartonné à Marrakech pour les débuts de notre nouveau festival electro poker, le bien-nommé SISMIX. Victoire de Davidi Kitai sur le Main Event, belles places d’honneur pour Ludovic Lacay et Michel Abécassis (5e et 9e) et sur le High Roller pour Guillaume Diaz et moi-même (7e et 11e). Un poil plus de réussite en fin de tournoi, et le titre du High Roller était également pour l’un... Lire la suite

Sous le soleil de Marrakech

Par dans Life Style il y a plus de 6 ans.

Chaque année depuis 2011, le Team Winamax se réunit quelques jours dans le but de chercher à progresser et à améliorer ses résultats. Après Sofia, Biarritz et Chamonix, c'est à Marrakech, au Palais Dar Ambre - un petit palace situé dans le quartier de la Palmeraie, que l'équipe a posé ses valises pour son séminaire annuel.

Pour commencer le séjour, rien de tel qu'une bonne séance de sport, extrême de surcroit. Le rendez-vous est pris au pied de l'Atlas, à une petite heure de voiture de Marrakech pour... marcher au dessus du vide ! Acrophobes, s'abstenir. Plusieurs joueurs font d'ailleurs l'impasse. Pas besoin de balancer des noms, il suffit de regarder qui ne porte pas de casque et de harnais.

Au programme : traversée d'un pont suspendu puis d'un pont de singe et enchainement de tyroliennes.

C'est le plus sportif de la troupe qui ouvre la voie : le Team Manager Stéphane. Derrière, le reste du groupe emboite le pas, à tâtons pour certains. Mais à une centaine de mètres au dessus du sol, on les comprend parfaitement. Après une bonne heure de cris, de rires et surtout de sensations fortes, l'équipe revient sur la terre ferme.

Pour se remettre les idées en place, un délicieux thé vert (la boisson locale par excellence) et une partie de football improvisée permettant notamment aux moins courageux (comprenez par là les joueurs n'ayant pas pris part au numéro de funambulisme) de se dégourdir les jambes. Et si Davidi, Bruno et Ludovic ont peur du vide, ils sont intraitables balle au pied.

De retour à Marrakech, le groupe se restaure copieusement avant d'attaquer une longue après-midi de travail. Psychologie et technique sont au menu du jour avec une première séance orchestrée par le coach mental... Lire la suite

Régal au Maroc

Par dans GénéralLife StyleCash Game Live il y a plus de 8 ans.

Je me suis levé assez tôt ce matin. 7:39. C'est l'heure qui s'affichait sur l'horloge à cristaux liquides de la télévision. Ca faisait longtemps que je n'avais pas gouté aux joies du matin, et je me remémore mon périple marocain. Un seul mot : vidé. J'ai joué aux cartes 12 heures par jour pendant près de 20 jours sans faire de break, à des heures loin du standard des bureaux parisiens. Les parties sont belles mais épuisantes nerveusement : nous jouons essentiellement du Hold'em de façon assez short.




D'abord, nous étions à Marrakech. Je ne vais pas décrire une énième fois à quel point l'endroit est plaisant et l'accueil quasi parfait. Merci à Nadia, Nabil, Mme Bauchet, JA... J'en oublie, c'est sûr. Deux amis m'accompagnèrent mais hélas pour eux, nous tombions en plein mois du Ramadan. Les délices locaux (pour ceux qui ont l'esprit mal placé, je parle évidemment de la cuisine marrakchite) n'y étaient pas accessibles, ou très peu. Ludovic Heinry ("AAdreamzz" sur Winamax) est venu tenter sa chance dans la partie du Casino Es Saadi. Avec moins de réussite que moi. J'ai fini le voyage gagnant de 20,000€ approximativement.

Nous nous dirigeâmes ensuite pour Rabat, la ville princière du Maroc. A Marrakech, le tohu-bohu quotidien et intempestif de 10h à 20h donne à l'air une teinte orangée, mélange de sable, poussière et de fumée de cyclomoteur.

Rabat, elle, est blanche. Les palais princiers ne s'arrêtent pas le long des artères principales. Les voitures sont essentiellement de grosses berlines à vitres teintées. Elle est aussi très verte. Sur le chemin du départ, de l'hôtel à l'aéroport Rabat-Salé, je fus... Lire la suite

On the road again...

Par dans Général il y a plus de 12 ans.

L’ EPT Londres est terminé, je plie mes bagages après avoir encaissé un petit cash in (toujours plus petit que ce à quoi on s’ attend, c’ est la norme chez les joueurs de poker j’ imagine) heureusement, je suis resté les 10 jours chez mon pote Julien, le Team manager du team, et on a passé des moments vraiment très cools.

Lors de ma petite traversée du désert à Las Vegas (très imagé, je sais…20 events auxquels j’ ai participés sans faire de résultats notoires), lors de la fête pour la célébration du bracelet de Davidi, c’ est un Antony Lellouche certes bourré, mais plein de bon sens, qui me dit « c’ est ça le poker Arnaud, on se mange des coups et des claques sans arrêts, et il faut en redemander, il faut aimer ça, et continuer »).

