Sensations fortes à Chamonix

Par dans

« Au poker, les erreurs, c'est ce que tu estimes toi-même être une erreur. Il n'y a pas de vérité. Si quelqu'un te dit que tu as fait une erreur mais que tu es en accord avec toi-même, au final, tu t'en fous. » Lorsque Davidi Kitai, vainqueur de titres WSOP, WPT et EPT, prend la parole, l'assistance écoute attentivement. C'était à Chamonix à l'occasion du stage du Team Winamax. Au programme : quatre jours de sport et de discussions stratégiques. Excusés : Nicolas Levi, jeune papa, et Bruno Lopes, en tournage pour un film.

Dans une salle rappelant étrangement celles où nous prenions place dans nos collèges (le tableau noir et ses craies ayant été remplacés par un tableau sur pied blanc et ses marqueurs), Davidi répondait alors au discours de Vikash Dhorasoo, qui expliquait comment il a perçu sa carrière de joueur de poker au haut niveau : « Être joueur professionnel, je n'ai jamais réussi à le faire. Je ne parvenais à retenir que les mauvais coups joués à l'issue d'un tournoi. Cela m'a fait perdre trop d'énergie... » A Davidi Kitai de poursuivre, sous les rires de ses interlocuteurs : « Le secret, c'est de s'amuser et de pouvoir dire après un tournoi : ‘'ça t'a fait mal quand je t'ai payé avec hauteur houite, Vikash ?'' »

Les échanges se font dans la bonne humeur, ce qui n'empêche pas les quiproquos, comme cette discussion hors du temps où durant cinq minutes, Ludovic Riehl et Gaëlle Baumann ont parlé de « peute ». ‘Mikedou' pensait qu'ils parlaient d'un put en bourse, ‘O RLY' d'un putt au golf... Puis l'heure est venue de se jeter à l'eau lors d'une session de canyoning. Bon, comme vous pouvez le constater, l'arrivée de l'équipe en combinaison est un brin moins impressionnante que celle d'Armageddon,  mais ils ne se sont pas démontés à l'heure de sauter dans une eau à cinq degrés.

Jusqu'au fou rire du jour : Davidi Kitai en rappel. Assuré par un guide, il descend le premier pan de falaise sans difficulté jusqu'à ce qu'il se retrouve sous une cascade. Le passage sous l'eau dure une dizaine de secondes mais notre ‘Kitbul' est pris de panique et se met à dangereusement tourbillonner. Depuis notre point de vue, la scène est burlesque et apparait sans risque, mais Davidi angoisse et, alors qu'il continue de tourner et d'avoir la tête sous l'eau, tente d'enlever son harnais de sécurité ! Fort heureusement, il n'y parvient pas et finit par retrouver la terre ferme. « Il est fou ce guide, j'ai bien dû rester une minute sous l'eau ! » Disons plutôt quinze secondes, Davidi.

Le soir, c'est détente. Les compères optent pour un bowling. Si vous devez prendre des paris avec l'équipe, sachez que le meilleur score a été réalisé par Yann Del Rey avec 133 points. Ah, ils sont meilleurs au poker, hein ! Le moins bon ? Je ne suis pas une balance, mais sachez qu'après chaque lancer de Ludovic Riehl, les rigoles semblaient un peu plus cirées. Pendant le repas, place aux ragots. Mais là, vraiment, je ne peux pas balancer.

Retour au travail avec une séance proposée par Manuel Bevand, qui a noté l'ensemble de ses mains lors de son Day2 du WPT Barcelone. Chaque membre du Team prend la peau d'un joueur présent ce jour-là à table, et les mains sont rejouées en conditions réelles. Ludovic Lacay incarne un italien hyper-agressif à la chemise échancrée, Ludovic Riehl un russe au teint rougeâtre perdant ses cheveux, Gaëlle Baumann un asiatique fortuné qui a décidé de se pointer avec trois heures de retard, pendant que Davidi Kitai est Manuel Bevand. Les échanges sont - plus ou moins ! - constructifs : « 5-bet à tapis avec As-Valet ? J'ai déjà perdu des millions comme ça, je ne vois pas où est le problème ! » se marre Ludo Lacay.



Alors que la virée en rafting du lendemain est maitrisée par tous, c'est une course d'orientation qui va animer les passions. En cause : un pari entre les équipes d'Aurélien Guiglini, Stéphane Matheu et Ludovic Lacay et celle de Manuel Bevand, Pier Gauthier et Ludovic Riehl. Face à ‘Sir Cuts', Davidi Kitai a également décidé de miser sur cette seconde équipe. Tous s'accordent sur un point : « tous les coups sont permis ! » Alors que ‘Guignol' a enterré les balises des autres équipes pour qu'elles soient introuvables, le GPS de son équipe est mystérieusement tombé en panne... Grands vainqueurs : Manu, Pier et ‘Mikedou' !

Une session en ligne vient clôturer le stage : ‘Sir Cuts' remporte le Quattro, ‘DaProd' termine 6e du Derby et ‘Mikedou' 9e du Rush Hour. Rien d'exceptionnel pour le Team Winamax, mais l'essentiel est ailleurs, l'équipe est désormais prête, place aux World Series of Poker de Las Vegas avec un objectif : gagner un bracelet.


Harper

Journaliste poker et sport, animateur du Multiplex Poker. A déjà regardé une compilation des tanks de Davidi Kitai en entier.

Suivez Harper sur Twitter