[Blog] Paré pour le décollage ?

Par dans GénéralTournois LiveTournois Online il y a 1 mois.

Kanit-BlogFR
Salut à tous !

J’espère que vous prenez soin de vous en cette période pour le moins bizarre. Malheureusement, la vie a changé pour beaucoup de personnes, mais j’espère de tout mon cœur que vous vous portez tous pour le mieux.

J’ai une question très simple à laquelle je voudrai apporter ma réponse : si vous deviez commencer à jouer au poker aujourd’hui, comment débuteriez-vous ?

1) Se spécialiser

Tout d’abord, mon premier conseil serait de choisir entre tournois et cash game, et de trouver une variante à laquelle se dédier entièrement, afin de l’étudier et d’y jouer tous les jours. Selon moi, le poker change selon ses formats. Si je devais partir de zéro, je commencerai avec les Expresso et, une fois que j'aurais compris comment ils fonctionnent, j’utiliserai mon skillset pour essayer de gravir les échelons dans les MTT. En effet, le poker est un jeu très compétitif : pour réussir à le transformer en vrai travail, il est très important de se spécialiser.

Kanit2

Une fois arrivé au sommet de la pyramide d’une spécialité, cela devient beaucoup plus simple de s’adapter aux autres formats ou variantes par la suite. Me concernant, j'ai pris en 2012 la décision de me concentrer sur les tournois. À cette époque, je jouais en cash game autant qu’en MTT mais, étant donné que j’étais plus fort dans les tournois et que je prenais plus de plaisir à y jouer, j'ai décidé de me spécialiser dans le format. Cela fut une bonne décision. (Muss' a notamment accumulé plus de 11 millions de dollars de gains en tournoi live, ndlr)

2) Jouer et étudier, un équilibre à trouver

Mais finalement, quel est le bon équilibre entre le jeu aux tables et le temps consacré à l'étude du jeu ? Chacun est différent et doit trouver sa propre... Lire la suite

[Blog] Un Vegas qui me colle à la peau (Part 6)

Par dans Tournois LiveAnalyse de mains il y a 1 mois.

Romain Lewis Blog

Résumé de l'épisode précédent : alors que vient de sonner le dinner break du Day 5, il ne reste plus que 237 joueurs en course sur le Main Event des WSOP et le chipleader se nomme Romain Lewis ! Jusqu'où se poursuivra la belle histoire ? Réponse dans cette sixième et dernière partie fleuve.

Un retweet et je ferme tout. J’éteins la connexion avec le monde extérieur. Stéphane est là en avance pour me ramener à la villa. J’aperçois un petit sourire sur le coin de sa bouche. Ne vous attendez pas à une quelconque explosion de joie : ce sera la plus grosse expression d’excitation que nous vivrons ensemble durant ce dinner break. En grignotant un bout, le coach me raconte quelques anecdotes datant de sa carrière de tennisman. Il doit savoir que parler poker ne servirait pas à grand-chose. Je n’arrive pas à savoir s'il fait semblant d’être occupé sur son téléphone ou s’il l'est réellement mais on ne parlera pas beaucoup plus durant cette pause. C’est la grosse différence entre un coach et n’importe quel autre humain. Ici, à la place de Steph', en face d'un de mes amis ou connaissances, j’aurais eu beaucoup de mal à ne pas vouloir en savoir plus sur le déroulé du tournoi. Je prends une petite note mentale.

Ce genre de pause est ultra relaxant. Je fais quelques longueurs dans la piscine histoire de me rafraîchir et sortir quelques instants de cette chaleur infernale. Steph' me fait signe : il reste quinze minutes, c’est l’heure de repartir. Quelques mots d’ordre dans la voiture, peu ou prou les mêmes que d'habitude : patience, moment présent, rigueur et acceptation. Je réponds à ses encouragements avec un petit clin d’œil avant de refermer la porte. Le clin d’oeil de la confiance. J’ai une nouvelle pensée.... Lire la suite

[Blog] Top 5 : mes pires moments de poker

Par dans Tournois LiveTournois OnlineCash Game Online il y a 2 mois.

