[Blog] Les 3 joueurs qui m'inspirent

Par dans GénéralCorporate il y a 1 mois.

Aladin Reskallah Blog

Vous l'avez peut-être vu sur mon fil Twitter : pour ce blog, je vous ai demandé si un sujet vous brancherait particulièrement. J'ai reçu plusieurs suggestions intéressantes, et une a retenu mon attention plus que les autres. Ne faisons pas durer le suspense plus longtemps, et puis vous avez déjà lu le titre de ce blog, ce sera : "les 3 joueurs qui m'inspirent le plus".

Il est toujours beaucoup plus facile de critiquer et d'être jaloux de quelqu'un plutôt que d'apprendre de lui et reconnaître ce qu'il fait de mieux que nous. Je me suis personnellement rendu compte au fil du temps que ma fierté et mon égo avaient été un frein à ma progression pendant un bon moment. Je pensais que je pouvais tout apprendre seul et que je pouvais battre n'importe qui. Parce que bon, si quelqu'un gagne plus et a davantage de succès que nous, c'est forcément parce qu'il est plus chanceux, pas vrai ?

Pourtant, même les meilleurs joueurs s'inspirent des autres pour progresser. Ils n'ont pas peur d'admettre qu'un de leurs congénères est meilleur qu'eux sur un aspect de leur jeu, de leur mental ou de leur préparation. Durant l'année 2018, je me suis beaucoup inspiré de Bencb789, un joueur allemand qui m'a apporté beaucoup sur tous les plans : technique, mental et préparation. J'ai essayé de suivre tous ses conseils à la lettre. Je me suis peut-être dit qu'après tout, un joueur qui connait tant de succès devrait être capable de dispenser de bons conseils !

Toutefois, ce n'est pas de l'école allemande dont je voudrais vous parler ici, mais plutôt de l'école latine. Car au sein du Team Winamax, et depuis son ouverture à l'international, nous avons la chance de cotôyer de près plusieurs joueurs de classe mondiale, qui possèdent chacun... Lire la suite

[Blog] Citoyen modèle

Par dans Général il y a 3 mois.

Joao Vieira
Nous faisons face à la crise la plus importante de nos générations. Nos ancêtres ont mené la guerre sur des champs de bataille. Pour la notre, le théâtre des opérations est un hôpital. Nous avons tous un rôle à jouer. Autour de moi j’en vois beaucoup qui se sont transformés du jour en lendemain en épidémiologistes, en experts santé. Cela peut se comprendre : nous sommes tous effrayés et anxieux. Mais il y a un rôle qui conviendra bien mieux à la situation, un rôle bien plus simple à jouer, un rôle dans lequel nous pouvons tous viser l’excellence : celui du citoyen modèle.

En quoi consiste le rôle de citoyen modèle ? J’ai suivi le développement de la crise du COVID-19 depuis le mois de janvier. J'ai pas mal réfléchi à ce que nous pouvons tous accomplir au niveau individuel.

1. Information : le citoyen modèle est quelqu’un de bien renseigné, mais est aussi capable de filtrer les informations selon leur provenance afin de ne retenir que celles émises par les spécialistes. La vigilance est de mise afin d’éviter de propager des informations erronées à destination d’un public qui n’est pas toujours bien informé. Votre ami qui pense encore que « c’est juste une petite grippe » doit comprendre que ce n’est pas le cas.

2. Responsabilité : le citoyen modèle observe avec une discipline quasi militaire les consignes des autorités, et propage la bonne parole autour de lui. Au point où nous en sommes, les sacrifices qui nous sont demandés ne représentent que peu de choses en comparaison de la cause commune pour laquelle nous nous battons. Comme l’a dit le premier ministre du Portugal : « Nous sommes en lutte pour notre survie. »

3. Gestion de nos émotions : nous sommes tous en train de flipper. La peur a un effet paralysant. Il faut... Lire la suite

[Blog] Nos vies sans poker

Par dans Life Style il y a 4 mois.

