[Blog] Mes meilleurs moments de poker

Par dans Général il y a 1 mois.

CréaBlogGaelle
Vous ne croyiez tout de même pas que j'allais vous laisser mariner avec les pires moments de ma carrière ? Car tout de même, il y a fort heureusement un paquet de très bons moments que je peux vous narrer ! J'en ai sélectionné cinq mais la liste aurait pu s'allonger à dix, vingt, trente... Et ce n'est pas parce que le poker live est à l'arrêt en ce moment que je ne compte pas agrandir la liste à l'avenir.

5/ Ma première place payée au sein du Team Winamax

Tout est allé très vite à mes débuts au sein du Team W. Après ma soirée d'intronisation et un premier European Poker Tour disputé à Deauville en 2012, c'est à Monaco que je me rends pour jouer l'un des tournois les plus prestigieux du circuit, la finale EPT à Monte-Carlo. 10 600 € le droit d'entrée et un mincash à 15 000 €, c'est une sacrée somme !

Alors que je découvre la somptueuse Salle des Étoiles, je sens un peu de nervosité monter en moi à l'idée de prendre part à ce tournoi réputé. Je parviens à passer les deux premiers jours, mais le début de mon Day 3 ne se déroule pas comme je l'aurais souhaité, et je me retrouve rapidement short stack à l'approche de la bulle. À cet instant, une pensée me traverse l'esprit : atteindre l'argent pourrait bien être l'ITM le plus important de ma carrière ! Car en ne faisant aucun résultat durant toute mon année de sponsoring, je m'imaginais ne pas être reconduite l'année suivante. Je me mets donc en tête que ce cash m'éviterait au moins de faire une année blanche, un objectif que je ne me fixerais plus maintenant mais qui était lié à la pression inhérente à l'intégration dans une équipe aussi prestigieuse.

GaelleMonaco
Les éliminations sont lentes mais avec mes quinze blindes à l'approche de la bulle, j'ai vraiment bon espoir... Lire la suite

[Blog] Un EPT Prague fou, fou, fou !

Par dans Tournois Live il y a 10 mois.

Pierre Calamusa Blog

Comme chaque année, l’EPT Prague était marqué d'une pierre blanche sur mon calendrier. Il marquait le début de mon travail avec mon entraîneur personnel Déryc Mousset. Un changement important dans ma préparation. Je suis arrivé la veille du festival afin de mettre en place avec lui la routine la plus efficace possible.

Très vite, nous nous sommes mis d'accord sur un rythme totalement différent de celui que j'adoptais avant. Le principal changement était l'heure du réveil : 6h du matin, contre environ 11h30 les années précédentes. Le but était assez simple : petit déjeuner ultra copieux au Hilton, puis repos de 7h à 9h, échauffement et séance de cardio ou musculation de 9h à 10h puis une petite sieste. Je n'ai late reg aucun tournoi, me présentant à chaque fois au shuffle up and deal. Dès le premier tournoi, j'ai senti que ce rythme était optimal. Il m’a aidé à maintenir constance et concentration. À ce moment-là je ne savais pas encore à quel point j'allais en avoir besoin...

Le Roi des Day 1

Une 31e place sur le premier 1 100 € freezeout a commencé par me mettre en jambes, avant d'attaquer l'EPT National à 1 100 €, et y viser les 300 000 € à la gagne. J'en profite pour établir un record en finissant le Day 1 avec 900 000 jetons soit l’équivalent de… trente tapis de départ. Tout cela pour finir de nouveau à une honorable 31e place, pour 8 700 €. L’EPT National Highroller à 2 200 € ne donne rien, et je me retrouve assez vite engagé sur le Main Event à 5 300 €. Et là… je saute sur la première main du tournoi, ne respectant pas une règle pourtant basique au poker, stipulant de "ne jamais tenter de bluffer un milliardaire". Je me sens pourtant encore bien dans ma tête et plein d'énergie. Re-entry s’il vous... Lire la suite

Un premier rendez-vous idyllique

Par dans Tournois Live il y a plus de 5 ans.

