[Blog] La gratitude

Par dans Life Style il y a 5 mois.

La gratitude

Plusieurs fois dans ma vie, j'ai ressenti une frustration pesante, le sentiment de ne pas pouvoir profiter à fond du moment présent. Pourtant, sur le papier, ma situation avait toutes les raisons de me rendre heureux. Je suis sûr que cette sensation, vous l'avez tous déjà ressentie à un moment ou un autre. Alors, comment l'expliquer ? Notre esprit se retrouve préoccupé, comme si la peur et l'inquiétude prenaient le dessus. Nos pensées, notre petite voix intérieure et nos émotions nous empêchent de profiter à 100% du moment présent, alors que c'est justement la clé du bonheur. Rappelez-vous votre enfance, à gambader dans les prés sans se soucier de rien, à jouer au foot des heures et des heures, en kiffant, sans jamais se soucier du temps qui passe... 

Ça fait maintenant un petit moment que je m'intéresse au développement personnel et au bien-être. Un terme qui revient souvent dans mes lectures m'interpelle : la gratitude. Elle augmenterait notre bonheur de 25%, rendrait certaines entreprises plus productives, baisserait la tension arterielle, améliorerait les relations conjugales, développerait l'estime de soi, aiderait à soigner les maladies cardiaques, sauverait la faim dans le monde, transformerait le plomb en or et permettrait de gagner tous ses flips, entre autres. Bon, j'exagère un peu, mais que veut dire tout ce tintouin ? C'est quoi, au juste, la gratitude ? Et comment l'introduire dans mon quotidien ?

Le terme gratitude vient du latin piera gralamusa, qui signifie finir chipleader à chaque fin de Day 1 avant d'aller bouffer dans un étoilé. Enfin presque, il vient du latin gratitudinem, qui exprime la grâce, la reconnaissance. Non, je ne ferai pas de vilain jeu de mot avec la dernière syllabe, c'est promis.

Lloret de MarLire la suite

[Blog] Bons baisers du Cambodge

Par dans Tournois LiveLife Style il y a 6 mois.

Aladin Reskallah Blog

La vie peut parfois réserver de très belles surprises lorsque l'on saisit les opportunités qui s'offrent à nous. Si quelqu'un m'avait dit lors de mes jeunes années que je serai amené à vivre près du pôle nord pendant dix ans (bon ok j'exagère, c'était au Canada, mais vous avez déjà vécu un hiver à moins 30 degrés vous ?) je lui aurais probablement ri au nez. Si l'on m'avait dit ensuite qu'après cela j'habiterai au Cambodge, j'aurais trouvé cela tout aussi farfelu. Et pourtant... c'est bien notre jeu de cartes favori (non, pas la belote coinchée enfin, réfléchis, je parle du Texas Hold'em) qui m'a conduit dans le sud-est asiatique.

Flashback. Lorsque je décide de quitter mon travail à Montréal fin 2015/début 2016 pour me lancer dans l'aventure du poker professionnel, je réfléchis à emménager quelque part sur le globe qui me permettrait de quitter la neige, le vent et le froid polaire. Je couche sur papier une short-list de pays remplissant les critères du parfait joueur en ligne : bonne connexion internet, législation autorisant à jouer, coût de la vie raisonnable et, en bonus, température clémente avec plages à proximité.

Rapidement, une poignée de destinations sortent du lot : Brésil, Malte, Maroc, Thaïlande et... Cambodge. Je me rappelle d'ailleurs prendre contact avec un pote d'enfance du quartier pour lui demander des informations sur ce dernier pays. Ses parents avaient dû fuir le régime des khmers rouges de Pol Pot à la fin des années 70 et s'étaient réfugiés en banlieue lyonnaise. Encore aujourd’hui, je me souviens de ces parties pétanque endiablées avec un bouchon d'eau minérale en guise de cochonnet, au bas des tours de quatorze étages, en compagnie de son paternel et ses amis. Des... Lire la suite

[Blog] Ce qui ne me tue pas...

