Sommeil et performance

Par dans

Il est 4 heures du matin à Macao. Confortablement installé dans mon lit, je n'arrive pas à trouver le sommeil. Cette scène s'est reproduite plusieurs fois au cours de mon séjour dans la capitale asiatique du jeu. A tel point que j'ai commencé à me poser des questions sur le sommeil, et lire des articles sur internet sur le sujet pour savoir comment lutter au mieux contre les insomnies. Je n'ai jamais vraiment eu de problème pour dormir auparavant, mais le poker est une activité tellement intense au niveau cérébral et émotionnel, qu'elle peut affecter négativement notre qualité de sommeil. A l’inverse, celle-ci peut elle aussi avoir un impact crucial sur nos performances autour des tables.

La veille du Main Event des ACOP à Macao (tournoi à 10 000 euros l’entrée), j’ai rencontré à mon grand désespoir ces problèmes d’insomnie. D’autres aléas s’y sont mêlés (comme la chambre d’hôtel, très bruyante dès le matin, en raison d’un gros chantier à proximité) et j’ai dû me retrouver à démarrer le tournoi avec deux heures de retard, très fatigué, et passablement agacé d’avoir eu mon sommeil coupé à maintes reprises.

J’ai donc fait de mon mieux pour jouer un poker solide et assez standard, afin de limiter les situations compliquées où j’aurais risqué de faire des erreurs en raison de mon état de fatigue. Pourtant, un peu plus tard dans la soirée, après être tombé à moins de 50 blindes, j’ai payé avec AQ la relance d’un joueur plutôt serré, puis, sur un tableau QJxx avec un tirage couleur, dans un 3-way pot, je n’ai pas réussi à limiter la casse contre cet adversaire qui avait deux Rois, convaincu par ses sizings qu’il avait un gros tirage. Ce coup m’a sorti du tournoi. Et j’ai instantanément senti la frustration monter en moi, bien conscient que j’aurais pu éviter de me faire éliminer si j’avais été dans mon état normal, et donc en mesure de mieux analyser la situation… Bref, il était grand temps d’aller se reposer et récupérer de cette journée sans fin.

Il est intéressant de savoir que le sommeil contribue à la gestion des émotions, et donc qu’une nuit de sommeil « réparatrice » porte bien son nom, car elle nous permet d’éliminer les éléments négatifs que l’on subit au cours d’une journée. Le sommeil est le régulateur de notre équilibre, et selon l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) : « Une personne qui s’endort sur une tâche tout juste apprise, améliore sa mémorisation de 30 % ». Intéressant donc de savoir qu’on se souviendra probablement mieux d’une situation nouvelle ou compliquée rencontrée au poker, si l’on s’endort peu de temps après. Si vous êtes un adepte des siestes, cette donnée vous donne donc raison !

Mon expérience

On m’a souvent demandé au cours des derniers mois comment avais-je réussi à dormir la veille de ta table finale du Main Event des WSOP, ou comment avais-je géré la pression la veille du jour 7 (dernier journée de tournoi à 27 joueurs restants).

Contrairement à ce que ce que vous pourriez penser, j’ai plutôt bien dormi ces deux nuits précises. Comment est-ce que je l’explique ? Plusieurs raisons à cela :

 Mon expérience de joueur régulier de cash game à des limites assez hautes (blindes à 5€/10€ jusqu’à 25€/50€). J’ai eu la chance d’avoir des gains importants et l’habitude de gérer des gros swings quotidiens avant ma performance aux WSOP. J’étais donc probablement plus détaché de l’argent que certains autres joueurs, et pouvais me concentrer sur ce que j’avais à faire pour aller le plus loin possible, sans prêter trop d’importance aux écarts de prix (ce fut évidemment un peu différent pour la table finale).

Ma préparation pour la table finale : j’ai été très bien entouré pour préparer ma finale avec notamment Ludovic, Davidi, un coach mental et un coach physique. La veille du jour J, je savais que j’avais fait le maximum être prêt, j’étais donc serein et confiant dans mes capacités. Par ailleurs, je pense aussi que les nombreuses interviews que j’ai pu faire m’ont en partie aidé à me détacher de l’évènement et prendre davantage de recul.

La pression, je ne l’ai réellement ressentie qu’une fois assis à la table, pendant les toutes premières minutes. J’avais beau avoir déjà joué devant des caméras et du public, l’ambiance ce soir-là au théâtre Penn & Teller du Rio était toute autre, avec des supporters déchaînés derrière chacun des finalistes !

L’importance d’un rythme de sommeil régulier

J’ai eu de nombreuses occasions au cours de ma carrière d’observer les effets du manque de sommeil sur mon humeur et mon état de forme.

Force est de constater que les meilleures parties de cash game se déroulent plutôt tard le soir, et que la majorité des tournois en ligne démarrent également assez tard pour permettre au plus grand nombre d’y participer. En tant que joueur pro, il est donc très difficile d’avoir un rythme de vie classique comparable à celui d’une personne qui travaille dans un bureau. Notre activité retarde notre horloge biologique et il nous est plus difficile de nous endormir à des horaires normaux par la suite.

Si c’est inévitable, il me semble pourtant primordial de faire des pauses et des nuits « normales » pour récupérer la fatigue et le sommeil. Pour l’anecdote, les parties de cash game dont je me souviens le plus sont probablement certains matchs de heads-up que j’ai pu jouer pendant toute une nuit contre le même adversaire. Sans doute car l’intensité et la longueur de ces matchs étaient importantes, mais aussi parce que je me souviens très bien à quel point j’étais épuisé à la fin de ces sessions, et par la suite complètement décalé pendant une journée.

L'insomnie

Selon l’Inserm, l’insomnie est définie comme « symptôme fréquent touchant 20 à 30 % de la population ». «  Elle est le plus souvent le symptôme d’un mal-être, de difficultés que l'on rencontre dans sa vie. ». « L'une des principales causes d'insomnie est l’anxiété ».

Que faire si vous souffrez d’insomnie ? Cela paraît évident, détendez-vous avant d’aller dormir.  Essayez de vous adonner à une activité qui vous relaxe, et vous permet d’oublier les problèmes de la journée. Soyez positif !

Quelques conseils pour mieux dormir

 Ayez une activité physique au cours de la journée (à éviter le soir, car cette activité risque de vous maintenir éveillé)

Prenez un bain le soir aide à se détendre et favorise le sommeil (testé et approuvé !).

 Evitez les excitants du type café, thé, coca, alcool, et compagnie.

 Si vous avez du mal à vous endormir, ou avez des insomnies, ne restez pas dans votre lit. Levez-vous et aller lire un livre par exemple sur votre canapé. Il n’y a rien de pire que de « gamberger » dans son lit.

En espérant que mes conseils vous aident à comprendre l'importance d'un rythme de sommeil régulier et suffisant pour assurer votre bonne santé, de bonnes performances, ou tout simplement votre bonne humeur et votre bien-être. Bonne nuit !


Loosli

En 2013, Sylvain est rentré dans l’histoire du poker tricolore en accrochant la 4e place du Main Event des championnats du monde. Le début d'un parcours d'exception au sein du Team Winamax.

Suivez Loosli sur FacebookSuivez Loosli sur Twitter