Gaëlle Baumann Blog Facebook

En cette étrange période de pénurie de tournois live, sans grand-chose à se mettre sous la dent niveau poker (en dehors des Summer Shots évidemment), je vous propose de vous replonger avec moi dans mes pires et meilleurs souvenirs de poker depuis mes premiers pas en 2006. Histoire de terminer par une note positive, commençons cette semaine par le Flop 5.

5) Les Rois maudits

Dans une carrière de poker, il y a des mains qui vous marquent au fer rouge. C'est l'un des rares jeux ou l'issue d'un seul coup peut changer une vie. Je sais, cette phrase fait très Casino Royale, mais c'est la réalité. C'est d'ailleurs aussi pour ce genre de frisson qu'on aime tellement ce jeu. La main en question, beaucoup d'entre vous la connaissent déjà certainement.

Gaëlle Baumann

Plus tôt cette journée-là.

Nous sommes au Day 5 du Main Event des WSOP 2012. Il ne reste que 30 minutes avant la fin de la journée. J'ouvre une magnifique paire de Rois. Tout en effectuant une relance UTG, je discute avec mon voisin de gauche, le Canadien Timothy Adams. Je ne vois donc pas ce qui se trame de l'autre côté de la table. Après un fold général, la parole arrive à la petite blinde, Andras Koroknai, joueur hongrois qui annonce all-in pour 1,2 million  de jetons, soit un tapis de 40 BB. Je jubile, mais la joie est de courte durée.

Au moment d'annoncer call, je me tourne vers mon adversaire... et vois ses cartes partir dans le muck. Il n'avait pas vu ma relance et pensait être en tête-à-tête contre la grosse blinde qui était short stack. Suite au fold de cette dernière, il pensait simplement avoir gagné le coup. Après la confusion générale autour de la table, le floor finit par prendre la décision de faire payer à Koroknai uniquement le montant de... Lire la suite

[Blog] Un Vegas qui me colle à la peau (Part 5)

Par dans Tournois LiveAnalyse de mains il y a 2 mois.

Romain Lewis Blog Facebook

Résumé de l'épisode précédent : passé à une river de l'élimination suite à une longue période card dead et deux lancers de pièce perdus, Romain Lewis s'est complètement relancé dans ce Main Event des World Series of Poker grâce à un brelan floppé parfaitement rentabilisé. Nous sommes en fin de Day 4, le Bordelais est en table TV secondaire et le meilleur reste à venir...

En une heure de live, on joue environ vingt-cinq mains. Sur le Main Event des WSOP, ce chiffre se situe plutôt autour de vingt. On reçoit une paire d’As toutes les deux cent vingt et une mains en moyenne, ce qui équivaudrait donc à une fois par jour environ. Si je devais choisir le moment où je la découvre, j'opterais pour le dernier niveau, celui qui vaut le plus d’oseille.

Deux heures restantes au compteur pour aujourd’hui. Dernier niveau atteint. Cartes distribuées. Les voilà, deux beaux Aces. Un petit sentiment de légèreté envahit mon corps. Je n’ai toujours pas joué assez d’heures pour être intérieurement indifférent à ces moments trop rares. Sans trop me précipiter, je saisis quatre jetons oranges, les cale entre mon index et mon pouce et les pose juste derrière la ligne blanche. J’aperçois un bâillement chez un de mes voisins de gauche alors qu'il rend ses cartes. Je me rends compte que la combinaison Deliveroo sushis / saut dans la piscine de la villa il y a quelques heures lors du dinner break était la bonne. Je me sens bien frais. Encore plus muni de ce monstre.

