[Blog] Top 5 : mes pires moments de poker

Par dans Tournois LiveTournois OnlineCash Game Online il y a 9 mois.

Gaëlle Baumann Blog Facebook

En cette étrange période de pénurie de tournois live, sans grand-chose à se mettre sous la dent niveau poker (en dehors des Summer Shots évidemment), je vous propose de vous replonger avec moi dans mes pires et meilleurs souvenirs de poker depuis mes premiers pas en 2006. Histoire de terminer par une note positive, commençons cette semaine par le Flop 5.

5) Les Rois maudits

Dans une carrière de poker, il y a des mains qui vous marquent au fer rouge. C'est l'un des rares jeux ou l'issue d'un seul coup peut changer une vie. Je sais, cette phrase fait très Casino Royale, mais c'est la réalité. C'est d'ailleurs aussi pour ce genre de frisson qu'on aime tellement ce jeu. La main en question, beaucoup d'entre vous la connaissent déjà certainement.

Gaëlle Baumann

Plus tôt cette journée-là.

Nous sommes au Day 5 du Main Event des WSOP 2012. Il ne reste que 30 minutes avant la fin de la journée. J'ouvre une magnifique paire de Rois. Tout en effectuant une relance UTG, je discute avec mon voisin de gauche, le Canadien Timothy Adams. Je ne vois donc pas ce qui se trame de l'autre côté de la table. Après un fold général, la parole arrive à la petite blinde, Andras Koroknai, joueur hongrois qui annonce all-in pour 1,2 million  de jetons, soit un tapis de 40 BB. Je jubile, mais la joie est de courte durée.

Au moment d'annoncer call, je me tourne vers mon adversaire... et vois ses cartes partir dans le muck. Il n'avait pas vu ma relance et pensait être en tête-à-tête contre la grosse blinde qui était short stack. Suite au fold de cette dernière, il pensait simplement avoir gagné le coup. Après la confusion générale autour de la table, le floor finit par prendre la décision de faire payer à Koroknai uniquement le montant de... Lire la suite

No man's land

Par dans Tournois Live il y a plus de 6 ans.

Thierry Derkx : c'est le nom du vainqueur du tournoi Ladies de l'EPT Deauville 2015 qui a enregistré 83 entrées dont celles de 22 hommes. Cherchez l'erreur... Si le temps où les seules femmes présentes dans une salle de poker étaient les serveuses est bien révolu, il n'est pas si lointain. La part des femmes sur les principaux tournois live dépasse rarement les 5% du field. La promotion du poker féminin me semble donc être un point important, bonne pour l'économie du poker en général, mais aussi pour l'image que peut véhiculer ce jeu. C'est précisément l'objectif des tournois Ladies : encourager les femmes à participer à des festivals de poker.

Je ne comprends pas les personnes qui critiquent ce type d'épreuves sous prétexte de discrimination. Faites un tournoi réservé aux hommes si vous le voulez, mais ne venez pas gâcher leur tournoi ! Les tournois Ladies attirent de plus en plus de joueuses. S'il y a de la demande, c'est tout simplement que ces épreuves plaisent et qu'elles représentent un moment agréable pour beaucoup de femmes que les démonstrations de testostérone à table peuvent rebuter. Et si vous êtes une femme et que ces tournois ne vous intéressent pas, ne les jouez pas. Mais n'allez pas vous battre pour bannir un événement que d'autres attendent impatiemment.

Pour être honnête, la première fois que j'ai joué un tournoi Ladies, je me souviens avoir trouvé un peu ridicule de proposer une épreuve spécialement réservée aux femmes. Je suis arrivée sur le circuit live avec très peu d'expérience en tournoi live, mais aguerrie grâce aux millions de mains jouées en cash game online. Avant d'évoluer dans ce milieu très masculin, je ne saisissais pas bien l'intérêt de ce genre de tournois. Puis je me suis remémorée mes premières... Lire la suite

Wild Wild West

Par dans Tournois LiveLife Style il y a plus de 8 ans.


17 juillet. Je suis à l'aéroport de Newark. En route pour l'Alsace après une nuit blanche durant laquelle des émotions violentes et variées se sont succédées : euphorie, frustration, sentiment d'inachevé, culpabilité... Et pourtant, j'ai bel et bien réalisé la meilleure performance de ma carrière de joueuse il y a quelques heures à peine : dixième sur 6 598 lors du plus gros tournoi de poker du monde, le Main Event des World Series of Poker. Mais revenons un peu en arrière...

20 mai. Je décolle pour les States. Cette année, j'ai décidé de profiter de mon séjour à Sin City pour visiter les alentours. Notamment les parcs nationaux du Nevada, de l'Arizona et de l'Utah... avant de me diriger vers la Californie, sa côte océanique et sa mythique autoroute, la Pacific Highway 1. En ligne droite avec la mer comme compagnon de route à ma droite, de San Francisco à San Diego. Un vrai road trip dans l'Ouest américain, à la Jack Kerouac, histoire de se mettre en jambes pour les WSOP, et prendre un grand bol d'air avant de se lancer à l'assaut des tables. Un mois de déconnexion totale avec les cartes et les jetons. 6 000 kilomètres de routes désertiques et de décors de cinéma : quoi de mieux pour arriver aux championnats du monde gonflée à bloc ? En parcourant ces paysages à couper le souffle, en marchant des dizaines de kilomètres au milieu de la nature, on se sent en phase avec elle, on relativise pas mal, et on réfléchit à ce qui compte vraiment. On remet les pieds sur terre, la Terre.

Ainsi je ne saurais que trop vous conseiller, si vous en avez l'occasion, de visiter quelques-uns de ces parcs nationaux américains. J'ai... Lire la suite

Qui fait le coq ?

Par dans Tournois Live il y a plus de 11 ans.

Ceux qui me lisent le savent, jouer avec des femmes n’est pas ma configuration favorite !

Bien sûr, pour ce ladies event de Monaco (une cinquantaine de joueuses), l’idée était de jouer mon meilleur poker, de repérer les plus inexpérimentées et mettre une pression sans faille.

La structure du tournois, un bon vieux turbo des familles allait décider du reste puisqu’avec 3000 jetons et des niveaux de 20 minutes, il fallait, pour gagner, être là au bon moment pour les livraisons de début de tournois et avoir un tant soit peu les cartes entre la 3ème et 4ème heure de jeu pour ramasser les derniers jetons des plus petits tapis.

Dès le début de la partie, les deux joueuses les plus faibles à ma table sautent. Femmes de joueurs du circuit, elle sont là pour s’amuser mais ne connaissent pas vraiment les règles du jeu.

J’exagère ?

Une joueuse pose ses jetons un à un. La croupière la reprend et lui explique la règle. Deux tours après elle refait la même chose. Un peu vexée par les réprimandes, elle poussera ses presque 3000 jetons, en milieu de parole, aux blinds 50/100, avec JJ.

Mais AA se trouve derrière elle et elle saute sous l’œil très amoureux de son chéri, sûrement ravi de ne pas avoir à dîner seul.

Voilà les coups qu’il FAUT remporter en début de tournois. Dès que l’on arrive à monter des jetons, l’affaire est en partie gagnée.

En partie seulement. Car s’il y a bien une chose qui est fausse concernant les tournois femmes, c’est bien notre prétendue passivité. Au contraire quelle agressivité ! Gestuelle, verbale, il faut dire que de vrais talents se trouvaient à table.

Et nous voilà prises dans une bataille de coq, un catch à main nues qui font que les... Lire la suite