Par dans GénéralLife Style il y a 6 mois.

Mustapha Kanit Blog

Ciao ragazzi! Un peu plus de deux mois se sont écoulés depuis mon dernier blog et nous voici déjà presque à la fin de l’année. Vous savez donc ce que cela signifie : c’est l’heure du bilan ! Histoire d’entrer tout de suite dans le vif du sujet, je pense que, même sans obtenir les résultats auxquels je suis habitué, mon année reste positive. J’ai joué un bon poker, j’ai réalisé quelques deep runs et souvent atteint les places payées des épreuves les plus importantes. Je suis content de mes prestations et je suis conscient du fait que, si je continue de cette manière, personne ne pourra m’arrêter !

Au poker, il se peut que les résultats obtenus ne correspondent tout à fait à notre niveau de jeu, mais un professionnel doit garder sa concentration intacte et prendre du recul par rapport aux simples chiffres. Si tu te sens bien dans ton jeu, les résultats arriveront tôt au tard. Tenez, voici un exemple qui va vous parler. Mon ami Adrián Mateos a connu une année compliquée, mais il a continué à se donner à 100% sur chaque main de chaque tournoi… jusqu’aux Bahamas, où il a remporté deux tournois en une semaine dont le Main Event à 10 000 $ ! Parfois, il faut détourner le regard du résultat pur et se concentrer sur ce qu’on est en train de faire : en jouant, on s’améliore, on apprend, on partage notre expérience avec notre entourage. Si on donne le maximum de nous-même, on ne doit pas avoir peur d’échouer.

Ma meilleure vie

Mustapha Kanit

Mais alors, me direz-vous, si tu n’as pas gagné autant que tu le voulais aux tables, pourquoi es-tu satisfait de ton année ? Simplement parce que je pense avoir mûri. J’ai appris énormément de choses et j’ai aidé en ce sens les personnes autour de moi. J’ai noué de nouvelles amitiés et, même si j’ai... Lire la suite

[Blog] J'assume...!

Par dans GénéralLife Style il y a 7 mois.

Blog Adrien Delmas

Pour ceux qui suivent assidûment mes blogs sur Winamax (merci à tous, je vous aime), vous commencez sûrement à connaître la structure que je mets généralement en place. J'attaque en étudiant un sujet assez vaste, qui me plait, m’intéresse, me stimule, et j'essaie ensuite de le ramener au monde du poker et d’en tirer des conclusions. Ce que je vous propose aujourd’hui c’est de vous faire réfléchir sur le fait "d’assumer" aussi bien nos choix, nos actes, que nos responsabilités.

(Cet article reflète mon analyse personnelle, tout y est évidemment sujet à débat.)

Dès le plus jeune âge, on a tous vécu cette situation : on fait une connerie, et on préfère alors dire que c’est la faute de son petit frère, du chien, ou encore de Roger, le poisson rouge familial. En clair, on n’assume pas. On se prend alors à ressentir de la honte, avec parfois la conscience d’avoir fait quelque chose qui n'était pas approprié.

Par la suite, au collège et au lycée, je pense que l'on a davantage tendance à ne pas assumer envers soi-même. Par exemple, en cas de mauvaise note, c’était la faute à pas de chance, à cause d’un sujet trop complexe ou bien de la sévérité du correcteur. Par contre, de mon côté, lorsque j’avais de bonnes notes, c’était seulement grâce à l’unique force de mon incroyable talent et de mon dur labeur. Le constat était le même quand je me faisais doser sur Street Fighter : c’était "la faute à la manette". Ici, on est clairement dans ce qu’on appelle le biais d’auto-complaisance (cf. le blog en deux parties où je reviens sur le sujet plus longuement), qui représente un mécanisme "normal" d’auto-défense, et permet aussi de ne pas subir les sensations néfastes de la honte.

