[Blog] Comment j'ai gagné un concert privé

Par dans Life Style il y a 1 mois.

Gaëlle Blog Concert Facebook

S'il y a une chose que le poker en live peut nous apporter par rapport au jeu online, c'est le contact humain, la rencontre avec des personnes de tous horizons. C'est encore plus vrai lorsqu'on a la chance de faire partie du Team Winamax. Si je devais faire le bilan de mes six dernières années passées au sein de cette grande famille, au-delà des émotions indescriptibles que j'ai pu vivre grâce à ce jeu, je retiendrais en premier lieu toutes les rencontres incroyables que j'ai pu faire lors de mes déplacements : joueurs pros et amateurs réunis autour de la même passion, mais aussi des personnalités que j'admire, artistes, sportifs de haut niveau, hommes d'affaire brillants... Des personnages souvent hauts en couleur et dont je ne pensais pas croiser la route un jour.

Vous m'imaginez moi, fan de Téléphone, saluer un Jean-Louis Aubert tout sourire lors d'un dîner à Deauville, qui en me tendant la main m'annonce "Je suis fan, j'ai vu toutes vos vidéos !" J'en suis restée bouche bée. Ou encore expliquer la zone de push à Louis Bertignac au retour d'un dinner break le long de la plage. Je ne suis généralement pas très fan girl, mais simplement croiser Matt Damon ou Aaron Paul dans les couloirs du Rio, c'est quand même un petit kiff pour la cinéphile que je suis. Par contre j'avoue ne pas avoir compris l'attroupement autour d'une table à Barcelone jusqu'à ce qu'on m'explique qu'il s'agissait d'un certain Neymar... Eh oui vous l'aurez compris, le football, c'est pas mon dada.

Tous fous du MAD

Gaelle - Mike

Mike et Gaëlle lors du dernier SISMIX.

Parmi tout ce beau monde, j'ai pu côtoyer à plusieurs reprises Mike d'Inca, chanteur du groupe Sinsémilia, grand passionné de reggae autant que de poker, et... Lire la suite

[Blog] Le poker pour la vie ?

Par dans GénéralLife Style il y a 1 mois.

Guillaume Diaz
Depuis le jour où j’ai pris la décision d’arrêter mes études afin de me consacrer pleinement au poker (c’était il y a six ans, déjà !), une question m’a très souvent été posée de la part de mon entourage – OK, soyons honnêtes, elle vient le plus souvent de ma mère :

« Mais jusque quand tu comptes faire ça ? Pas toute ta vie, tout de même ! »

Tout joueur dont le poker est le métier a déjà eu à se poser cette question. Et beaucoup de ceux que j’ai croisés au cours de ces six ans ont un avis similaire : la carrière de joueur de poker n’est qu’une étape dans la vie. Un moyen de gagner de l’argent rapidement… afin de  pouvoir faire autre chose après. Sauf qu’évidemment, tout le monde ne pense pas comme cela.

Beaucoup sont animés par la passion. La passion de gagner des compétitions. La passion de trouver la meilleure solution à un problème donné, puisque, après tout, une partie de poker n’est qu’une suite de problèmes à résoudre. Ou, tout simplement, la passion du jeu en lui-même. Peu importe sa nature : c’est elle qui pousse nombre de joueurs à continuer, à travailler chaque jour pour être le meilleur, même après vingt ans de pratique quotidienne, et même après avoir atteint tous les objectifs financiers/compétitifs qu’ils s’étaient fixés.

Personnellement, la réponse a changé de nombreuses fois durant ma « carrière ». Juste après avoir arrêté le cours, je me souviens avoir lâché à mes parents, rempli de naïveté et d’ambition : « Je vais jouer quatre ou cinq ans, gagner assez d’argent pour acheter une maison et investir dans un projet, puis j’arrêterai. » Hé bien, a priori il va falloir patienter un peu ! A ce moment-là, je voyais le poker comme un jeu qui me passionnait en plus, cerise sur le gâteau, d’avoir le... Lire la suite

[Blog] Comment j'ai bullé Secret Story

Par dans GénéralLife Style il y a 1 mois.

Pierre Calamusa Secret Story
Nous sommes le 14 juin 2017. Je me prépare tranquillement à vivre l’été classique d’un joueur de poker pro : les World Series of Poker ont commencé depuis deux semaines à Las Vegas, elles n’attendent plus que moi. Ce rendez-vous incontournable va clôturer ma deuxième saison au sein du Team Winamax, après quoi je partirai en vacances dans le Sud de la France pour quatre semaines : à moi le Lavandou ! A ce moment, je sais déjà que l’aventure avec le logo au W rouge se poursuivra quels que soient mes résultats à Vegas, car mon contrat vient d’être prolongé d’un an. Je peux donc me projeter à moyen-terme : en août, je partirai à Barcelone pour le Main Event des PS Championship et le Highroller à 10 000 euros, puis, fin septembre, en route pour le Winamax Poker Open de Dublin. J’ai évidemment une tendresse particulière pour cet événement, à la fois mon premier tournoi et ma première victoire sous mes nouvelles couleurs il y a deux ans.