Blog Nos Vies Sans Poker

Lors d'un récent repas de famille, une tante m'a demandé : "Si t'étais pas joueuse de poker, tu ferais quoi ?" Je lui ai répondu : "Être maman ! C'est le plus beau métier du monde !" Non, je déconne. Celui qui a inventé cette phrase devait certainement être un mec qui autrefois lavait des anus d'éléphants. Mais, entre nous, j'ai galéré à lui répondre. Je crois d'ailleurs que j'ai préféré la féliciter sur sa très belle tarte au citron pour esquiver la question. Pourquoi aurais-je envie de faire un autre métier ? Le jeu me passionne, je voyage, chaque tournoi que je dispute peut être un bouleversement financier, il y a de l'adrénaline, des rencontres et de la stimulation intellectuelle. Bref, joueuse de poker pro, ça me va bien. Mais alors que je tentais tant bien que mal d'enlever ce morceau de pâte feuilletée ayant réussi à se coincer au-dessus de ma canine, je me suis demandée ce qu'ils feraient comme taf, mes petits copains du Team, s'ils n'avaient pas percé dans le poker... Coup de chance pour vous, j'ai réussi à me procurer leurs biographies parallèles.

Aladin Reskallah : créateur d'appli de rencontre

AladinFondateur de l'application PicAndDate, Aladin Reskallah figure sur la liste Forbes des 50 personnalités de moins de 35 ans les plus riches du monde. "Sur mon campus au Canada, j'ai vu cette nana absolument magnifique et je ne savais pas comment l'aborder, expliquait Aladin à son biographe. J'avais vraiment envie de croquer ses lèvres," poursuivait-il, avant d'être interrompu. "Oui, pardon, c'est là que j'ai eu l'idée !" Sa révolution ? Une application permettant de prendre en photo un individu pour immédiatement accéder à son prénom et son numéro de téléphone. "Je me suis approché d'elle et je l'ai prise en photo," se... Lire la suite

[Blog] Le temps n'attend personne

Par dans Général il y a 5 mois.

João Vieira Blog

Un nouveau jour. Une nouvelle semaine. Un nouveau mois. Une nouvelle année. Une nouvelle décennie.

2019 est derrière nous. Place à 2020 ! Le temps file. J’ai maintenant 30 ans. Nous avons vécu vingt années entières depuis la crainte du bug de l’an 2000. Cette époque est tellement loin qu’elle me semble appartenir à une autre vie.

J’ai vécu une année 2019 exceptionnelle… et le reste de la décennie fut tout aussi chouette. Plein de belles choses me sont arrivées. Beaucoup de choses moins réjouissantes, aussi, mais à chaque fois cela fut l’occasion d’apprendre. Profiter au maximum des bons moments, et être capable de sortir grandi des mauvaises périodes : je dirais que c’est la leçon la plus importante que j’ai apprise au cours des dix dernières années.

Il y a 10 ans… je découvrais à peine cette chose appelée "poker". Je rêvais en me disant que ce jeu pourrait se transformer en job, et qu’un jour, peut-être, je jouerais pour de belles sommes, pourquoi pas aux World Series of Poker. 10 ans plus tard je peux toucher mes rêves du doigt. Le bracelet de Champion du Monde repose devant mes yeux tandis que j’écris ces lignes. Tous mes objectifs initiaux ont été réalisés.

Il y a 10 ans j’observais Ivey et Negreanu avec une ferveur quasi-religieuse sur un obscur site de streaming. De nos jours je les affronte régulièrement. Il y a quelques mois je me même suis retrouvé sur une épreuve de 8-game à 25 000 $ avec l’un assis à ma gauche... et l’autre à ma droite.

Joao Vieira
Il y a 10 ans le rail criait "Vamooooo Akkari!!" lors des finales du Brésilien, et c’était aussi mon cri lorsque je me retrouvais à tapis. Une décennie plus tard, Andre est un ami proche, et je suis reconnaissant de pouvoir apprendre de lui jour après... Lire la suite

[Blog] Le roi est nu

Par dans Général il y a 8 mois.