Assumer : pour quoi faire ?

Adrien Delmas WPO

Ne pas assumer,... Lire la suite

[Blog] Muscle ton jeu, Pierre !

Par dans GénéralLife Style il y a 7 mois.

Pierre Blog Facebook

Suite à des WSOP de malade, où plusieurs membres du Team Winamax ont triomphé (João, Ivan et Romain notamment), j’ai pu constater pendant ce Vegas le succès de la nouvelle routine mise en place avec Tony Miles. J’ai enfin mis le doigt sur quelque chose qui me permettra d’améliorer mon jeu, tant live qu’online, tout en me permettant de conserver certains plaisirs de la vie comme la bonne bouffe et les sorties : confier ma préparation physique à un professionnel. Rationaliser à l’extrême ce pan de ma préparation me donnera sûrement un edge supplémentaire sur mes autres adversaires, et pas si négligeable que ça. C’est dans les détails que se cache le diable.

Attention à Mousset !

Dans cette optique, j’ai contacté au retour de Vegas Déryc Mousset, un ancien joueur de football américain aux Centaures de Grenoble. J'ai senti très vite que le courant passait et que ce mec maîtrisait parfaitement son domaine. Ni une ni deux, nous avons convenu d’un deal. Le premier était de me permettre de concilier un mois de vacances (et son lot de fiesta) avec une vraie remise en forme physique après un Vegas éreintant. Avec sa compréhension du corps humain et son esprit tordu, il a réussi à cocher toutes les cases du cahier des charges que je lui ai confié.

Nous avons alors attaqué cette période de vacances/préparation. Ce tortionnaire venait me réveiller à 9 heures du matin pour faire des exercices de courses type fractionné/coordinations sur la plage. Avec toujours la même devise : tu veux boire ? Pas de problème, mais le lendemain, à 8h30 on est debout et on envoie.

Cette première partie d’entrainement avait pour but de réveiller mon métabolisme et augmenter mes capacités de coordinations/réflexions. Avez-vous déjà... Lire la suite

[Blog] Casser la routine

Par dans Life Style il y a 7 mois.

Leo Margets Blog

Hola todos! On est mi-octobre, donc j’imagine que certains d'entre vous sont déjà retombés dans la routine. Mais si, vous savez, je veux parler de cette transition entre le sentiment de liberté qui flotte dans l'air l’été et la reprise du travail (ou des études), dans toute sa rigidité. Je sais que ce n’est pas toujours facile, alors j’espère que vous vous en sortez.

Cela fait quelques années que je n’ai plus besoin de me confronter à ce "problème" (depuis que j’ai fait du poker mon métier), mais je me souviens des vacances en Galice avec mes parents quand j’étais petite. À partir de la dernière semaine d’août, ma mère commençait à râler parce que "c’était bientôt la rentrée."

Always look on the bright side of life

Leo Margets

Pour moi, la rentrée n’était jamais traumatisante. J’ai toujours eu la faculté de voir le bon côté des choses, donc j’étais contente à l’idée de retrouver mes potes et curieuse de voir les nouveautés au programme de cette nouvelle année scolaire. Aujourd’hui, j’aime à croire que je n’avais pas peur de la routine parce que cela me donnait une impression de contrôle, et je sais maintenant que c’est quelque chose qui est vraiment important pour moi.

Pour autant, tout mon entourage paniquait à l’arrivée imminente de la rentrée. Pour une vaste majorité de gens, le travail quotidien est si répétitif que l’on aimerait en réchapper. Je sais que tout le monde n’a pas la chance de pouvoir exercer un métier qui le/la passionne. Mais il est possible d’établir une routine stimulante. Car si l’on peut aimer planifier un voyage de rêve longtemps attendu ou se projeter sur un événement exceptionnel, la vérité est que l’on passe quelque chose comme 80 % de notre temps à faire plus ou moins tout le temps les mêmes... Lire la suite

[Blog] Ma recette du succès

Par dans Life Style il y a 11 mois.

