Intuition et prise de décision

Par dans

Intuition et prise de décision. Voilà deux notions qui doivent avoir une certaine résonance pour tout joueur de poker. Jouer au poker peut en effet se résumer à une succession de prises de décisions : bet, check, raise, call… En quoi votre intuition peut-elle influencer vos prises de décisions et donc votre jeu? Comment reconnaître une décision rationnelle d’une décision intuitive ? Doit-on écouter son intuition ou au contraire s’en méfier ?

Ce billet va s'atteler à démystifier ces concepts et apporter des éléments de réponse aux questions précédentes. Mon travail de coaching mental avec Pier Gauthier effectué au cours de ces derniers mois m’a permis de mieux cerner les mécanismes qui guident notre intuition : je vais donc essayer de vous faire profiter de mon expérience.

Définitions

Nous devons à Albert Einstein la maxime suivante : « Un esprit rationnel est un fidèle serviteur, et un esprit intuitif est un don sacré. Nous avons créé une société qui honore le serviteur, mais qui a oublié le don. »

L'origine de cette citation réside dans la complexité de la notion d'intuition. Cette complexité se traduit dans l'interprétation des sens accordés à l'intuition, ce qui conduit à ne pas lui accorder de statut scientifique et donc à s'en méfier.

Mais comment donc définir l’intuition ? Jetons un œil à la définition du Larousse :
 

  •  Intuition, nom féminin : connaissance directe, immédiate de la vérité, sans recours au raisonnement, à l'expérience. Sentiment irraisonné, non vérifiable qu'un événement va se produire, que quelque chose existe.

Revenons au poker. Nous avons tous un jour vécu une situation de ce style :  vous vous retrouvez confronté à une décision difficile, avec une main faible, mais pourtant vous « sentez » instinctivement que vous avez la meilleure main, sans vraiment pouvoir l’expliquer… Autre situation classique : vous relancez avant le flop en tournoi, et vous êtes déjà persuadé, là encore sans pouvoir l’expliquer, que le joueur assis deux crans à votre gauche va vous sur-relancer…

C’est bien notre intuition qui nous guide dans ce type de situation bien précise. Nous avons pourtant souvent tendance à nous en méfier, de peur de nous tromper et d’être dans un niveau de pensée différent de celui de nos adversaires… Pour quelle raison nous en méfions nous ?

Comme expliqué plus haut, nous avons du mal, par définition, à analyser notre intuition.

Ses caractéristiques sont les suivantes : l’immédiateté, le mécanisme inconscient, l’absence de recours au raisonnement logique et au langage, le recours aux sens et/ou aux souvenirs, à ce qui est enfoui dans l’inconscient. L’intuition est associée (à tort !) à une absence de réflexion. Pourtant nos décisions "instinctives" sont des processus très rationnels qui s’élaborent dans notre inconscient.

Selon le célèbre psychologue américain Malcolm Gladwell l'intuition « réside dans la connexion en une fraction de seconde d’années d’expérience, de réflexions, de rencontres ou lectures accumulées en vrac au fil du temps, des hypothèses sans liens apparents entre elles. Ne devant rien au hasard, elle ne jaillit pas du néant. En effet, notre inconscient a la capacité de schématiser des situations, des comportements, à partir d’une couche superficielle d’expériences. »

Quand peut-on se fier à son intuition ? et faut-il abandonner tout raisonnement cartésien ?

Toujours selon Malcolm Gladwell : « Les décisions pertinentes reposent sur un équilibre entre pensée délibérée et pensée instinctive. »

Ces deux types de pensées sont donc complémentaires. On peut même aller plus loin en affirmant que la pensée « réfléchie », qui demande plus de temps pour s'y adonner (exemple au poker : étudier sa range dans un spot donné, en faisant les calculs sur son ordinateur) prépare le terrain pour la compréhension immédiate (donc intuitive).
 

Quelles applications pour le poker ?

Vous l'aurez compris, tout bon joueur de poker, aussi cartésien et rationnel soit-il doit apprendre à être à l'écoute de son intuition pour optimiser sa prise de décisions. On entend souvent dire à propos de tel ou tel joueur "Ce mec-là, il joue beaucoup à l'instinct" (typiquement : Davidi, bien sur !), ou bien : "Celui-là, c'est un bosseur, toutes ses décisions sont très mathématiques" (exemple : plein de joueurs allemands - leurs résultats sont impressionnants).

Comme expliqué plus haut, il n'y pas une approche meilleure que l'autre parmi ces deux-là. Pour prendre les meilleures décisions, il faut parfois savoir se fier à son intuition, mais cette intuition ne sera vraiment pertinente que si vous maîtrisez votre sujet, et donc si vous avez assez travaillé en amont...



En pleine préparation pour la finale des WSOP avec Cuts et Nicolas Cardyn. Travail, travail, travail...

N'oubliez pas non plus de prendre du recul par rapport à vos décisions. Le poker n'est pas un jeu "résolu", c'est à dire un jeu où il n'existerait qu'une seule bonne décision possible pour chaque problème posé. Au poker, l'important est de prendre une décision que l'on estime bonne ou acceptable au vu des informations que nous avons en notre possession (y compris des informations inconscientes). Et évitez surtout l'écueil de juger vos décisions par rapport au seul résultat !
 

Que faire concrètement pour s’améliorer ?

Voici quelques exercices simples que vous pouvez effectuer pour mieux prendre conscience de votre intuition et repérer rapidement les situations dans lesquelles elle vous porte régulièrement conseil.

Le jeu en live est évidemment celui où vous avez le plus de temps pour écouter votre instinct, car vous ne jouez qu'une seule table et donc chaque décision a davantage d'importance. De plus, tous les paramètres visuels, les potentiels tells physiques, etc... sont autant d'éléments qui stimulent votre mémoire et peuvent donc vous aider.

Vous pouvez vous entraîner à repérer les situations où votre instinct « vous parle » chaque fois que vous avez une décision un peu compliquée. Quelle décision votre instinct indique-t-il ? Gardez là en mémoire, et prenez ensuite le temps d’analyser la situation de manière rationnelle pour confirmer ou infirmer votre impression instinctive.

Lorsque vous multi-tablez beaucoup online, vous ne pouvez pas passer autant de temps sur chacune de vos décisions. Essayez tout de même de régulièremnet vous détacher de vos huds/trackers pour davantage suivre la méta-game et le flow de la partie… J'ai le souvenir personnel d'avoir changé trop souvent de décision par le passé, après avoir regardé les statistiques que me donnait mon hud. Et ces décisions s'avéraient plus souvent mauvaises que bonnes. N'oubliez pas : la première solution que l'on envisage est souvent la meilleure. Autant être conscient dès le début de cette première orientation et examiner alors ses implications positives et négatives. Recourir à l'intuition ne s'oppose pas à une analyse fine et détaillée de la solution envisagée de prime abord.

Et surtout, ne négligez pas pour autant le travail technique, et tous les outils qui sont aujourd'hui à votre disposition pour améliorer vos connaissances et votre jeu. On a beau rencontrer beaucoup de situations différentes au poker, certaines situations reviennent tout de même régulièrement. En travaillant votr technique, vous serez mieux à même de les reconnaître rapidement.

N'oubliez pas, l'intuition implique une connaissance poussée de son environnement et des paramètres en jeu !


Loosli

En 2013, Sylvain est rentré dans l’histoire du poker tricolore en accrochant la 4e place du Main Event des championnats du monde. Le début d'un parcours d'exception au sein du Team Winamax.

Suivez Loosli sur FacebookSuivez Loosli sur Twitter