Mais au beau-milieu de cet après-midi de juin tombe une notification de nouveau message Facebook. Expéditeur inconnu. « Bonjour Pierre, je suis journaliste et j’aurais une proposition à vous faire dans le cadre d’une émission de télévision. Vous serait-il possible de me joindre par téléphone au 06… ? » Allez, rien à perdre, je compose le numéro. Je tombe sur une directrice de casting du groupe Endemol. Quelques recherches sur Google m’apprennent qu’il s’agit d’une grosse boîte qui gère de nombreuses émissions de télé-réalité.

Dans ma tête, le déclic : deux ans plus tôt, je participais à La Maison du Bluff, le pendant poker de ce type d’émissions. Réticent à l’époque, j’y avais finalement vécu une des expériences les plus kiffantes de ma jeune vie. Je me souviens avec délice des... Lire la suite

[Blog] Que les bracelets soient

Par dans Life Style il y a 5 mois.

Romain MonteCarlo
J’emprunte les mots de mon collègue vietnamien poète pour le titre de mon premier blog. J’ai envie d'écrire la belle histoire du Team Winamax comme celle d’un groupe soudé, au sein duquel chacun pioche à droite, à gauche, et apprend les uns des autres. Ainsi, je me sers parmi les illusions et les rêves de Pierre, à défaut de le suivre dans les boîtes et les soirées aux quatre coins du monde. Mais promis, je fêterai les résultats avec lui, selon ses désirs.

Je suis assis au beau milieu du grand salon de notre villa à Vegas, accompagné de Sylvain, Volatile, Davidi et Ivan et quelques autres très bons amis. J’ai eu la chance de les rencontrer au cours de deux années fantastiques vécues sur le circuit professionnel, au terme desquelles j'ai intégré le Team Winamax. La joie et la fierté exprimées sur les réseaux sociaux sont impossibles à coucher sur le papier. Les félicitations, les sourires et les fêtes partagés avec mes proches resteront des émotions gravées dans ma mémoire.

Je partage ma chambre avec Louis Linard, un de mes meilleurs amis dans le monde du poker. Il m'explique que passer quarante jours à Vegas est une aventure intense, éprouvante mentalement et physiquement. Il est donc très important de s’entourer des gens dont on se sent proche. Il me reste une heure avant le début de mon tout premier WSOP et l’excitation est (forcément) présente. Il me tarde de monter de belles piles de jetons, comme celle que je ne pouvais voir que sur Youtube ces sept ou huit dernières années.

Avant toute excitation, il y a surtout de la préparation. Dans ce billet, je vais vous présenter mes objectifs au sein du Team et dévoiler les détails qui peuvent faire la différence pour décrocher un résultat... Lire la suite

[Blog] Dreaming Las Vegas

Par dans GénéralLife Style il y a 10 mois.

Durant les dix-huit derniers mois, l'excitation des premiers moments en tant que joueur sponsorisé, couplée à une réussite sur le circuit live, m'ont largement contenté, tant moralement que financièrement. Il y a un an, j’écrivais l'article Méthodologie du grind online, dans lequel j'exposais mon approche du jeu sur Internet. Et comme je l’ai dit dans un article précédent, mes deux seules obsessions sont 1/ la quête d'un titre majeur et 2/ le maintien de mon train de vie. Avec la disparition du circuit EPT et son relatif déclin sous sa nouvelle appellation – le PokerStars Championship Bahamas a enregistré des affluences plutôt faibles – ainsi qu'un contrat revu à la hausse cette année qui me permettra de jouer de plus nombreux Events, les World Series of Poker sont devenus mon objectif principal. J'ai déjà les yeux tournés vers Vegas.

pierre_calamusa_wsop_2016

Mes deux étés dans le Nevada ont été catastrophiques, avec une seule petite place payée sur une épreuve Turbo à 1 000 dollars, malgré trente tournois joués et 40 000 dollars de buy-ins dépensés. J'ai donc profité de mon hiver pour commencer ma longue préparation pour les World Series, tout d’abord en analysant les raisons de mes échecs précédents, avant de dresser un premier bilan et évaluer mes forces et faiblesses dans cette quête de bracelet. Ne restait plus qu’à mettre en place les solutions envisagées, pour arriver aussi compétitif que possible en juin.

