Ce goût, c'était celui du petit morceau de madeleine

Par dans

 




Ludovic Lacay et Guillaume de la Gorce - WPT Barcelone, 2007

J’ai eu beau retarder l’échéance, un jour, inévitablement, j’ai du envisager le problème sérieusement. Pire encore, il me fallait le résoudre car la date butoir approchait. Comment m’en sortir ? Comment en étais-je arrive la ? Dois-je le dire à tout le monde ? Juste mes amis ? Ou carrément en parler sur mon blog ?

Certains d’entre vous sont déjà au courant, donc autant rendre la chose publique, cela m’embarrasse mais je ne suis pas le seul dans ce cas là et je n’ai pas l’habitude de mentir.

Oui, j’ai passé un weekend à Amneville et… c’était pas mal du tout. Voilà, c’est dit.

Maintenant pensez ce que vous voulez, jugez moi, pendez moi, de-likez moi, mais c’est ainsi j’aime le calme et j'aime les villages. Et j’aime le mauvais temps aussi, mais ca c’est récent, c’est depuis que je vis à Londres.


Bon effectivement sur le tapis vert cela a été catastrophique (comme souvent ces derniers temps), mais si le poker était l’objet principal de mon blog cela se saurait, donc passons.


Ce goût, c'était celui du petit morceau de madeleine 





J'ai grandi dans un village de 7,000 habitants à quelques kilomètres de Toulouse, et cette petit virée dans la Moselle m’a rappelé mon enfance. Sur le chemin du retour, en escale chez ma mère, pris de nostalgie j’en ai profité pour ouvrir quelques vieux cartons et y découvrir parmi tant d’autres une pépite qui mérite une mention sur cette page.

Je suis tombe par tout hasard sur un vieil iPod Nano gris, de première génération.

Intrigué, je vais chercher mon casque et me rends compte que la bête a rendu l’âme depuis bien longtemps. Je la laisse sur mon lit et continue a fouiller… les minutes défilent avec les objets sans intérêt, les photos d’équipes de foot, les collections de blagues carambar et autres lettres d’amour lycéennes jusqu'à que je tilte enfin. Cet ipod, serais-ce CET ipod ? Mon premier baladeur MP3 ?

Techniquement, non, puisque j’ai gagné mon premier baladeur de musique électronique en ouvrant une boite de kinder country un peu avant l’Euro 2000. A l’époque c’était encore plus gros qu’un baladeur CD mais ça emportait tout de même 20 gigas de musique (pompée sur Napster). Enfin bref, on me l’a volé, je n’avais pas un rond, j’ai joue au poker et j’ai acheté le top du top, le nec le plus ultra, l’iPod Nano. Cet iPod Nano.

Je l’ai rempli de mes musiques favorites de l’époque et je l’ai emporté partout jusqu'à ce que l’argent, l’alcool et la dope me montent a la tète et que je le laisse tomber pour un beaucoup plus beau... ou que je l’oublie chez ma mère. Je sais plus trop.

Toujours est il qu’après une tentative rapide de réanimation via iTunes, ce balladeur s’est avéré non seulement en vie, mais rempli de cadeaux.

Quels cadeaux ? L’intégralité de mes playlists de l’année 2007. L’année de Barcelone, de l’EPT Dublin, de mes premiers WSOP aussi. J’ai donc pris pas mal de plaisir a écouter ces vieux titres plein de bons souvenirs et naturellement décidé de partager avec vous (oui, on a des quotas de blog à écrire) les chansons les plus jouées dessus alors que j’affrontais pour la première fois mes idoles : Hansen, Ivey, Lellouche et consorts…



Place au TOP 50 de 2007  (techniquement y’en a pas cinquante mais c’est en référence a l’émission… Ah vous aviez compris ? Pardon.)

Dire Straits – Sultans of Swing (2001)



Une chanson mythique que j’ai découvert tout gamin alors j’accompagnais mon père qui bossait le mercredi après midi sur des chantiers. Le vieux poste de sa 404 bâchée ne crachait que deux morceaux en boucle, la faute a une cassette bloquée a l’intérieur depuis des années, le premier était le tube de Knopfler et consorts, l’autre Losing My Religion de R.E.M qui figure d’ailleurs en septième position des titres les plus écoutés.

Travis – Sing (2001)

J’ai découvert cette chanson via le clip qui passait en boucle sur MTV au foyer du Lycee Pierre de Fermat à Toulouse, où je passais des heures avec mes camarades a essayer de résoudre les célèbres « Devoir a la Maison » de ma prof de Maths.

Si aucun d’entre nous n’est devenu astrophysicien ou ingénieur, au foyer nous aurons appris a rouler des pelles comme il se doit (grâce a Demon vs Heartbreaker) et a faire des photocopies (Michael Gray)… des devoirs de maths !

Michael Jackson – You rock my world (2001)

Né un poil trop tard pour être un grand fan des tubes de Michael, j’ai assisté a la sortie de celui la, et il faut croire que cela m’a marqué puisque encore aujourd’hui il s’agit de mon titre préféré du défunt King de la Pop.

Pas d’anecdote croustillante a ajouter ici, je n’ai malheureusement pour ce paragraphe et heureusement pour ma vie sociale jamais essayé de reproduire ses pirouettes devant mes camarades a la fin d’un repas de classe un peu trop arrosé a la sangria. Jamais.

Bloc Party – Banquet (2004)


Écoutée 56 fois sur cet ipod ! Et un bon millier sur Europe 2 (maintenant appelée Virgin Radio) en allant et revenant de la Fac de Droit de Toulouse au volant de ma défunte 205 Peugeot immortalisée par Benjo lors d'un reportage en 2008. 



Et en fait, tout le reste de la bande originale de la série des films Matrix.

Quand le film est sorti j’étais un véritable geek, je passais mes nuits a m’entrainer a Counter-Strike (un jeu en ligne par équipes), et mes journées a réfléchir a des stratégies ou a lire Joystick en séchant la fac de sciences. J’ai forcement été happé par le film, son côté sombre, violent et son rapport permanent a l’informatique… cela me parlait. La BO ne correspondait en rien a ce que j’écoutais a l’époque mais je l’ai adoptée aussi, et encore aujourd’hui il m’arrive de mettre du Marylin Manson (Rock is Dead) en pleine session de cashgame en ligne.

Samim – Heater (2007)

Il m’aura fallu plusieurs mois pour trouver le titre de cette chanson entendue pour la première fois au Pacha d’Ibiza, a la soirée Fuck Me I’m Famous avec en Guest DJ Erick Morillo, énorme ambiance et super souvenir que le passage de ce titre vers cinq heures du matin. Tout juste agé de 21 ans je revenais de Las Vegas presque bredouille. Je n’avais pas fait une place payée en trois tournois, j’avais dépensé beaucoup d’argent et perdu un peu en cash-game. Seul point positif à retenir de ce premier séjour dans la ville du vice en 2007 : j’etais entré en contact avec un site de poker en ligne francophone qui recherchait des jeunes joueurs prometteurs et qui devait me soumettre une offre de sponsoring très prochainement... Wina qui ?

Bonus



Cassius – The Sound of Violence

Armand Van Helden – You Don’t Know Me

Jamiroquai – Deeper Underground

Mc Solaar – Hasta La Vista

The Kooks – Ooh La

Kaiser Chiefs – Ruby

Moby - Porcelain