En pleine confiance

Par dans

On y est ! Voilà la reprise : la saison 2010/2011 vient de commencer.

Je ne parle pas de football mais bien de poker. Et le calendrier est bien chargé en cette période de rentrée. Un tournoi à Juan les Pins, un autre à San Remo, tous les deux en guise « d’échauffement » (ils auront été malheureusement stériles en terme de performance mais furent d’excellents tests avant d’aborder les gros events du mois de septembre), puis le premier EPT de la saison pour moi, à savoir l’EPT de Vilamoura . Pas de perf non plus à Vilamoura , mais pourquoi donc ?

Mon excuse principale serait de dire que je n’ai pas eu de jeu et que sans jeu il est difficile de monter des jetons (ce qui était vrai pour cet EPT). Pas de gros bluff raté ou de mauvais call qui m'a fait perdre une grosse part de mon tapis. Alors, aucun regret ?

Il y a encore peu de temps, j'aurais répondu "non". Avec un peu de recul, et surtout grâce à la rencontre avec Pier Gauthier, « préparateur mental » d’athlètes dans diverses disciplines comme le tennis, le golf, la voile, et donc le poker à présent [voir une présentation vidéo ici, NDLR], j'ai désormais un autre avis.

Je suis allé jouer l’EPT de Vilamoura sans vraiment me dire « Tristan, ce tournoi, tu vas le gagner », sans cette volonté profonde de vouloir faire une grosse performance. Manque d’ambition, et aussi de préparation au tournoi. L’hygiène de vie est importante pour aborder la compétition. Jouer un tournoi de haut niveau demande beaucoup d’énergie, de concentration, et de rigueur. Il est difficile d’être performant en ayant passé une courte nuit de sommeil, ou en attrapant une fringale en milieu de tournoi.

Discuter, et seulement discuter de ceci avec Pier Gauthier m’a permis de prendre conscience à quel point l’hygiène de vie est importante pour se placer dans les conditions optimales pour réussir. Je le savais déjà, mais rien que le fait d’en parler a facilité cette prise de conscience. Dans cet entretien, on aura parlé également de concentration, de confiance, mais à aucun moment de stratégie. Et rien que le fait de dialoguer sur ces sujets-là m’a permis de retrouver une certaine confiance en moi, en mon jeu . J’ai abordé alors le Main Event du Partouche Poker Tour en position de force, avec de grandes ambitions, en me disant que j’allais aller au bout de ce tournoi.

Au final, j’ai joué mon A-game durant tout le tournoi, ou du moins, je m’en suis rapproché, car je pense que l’on n’atteint jamais la perfection. Je me suis senti totalement à l’aise à table, déroulant mon jeu, accumulant les bons calls et les bons moves aux moments opportuns, ce qui en retour augmentait ma confiance de façon continue.

Malheureusement, mon tournoi allait s’achever sur un crucial coin flip près de la table finale. Je suis sorti en 22ème (sur un total de 764 joueurs). Même si en soit c’est un peu décevant d’échouer si près du but, ce n’est que du positif dans le sens où j’ai retrouvé une confiance totale en mon jeu et l’envie de gagner des tournois à nouveau. La prochaine fois, le coin flip passera et la grosse performance sera là. L’essentiel est d’arriver à s’installer de façon durable dans ce que j’appellerai un « cycle de confiance » afin de se rapprocher le plus possible de ce fameux A-game tant recherché .

Et la préparation mentale est, j'en suis sur, un ingrédient quasi-indispensable pour y parvenir.

Je vous invite à me suivre au Royaume Uni dès la semaine prochaine, pour les WSOP Europe, le Winamax Poker Open (à Dublin), et enfin l’EPT Londres.

A bientôt !

Revivez le parcours de Tristan Clémençon et ses coéquipiers du Team Winamax à Cannes en vous plongeant dans notre reportage exclusif