Team Winamax: quand le poker devient un sport collectif

Par dans Tournois Live il y a plus de 12 ans.

13 joueurs, 1 manager , 1 entraîneur , des supporters...

Vegas est derrière moi et la saison a repris tambours battants


La saison 2008/2009 vient de commencer avec le PPT à Cannes et l’EPT Barcelone.

Depuis environ trois ans que je suis sur le circuit, je n’affectionne pas particulièrement le début de saison bien que les villes où se déroulent les tournois soient plus qu’agréables.

Mais cette année a une saveur toute particulière même si mon démarrage n’a vraiment pas été fameux. Tout d’abord à Cannes, où je n’ai pas pu développer mon jeu, ayant perdu les 3/4 de mes jetons en début de tournoi sur un board avec 4 trèfles où mon adversaire, après avoir checké la river, call mon bet équivalent à son tapis avec brelan d’as en me disant "je te mettais sur 2 paires" (lol).
A Barcelone je suis très vite monté a 32,000 jetons (tapis de départ : 10,000) avant de perdre dans l’avant-dernier niveau de la journée un pot monstrueux avec [Ah][2h] sur un flop
[3h][5h][Kd] (donc tirage quinte et couleur) contre [Ac][Ks]. Ce jeu peut être parfois aussi cruel qu'il n'est beau: la turn et la river sont As et AS. Sick…

Mais ce début de saison a une saveur toute particulière parce que...

Tout d’abord car je ne suis plus seul. J’attendais la rentrée des classes avec impatience, je n'avais pas vu mes co-équipiers depuis les WSOP pour la plupart, et ils m'avaient sincèrement manqué.

La Team Winamax est vraiment une famille, pas en or, mais en diamants.

Et ce n’est surement pas un hasard si lors des deux premiers tournois majeurs de la saison, deux joueurs du Team se sont hissés jusqu’en finale.

J'ai compris que le poker était un sport collectif et même si le but est d’émerger personnellement, je... Lire la suite

Compte rendu EPT Barcelone

Par dans Général il y a plus de 12 ans.

C’est avec une immense joie et un indescriptible bonheur que je vais tenter de vous délivrer mes impressions à chaud « jour après jour » sur mon parcours à l’EPT de Barcelone.

Vivre un tournoi EPT ou WSOP c’est parcourir un panel très vaste de sentiments, de techniques et de coups. Je vais tenter de partager avec vous ce long combat de 4 jours que j’ai vécu à Barcelone, ces hauts et ces bas (plus de haut que de bas, je dois l’avouer) et les sentiments qui m’ont guidé tout au long de mon parcours.

JOUR 1 :

On ne gagne jamais un tournoi lors du 1er jour, par contre on peut le perdre

Le début du tournoi fut difficile :  j'ai lutté avec un petit tapis pendant quatre niveaux en "grindant" petit à petit, et en ne risquant jamais tous mes jetons. J'ai oscillé entre 6,000 et 15,000 de tapis toute la journée. Après une pause bouffe avec d'autres membres du Team (Alexia Portal, Nicolas Levi) et Brice Cornut, j'étais ressourcé et motivé.

Dès ma 1ère main du retoau retour du break, je relance à 750 au "hijack" (deux places avant le bouton) avec [10d] [Jd]. Le bouton me sur relance à 2,750, cela sentait le reraise classique du bouton en mode "resteal", j’ai donc suivi.

Le flop tombe [Qs] [9s] [9h] je check-raise à tapis sa mise de 3,000 : je risque mon tapis entier... Mais lui aussi risque tout son tournoi ayant un tapis équivalent. Il passe : je n’ai pas l'habitude de montrer mes bluffs mais là je voulais provoquer l'adversaire parce que je le sentais fébrile.

Deux coups plus tard je touche [10d] [Jh] à nouveau et ce même joueur relance ma blind de 300 à 700, je paie.

Flop [Jd] [8h] [4d] je check il mise 750 et je paie. Turn  [7h] je check il mise 2,000 je paie à nouveau. Rivière [9d] : j'ai la quinte.