Une paire de chaussettes par-ci, un caleçon par-là, la valise est en train de se remplir et pendant  ce temps-là, je rêvasse… J’imagine tous les scénarios possibles pour ce premier voyage à Deauville et donc les premiers tournois joués sous les couleurs de Winamax. Je me sens bien, je suis prêt en fait, et j’ai vraiment hâte d’entendre le bruit des jetons sur les magnifiques tables bleues de l’EPT.

La valise est maintenant bouclée. Il est temps d’embrasser ma femme et de serrer très fort ma fille dans mes bras, puis de vite monter en voiture. D’ici cinq bonnes heures de route, j’entrerai dans la danse ! Pendant le trajet, je pense forcément à la semaine de tournois qui arrive, à la façon dont je vais gérer tout ça. Mais je n’ai pas le temps de trop gamberger, car le GPS m’annonce tout à coup qu’il ne reste que quelques mètres avant l’arrivée à mon hôtel situé en plein centre de Deauville. Je jette les valises dans ma chambre et hop, direction le casino. Au loin, les tables de roulette me font les yeux doux, mais je ne suis pas là pour flamber et je fonce donc m’inscrire à un beau tournoi turbo à 1100€ qui devrait vite me mettre dans le bain !

Le tournoi a déjà  débuté quand je prends connaissance de ma table : je vois que Laurent Polito, récent vainqueur du WPT National Paris et runner-up du Main Event des Winamax Series XI, est assis quelques sièges à ma gauche.  Je ne risque pas de m’ennuyer.  Et cela ne loupe pas : j’attends une poignée de mains et je vois Laurent s’embarquer dans un coup où il squeeze puis se fait cold 4-bet à tapis. « Ah mince madame, je suis désolé, je suis trop engagé, c’est donc payé ». Et le voilà qui abat 52 assortis. Le bougre joue contre As-Dame et touche deux paires au flop ! Cette... Lire la suite

L'année de la confirmation

Par dans GénéralTournois Live il y a plus de 6 ans.

- 12 places payées

- 547,686 dollars de gains

- 2e bracelet WSOP (Event 19 - Pot Limit Holdem à 5,000$ l’entrée)

-64e du classement POY (Joueur de l’année) - 1er belge et 5e du classement LivePoker

Après une année 2012 vraiment exceptionnelle, il était important de confirmer. Et je crois qu'on peut dire que c'est mission accompli !

Cinq ans après le premier, l'obtention d'un deuxième bracelet WSOP à Las Vegas a été un moment très jouissif…

Mes principaux résultats


Les tournois Winamax

Winamax Poker Tour Paris - No Limit Hold'em High Roller 2,000€ - 57 joueurs : 2e (24,500€)

Winamax Poker Tour Paris - No Limit Hold'em Main Event 550€ - 1,222 joueurs : 57e (1,500€)

Winamax Poker Open Dublin - No Limit Hold'em 6-Max Main Event 550€ - 1,086 joueurs : 17e (5,200€)

J'ai été performant dans tous les tournois Winamax en live, de Paris à Dublin. Des tournois très conviviaux où on s’amuse beaucoup. Et quand je m’amuse, j'ai l'impression de bien jouer ! Il y a notamment eu ce heads-up mémorable du WiPT High Roller face à Mikedou qui n'a pas démérité sa victoire.

Les tournois WSOP

Event 16 – No Limit Hold’em Heads-up 10,000$ - 162 joueurs : 16e (26,237$)

Event 19 – Pot Limit Hold’em 5,000$ - 195 joueurs : vainqueur (224,560$)

Event 41 – Pot Limit Omaha 6-Max 5,000$ - 400 joueurs : 24e : 15,716$

Event 57 – No Limit Hold’em 5,000$ - 784 joueurs : 66e (10,354$)

Las Vegas me sourit généralement, je m'y sens bien. Le fait de savoir que je suis là pour deux mois et que je vais pouvoir enchainer beaucoup de tournois me donne de l'espoir.

