I like the sound of it

Par dans

Cannes !

Je suis sur la route entre St Raphaél et Cannes. Je viens d’assister à l’enterrement de Guy David, mon entraîneur au FC Havre, celui qui m‘a lancé, celui qui nous aimait et qu’on aimait. Alors je suis là, ailleurs, et le téléphone sonne.

C'est le coach. MIK22. « T'es où ? on t’attend ! » Waw, cool, "Chelmi"…

Eh oui, j’ai arrêté le foot, et pourtant j’ai toujours un coach sur le dos. Alors j'arrive à l’hôtel 3.14, et je retrouve tout le Team Winamax. Eh oui, les mecs, si j’ai un coach, j’ai aussi une équipe et quelle équipe…

Je ne sais pas ce qui m’attend. Il fait beau et je suis là avec des types que je connais à peine. Pourtant je me sens pas trop mal, pas mal à l’aise du tout même. Il faut dire que Moumouth est là et ça c’est cool. J’ai hâte de jouer, ce sera demain. Pour l’instant, on se dirige tous vers le casino pour prendre la température et sentir l’atmosphère, comme avant un match de Champion's League. Parce que demain, c’est comme la Champion's League et va falloir assurer…

Je ne suis pas joueur de poker, j’entends joueur professionnel de poker et je ne veux pas le devenir. Alors j’écoute. Autour de moi Sir Cuts « bet », Tall « raise »... Pendant que ManuB « tribet », Moumouth rentre en plein bluff (forcément) alors là je trouve que ça commence à craindre et je décide donc de partir « All in » puisque je pige que dalle à ce charabia…

Oh, je vais vite m’y faire, vite apprendre et peut être éviter le "all in" trop rapide, mais en attendant j’observe un monde qui m’est étranger, qui m’intrigue un peu aussi, un monde d’hommes surtout, macho peut-être…

Alors je croise un type et moi aussi j’y vais de mon histoire de bad-beat. « Tu sais quoi j’ai deux As et … », « Non c’est pas vrai, pas possible, quelle horreur ! ». Mais non c’est pas vrai ducon, j'ai même pas encore joué puisque c’est demain que je raserai P14B. Mais j’aurais pu lui raconter une autre sorte de bad beat… Tu sais, comme quand le mec joue une carte à la river ("river", ça je connais), ou comme quand tu mènes 3-0 à la mi-temps d’une finale de Champion's League avec le Milan AC et que tu réussis à perdre aux penalties (Istanbul, 2005, contre Liverpool). Parce que là, le bad-beat, c’est une équipe, une ville ou un pays qui le prend avec toi.

Oui, le foot c’est un sport collectif où l’intérêt individuel prend toujours le dessus. Il faut avoir l’esprit d’équipe, paraît-il, mais malheureusement il n'y a souvent qu’un seul esprit dans l’équipe (çà, c’est Coluche qui l’a dit).

Alors oui, le poker est un jeu, un sport individuel où tes décisions t’appartiennent et n’impliquent que toi. Oui, le poker c’est comme le foot, c’est pas très sérieux, et moi j’aime en parler très sérieusement. J’y joue même très sérieusement, comme j’ai joué au foot très sérieusement.

Alors oui, faire partir d’une équipe ça a un sens. Le Team Winamax qu’elle s’appelle et j’aime bien. « I like the sound of it » aurait pu dire Pete Townsend, le leader des Who. Moi je dis juste que ça sonne bien et que pour le coup, la notion d’équipe a une vraie valeur puisque la concurrence n’existe pas.

Alors oui, félicitations à Davidi pour ton bracelet , Arnaud pour Prague et Antony, moumouth, Cuts et les autres (sauf Tall qui me rase trop souvent) et...

Pourvu que çà dure !

Michel Abecassis, Anthony Roux, moi, Nicolas Levi, Guillaume de la Gorce. Manuel Bevand, Patrick Bruel et Ludovic Lacay