Paris Open of Poker, La rentrée des classes

Par dans

Oui, je sais, je n’ai pas encore posté la fin de mon cash game. Non, je ne suis pas sadique. .. Je fignole en ce moment l'écriture du dernier épisode, et tenter de bien rédiger me prends du temps... Désolé! Entre temps nous voici à une autre échéance: ma rentrée des classes ! En effet depuis le début de l’année je n’avais pour l’instant participé qu’a deux tournois en 2009. Le PCA au caraïbes, et l’EPT de Deauville . Dans un cas comme dans l’autre je n’avais participé qu’au Main Event, me laissant un peu de temps pour bronzer et faire du cash game. Ce calme sur le circuit n’est que relatif.

Parallèlement j’ai joué beaucoup d’heures de cash game live, fait une belle (mais frustrante) 9e place au Grand Tournament sur Winamax, pour un gain à 5 chiffres (10,000 donc, vous avez bien deviné ). D'ailleurs ce tournoi sera entièrement analysé en vidéos accélérées. La première est déjà en ligne.

Je me suis aussi permis deux semaines de coupures complète a la montagne, afin de pratiquer mon autre passion. Non non, pas le vin chaud (quoique), mais le snowboard ! Bref c’est à la fois reposé et affamé que je reprends la compétition, et je n’ai pas raté mon premier rendez vous, ou POP a l’Aviation Club de France, ou j’ai remporté 24.000 euros en terminant 4e du Main Event...

Le Paris Open of Poker

Je ne passe pas souvent à Paris mais probablement que je devrais.Mon ROI la bas est assez magique ! Bravo à Manub qui termine 6e après un tournoi riche en émotion. Il n’en finit plus de faire des places payés ! J’ai pu également découvrir Tristan Clemencon dont on m’avait dit tant de bien, et je n’ai pas été décu. J‘en veux pour exemple la main suivante :

Blindes 2,000/4,000. Nous ne sommes plus que deux tables, je possède depuis peu un beau tapis de 80,000 environ, et Tristan est le chip leader avec plus de 200,000. Il martyrise la table sans résistance depuis déjà plusieurs niveaux. Avec enfin un tapis revigoré je compte lui donner du fil à retordre.

Je relance deuxième de parole a 10,000 avec KTo, Tristan paye au bouton, et la grosse blinde complète.

Le flop est très favorable, T23 sans tirage.

Le BB check, je fais un continuation bet de 15,000, et Tristan paye assez vite. Mon premier instinct : « ca y est on est enfin deep stack l’un contre l’autre, il m’a suivi en position, il call le flop, il y a de grandes chances qu’il veuille faire un move ». L’autre option bien sûr c’est qu’il aie une main faite faible, une pocket paire moyenne par exemple, ou un petit dix.

Le turn justement, est une petite carte qui ne change pas grand-chose, un 6 si mes souvenirs sont bons. Je fait semblant d’hésiter a mettre une deuxième pareil, puis check en espérant le conforter dans son éventuel bluff (que j’ai prévu de payer). A ma surprise, il check très vite !

Pas un bluff alors ? Il doit avoir quelque chose de très faible, sous le dix, pour ne pas protéger sur ce turn. 99-77 parait de plus en plus probable, ou alors un 6 (68-67-A6s ?) qui voulait bluffer au flop et qui contrôle maintenant.

La rivière est un 8, bonne nouvelle, c’est sous le T, mauvaise nouvelle cela touche pas mal sa range. Je pourrais check call mais je risque de le laisser s’échapper pour pas grand-chose s’il effectivement un jeu moyen. Je représente tellement de faiblesse au turn qu’une mise a de bonnes chances d’être payée tres light par un joueur de la nouvelle école.

Je mise 25k dans le pot 60,000. Cette mise me laisse 35k derrière et pourtant Tristan annonce tapis au tempo. Oups !

J’étais en mode extraction, mais là les rôles se renversent ! Pourquoi ferait il ca avec un T ou 99 par exemple ? C’est impossible s’il pense que je bluffe, il paye ! J’essaye de le mettre sur une main, et c’est vrai qu’il représente assez bien un brelan. 88 ? 22/33 slowplayé ? Ou alors il tourne sa main en bluff en me mettant sur un T ? Ca serait sick quand même de pousser 77 ici.

Zut j’aurais du regarder la table finale de Deauville, je ne sais pas grand-chose sur ce joueur finalement…

Un bluff était ma première idée au début de la main mais il ya peu de joueurs qui vont checker derrière au turn pour bluffer la river que je mise ou non. Apres une assez longue hésitation je décide de garder les 35k qui me restent, et je termine la journée a 50k, la moitié de la moyenne.

Plus tard Tristan a bien voulu me dire apres qu’il n’avait rien depuis le début, chose que je crois tout à fait. Pendant ma (fausse) reflexion au turn il a eu le temps de décider de « delayer » son bluff, d’où son check rapide au turn qui était la pièce manquante au puzzle. Owned ! NH Sir et GG.

Par la suite du tournoi, je bénéficie d’un coup de chance lorsque mon A4 double contre les Dames d’Icham, et je suis relancé jusqu'à finir 4e donc. La veille j’avais gagné avec 88 contre JJ d’Antony Lellouche. Désolé les gars ! Un cocktail de chance bienvenu après une longue période de disette en tournoi, mais surtout le sentiment d’avoir bien joué tout le long. Cette table finale ainsi que le « Grand Tournament » sur Winamax m’ont confirmés que je suis revenu à mon meilleur niveau.

Deux mois très chargés

Aujourd’hui je me rends à Dortmund ou j’avais atteint la table finale en 2007. La borne automatique ne voulait pas m’imprimer mon billet, et j’étais trop en retard pour faire la queue au guichet. J’ai du donc m’acquitter d’un ticket au tarif de bord (3 fois le tarif quand même !). Heureusement je ne crois pas aux signes ! Il y aura ensuite les GUKPT, grosse série de tournois anglais, à un taxi de chez moi. J’espère qu’il restera de la place pour l’épreuve de Heads Up, après une victoire prometteuse contre un certain Negreanu à Las Vegas, je compte bien multiplier ce genre de tournoi !

En avril, on commence à en avoir l’habitude, les grands rendez vous sont nombreux. L’Irish Open d’abord, l’EPT San Remo ensuite. Par contre cette année la finale du WPT au Bellagio et la finale de l’EPT à Monte Carlo tombent en même temps ! Hasard ou coïncidence ? Je serais donc très probablement à Monte Carlo, n’ayant pas le don d’ubiquité. Dommage quand même de devoir choisir entre les deux caviars du circuit international ! En mai je me rendrais au GP de Paris, En tout, cinq pays et 8 tournois en deux mois a peine, sans compter d’éventuels side event. Il va y’avoir du sport !

Cette année je me sens prêt, plus fort techniquement, mentalement, et physiquement.

Que les jeux commencent !