Cette année, j'ai fait quatre places payées, dont une victoire dans le tournoi de PLH à 5,000 dollars l’entrée, deuxième... Lire la suite

EPT Berlin 2013 : Demain le back-to-back !

Par dans GénéralTournois Live il y a plus de 7 ans.

L'heure était venue de remettre mon titre en jeu : un an après le moment le plus mémorable de ma carrière de joueur de poker, je savais que j’allais être suivi de près par les médias spécialisés et par les passionnés de poker. Avec un karma positif, une énorme motivation, et une bonne dose de confiance en moi, je croyais secrètement en mes chances de doublé !

Day 1 : pas le scénario rêvé


Après un début de tournoi difficile où je perds rapidement la moitié de mon tapis, je refais mon retard grâce à deux pots remportés face à Sorel Mizzi : un 5-bet light non payé suivi d'un coup où ma couleur à tapis turn contre son brelan tient bon !

Je retombe alors à 22,000 lorsqu'arrive ce coup :

Niveau 6 / Blind 200-400 / Ante 50 / Tapis effectif de 21,000

Bertrand « ElkY » Grospellier relance à 800 UTG. Je paye en milieu de parole avec [Js][Ts] tandis que les autres joueurs passent.

Flop [7d][9d][Kc]

ElkY check. Avec mon double tirage quinte, je mise 950. Il paye.

Turn [8c]

ElkY check. J’ai désormais le jeu maximum et décide de miser 2,400. Il paye de nouveau.

River [5c]

ElkY check une troisième fois. Je value à 6,800, mais il me check-raise à tapis pour 9,500 de plus !
A cause du peu de profondeur qu'il me reste, j'enlève très rapidement les bluffs de sa range. Il n'y a pas de raison pour qu'il ne me donne pas de crédit et connait forcément ma réputation de « hero caller ». Avec la ligne qu’il a adopté, je ne pense pas qu’il a brelan : check-call 3 streets avec un brelan alors qu'il y a de nombreux tirages parait étrange. D’autant plus qu’il perdrait énormément de  value sur beaucoup de cartes si j'ai un jeu fait comme une paire d’As, un Roi, ou une paire... Lire la suite

Bilan de l'année 2012 et Objectifs pour 2013

Par dans GénéralTournois Live il y a plus de 7 ans.




Bilan de l'année 2012


- 9 places payées

-1,161,004 dollars de gains (ma meilleure année sur le circuit, je devance enfin les gains de l'année 2008 ( 1,041,356$ ))

- table finale WSOP, table finale WPT et victoire EPT

Cette année a été vraiment exceptionnelle : faire table finale de tournois des trois circuits majeurs la même année était au-delà de mes espérances !

Je dois avouer que gagner un EPT n'était pas dans mes objectifs initiaux, même si l’idée trottait forcément dans un coin de ma tête. La table finale à Berlin s’est avérée être un véritable rêve éveillé car elle s'est conclue de la plus belle des manières : une victoire après un heads-up marathon, une lutte acharnée contre le Canadien Andrew Chen, l’un des meilleurs joueurs que j'ai eu l'honneur d’affronter à ce jour. La table finale aux WSOP est sans doute celle où j'ai fait le moins d'erreurs dans ma vie, même si mon élimination en cinquième position a été un peu brutale. Quant à celle du WPT Mazagan, elle a été atteinte au terme d’un tournoi que j'ai globalement dominé, ayant eu un gros tapis du début à la fin sans jamais me mettre en danger. Terminer quatrième est honorable, certes, mais décevant vu l’avance en jetons que je possédais.

