[Blog] Lire pour le meilleur

Par dans GénéralLife Style il y a 10 jours.

Blog Adrien Delmas

Bien le bonjour à tous ! Cela faisait longtemps que je ne vous avais pas écrit de billet de blog et c’est avec un grand plaisir que je m’attaque aujourd’hui à un thème assez particulier pour moi : la lecture. Plus spécifiquement, je vais aborder mon rapport assez compliqué avec le sujet.

Cela en surprendra sûrement quelques-uns, mais j’ai toujours eu beaucoup de mal à lire. La preuve en est qu’entre ma naissance et mes 24 ans, j’ai dû lire tout au plus cinq ou six bouquins, dont deux Poker Harrington, un Le mental au poker (disponible ainsi que sa suite dans notre Boutique VIP) et le livre de mon coach mental (ainsi qu’à d’autres membres du Team Winamax) Pier Gauthier. Pourtant, ce n’est pas l’envie qui me manquait et chez mes parents doivent encore trôner une bonne vingtaine de livres que j’ai achetés... mais jamais lus. Bien sûr, pour avoir entendu des histoires semblables des dizaines des fois, je sais que je ne suis pas le seul dans ce cas.

Le spleen du livre

Pourquoi étais-je à ce point contrarié par la lecture ? Au-delà du divertissement plus facile et plus fun des consoles, sur lesquelles j’ai passé moult heures, l’explication est je pense assez simple : cela m’ennuyait. Je trouvais ça lent, avec une dizaine d’heures (parfois plus !) pour finir un livre sachant qu'en plus il n’y avait pas d’images ! Pire, lire m’endormait et j’avais du mal à rester concentrer pendant ne serait-ce que vingt minutes. Je m’étais donc naturellement tourné vers les BD et les mangas, plus visuels et rapides à lire.

C’est vers mes 19-20 ans que j’ai commencé à ressentir un réel problème avec ça. Pas tant dans la lecture à proprement parler mais la frustration de vouloir lire des livres et de ne pas y arriver en... Lire la suite

Dis-moi qui tu es, je te dirai qui je suis

Par dans Tournois Live il y a plus de 6 ans.

L'image est primordiale à la table de poker

On passe beaucoup de temps à analyser les autres adversaires, et on oublie parfois de se focaliser sur notre propre image. Dans la vie, comme au poker, les gens ne vous perçoivent pas toujours comme vous êtes réellement, mais plutôt comme ils pensent que vous êtes. Une fois que vous avez compris que les gens vous associent à un certain profil, vous pouvez faire en sorte de le contrôler. J’ai toujours été surpris du manque d’adaptation de la plupart des joueurs par rapport à leur image !

En s’asseyant à table, on peut directement se faire une idée du style de jeu de nos adversaires. Ainsi, pêle-mêle, un joueur paraissant plus âgé sera souvent plus prudent qu’un joueur jeune. Un joueur au profil 'online' aura un style plus smallball qu'un joueur de live. Une femme aura plus de tendances « calling-station » qu’un homme. Un Biélorusse aura un style de jeu plus loose qu’un Américain. En comparaison à un joueur amateur, le joueur professionnel sera plus enclin à réaliser des moves élaborés.

Tous ces stéréotypes sont plupart du temps justifiés, quand bien même ils s'apparentent à des préjugés simplistes.

Au fur et à mesure que la partie avance, nos à priori vont se vérifier, ou être réfutés. L’historique des mains permet de se faire une idée plus précise du style de jeu de nos adversaires. Cela permet de déterminer où sont les limites de leurs capacités, aussi bien dans la dynamique pré-flop que dans la faculté à placer de gros bluffs ou de gros calls.

Modifier son style en fonction de son image

La perception de notre image évolue au fur et à mesure d'une partie, c’est pourquoi il est important de bien se connaitre, avec ses qualités et ses défauts. Le... Lire la suite