Winamax

Onlive

Par dans

Mon monde du poker "high stakes" est en train de s'écrouler comme un château de cartes : l'Haussmann et le CIC, deux des cercles fréquentés par les plus gros joueurs de poker d'Europe viennent de fermer leur portes. Espérons que cela ne soit que provisoire. Il ne reste plus aujourd'hui que l'ACF (et aussi, dans une moindre mesure, le Gaillon et Wagram) pour accueillir la fine fleur du poker parisien.

Heureusement qu'il reste encore quelques cercles à Paris, parce que je me vois mal me déplacer au casino et payer 4% de prélèvement sur chaque coup. Croyez vous que ce chiffre diabolique peut être vaincu ?

2008 fut la plus belle de ma carrière en cash-game (et peut-être aussi en tournoi, d'ailleurs) Très vite en début d'année, j'ai compris que ma forme était à son apogée et j'en ai donc tiré le maximum, en jouant le plus possible et en gonflant des pots plus que je ne l'aurait fait en temps normal. Cela a fonctionné.

Oui je crois a la loi des séries, au poker on appelle ca les "rushs". Et vous savez quoi ? Je suis l'un des deux seuls gagnants cette année, dans une partie où une vingtaine de joueurs se disputent la part du gâteau. Rien d'anormal : en ligne, c'est pareil, seuls 8% environ des joueurs sont gagnants. Malgré un rake conséquent (j'aurais gagné deux fois plus si les parties n'étaient pas prélevées), je m'en suis tiré plus qu'indemne.

Le rake des cercles de jeux est plus de deux fois inférieur au rake des casinos. Avec les chiffres que je vous ai donnés plus haut, il y a quelque chose d'intéressant à déduire: si les cashgames de cette année avaient eu lieu dans des casinos, hé bien, malgré ma forme, j'aurais été perdant ! Autant vous dire que le taux de gagnants serait passé de 10 à 0% avec les mêmes joueurs. (et si l'on en prend d'autres plus chevronnés, c'est encore pire - vous voyez le tableau

Bref, avec le niveau des tournois qui augmente sans cesse, et le mien qui se détériore (je vais en parler plus bas), c'est pas gagné d'avance pour les années a venir.

Mes inquiétudes grandissent donc en ce qui concerne ma passion: le cashgame LIVE. J'ai pris l'initiative de me diversifier, j'ai acheté un local avec un ami pour vendre des pâtes façon fast-food (33 rue Washington, juste derrière l'ACF pour ceux que ca intéresse :-) ), et j'ai aussi investi dans une marque de fringues haute couture. Mais c'est le poker qui nous intéresse ici. Continuons.

Me voila happé depuis quelques semaines par mon Vaio. Et oui, à 27 ans, après 7ans de poker intensif, après 15 000h de "chaise" (expression directement sortie du live, nous aussi avons notre propre vocabulaire), et trois ou quatre millions d'euros de rake (ça en fait des "miles"!),je découvre véritablement le poker dit "online".

J'ai bien sur déjà joué sur internet dans le passé, mais c'était plus de l'amusement que du boulot. Mais, vu les circonstances, la différence du coût (encore ce fichu rake) et l'avenir incertain du poker live de haut niveau en France, je m'y suis mis sérieusement, et miracle : JE GAGNE!!!

Je joue essentiellement en Omaha Pot Limit (blindes 10/10, 15/15 ou 20/20), uniquement sur Winamax, cela va de soi, et en tête à tête de préférence. Je ne peux pas vous montrer de courbe car je n'ai pas encore de tracker, mais mon premier mois fut une réussite avec un peu plus de 100,000 dollars de gains.

Voilà pour les bonnes nouvelles. La mauvaise, c'est que j'ai chopé la maladie du joueur online (en plus de celle où on perd cinq dixièmes de sa vue) : Madame Patience s'en est allée. Oui, déjà que je partais souvent en c**** dans les tournois internationaux, là je me suis vraiment mis à faire n'importe quoi. A Cannes, pour la reprise de la saison, je me suis encore trouvé une excuse bidon pour jouer un coup qui n’avait pas lieu d’être. A Barcelone, après avoir perdu un coup inévitable qui me laisse avec 5,000 de jetons (sur 10,000 au départ), je me suis mis à jouer comme je jouais il y a sept ans au Cercle Wagram dans les tournois à 30 euros rebuy. Sauf que là j'avais 50 grosses blindes et que ça augmentait toutes les heures. Bien sur, j'ai sauté lors du second niveau, et j'ai tellement honte de la façon dont je suis sorti que je ne raconterai même pas le coup, ni à vous, ni à Benjo.

Et tout ceci à cause du nouveau rythme que j'ai acquis sur Winamax. Je joue entre 20 et 40 fois plus de mains de l'heure en ligne qu'en cercle ou en tournoi. Résultat, quand j'arrive en salle, je joue trop loose !

Il y a donc un problème. Mon poker de tournoi s'est déréglé, je dois retrouver le bon rythme, et pour cela je pense que je vais changer ma façon de commencer mes tournois pendant un certain temps. Mon style LAG va retourner au placard durant les étapes Londoniennes à venir (WSOP-E et EPT),et peut-être que quelques gros side-bets vont me motiver à aller le plus loin possible.

Ah, ca bippe, un client m'attends table Kwanga Pot limit Omaha 10-10, je file !