[Blog] Ma victoire irlandaise

Par dans GénéralTournois Live il y a plus de 2 ans.

Blog Gaëlle
Avertissement : si vous n’étiez pas à Dublin cette année, vous allez, une fois terminée votre lecture, me prendre au mieux pour une folle, au pire pour une névrosée de la boisson. C’est qu’au-dessus de la salle de poker du Winamax Poker Open, au premier étage du centre de conférences du City West Hotel, l’ambiance est difficile à retranscrire. Vous avez sûrement vu un paquet de vidéos, ou lu les articles et posts sur les réseaux sociaux. Mais croyez-moi : pour assimiler ce qu’il s’est réellement passé là-haut, il fallait être sur place.

« Il », c’est le Winamax Beer Pong Open. Un tournoi pas loin d'être aussi prisé que le Main Event. Vous voyez, vous commencez déjà à me regarder de travers. Pourtant, une fois l'aspect financier écarté, je peux vous assurer que le trophée ramené à l'aide des petites balles de plastique est regardé avec des yeux aussi envieux que celui ramené à l'aide de petites tranches de céramique. En mai dernier, au SISMIX, je me suis retrouvée un long moment aux côtés de Guignol. Il venait de perdre en finale du WBPO de Marrakech. Je peux vous assurer : je ne l’avais jamais vu dans un tel état. Si le voir enchainer quelques liqueurs (ayant malencontreusement oublié de venir avec leurs petits copains les softs) ne m'a pas trop étonnée, c'est son regard noir et vide qui est venu m'interloquer.

- Ça va ?
- C'était mon rêve, putain.


Je vous avoue qu'à ce moment-là, je me suis tout de même dit qu'il en faisait un peu trop. J'avais moi-même terminé en 16e de finale du tournoi, après quelques lancers épiques en compagnie d'Adrien Delmas, mais m'en étais assez vite remise une fois la partie terminée. C'est durant l'été qui a suivi que la fièvre est montée. Avec la table siglée Winamax à la maison et... Lire la suite

[Blog] Les clés pour un WPO Dublin inoubliable

Par dans Tournois Live il y a plus de 5 ans.

Les Winamax Poker Open représentent chaque année un épique casse-tête pour les joueurs de poker-slash-fêtards invétérés. Au SISMIX à Marrakech, la double casquette du festival est annoncée d’entrée de jeu : poker le jour, fiesta la nuit. Le sommeil, lui, n'est pas inclus au programme mais en se débrouillant bien, on peut profiter de tout. A Dublin, c’est différent : on est obligé de faire des choix ! Etant passée des deux côtés de la barrière sur ce WPO (un deep-run en 2013, une présence constante dans la Leisure Room les autres années), je vous livre quelques conseils pour profiter au maximum de cet évènement culte, autour des tables comme en dehors, et repartir avec des souvenirs plein la tête*.

Poker : le plaisir se prend aussi à table

Quand on vous dit qu'il s'agit du tournoi le plus fun de l'année, ce n'est pas seulement à cause de toutes les animations prévues hors des tables de poker ! Le Main Event du WPO offre un prix d’entrée modique (550€), un joli tas de jetons au départ (20 000), des niveaux de 45mn (lors du Day 1) puis une heure (à partir du Day 2), et un format « short-handed » riche en sensations fortes avec seulement six joueurs par table.

Si vous n'êtes pas forcément habitués à ces tables comptant six joueurs, sachez que le format permet de jouer beaucoup plus loose. Certes, ce que je vous dis n'est pas révolutionnaire mais chaque année, cela ne rate pas : le premier sortant est systématiquement un joueur inexpérimenté s'étant envoyé en l'air avec une paire d'As. Ce qui nous permet de retenir deux points :

1/ Il ne faut surtout pas sur-jouer ses grosses paires, et être capable de les jeter si l’on se sent battu.
2/ Il faut aller voir un maximum de flops avec des... Lire la suite