La recette de Mus'

Le moment tant attendu est enfin arrivé : c'est l'heure du nouveau blog de Mustacchione !

Aujourd'hui, j'ai choisi de vous parler d'un sujet qui change de l'ordinaire et que je considère très important dès lors qu'on décide de devenir un joueur de poker professionnel. Nous avons tous des qualités et une approche du jeu qui nous sont propres. Mais il y a une chose qui est la même pour tout le monde : pour avoir du succès dans le poker, il faut être capable de faire son auto-critique. Être honnête avec soi-même et sans cesse se proposer de nouveaux objectifs est une condition obligatoire pour progresser et grandir dans ce petit milieu.

S'il est possible de trouver sur internet tous le contenu dont on a besoin pour apprendre à jouer au poker, ce n'est pas une raison pour arrêter de penser et d'apprendre avec notre tête et notre expérience. Le poker, comme la vie, est un long chemin dont la difficulté du parcours ne dépend que de nous. À nous de le rendre plus simple et plus satisfaisant, tout en conservant un certain équilibre.

Mais comment faire ? Chacun a une expérience et une approche personnelle différent. Par exemple, faire de longues sessions de jeu ne m'a jamais posé de problèmes, et je n'arrête jamais d'essayer d'apprendre de mes adversaires. C'est comme ça que j'ai au final plus appris sur le "terrain" qu'en potassant des bouquins. Mais c'est simplement car j'ai réalisé que c'était ma façon de fonctionner, celle qui me correspondait le mieux. Je joue, puis j'analyse mes décisions en cherchant les erreurs que j'ai pu faire et en me posant les bonnes  questions. "Ok Mus', il a payé ce sizing. Tu as fait une boulette, t'aurais peut-être dû overbet. Et si tu avais misé plus cher au flop ?" Me poser ces... Lire la suite

[Blog] Vis tes rêves

Par dans Life Style il y a plus d'un an.

Gaëlle Baumann Blog

En regardant ma fille un matin, je me suis demandée ce qu'elle ferait plus tard. En tant que parent, je souhaite évidemment le mieux pour elle. Qu'elle fasse quelque chose qu'elle aime et qui la rende heureuse. Pour arriver à cette finalité, notre rôle en tant que parent est de non seulement d'accepter les choix de nos enfants et de leur laisser une liberté importante mais aussi de les épauler au maximum chaque jour, et ce dès le plus jeune âge. C'est pourquoi j'ai choisi pour elle une méthode d'éducation alternative en vogue depuis quelques années, inspirée de la célèbre pédagogue Maria Montessori.

Le principe fondamental de la pédagogie Montessori consiste à apprendre l'autonomie à l'enfant en suivant son propre développement et son rythme. Cette méthode peut être résumée ainsi : "Apprends-moi à faire seul." C'est un enseignement individualisé qui va responsabiliser et aider l'enfant à se construire en tenant compte de ses besoins spécifiques. L'adulte est un guide mais c'est l'enfant qui est acteur dès son plus jeune âge. Selon Maria Montessori, la période la plus importante de la vie se situe entre la naissance et 6 ans. C'est à ce moment-là que l'enfant va développer cinq dimensions différentes : physiques, intellectuelles, sociales, spirituelles et émotionnelles.

Perdue dans le système

Gaëlle Baumann

Pourquoi je vous raconte tout ça ? Car mon éducation a été totalement différente. Je n'ai pas à me plaindre, j'ai eu une enfance très heureuse et des parents cools. J'ai eu la chance d'avoir des grands-parents enseignants qui m'ont appris énormément de choses et transmis une curiosité intellectuelle. Mais c'était une époque où l'on se souciait moins de l'autonomie de l'enfant ou de ses états d'âme, particulièrement à... Lire la suite

[Blog] To be or not to be (a pro)

Par dans GénéralLife Style il y a plus d'un an.

