[Blog] Les clés pour un WPO Dublin inoubliable

Par dans Tournois Live il y a plus de 5 ans.

Les Winamax Poker Open représentent chaque année un épique casse-tête pour les joueurs de poker-slash-fêtards invétérés. Au SISMIX à Marrakech, la double casquette du festival est annoncée d’entrée de jeu : poker le jour, fiesta la nuit. Le sommeil, lui, n'est pas inclus au programme mais en se débrouillant bien, on peut profiter de tout. A Dublin, c’est différent : on est obligé de faire des choix ! Etant passée des deux côtés de la barrière sur ce WPO (un deep-run en 2013, une présence constante dans la Leisure Room les autres années), je vous livre quelques conseils pour profiter au maximum de cet évènement culte, autour des tables comme en dehors, et repartir avec des souvenirs plein la tête*.

Poker : le plaisir se prend aussi à table

Quand on vous dit qu'il s'agit du tournoi le plus fun de l'année, ce n'est pas seulement à cause de toutes les animations prévues hors des tables de poker ! Le Main Event du WPO offre un prix d’entrée modique (550€), un joli tas de jetons au départ (20 000), des niveaux de 45mn (lors du Day 1) puis une heure (à partir du Day 2), et un format « short-handed » riche en sensations fortes avec seulement six joueurs par table.

Si vous n'êtes pas forcément habitués à ces tables comptant six joueurs, sachez que le format permet de jouer beaucoup plus loose. Certes, ce que je vous dis n'est pas révolutionnaire mais chaque année, cela ne rate pas : le premier sortant est systématiquement un joueur inexpérimenté s'étant envoyé en l'air avec une paire d'As. Ce qui nous permet de retenir deux points :

1/ Il ne faut surtout pas sur-jouer ses grosses paires, et être capable de les jeter si l’on se sent battu.
2/ Il faut aller voir un maximum de flops avec des... Lire la suite

Garder du plaisir (2/2)

Par dans Tournois Live il y a plus de 8 ans.

Suite de l'article «Garder du plaisir (1/2) »

Jour 2 du Winamax Poker Open de Dublin. Fort d'un gros tapis et en pleine confiance,  je commence à regarder de plus près la structure : 304 joueurs restants (sur 818 au départ), 84 payés. Le plan A est de profiter de mon gros stack pour écraser la bulle. Faute de quoi le plan B est de ne pas faire de conneries. Le plan C se trouve au bar. Problème potentiel : je me retrouve toute la journée à une table piège avec de sacrés personnages, également munis de gros tapis. Présentation.

- En face, Toufik joue son premier tournoi live, mais il n'est pas venu faire de la figuration. Il me sur-relance à la première occasion, et sa poker face est impeccable derrière un costume assez déroutant dans un style « Ali G aime le rouge ».

- A ma gauche, un ingénieur qui me montre des photos de ses enfants tout en m'expliquant qu'il est intimidé de jouer à ma table, ou encore qu'il ne veut pas sauter avant la bulle. Le croyant de bonne fois, je m'attends à lui rouler dessus... Mais le bonhomme est-il crédible ? Floating, 3bet sur mes ouvertures, relance premier de parole, tout y passe... J'ai l'impression d'être le pigeon de service !

- A ma droite, un joueur qu'on ne présente plus : Le King de St-Tropez. Pardon, je prononce mal : Le KIIING de Saint-Trrrrrrrrrrrropez ! Plagiste de profession, blagueur infatigable et imprévisible, il n'a pas son pareil pour animer une table. On l'appelle ainsi car il aime bien défendre n'importe quel Roi (oui, oui, K5, K2... TOUS !). Attention il se fait passer pour un rigolo (notamment car c'en est un !) mais il n'est pas là (que) pour plaisanter.

Je l'ai vu faire un fold incroyable sur un flop hauteur Dix avec deux As en main (il... Lire la suite