Kiss my aces

Cela fait une minute que le joueur canadien deux crans à ma gauche hésite. Une voix s'infiltre dans ma tête : « Sur-relance moi, je t’en supplie. » Je jette un coup d’œil à son stack et aperçois qu’il détient autant de jetons que moi. Je ne vais... Lire la suite

[Blog] Un Vegas qui me colle à la peau (Part 4)

Par dans Tournois LiveAnalyse de mains il y a 3 mois.

Résumé de l'épisode précédent : au terme d'un Day 3 en formes de montagnes russes émotionnelles avec plusieurs coups d'une intensité folle, Romain Lewis a réussi à atteindre pour la première fois les places payées du Main Event des World Series of Poker. Mieux, le Bordelais possède un très joli tapis qui lui permet d'espérer aller encore bien plus loin. Alors que l'écrémage va commencer, Romain regarde lui vers le haut...

Blog Romain Lewis Facebook

Matin du Day 4. 10 A.M. comme on dit de ce côté de l'Atlantique. Je vous passe le rituel matinal, aujourd’hui tout va trop vite. Plus d’un millier de rescapés ont eu le temps de souffler et de se reposer depuis la veille au soir. Le bonheur des centaines de shortstacks est rapidement interrompu par la réalité de la situation. Le plan survie a fonctionné mais ce n'était pas le plus difficile. Le plus angoissant peut-être mais pas le plus difficile. La prochaine étape, les prochaines blindes, les prochaines orbites : toutes occasionneront des pertes.

J’ai une pensée qui me tourne dans la tête. D'un côté, il reste 15% du field donc je pourrais me croire loin dans le tournoi ; sauf que de l'autre, si l'on raisonne purement en nombres d'heures de jeu, je ne suis même pas au tiers du parcours pour aller jusqu'au bout. C’est assez étrange. Je dois me défaire de cette pensée car elle est négative mais bon… je n’arrive pas à croire que je n'en suis potentiellement qu'au tiers de mon tournoi.

Lancers de pièces capricieux

J’arrive parmi les premiers à ma table. J’ouvre mon sac. La pression monte un peu. En l’espace de deux minutes la table se remplit, la motivante et iconique musique des WSOP résonne dans l'Amazon. Des "good luck" collectifs fusent autour de la table. De "véritables"... Lire la suite

[Blog] Tournois : je vous aime... moi non plus

Par dans Tournois LiveTournois Online il y a 3 mois.

Blog Ya 2 Ecoles

Bonjour à tous les amis ! Me voilà de retour pour traiter d'un sujet qui me tient particulièrement à cœur : ma relation ambiguë avec les tournois. Vous le savez peut-être - si vous avez lu mon premier blog notamment -, j'ai débuté le poker en naviguant entre deux formats bien distincts : le cash game live et les tournois online. Étant étudiant à l’époque, cette situation me convenait parfaitement. Je jouais en tournois de façon occasionnelle, de l’ordre de quelques sessions par semaine.

Suite à des lacunes techniques beaucoup trop importantes, j'ai décidé en 2015 de me former en cash game, aidé par mon colocataire, professionnel émérite de ce format depuis de nombreuses années. Tout cela fut ultra bénéfique sur tous les aspects de mon jeu ; j'en suis sorti grandi. Un énorme travail accompli qui me fait porter encore aujourd'hui un regard admiratif teinté de nostalgie envers ce format. J’y ai tout de même fait mes premières armes et, comme toutes les premières expériences, cela m’a apporté de nombreuses émotions ainsi que des souvenirs impérissables.

Retour aux sources

Fin 2018, alors que je suis solidement installé sur les tables de cash midstakes de Winamax, je décide de revenir à mes premiers amours, plus par plaisir que dans l'optique d’en tirer un quelconque profit. Il m’est par exemple arrivé de lancer l’After Foot (un bon grosTurbo des familles à 2 €) alors que je possédais plus de 20 000 fois le buy-in. Ce choix pourrait vous paraître surprenant au premier abord, mais je tenais à m’exercer sur ces petits buy-ins avant d’envisager de participer à des tournois plus chers. Après quelques mois et plusieurs performances satisfaisantes, j’avais enfin la sensation qu’il était temps pour moi de passer... Lire la suite

[Blog] Live vs life

Par dans GénéralTournois LiveTournois Online il y a 4 mois.