Je ne crois pas que cela soit un hasard si j'ai remporté 5 des 10 tables finales de tournois live disputées au cours de ma carrière, et que je me suis retrouvé cette année chipleader ou deuxième en... Lire la suite

Victoria Concordia Crescit*

Par dans GénéralTournois Live il y a plus de 10 ans.

La rentrée du Team Winamax


Voilà plus d’un mois que les championnats du monde sont terminés. Une période permettant généralement d'oublier le poker et de se ressourcer après une année riche en évènements... Mais, à vrai dire, le Team Winamax n’a pas réellement chômé ! Tour d’horizon.


La trêve pour Ludo Lacay et Anto Lellouche n’a duré qu’une petite semaine, le temps d’aller profiter de la vie nocturne du Mexique. Car ils ont ensuite rapidement retrouvé les tapis verts. C’était à l’occasion du Partouche Poker Million à Madrid où figurait également un certain Tristan Clémençon. Résultat : seulement 89 joueurs et une table finale manquée d’un rien pour Anto.

Aurélien Guiglini et Michel Abecassis ont ardemment travaillé dans les locaux de Winamax à l'occasion de l'ouverture du marché. Et ce ne fut pas chose facile ! Regardez plutôt comment Mik a du résister à une charge de l’inventeur du Sunday Surprise ! Manuel Bevand et Benjamin Gallen se sont quant à eux envolés pour l’Estonie. L'est, le soleil, les filles... Mais pas que ! C’est dans la charmante ville de Tallin que le coup d’envoi de la saison 7 de l’European Poker Tour a été donné. Et si Benjo s’y est rendu, ce n’est pas pour couvrir le tournoi mais pour… jouer ! Résultat : ManuB l’a éliminé. Ca ne s’invente pas. Au moins, notre pro Winamax a profité de ses jetons pour terminer dans les places payées (46ème - 6,700€).



Manu s’est ensuite essayé aux échecs. Mais il a pris la raclée par une petite fille de dix ans. Ha ha. Et oui, n’est pas Almira Skripchenko qui veut. Notre ChessBaby a obtenu son quatrième titre de championne de France à Belfort il y a quelques jours.... Lire la suite

La rentrée de Winamax

Par dans GénéralTournois Live il y a plus de 11 ans.

Kiev, Macao, Le Louvre, Cannes, Barcelone, X-Series...

Plus de doute possible : les affaires ont repris. L’été n’est plus qu’un lointain souvenir. Je ne l’ai pas vu finir, et pour tout vous dire, je ne rappelle pas l’avoir vu commencer. La rentrée est là : la liste des trucs à faire s’empile sur mon bureau, et je ne sais pas par où commencer. Du coup, je vais tout traiter à la fois, ce sera plus simple. Ou pas. Mais qu’importe. Allons-y.

Bon, déjà, il y a l’EPT de Kiev, que votre serviteur a couvert la semaine dernière. Petit déplacement du Team pour le premier tournoi de la saison 2009/2010 : seuls trois de nos pros avaient fait le déplacement en Ukraine, les autres préférant économiser leurs forces en prévision du très chargé mois de septembre qui s’annonce (on y reviendra). Ce qui ne veut pas dire que l’on s’y est ennuyé. On retiendra notamment les débuts de Tristan Clémençon aux couleurs du Team, l’épatante maitrise de la langue russe par Arnaud Mattern (utile, très utile pour les sorties), et le joli résultat de Nicolas Levi dans l’un des tournois organisés en marge de l’épreuve principale : une quatrième place en Pot-Limit Omaha, pour un gain de 10,000 euros. Juste derrière l’excellent Shaun Deeb, ami américain du Team Winamax. CrocMonsieur s'est découvert une passion récente pour cette variante riche en action : on devrait régulièrement le retrouver au départ d'épreuves de PLO dans les mois qui arrivent. Et puis, ce fut aussi l’occasion d’observer de près l’excellente santé du poker à l’Est, avec la découverte de nombreux jeunes talents russes, ukrainiens, polonais et biélorusses. En particulier l’épatant Maxim Lykov. Le tombeur de Nicolas a bien mérité son premier titre.

