La débâcle dans la bonne humeur

Par dans

Un peu à l'image de l'équipe de France de football, ces deux premières semaines à Las Vegas se soldent par un zéro pointé... En effet, en sept participations, je ne compte aucune deuxième journée et donc aucune entrée dans l'argent. Comme dirait Benjo, « c'est nul ! »

Revenons quelques jours plus tôt. Je suis arrivé sur Vegas très motivé par la table finale de l'ami « Croc » dans le shootout à 5000$. Il faut dire que moi aussi mon kiff, ce serait de doubler sur Durrrr ! De plus, je compte démarrer par mes tournois préférés : le 2,500$ et le 5,000$ Short-Handed. Malgré la fatigue du décalage horaire, je me démène plutôt bien sur le 2,500$ à une table qu'on peut juger facile.

Cependant, je perds un premier coin flip contre un shortstack et je n'ai que le tapis de départ (7,500 jetons) quand arrive la première main clé. Sur les blindes 75/150, un joueur italien relance à 525 et je paie au bouton avec [Tc][8c]. Le flop vient [Ad][Jc][7c] et mon adversaire checke. Je tente alors de prendre immédiatement le pot avec mon tirage quinte flush, en misant 625. C'était sans compter sur la persévérance de mon adversaire, qui paie. A ce moment précis, je le mets sur un As. Le turn est d'ailleurs un deuxième [As] : mon adversaire checke et je m'empresse de faire de même. La river est une [Qc] : et mon adversaire checke une troisième fois. Je décide de miser gros afin de me faire payer par un brelan d'as. Je ne pense pas qu'il paiera avec un simple valet alors autant tenter d'extraire le maximum si ma lecture est juste.

Je mise donc 2,000. C'est alors que mon adversaire prononce deux mots inattendus : « All-in ! ». Dépité, je lui demande s'il me montrera son jeu si je passe... Il me répond oui, à la condition que je montre le mien. J'acquiesce et lui montre ma couleur. Il me retourne alors As-Valet pour un full trouvé dès le turn. Je tombe alors aux alentours de 4500, et malgré la déception, je ne peux pas nourrir de quelconques regrets. Au retour de la pause, je me retrouve à tapis sur la première main avec As-Roi contre Roi-Dame, pour environ 22 blindes, et l'apparition d'une dame vient sceller mon sort.

Comme il n'est que 17 heures, j'enchaîne dans la foulée sur le Stud High-Low à 1500$. Mais à vrai dire, ce n'est pas vraiment mon jour : après de nombreux tirages ratés, je laisse ManuB seul représentant Winamax dans ce tournoi. Le moral reste présent et j'attends avec impatience mon tournoi préféré : le 5,000$ Short-Handed qui doit intervenir quelques jours plus tard. Je tombe sur une table plus difficile que prévue. Je reconnais Kevin Mcphee, le vainqueur de l'EPT Berlin qui se retrouve à passer les As dans un pot 4-bet au flop contre Daniel Alaei... Ce dernier ne passe absolument jamais : il paie tous les 3-bets, les 4-bets et les continuations bets. Il met même ses adversaires à tapis sur la rivière à grands coups d'overbet. Littéralement, il est im-pres-sion-nant !

Trois joueurs vont finalement réussir à sauter et sont remplacés par Praz Bansi, Tobias Reinkemaier (vainqueur du High-Roller de l'EPT Monte Carlo cette année) et, à ma gauche... Phil Ivey himself ! Sur cette table de six joueurs, le montant des gains en tournoi atteint les 22 millions de dollars... Ouch ! Phil Ivey est beaucoup plus intéressé par la finale NBA Lakers – Celtics que par le tournoi. Il prête assez peu d'attention et son regard est figé sur la télé ou sur l'un de ses trois téléphones portables. Ce sont les dernières secondes du match... Mister Ivey a des millions de dollars en jeu sur les Celtics de Boston et va une nouvelle fois, dans une finale NBA, perdre une tonne. Ivey semble alors plus qu'agacé : il fait doubler Alaei avec KQ contre AA à tapis avant le flop et a l'air d'avoir envie d'en finir avec cette journée cauchemardesque. Peu après, je retourne une paire de neuf et relance. Ivey me 3-bet instantanément... Je décide que ma main est suffisante contre lui et je pousse mon tapis. Il paie dans la seconde et retourne AK. Mon premier coin flip du tournoi se soldera par une élimination avec un cruel roi sur la rivière... La marque des grands champions !

S'en suit des éliminations dans les boucheries à 1,000$ et 1,500$ en No-Limit Hold'em, une partie cauchemardesque dans le 1,500$ Pot-Limit Omaha High-Low et, pour finir, une défaite dans le 500$ deepstack du Venitian... Cela nous fait un joli 0/7 qui ne faisait pas partie des objectifs de départ.

Et pourtant, d'habitude miné par les défaites, je m'amuse beaucoup à Las Vegas ! J'ai remporté le plus gros pari de ma vie en misant avant la coupe du monde sur l'élimination de la France au premier tour ! Ce n'est pas très patriote, je le concède, mais je ne fais pas partie des rêveurs qui pensent qu'une équipe va se réveiller après quatre années de matchs catastrophiques. J'avais une confiance sans limite en Raymond pour nous préparer une équipe type désastreuse et il a été à la hauteur de mes attentes ! J'en profite donc pour remercier ici tous mes amis Footix qui ont voulu parier contre moi, ce fut un plaisir, à la prochaine fois ! ;-

Je m'amuse également beaucoup sur les différentes tables de cash games du Wynn et du Bellagio. Voir la majorité des pots limpés en 5$/10$, ça change du poker en ligne ! Je ne pensais pas qu'on pouvait s'amuser autant sur des tables Full-Ring. Si je pouvais toucher autant pendant les tournois, j'aurai déjà un bracelet !

Je profite bien entendu de la piscine et de la salle de sport mais plus particulièrement des entrainements de tennis avec Stéphane Matheu. Imaginez des leçons particulières avec un ex-200ème mondial ATP, c'est juste incroyable ! On a quatre terrains indoor climatisés pour le Team Winamax et nos amis et, croyez-moi, on ne manque pas d'en profiter. Stéphane nous concocte des petits exercices et nous on agrémente le tout de side bets pour accentuer encore un peu plus la motivation ! Le niveau est plutôt homogène, si on excepte Furax (Local Hero) qui nous met la raclée.

Je vous donne rendez-vous pour les tournois à venir puisqu'il paraît qu'on est venu pour ça !

Je termine avec un petit mot sur Winamax.fr. Je suis très impatient de découvrir la partie Real Money de ce nouveau soft Winamax. N'hésitez pas à laisser vos commentaires sur le forum wam-poker. Tous vos retours sont pris en compte dans les mises à jour à venir. Winamax.fr doit être le logiciel fait par des joueurs français, pour des joueurs français. A vous de jouer !