Blog-Volatile3

Après de longues semaines de confinement, d’incertitude et d’inquiétude face au nombre grandissant de personnes infectées par ce foutu virus, il semble que nous commençons à voir les premiers signes d’un redémarrage progressif de la « vie normale », du moins dans certains pays comme la France.

L’incertitude reste malgré tout bien présente, et cela risque de durer un bon moment. Est-ce que la réouverture progressive de certains magasins, des entreprises et des écoles va provoquer un nouveau boom d’infections et de décès ? Quand pouvons-nous espérer un retour à la normale avec des bars/restaurants ouverts ou des concerts/spectacles/matchs avec un nombre important de personnes dans un même lieu ? Et, plus près du sujet de ce blog, quand pouvons-nous espérer rejouer un tournoi de poker live et dans quelles conditions ?

Je ne crois pas qu’aujourd’hui quelqu’un soit en mesure de pouvoir répondre avec affirmation à ces questions quant au futur proche de notre vie quotidienne.

Le live, c'est pas gagné

Volatar-Blog
Me concernant, je suis très sceptique à propos des tournois de poker live : par nature, ces évènements paraissent être des lieux idéaux de transmission massive du virus (endroits clos, proximité physique, échange de jetons/cartes, etc…), mais aussi un facteur de déplacement important de personnes potentiellement infectées : par conséquent, cela contaminerait un grand nombre de personnes supplémentaires, qui voyagent d’un tournoi à un autre. Bref, les évènements de poker live seront probablement autorisés plus tard que, par exemple, les expositions ou autres events qui rassembleraient autant de gens, mais avec moins de risque de transmission.

On peut aussi imaginer que, si les premiers festivals organisés le sont alors que le... Lire la suite

[Blog] Un Vegas qui me colle à la peau (Part 3)

Par dans Tournois LiveAnalyse de mains il y a 5 mois.

Résumé de l’épisode précédent : plus motivé et concentré que jamais au départ d'un tournoi qui le fait rêver depuis l'adolescence, Romain Lewis a franchi sans trembler les deux premières journées du Main Event des WSOP 2019, après avoir fait face à quantité de spots compliqué. Mais les places payées sont encore loin : le marathon ne fait que commencer...

Romain Lewis
En ouvrant les yeux le matin de ce huitième jour de juillet 2019, je remarque une détermination interne entièrement renouvelée. La veille, j’ai galéré tout du long mais j’ai réussi à finir le Day 2 à mon plus haut point. Place à une toute nouvelle journée. Et qui dit nouvelle journée dit nouvelles ambitions… et nouvelles histoires à inventer.

Le soleil tape à travers les fenêtres. Je sors du lit et constate que le réveil était sur le point de sonner. Petite satisfaction que d’avoir battu la sonnerie sur la corde. Comme si j’avais dormi exactement le temps qu’il fallait ! C’est peut-être un bon signe. Le matin du Day 3 du Main Event des WSOP, on prend tous les bons signes qui se présentent.

Une chose qui est sûre : la journée va être longue. Une autre qui l’est moins : les places payées. Elles seront atteintes en fin de soirée… ou alors, dans le pire des cas, le lendemain, dès le début du Day 4. Un flash me traverse l’esprit : je suis éliminé juste après le coup d’envoi du Day 4, sans être ITM. Je réalise aussitôt que je suis en train de me projeter, ce qui va à l’encontre de mon objectif principal (primordial, même !) sur l’ensemble du tournoi. À savoir : éviter à tout prix de se projeter dans le futur et/ou de buter sur le passé, et rester dans le moment présent.

Pour le coup, c’est un objectif agréable : là tout de suite, en ce matin du Day 3, le... Lire la suite

[Blog] Grande Finale WiPT : on va s'éclater !