Blog João Vieira

J’ai récemment lu un article à propos de Ricky Rubio – joueur NBA, MVP des Championnats du Monde 2019 – et de son coéquipier en sélection nationale, Victor Claver. Les deux hommes viennent d'inaugurer un centre de rééducation pour les victimes du cancer et leurs familles. Rubio a perdu sa mère à cause du cancer, et Claver son père. À l’époque, Ricky a passé de nombreuses heures avec sa mère dans un centre de ce type. Selon ses mots, elle serait bien plus fière de lui pour cet acte que pour son récent titre de Champion du Monde.

De son côté, Lebron James a lancé un programme appelé "After School All Stars", qui aide les enfants de sa villa natale d’Akron, Ohio à intégrer une université et décrocher leur diplôme. 800 enfants en profitent actuellement, leur scolarité financée à hauteur de 10 000 $ par la fondation de Lebron.

Fier de Lance

Lance Armstrong

Il y a environ quinze ans, j’avais quinze ans. J’étais déjà professionnel de basket et toutes mes idoles étaient des joueurs de basket. Jordan représentait le Saint Graal, Kobe le Prince et Iverson un moins que rien. Je n’ai jamais été un grand fan de cyclisme, pour n’avoir passé que peu de temps sur un vélo, mais Lance Armstrong était mon idole sportive numéro 1.

Ce n’était pas pour son coup de pédale, pas pour ses titres non plus. C’était pour sa capacité presque surhumaine à surmonter les obstacles. Ce mec avait survécu au cancer, fondé une association de lutte contre la maladie (Livestrong) et encourageait des milliers, peut-être même des millions de combattants du cancer à continuer à se battre et réaliser leurs rêves. Voilà pourquoi il était mon idole. Après avoir vaincu le cancer, il est incontestablement devenu le meilleur cycliste de tous les temps, et s’est servi de ses... Lire la suite

[Blog] Loving Las Vegas

Par dans Tournois Live il y a 9 mois.

Blog Mustapha Kanit

Mon été 2019 à Las Vegas a été une expérience incroyable. Je m’y suis rendu en retard, comme d’habitude, vers fin juin. Dès mon arrivée, la magie a commencé à opérer. Avant de partir, de chez moi, j’étais en contact avec mes amis déjà sur place et je leur disais : "Ne vous inquiétez pas ! La chance sera de nouveau avec vous quand moi je serai là-bas !" Si on m'avait dit que cela fonctionnerait à ce point-là, je n'y aurais pas cru...

Big One pour gros frisson

À peine descendu de l’avion, j’ai pu tout de suite assister à la victoire de João. Je savais qu’il avait vraiment à cœur de décrocher son premier bracelet WSOP. Vamos Porto, tu l’as fait ! D’autant que, pendant le mois précédent sa victoire, João avait joué à un rythme de presque deux ou trois tournois par jour, mais sans résultat probant. Au milieu d’une période sombre, la victoire la plus importante est donc enfin arrivée. Pour tout le Team, ce fut un moment fantastique mais, de mon côté, je savais que ce n’était encore que le début.

Dario ITW Mustapha

Fan numero uno !

Car ensuite, plusieurs autres deep runs se sont enchaînés. On pouvait sentir la magie dans l’air. J’avais comme un pressentiment : quelque chose de grand allait se passer pendant le Main Event. Les jours passaient et moi je passais mon temps à supporter comme un fou deux de mes plus chers amis : le "lionceau" Romain Lewis  et Super Dario Sammartino.

C’est difficile d’expliquer toutes les émotions que l'on ressent en suivant d’aussi bon potes pendant les phases finales d’un tournoi pareil. Je joue au poker depuis douze ans et j’avais rarement ressenti un sentiment comme celui-là. On était entre 50 et 60 personnes, tous habillés du même tee-shirt personnalisé (merci Ryan Riess pour les avoir fait... Lire la suite

[Blog] De Naza aux WSOP

Par dans Tournois Live il y a 11 mois.