Aladin Reskallah Blog

Depuis ma réintégration dans le team Winamax, je reçois beaucoup de sollicitations sur les réseaux sociaux de joueurs qui souhaiteraient devenir professionnels ou, pour commencer, devenir gagnants. Certaines demandes tiennent en une ou deux phrases - "Comment je fais pour gagner au poker ? Juste un conseil simple, que je peux appliquer maintenant tout de suite." - tandis que d’autres démarches sont plus élaborées mais ne témoignent pas d’une volonté de fournir les efforts nécessaires pour y parvenir.

Tout cela suscite chez moi pas mal de questions, dont une qui englobe toutes les autres : dois-je réellement, en mon âme et conscience, encourager des gens à essayer de devenir pro ? La réponse va bien plus loin qu'un simple "oui" ou "non". À l'heure où fleurissent les formations et coachings en tous genres, mais aussi où le niveau général n'a jamais été aussi élevé, est-il encore possible pour un néophyte passionné d'atteindre le Graal et de réussir à vivre de sa passion ? Est-il possible de suivre à la lettre les recommandations d'un mentor, existe-t-il une recette toute faite vers le succès, ou doit-on vivre sa propre expérience ?

Apprendre de ses erreurs

J'ai appris le poker à la dure. Mon cheminement s'est fait dans la douleur. Tout a pourtant débuté sur un run good : j’ai remporté le tout premier tournoi que j’ai joué, et j’ai monté assez vite plusieurs milliers de dollars en cash game. J’avais des étoiles dans les yeux et j’ai fait des plans sur la comète en un temps record. Un départ en fanfare que connut aussi mon meilleur pote Yassine, avec qui j'ai commencé à jouer. Après avoir déposé 200 $ sur Internet, il prit place sur une NL600, gagna un pot à 1 000 $ et retira tout immédiatement.... Lire la suite

[Blog] Vis ma vie de pro (Partie 2)

Par dans Life Style il y a plus d'un an.

Leo Margets Blog

Bonjour tout le monde ! Dans mon blog précédent, je vous ai raconté comment je tire profit de certains éléments spécifiques au poker pour prendre des décisions au quotidien. Je suis persuadée que notre jeu a un potentiel énorme pour améliorer notre processus de pensée. D’ailleurs, saviez-vous qu’il existe depuis quelques années à Harvard, au sein du cursus de droit, un cours appelé “Strategic poker thinking” ?

J’aimerais voir la même chose arriver dans les universités européennes un jour, mais je crois que je peux continuer à attendre. Dans ma tête, je m’imagine bien comme prof dans ce programme mais, en attendant, je vais reprendre où je m’étais arrêtée, en continuant d’analyser les bienfaits du poker sur l’optimisation de notre processus décisionnel.

Vous ne pouvez pas tout contrôler 

Vos parents étaient pauvres, il a plu le jour de votre mariage, un bus est tombé en panne au milieu de la rue et vous allez être en retard... So what?! Arrêtez de vous plaindre, de penser que la vie est injuste et mettez-vous au boulot ! Vous ne devez plus perdre votre temps à regretter des choses qui ne sont pas de votre ressort. Vous ne pouvez pas changer le passé de vos parents, influer sur la météo ou remonter dans le temps pour aller réparer ce camion, mais vous pouvez changer votre avenir.

Rationnellement, cela n’a aucun sens de se plaindre de choses que nous ne contrôlons pas, mais nous le faisons quand même. Nous perdons du temps à regretter des choses sur lesquelles nous n’avons aucune influence et qui sont motivées par une fausse illusion de contrôle. Je dis "illusion" parce que c’est un trait commun chez l’être humain : croire que nous pouvons maitriser, ou au moins influencer, des événements sur lesquels nous... Lire la suite