Retour aux sources

Par dans

Photo : Hugues Fournaise

Mes participations au Championnat de Belgique de Namur et au France Poker Series de Saint-Amand-Les-Eaux m’ont laissé sur ma faim, faute de réel succès. Car même si je n’ai rien à me reprocher sur ces deux tournois, la déception fut au rendez-vous. La raison ? J’ai envie de gagner des tournois, et depuis quelques temps, le désir de faire des résultats est palpable chez moi. Hors, en live, une longue série de tournois joués sans entrer dans l’argent est totalement normale, c’est la variance qui veut ça.  Il est ainsi difficile pour moi d’assouvir mon appétit uniquement grâce au poker live…

Et c’est d’autant plus frustrant quand tu sors d’un tournoi dans une ville où les bars ferment tôt. Mes amis belges ne m’en voudront pas si je vous dis qu’à Namur,  il n’y a pas grand-chose à faire. Quant à Saint-Amand, les sorties y sont limitées dès que vous franchissez les portes du casino. Après le France Poker Series, un retour aux sources s’imposait. Je décide donc de rentrer dans le sud-ouest afin de voir mes proches. Mais c’était sans compter sur une série de problèmes…

Problème n°1 : La Grève SNCF

Impossible pour moi de quitter Saint-Amand… Me voilà contraint de rester une nuit supplémentaire à l’hôtel. L’occasion de m’attaquer aux tournois du dimanche de Winamax.fr ! Je me posais quelques questions depuis l’ouverture du marché. Adieu le million de dollars de prix mensuel du Grand Tournament, adieu les 300,000$ garantis par le Championship (Big Deal pour les anciens) et autres prizepool généreux.

Mais, finalement, ce n’est pas si mal que ça. Le niveau est effectivement un poil plus faible à l’heure actuelle et, vu qu’il y a moins de joueurs, on progresse plus rapidement dans la structure de gains. On gagne plus souvent des tournois, on fait plus souvent des tables finales, et c’est évidemment un plus pour le moral. Enfin, la variance devient plus facile à maitriser.

Mais je dois faire face à un autre soucis en ce dimanche soir : mon ordinateur ayant rendu l’âme à Namur, j’étais dans l’incapacité de jouer !

Problème n°2 : Trouver un ordinateur de toute urgence

J’examinais toutes les possibilités, des plus raisonnables aux plus délirantes (faire rouvrir un magasin d’informatique (en plein dimanche…), jouer sur l’ordinateur du lobby de l’hôtel…). Finalement, Julien « Kariboo86 » Legros, avec qui je partage une chambre, me propose de me prêter son Mac. Julien est l’ancien numéro 1 PocketFive français, il a rencontré mon frère sur les bancs de la fac et lui a appris à jouer… Mon frangin m’a ensuite transmis le virus à son tour.

Me voilà donc fin prêt pour cette session tant attendue…

Et elle fut excellente ! Je suis entré dans l’argent sur l’Xtase et j’ai atteint la deuxième place de l’Xtrem, ce qui m’a laissé quelques regrets car je pense avoir bâclé le face à face. A noter la troisième place du très régulier et sympathique « shooye60 » que j’ai eu l’occasion de rencontrer à Saint-Amand.

Rien de mieux néanmoins que de gagner un tournoi… voire deux ! Ce fut le cas le lundi et le mardi grâce au High Roller de Winamax. Rien d’exceptionnel me direz-vous… Petit field, grosses chances de victoire. Mais même si l’exploit n’en est pas vraiment un, le sentiment du devoir accompli est lui bien présent. Rien de tel pour booster sa confiance et aborder les prochains tournois live (à savoir le Main Event des Hold’em Series à l’ACF et le WPT Amnéville) dans les meilleures conditions.

Je suis heureux d’avoir repris goût au jeu en ligne… Les grèves en deviennent presque amusantes ! En effet, rien de tel que de lancer une petite session de cash games en ligne dans le hall des gares SNCF. L’attente d’un train providentiel devient tout à coup une partie de plaisir !