Joao Vieira

Je m'appelle João Vieira et il y a 16 jours, le 4 juillet 2019, j'ai remporté mon premier bracelet World Series of Poker et le plus gros gain de ma carrière. Je peux désormais le dire : je suis champion du monde.

Sauf qu'il y a un mois, je n'avais pas encore atteint les places payées d'un seul tournoi aux WSOP 2019 : un beau zéro pointé en dix-huit tentatives. Pareil les trois années précédentes, au cours desquelles j'étais passé par des phases de 15 à 17 tournois sans faire l'argent. Ma première perf' notable à Las Vegas est arrivée après 180 tournois et 1 200 jours. Vegas a toujours été un désastre, du moins jusque cette année.

J'ai fait 14 tables finales de tournois High Roller et deux douzaines de demi-finales sur des Main Events avant d'en remporter un. 

J'ai terminé deuxième du classement EPT Player of the Year et plusieurs fois dans le Top 10. J'ai terminé Top 3 deux fois du classement Pocket Fives Player of the Year. Mais je ne les ai jamais remportés. J'ai terminé six fois dans le Top 10 du classement Player of the Year des WCOOP et SCOOP confondus, avant de le remporter trois fois lors des quatre dernières années.

J'avais fait un peu moins de 20 finales de séries online avant d'en remporter un. J'ai désormais 5 titres à mon actif et j'ai remporté un titre de toutes les séries majeures online.

J'ai joué mon premier Super High Roller à 50 000 € en décembre 2014, lors de l'EPT Prague, trois ans après être passé pro. J'ai attendu trois ans de plus avant d'en rejouer un. Je suis désormais un joueur régulier de ces limites et j'ai construit ma bankroll sans avoir remporté de titre majeur sur le circuit.

Il y a six ans, j'ai joué mon tout premier EPT. J'ai attendu 50 gros festivals avant de... Lire la suite

[Blog] Le comment du pourquoi

Par dans Général il y a plus d'un an.

João Vieira Blog

Si tu ne sais pas pourquoi tu fais ce que tu es en train de faire, je suis quasiment sûr que tu n’es pas très bon à ça.

Pour réussir ce que l'on veut entreprendre, il suffit d'une raison, primordiale : il faut tendre vers un but donné. On peut avoir un objectif fort et ne pas réussir par manque de dévouement. On peut avoir un objectif fort et ne pas réussir par manque de persévérance. Savoir "pourquoi" vous avez choisi cette voie ne vous mène pas directement jusqu’au but en lui-même, mais si ce "pourquoi" n’est pas suffisamment fort et clair dans votre tête, vos chances d’accomplir quoi que ce soit de tangible sont proches du néant.

Il ne suffit pas de se fixer un certain objectif mais surtout de savoir "pourquoi". C'est selon moi l’élément central de toute motivation. Prenons un exemple concret, avec une équipe de football de jeunes de 15 ans :

Le Joueur 1 joue parce qu’il veut devenir joueur de foot professionnel. C’est son objectif. Il veut devenir pro parce qu’il adore le foot et qu’il veut aider sa famille à sortir de la pauvreté. C’est son "pourquoi".
Le Joueur 2 joue parce qu’il veut devenir joueur de foot professionnel. C’est son objectif. Mais quand on lui demande pourquoi, il ne sait pas quoi répondre ou simplement "parce que". Il n’a pas de "pourquoi".
Le Joueur 3 joue au foot pour s’occuper.

Le Joueur 3 n’a pas d’objectif et donc peu de chance d’accomplir quoi que ce soit. Il peut évidemment devenir un grand homme mais on ne se souviendra, a priori, pas de lui pour sa carrière footballistique.