Je reprends la main et je mise 6,000,... Lire la suite

Sébastian Ruthenberg à Barcelone

Par dans Tournois Live il y a plus de 12 ans.

Alexia Portal est "Nechee Girl" Salut à tous,

Que de tensions en regardant l'EPT live avec benjo et ses invités pour encourager de mon "chez-moi" douillet notre Davidi ...

Retour sur mes impressions de Barcelone et sur la bonne grosse dose de chance ou de rencontres, bonnes rencontres de préférence, qu'il faut pour en arriver là !

J'ai eu le "plaisir" de jouer la moitié de mon day 1 de Barcelone avec Sébastian Ruthenberg, que vous avez sans doute suivi dans sa finale. Et lors de ce Day 1, je peux dire en tant que témoin (non, je n'ai jamais eu l'occasion d'être sa proie, d'autres s'en sont chargé à sa place) que Sébastian est revenu plusieurs fois de loin, de très, très loin.

Exemples en images ...

En collant avec K4 en main un all in, les 2/3 de son tapis, sur un flop Kxx ! Son malheureux adversaire, un français, possédait lui AK ... mais le 4 sort à la rivière et "hop papa" ... ou quand la chance rattrape la lecture de l'adversaire !

Ou cet autre coup, où il call, avec une seconde paire au board, un adversaire qui, lui, possède une double paire ... mais son faible kiker lui permet de faire une quinte par le bas des plus improbables (merci turn et rivière)... lui même n'en revenait pas ceci dit ...

Bref, et ça n'enlève rien aux joueurs qui gravissent les plus hautes marches, mais il y a des coups non légitimes qu'il FAUT GAGNER pour y arriver. Et souvent ce sont des coups dont on ne parle pas ensuite. Maurice Pialat disait toujours que les meilleurs films, on ne les verrait jamais car ils existent avant "moteur" et après "coupez" !

That's poker !

Bises et à très bientôt de Londres

Onlive

Par dans Général il y a plus de 12 ans.

Mon monde du poker "high stakes" est en train de s'écrouler comme un château de cartes : l'Haussmann et le CIC, deux des cercles fréquentés par les plus gros joueurs de poker d'Europe viennent de fermer leur portes. Espérons que cela ne soit que provisoire. Il ne reste plus aujourd'hui que l'ACF (et aussi, dans une moindre mesure, le Gaillon et Wagram) pour accueillir la fine fleur du poker parisien.

Heureusement qu'il reste encore quelques cercles à Paris, parce que je me vois mal me déplacer au casino et payer 4% de prélèvement sur chaque coup. Croyez vous que ce chiffre diabolique peut être vaincu ?

2008 fut la plus belle de ma carrière en cash-game (et peut-être aussi en tournoi, d'ailleurs) Très vite en début d'année, j'ai compris que ma forme était à son apogée et j'en ai donc tiré le maximum, en jouant le plus possible et en gonflant des pots plus que je ne l'aurait fait en temps normal. Cela a fonctionné.

Oui je crois a la loi des séries, au poker on appelle ca les "rushs". Et vous savez quoi ? Je suis l'un des deux seuls gagnants cette année, dans une partie où une vingtaine de joueurs se disputent la part du gâteau. Rien d'anormal : en ligne, c'est pareil, seuls 8% environ des joueurs sont gagnants. Malgré un rake conséquent (j'aurais gagné deux fois plus si les parties n'étaient pas prélevées), je m'en suis tiré plus qu'indemne.

Le rake des cercles de jeux est plus de deux fois inférieur au rake des casinos. Avec les chiffres que je vous ai donnés plus haut, il y a quelque chose d'intéressant à déduire: si les cashgames de cette année avaient eu lieu dans des casinos, hé bien, malgré ma forme, j'aurais été perdant ! Autant vous dire que le taux de gagnants serait passé de 10 à 0% avec les... Lire la suite

Entre Barcelone et Londres, il n'y a qu'un pas...