Me rappelant ses propos, je décide de ne même pas défaire mes valises, je pars pour Los Angeles pour quelques jours, (pas de tournoi) je jouerai une session de cash-game au Commerce casino (gigantesque d’ ailleurs), et après une session gagnante, je quitte le casino et retourne me coucher, ayant une journée chargée le lendemain.

J’ai déjà pris ma décision : je vais jouer l’ open de Marrakech. Pas question de baisser les bras.

Quelques jours plus tard, j’ arrive sur place. L’hôtel où je suis sensé rester n’ a pas ma réservation.Changement de plan, taxi, je resterai dans un autre hôtel que celui ou se déroule le tournoi. Pas d’ internet dans la chambre. Le séjour démarre moyen …

Idée : je vais me faire faire un massage dans un SPA en centre ville avant d’ aller faire le tournoi, histoire d’ attaquer dans de bonnes conditions. Après un massage d’ une heure, et de l’huile de massage au camphre qui m’ atterrira dans... Lire la suite

Shine A Light

Par dans Général il y a plus de 12 ans.


Ludovic Lacay et sa 205

Toulouse, Cannes, retour à Toulouse, passage à Paris. Puis Barcelone via Toulouse, retour et nouveau départ, Londres cette fois-ci, directement dans une impasse. Machines arrière direction Paris, via Toulouse, terminus Paris, pour le moment.

La batterie de mon ipod aussi vide que mes poches, ma barbe plus longue que mes dents, la file d'attente pour prendre un taxi à l'arrivée de l'EuroStar a des airs d'énième bataille, comme si partout où je devais aller nous étions trois cents pour un seul gagnant.

Peu importe je suis rodé, juste un peu de patience et je serais exaucé.


Un halo de lumière m'entourera, les projecteurs ou la main de Dieu ? Vous voyez. Toujours est-il que les yeux seront braqués sur une personne, moi. Attendre et espérer, c'est toujours une question de patience.

"L'élu" certains m'appelleront, "un génie" pour d'autres, la masse des aigris ou des plus connaisseurs se contentera du traditionnel "chanceux". Les faits seront là, trois cents braves qui n'ont rien à envier a des Spartiates n'auront su me résister, un à un victimes de coups violents, disparaissant face au rouleau compresseur de ma valise.

Ce sera enfin mon tour de monter dans le taxi. Taxi qui me rapprochera un peu plus des prochaines échéances. France Poker Tour à Toulouse, Tournoi de Heads Up à Barcelone, EPT Budapest, EPT Varsovie...

Des noms fusent : Easyjet, AB Skipper, Baccara, Vodka, Four Seasons, Air France, Frog, Blue Label, Europcar, Bon Plaisir, Vueling, Catwalk, Barceloneta, XO, Charles de Gaulle, Entrecote, Colosseum, Sambuca, British Airways, Razmataz, Terminal B, Hilton, E-Klub, Correspondance, Absinthe, 7, Check out.

Il était temps de recharger les batteries, d'un changement radical, de soleil peut-être, d'alcool... Lire la suite

Coup de Sirocco à Marrakech

Par dans Tournois Live il y a plus de 12 ans.

Samedi 18 octobre. Je suis arrivé a Marrakech il y a une petite semaine, en compagnie de Benjo (en vacances), Ludo et Antho (Tall). Le programme prévu était simple : cash-game, piscine and party. Roger Hairabedian,le "maaaaîîître" des lieux nous a accueilli comme il se doit, en nous offrant nos frais d'hôtel - que dis-je- de palace !

La piscine je l'ai pas trop vue. Ludo, lui, a dû la boire...

Une fois de plus, je vous passerai nos atrocités d'oiseaux de nuit, qui finalement ne changent jamais.

J'avais donc l'objectif de me faire un peu de cash en partie d'argent, puis peut-être de faire le main event (4700  €).

Bien qu'arrivé en pleine confiance, je n'ai réussi à gagner que 3 coups en 2 séances. Mais je dois vous avouer aussi que j'ai joué de retour de fête,ce qui n'est pas dans mes habitudes. Ceci expliquant cela, mes souvenirs sont un peu flous, je ne me rappelle que peu de mains... Bref, il fallait se ressaisir, je ne veux pas que le voyage me coûte 100.000 Euros avec mes conneries. Je décide donc de tenter une 3ème fois ma chance. Rien à faire, encore une défaite.

Panne sèche apparemment. Mon jeu n'est peut être pas adapté à cette partie (blindes 50-100 PLO et NLH), qui est moins chère que celles que je joue habituellement et où, surtout, les tapis ne sont pas assez profonds puisque les joueurs se cavent en moyenne à 30 BB!

Je finis perdant en cash-game, il ne me reste qu'une seul chance de sauver l'honneur: les tournois!

Je me lance donc à l'assaut du 20000 dirhams NLH (à peu prés 2000€). 100 joueurs sont au départ.

En 1h30,c'est-à- dire dans les 3 premiers niveaux, je touche successivement:

-Quinte avec QK, sur 9-10-J rainbow, contre 2 paires

-Couleur max au flop... Lire la suite