Par dans Tournois Live il y a 7 mois.

FBK

La Grande Finale du premier Winamax Poker Tour Espagne se tiendra à Madrid du 19 au 29 mars. C'est un événement qui me touche particulièrement... Le Casino Gran Madrid de Torrelodones est très important pour moi : c'est là que j'ai commencé à jouer au poker, dès 18 ans. Et c'est là que j'ai remporté en 2012 le tout premier tournoi live auquel j'ai participé : le Circuito Nacional de Poker. Trois mois plus tard, c'est encore à Torrelodones que j'ai gagné l’Estrellas Poker Tour. On peut donc dire que ma carrière a décollé ici. Je me souviens encore parfaitement du moment : immédiatement après l'Estrellas, je décidais de partir à Deauville pour jouer mon premier EPT.
 

Adrian Mateos 2012
Octobre 2012 : Adrian joue son premier tournoi live à côté de chez lui. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il n'a pas foiré son entrée...

Au delà des titres, rappelons que c'est à Madrid que je suis né. Forcément, je suis ravi que la marque que je représente organise chez moi ce qui me semble être son festival le plus important de l'année en Espagne, dans un endroit aussi symbolique pour moi.

Au cours des derniers jours passés à Prague en décembre pour l'EPT, j'ai eu l'occasion de rencontrer Matthieu Duran. Pour ceux qui ne le connaissent pas, Matthieu est en charge de tous les évènements live de Winamax depuis 2011. Il est le papa de festivals tels que le WiPT et le SISMIX.. Nous avons eu une brève conversation durant laquelle il m’a lâché quelques infos sur le calendrier de la Grande Finale du Winamax Poker Tour. Et à vrai dire, plus il m'en parlait, plus ça m’intéressait...

Adrian Mateos et Matthieu Duran
Adrián lance le Day 2 du Main Event Sismix 2018, aux côtés Matthieu Duran. À peine 36 heures plus tard, c'est Matthieu qui prendra le micro pour saluer la... Lire la suite

[Blog] Un EPT Prague fou, fou, fou !

Par dans Tournois Live il y a 7 mois.

Pierre Calamusa Blog

Comme chaque année, l’EPT Prague était marqué d'une pierre blanche sur mon calendrier. Il marquait le début de mon travail avec mon entraîneur personnel Déryc Mousset. Un changement important dans ma préparation. Je suis arrivé la veille du festival afin de mettre en place avec lui la routine la plus efficace possible.

Très vite, nous nous sommes mis d'accord sur un rythme totalement différent de celui que j'adoptais avant. Le principal changement était l'heure du réveil : 6h du matin, contre environ 11h30 les années précédentes. Le but était assez simple : petit déjeuner ultra copieux au Hilton, puis repos de 7h à 9h, échauffement et séance de cardio ou musculation de 9h à 10h puis une petite sieste. Je n'ai late reg aucun tournoi, me présentant à chaque fois au shuffle up and deal. Dès le premier tournoi, j'ai senti que ce rythme était optimal. Il m’a aidé à maintenir constance et concentration. À ce moment-là je ne savais pas encore à quel point j'allais en avoir besoin...

Le Roi des Day 1

Une 31e place sur le premier 1 100 € freezeout a commencé par me mettre en jambes, avant d'attaquer l'EPT National à 1 100 €, et y viser les 300 000 € à la gagne. J'en profite pour établir un record en finissant le Day 1 avec 900 000 jetons soit l’équivalent de… trente tapis de départ. Tout cela pour finir de nouveau à une honorable 31e place, pour 8 700 €. L’EPT National Highroller à 2 200 € ne donne rien, et je me retrouve assez vite engagé sur le Main Event à 5 300 €. Et là… je saute sur la première main du tournoi, ne respectant pas une règle pourtant basique au poker, stipulant de "ne jamais tenter de bluffer un milliardaire". Je me sens pourtant encore bien dans ma tête et plein d'énergie. Re-entry s’il vous... Lire la suite