Par dans Général il y a plus de 12 ans.

Dîner avec MIK.22, Juliette, Elky, Antony Lellouche et Serge DidisheimAprès avoir sauté de l' EPT Barcelone, il est dur de se plaindre tellement la ville regorge de lieux divertissants (en témoigne la photo ci-jointe, un peu floue je l'admets, mais néanmoins sympathique).

Suite à ce dîner agréable en compagnie de Mik22, Juliette, Elky, Antony Lellouche et Serge, nous sommes repartis en direction du casino afin d' encourager notre Davidi national (désormais international...), et bien nous en a fait, car il a fini à une très belle 3e place. Félicitations à lui !!!

En ce qui concerne mon parcours espagnol lors de la compétition, il se termine sur une main "standard", j' arrive à une nouvelle table, je fold 3 mains, puis j' atterris sur la grosse blinde avec T9 de pique avec 25200 jetons, blindes 600/1200. Mon adversaire relance au cut-off (un cran avant le bouton) à 3200, j' ai 20 blindes j' envoie tapis, il réfléchit (ou pas...) et décide de tenter le va-tout en callant avec .... A4 de carreau.

En gros, il split contre A2 ou A3, perd contre tous les autres As supérieurs (au kicker), est sévèrement dominé par toutes les paires supérieures au 3 (!), et joue environ a 45% contre tout le reste de mon "range" (KQ,QJ,T9s etc). Bref, il paye, flop 568 avec 2 carreaux et un pique, bof, turn Dame de pique, hhhummm, je joue les 9, les T, les 7, les J, les piques ( en excluant les carreaux), bref un solide 45% préflop; Enfin y a pas grand chose de solide de nos jours me direz vous...

Étape suivante : WSOP Europe, tournoi à 1500£. Vais-je continuer dans mon bad run, après Cannes et Barcelone ? Peu m'importe, je ne suis pas seul : Michel "MIK22", Guillaume de Gorce, Julien "Yuestud" sont également présents. Nicolas Levi arrivera également quelques instants... Lire la suite

Rock around the Globe

Par dans Tournois Live il y a plus de 12 ans.

C'est parti pour une nouvelle saison sur le circuit. Après les vacances -super cool- à l'île de Ré avec Juliette, Valentine et Victor, je vais voyager avec les amis du Team, jouer les grands tournois, avec la chance -l'espoir en tout cas- d'accrocher une bonne performance et de gagner beaucoup d'argent...Pour moi, c'est le rêve qui continue !

C'est donc gonflé à bloc que j'arrive à Cannes en ce début septembre, pour la finale du Partouche Poker Tour. Je vous livre ici quelques impressions en images (en remerciant au passage mon ami “Jo Hack'em” pour les photos)...

Patrick Bruel avant le tournoi: "Ecoute, c'est simple, tu n'as qu'à compter jusqu'à dix et après tu dis Tapis..."


Patrick Partouche


Pour un coup d'essai, un coup de maître dans le légendaire casino Palm Beach de Cannes : structure lente, organisation attentive et couverture médiatique à faire pâlir d'envie les WSOP ! Après des milliers de joueurs dans les satellites de qualification dans toute la France, cette finale a attiré 480 joueurs, dont tous les meilleurs Français et une pléiade de stars internationales (Phil Ivey, Scotty Nguyen, Gus Hansen, Glen Chorny, Chris Ferguson, Juha Helppi, etc). Seul bémol: un prélèvement -trop- important sur le buy in de 8500€.


Ludovic Lacay, dit "Sir Cuts"

Tu peux garder le sourire, Ludo, car malgré ton élimination précoce et ton "bad run" qui dure depuis plusieurs mois, ton talent parlera bientôt, j'en suis sûr ! Tout comme je suis certain que les résultats de tout le Team vont défrayer la chronique cette saison.

