Retour aux racines pour ChessBaby

Par dans GénéralLife Style il y a plus de 10 ans.

Comme vous l'expliquait Harper il y a quelques jours, les joueurs du Team Winamax n'ont pas chômé durant l'intermède estival post-WSOP. En premier lieu Almira Skripchenko, qui a profité de la pause pour renouer avec sa passion première... et s'adjuger en août le titre de Championne de France d'échecs, rien que ça.

« Je n'ai disputé que très peu de compétitions d'échecs en 2009 », dit Almira. On arguera que la décision fut judicieuse, car ce fut son année la plus profitable au poker, avec plusieurs résultats dont une finale aux World Series of Poker en compagnie de son collègue du Team Anthony Roux puis, en début d'année suivante, une très belle troisième place lors du France Poker Tour. « Mais quelque chose me manquait », poursuit t-elle. « J'avais envie de renouer avec la compétition aux échecs, retrouver ce stress familier, les parties marathons, l'envie de gagner. »
Avec cette victoire, Almira ajoute un trophée supplémentaire sur une étagère déjà fortement encombrée. La joueuse du Team Winamax totalise désormais quatre titres de Championne de France, auxquels viennent s’ajouter quantité d’autre triomphes, en individuel comme en équipe, en France comme au niveau européen et international* .A Belfort, Almira possédait une avance au classement que la partie était déjà jouée avant le dernier duel.

De là à penser que les choses furent faciles pour la Grande Maître ès échecs, il n’y a qu’un pas… que l’on ne franchira pas. « Contrairement à ce que beaucoup pensent, toutes les compétitions sont extrêmement difficiles, et épuisantes. A Belfort, chaque partie m’a demandé quatre, cinq heures de préparation, notamment avec la consultation de la base... Lire la suite

Jeux d'enfants

Par dans Général il y a plus de 11 ans.


Trois jours. Ca paraît peu pour l'observateur, mais pour celui qui a bataillé incessament contre les autres et contre soi-même, c'est une éternité. Au bout du chemin, j'ai atteint la première table finale majeure de ma courte carrière de joueuse de poker. Quand on traverse de part en part un field de plus de 1700 joueurs, la palette d'émotions ressenties est tellement complexe et intense que quand j'ai quitté la table, j'étais vidée de toutes mes forces.

Depuis mon retour de Vegas, je me suis réfugiée dans mon pays natal, la Moldavie, pour renouer avec mes origines et surtout prendre un peu de recul. Septième place dans un tournoi des World Series of Poker... est-ce une performance qui peut me satisfaire? Aurais-je même été heureuse avec la première place ? Ou est-ce ce besoin permanent de me sentir dans l'action qui me pousse vers les étoiles ? Le poker m'a permis d'aller encore plus loin dans la découverte de moi-même, je me suis endurcie et je me sens capable d'aller au delà... peut-être jusqu'à l'Amas de la Chevelure de Bérénice ? (oui je me suis récemment passionnée pour l'astrophysique :-) ).

Ce qui est sûr, c'est que je ne pourrai jamais m'arrêter. De nouveaux défis vont suivre. En attendant, pour revenir à une échelle plus terrestre, ma performance aux WSOP me permet de participer à une bonne action.

Tout est parti d'un pari arrosé entre ces deux hurluberlus de ManuB et Cuts lors de l'EPT de Deauville. Résumé rapide des faits: Manu avait pris la résolution de ne plus boire d'alcool. Ludo, le perfide, n'est pas le dernier des fêtards et voulait savoir combien il lui en coûterait pour que Manu renonce pour une soirée à ses convictions. "500 euros à une oeuvre de charité de mon choix",... Lire la suite

La blonde et la brune à Tours

Par dans Tournois Live il y a plus de 12 ans.

Ce week-end pour Almira et moi, ce fut l’étape du FPT de Tours.



Plus de 300 joueurs résistants au fil des heures pour gagner l’un des 8 tickets.
Pas évident du tout.

Au moment de ma sortie



Dans une ambiance bon enfant, « shuffle and deal » et … oups, à ma table, le premier joueur/dealer a enlevé les 2 jokers du paquet de cartes mais pas la règle du jeu …
on recommence … et cette fois est la bonne, la partie commence !

Certains, pour qui ce tournoi était le premier en live, se retrouvaient très franchement intimidés. J’espère que cette expérience leur aura donné envie de récidiver, c’est tellement bon le live, non ?
D’autres, fidèles piliers de club de la région centre, sont comme des poissons dans l’eau dans ces parties    « amicales »


Et à table, les personnalités se mélangent. Les niveaux d’expérience aussi.
Un joueur avec une paire de 10 en main croit tenir de l’or entre les mains « je paye ton tapis, j’ai une bombe » mais ne fait pas long feu face aux AS de son adversaire… un autre malheureux flope son brelan de 4 mais ne relance que du minimum son voisin qui le paye et touche à son tour un brelan de K …
Je discute un coup avec un jeune joueur à qui je laisse quelques jetons sur un board Q/9/10.
J’ai A9 et il a A10.
Quand il me raise au flop, je le mets sur A10 ou J10 et je n’ai pas la profondeur de tapis pour lui faire passer sa main. Pas facile dans ce cas de faire croire à une dame. Et il le sait. Good game !


La soirée se termine pour nous deux, sous les chaleureux applaudissements des joueurs et joueuses (vous étiez nombreuses), les demandes de photos pleuvent (on vous comprend, une brune et une blonde dans les bras, c’est pas si mal) et je me... Lire la suite

Another one bites the dust

Par dans Tournois Live il y a plus de 12 ans.

Au moment où le croupier a retourné la dernière carte du board ces paroles de la celèbre

chanson du groupe « Queen » me sont venues à l’esprit et curieusement j’ai souri.

Chaque tragédie comporte un peu de comique en soi...

Another one bites the dust
There are plenty of ways you can hurt a man
And bring him to the ground


You can beat him
You can cheat him
You can treat him a bad beat

And leave him lose a coin-flip

But Im ready, yes Im ready for you
Im standing on my own two feet
Out of the doorway the bullets rip
Repeating the sound of the beat

Je venais de perdre KQ contre JJ. Confrontation classique pendant le dernier niveau du day1, j'étais short stack et j’ai attendu longtemps avant d’avoir une main légitime et j’ai envoyé mon tapis au cut-off. Le joueur en grosse blind sans m’en demander la hauteur a mis la pile de ses jetons au milieu de la table, ce qui n’est jamais un bon signe et le board n’a affiché que des petites cartes scellant mon élimination.

Je suis venue à Londres avec une soif de jouer. Depuis les World Series je n’ai pas eu d’occasion de jouer les tournois live, et je dois admettre que j’ai passé pas mal de temps dernièrement à tester les tournois « Double or Nothing », une nouveauté sur le site Winamax et qui me réussissait plutôt bien, mais qui ont eu un petit effet pervers sur ma vision de la gestion des tournois multi-tables.

Elky et moi sur la première table

Ma première table de l’EPT de Londres comportait beaucoup de joueurs agressifs, dont Elky en personne qui était assis à ma droite. Je savais qu’il allait relancer beaucoup de coups et j’ai décidé de me discipliner et de jouer de façon très classique en utilisant beaucoup la position.

Je... Lire la suite