Les deux semaines... Lire la suite

Veillée d'armes

Par dans Tournois Live il y a plus de 11 ans.

Après plusieurs mois de demi-sommeil, seulement ponctués par un petit déplacement par-ci par là (comme Dortmund ou Copenhague), il est temps pour le Team Winamax de reprendre la route pour disputer les dernières épreuves majeures de la saison européenne, toutes concentrées dans un laps de temps d'un mois à peine. Valises, billets avions, reservations hôtels : à l'heure où j'écris ces lignes, tout le Team ou presque a bouclé les préparatifs. Il ne reste plus qu'à arriver sur place, frais et reposé pour un marathon qui pour certains va durer un mois.

Le périple stakhanoviste du Team va commencer dès samedi à San Remo, où se jouera l’avant-dernière étape EPT de la saison. On a tous en mémoire les images de la table finale de l’édition 2008, où Eric Koskas et Antony Lellouche avaient livré un combat d’anthologie face à des poids lourds du calibre de Dario Minieri, William Thorson, et un petit nouveau, dont à l’époque personne n’avait encore jamais entendu parler : Jason Mercier. 800 joueurs seront au rendez-vous pour ce grand rendez-vous italien de six jours, dont, bien sur, le Team  Winamax, presque au complet. On peut annoncer sans trop de risques de se tromper que l’épreuve nous réservera des moments passionnants. Et si ce n’est pas le cas, c’est pas grave, on inventera. Je plaisante.

Aussitôt l'épreuve terminée, le Team quittera l’Italie, en faisant un saut de puce pour atterrir à quarante kilomètres de là, à Monte Carlo. La principauté monégasque accueillera pour la cinquième année consécutive la Grande Finale de l’European Poker Tour. Tout simplement le plus gros, le plus beau, le plus impressionnant tournoi de la saison sur le Vieux Continent, joué dans la majestueuse... Lire la suite

Sous le signe du W

Par dans Général il y a plus de 11 ans.

Bien après tous les bétisiers, best-of, Top 100, récapitulatifs qui ont encombré, comme chaque année, les programmes télés pendant les fêtes, mon compte-rendu de l'an de grâce 2008 arrive quelque peu à la bourre, alors que 2009 est déjà commencée depuis quinze jours. C'est que, procrastination de bon aloi mise à part, j'ai été bien occupé par l'EPT des Bahamas la semaine dernière. Et, avec leur année à 2,7 millions de dollars de gains, les bougres du Team Winamax me forcent à écrire un long pavé pour résumer les douze derniers mois. Pas que je cherche à m'en plaindre, bien au contraire !

Loin de rentrer dans le détail de chacun des exploits accomplis par le Team, cet article sert avant tout de pense-bête... Une collection de liens pointant vers les dizaines de reportages qu'en compagnie de Yuestud, Paco, Régis et Junior, j'ai effectué tout au long de l'année, chanceux que je fus de pouvoir assister à tous ces moments mémorables.

Une année avec le Team Winamax, c'est...

C'est sous le soleil des Caraïbes que le Team entame son année 2008 en janvier. Impossible de résister à l'appel de Paradise Island, terre d'accueil du plus gros tournoi de l'année hors-WSOP . Pas de résultat notable pour le Team, mais la fête sera au rendez-vous quand même : c'est un ami des W, Bertrand « ElkY » Grospellier, qui va triompher de plus de 1,100 joueurs et remporter le premier prix de 2 millions de dollars. Un an après, je ne me suis toujours passé de regarder le superbe résumé vidéo de la semaine monté par Régis et Paco :


Quelques déplacements en petit comité vont suivre durant l'hiver, pour les étapes EPT de Dortmund, Copenhague et Varsovie. On retient toujours quelque chose d'intéressant... Lire la suite