Arnaud "-FrenchKiss-" Mattern

Aah, Arnaud...Quel coup terrible tu as subi ! Tu termines dans l'argent mais sans un coup tragique perdu à la bulle, tu aurais sans nul doute écrasé... Lire la suite

Barcelone: La recette du Bloggy-blogga version tapas

Par dans Tournois Live il y a plus de 12 ans.

Exceptionellement sans chapeau et avec 10 kilos en moins!

Non mais, y'a pas que Benjo qui sait faire des titres idiots :-) Si vous ne connaissez pas le titre de ce post, vous n'êtes pas assez vieux... désolé, vous êtes éliminés!

Je débute donc ce blog par ma première journée a Barcelone. Une journée bizarre ou j'étais bien plus fatigué au début qu'a la fin (l'effet salle de gym?) et où je suis monté en puissance au fil des heures.

Après être tombé a un tiers du tapis de départ, notamment en tombant sur le brelan max et la couleur de Bruno Fitoussi que je jouait pour la première fois, je traversait une période désert. Avec une fatigue intense que je ne m'explique pas, j'avais du mal à rester réveillé et gérait mes efforts. Mode coffre fort pendant 2h, facile a jouer puisque je ne touchais rien.

Heureusement j'ai de la ressources, et si tout les coups que j'ai gagné sont discutables, je ne me suis pas trompé une seule fois dans mes reads. Sur un pied dansant toute la journée je pense que les coups vont vous intéresser.

Tout d'abord je relance KJ et je suis payé par un excité de service en blinde. Je check derrière lui sur un flop KT8 avec KJ tellement je suis sur que mon adversaire envoie boite sur tout les turn quasiment. Turn Q il envoie et je paye plus vite que l'ombre de Lucky Luke (qui rappelons le est elle même mois rapide que Lucky Luke Himself). Il montre 22 et je rigole intérieurement surtout quand la rivière ne lui apporte pas de miracle.

Je gagne ensuite un gros coup sur Bruno ou je relance UTG avec un connector, le flop apporte AKX avec deux carreaux et je représente l'as en misant. Il paye et je le sens assez faible, peut être un As moyen ou un K, qui sait peut être les carreaux. A la turn tombe une... Lire la suite

First blood

Par dans GénéralTournois Live il y a plus de 12 ans.

manub+moumouth=action!

Salut tout le monde, enfin un blog poker pour le team!

C'est mon premier message ici, et à l'avenir vous pourrez y retrouver régulièrement quelques unes des mains les plus intéressantes / rigolotes / sickissismes (oui, je parle couramment l'Elkyien).

Cette rentrée poker est difficile ! Après une élimination tardive proche de la bulle lors de la finale du Partouche Poker Tour, me voilà dans ma chambre d'hôtel à Barcelone, après m'être fait éliminer au jour 1B dans une situation très délicate: j'ai monté tranquillement mes 10k jusqu'à 26k lorsque je suis changé de table. A peine le temps de m'installer qu'on me distribue AK dépareillé UTG. Je relance à 800 (150/300 ante 25), et le joueur situé juste à ma gauche, un gros asiatique affublé de la panoplie des joueurs du net - casquette, lunettes noires, Ipod) et aux commandes de la table avec un stack de plus de 60k, me jette un furtif coup d'oeil. Je sens ses yeux descendre vers mon stack, et soudain il agrippe une poignée de jetons rouges et annonce une relance à 6000 !

Selon moi il y a deux façon d'interpréter cet overbet singulier: soit ce joueur est ultra agressif tendance donkey et veut jouer l'intimidation dès ma première main (indices en faveur de cette théorie: son stack, son look, la soudaineté de son geste), soit c'est un bon joueur tricky qui vient de récupérer une premium indétrônable et joue sur le manque d'infos à ma disposition pour essayer de me faire croire qu'il appartient à la première catégorie (indices en faveur de cette théorie: nos positions relatives, il reste 5 joueurs à parler derrière lui, un bon joueur ne prendrait pas le risque de sur-relancer aussi fort avec autant d'opposition sans avoir ce qu'il représente, mon... Lire la suite