Le Joueur 2 a un objectif mais n’a pas d’intention, de "pourquoi". Il peut devenir un joueur décent mais ce manque de raison suffisante lui posera de gros problèmes chaque fois qu’il se retrouvera... Lire la suite

[Blog] Le conflit intérieur

Par dans Life Style il y a plus d'un an.

FB

Alors que j'écris ce blog à la fin de l'année 2018, voilà déjà sept ans que je suis assez chanceux pour évoluer dans le poker à son plus haut niveau. J'ai appris beaucoup de choses au travers de ce jeu, mais aucune n'a été plus importante que le développement de mon intelligence émotionelle et la profondeur à laquelle je peux désormais me comprendre - et donc, en conséquence directe, comprendre les autres.

Une des choses que le poker m'a appris et que j'applique dans ma vie de tous les jours, c'est que qu'importe la voie que vous choisissez, les buts que vous vous fixez, d'où vous venez, qui vous êtes, vos caractéristiques sociales, etc., nous faisons tous face à la même lutte : le conflit intérieur.

On s'en fiche de nos circonstances, de nos challenges ou de nos adversaires : il n'y a pas de compétition. C'est juste nous contre nous même, et si vous parvenez à vous vaincre, personne d'autre ne peut le faire.

Ce conflit, nous y faisons face quotidiennement sans même nous en rendre compte. Dès lors qu'on reporte une corvée, on perd. Quand on sait qu'on a besoin de repos, mais qu'on ouvre Netflix, on perd. Quand on appuie sur snooze pour faire taire notre réveil, on perd. En revanche, quand on n'a aucune envie de lancer une session et qu'on lance quand même les tables, à l'heure, focus, on gagne. Quand on a la flemme de partir courir et qu'on y va quand même, on gagne. Quand on se tape une sale journée mais qu'au lieu de l'accepter, on décide de changer d'attitude pour la voir différemment, on gagne. La liste des petites batailles quotidiennes que je dois remporter en 2019 pourrait prendre des pages et des pages. Mais Stephane m'a dit que ce blog devait être prêt avant la fin de l'année.

Joao Vieira

David Goggins - un... Lire la suite

[Blog] Le long terme, c’est long !

Par dans Life Style il y a plus d'un an.

João Vieira Blog Facebook

"Ça va marcher sur le long terme." Voici l'une des expressions que l'on entend le plus chez les joueurs de poker quand ils reviennent sur une main. Cela veut souvent dire que l'action n'a pas donné le résultat escompté dans cette situation donnée, mais que, si on continue de la répéter face à ce même problème, elle fonctionnera suffisamment souvent pour nous faire gagner de l'argent. Quand on met ces mots ensemble, on renforce l'idée que, même si l'issue n'était pas la bonne aujourd'hui, répéter cette façon de jouer est la bonne façon de faire. On renforce le chemin sur lequel on avance, pas notre résultat immédiat.

Comprendre le concept simple que toutes les bonnes décisions ne se changeront pas en résultats positifs, et que de mauvaises décisions peuvent parfois engendrer des issues positives est extrêmement important pour comprendre le poker. Assimiler le fonctionnement de la variance est aussi très utile pour le reste de nos vies.

Combien d'entre nous ont déjà modifié des bonnes choses dans leur stratégie à cause d'un manque de confiance en période de bad run ? Combien ont commencé à remettre en question tout ce qu'ils faisaient aux tables parce qu'ils étaient en train de perdre depuis un petit moment ? Combien ont répété les mêmes erreurs pendant des années, pour ne les remarquer que lors d'une phase négative ? Combien se sont reposés sur leurs lauriers parce qu'ils étaient tout le temps en train de gagner ? Gardez foi en la voie que vous avez choisie, les connaissances que vous avez emmagasinées et faites confiance à votre méthode.

De la même façon, dans notre vie de tous les jours, combien d'entre nous ont changé leur façon d'être, de se comporter, de traiter avec les gens, sur la base de quelques... Lire la suite