Les raisons d'un échec

J'ai connu un fort succès sur le circuit EPT avec cinq places payées en douze participations, dont un Day 4 et une table finale. Surtout, j'ai souvent réussi à monter des tapis confortables sur ces tournois, avec une impression de force et un sentiment de maîtrise que je n'ai jamais connu aux WSOP... Lire la suite

[Blog] Jouez là GTO... derrière les fourneaux !

Par dans Life Style il y a plus d'un an.

Comme beaucoup de joueurs de poker j'ai eu des variations de poids très importantes. À 20 ans, je n'avais aucune connaissance en nutrition, et je suis passé sans m'en rendre compte de 73 à 85 kilos. Je me sentais mal dans ma peau, et cela se ressentait dans mon niveau de jeu qui a commencé à baisser. Aujourd’hui encore, lorsque je discute avec mes amis joueurs, je me rends compte que très peu d'entre eux maîtrisent vraiment le sujet, et j'entends souvent des énormités.

Dernièrement, un de mes amis m'expliquait vouloir maigrir. Sa méthode : ne plus faire qu'un repas par jour et aller courir quotidiennement comme un dératé. Alors oui, son plan va être efficace, il va perdre du poids rapidement. Mais sur le long terme il va simplement se bousiller la santé, perdre du muscle et avoir la silhouette de mon arrière-grand-mère de 93 ans. Donc si vous voulez vraiment changer vos habitudes pour mieux vous sentir et, in fine, mieux jouer au poker, suivez le guide.

Balance énergétique et métabolisme 

Pour pouvoir bien se nourrir il faut d'abord comprendre comment fonctionne notre corps. Comme une voiture a besoin d'essence pour rouler, notre organisme a besoin d'énergie pour fonctionner. Cette énergie, comptée en calories (kcal), est utilisée de deux façons : 

Assurer le fonctionnement de vos besoins vitaux : digestion, respiration, régulation de votre température etc... C'est le métabolisme de base.

Permettre l'activité physique : vous brûlez des calories lorsque vous marchez, faites du sport, même lorsque vous réfléchissez !

Lorsque vous additionnez le nombre de calories utilisées par votre organisme pour assurer ces deux fonctions, vous obtenez votre métabolisme total, ou... Lire la suite

[Blog] Plus loin, plus haut, plus fort ?

Par dans Life Style il y a plus d'un an.

Joué à haut niveau, le poker peut aisément être qualifié de sport mental. Cette expression n'est que peu utilisée dans nos contrées, mais chez les Anglais, le terme mind sport fait partie du langage courant pour définir des jeux tels que les échecs, le go, le bridge... La concentration, la capacité d'analyse ainsi que l'endurance mentale sont des facteurs clés pour être performant dans ces jeux, et au poker. Que ce soit en tournoi ou en cash-game, les enjeux financiers sont parfois plus importants que dans certaines compétitions de sport ultra-médiatisées. Des compétitions où, ce n’est pas un secret, le dopage est présent... Dans une moindre mesure, et avec beaucoup moins d'impact médiatique, on retrouve aussi le dopage dans le poker.

La nouvelle mode des smart drugs

Selon ce que j'ai entendu sur le circuit ou autour de moi ces dernières années, l'Adderall serait la substance la plus utilisée par des joueurs de poker désireux de booster leurs performances. Ce médicament est assez facile à se procurer aux États-Unis, car largement prescrit pour traiter l'hyper-activité et les troubles de l'attention (attention deficit disorder, ou ADD) De nombreux étudiants américains y auraient recours, notamment en période d'examens, pour rester concentrés pendant de longues heures. C'est justement ce que recherchent la plupart des grinders : pouvoir jouer de très longues sessions sans baisse de concentration, avec un stress moindre. Si sur le papier cela semble attirant, il ne faut pas oublier que ce produit contient des amphétamines, pouvant entraîner des risques importants d'addiction, avec des effets secondaires assez inquiétants.

Autre exemple qui laisse songeur, celui de Martin Jacobson. Vainqueur du... Lire la suite

[Blog] Joueur pro : plus qu'un métier, un style de vie

Par dans Life Style il y a plus d'un an.

Lorsque les résultats commencent à arriver et les euros à pleuvoir, plus d'un joueur de poker s'est déjà posé la question suivante : "Et si le moment était venu de passer pro ?" Une interrogation légitime, mais qui implique des changements de mode de vie assez radicaux. Il faut savoir peser le pour et le contre et ne pas se lancer sur un coup de tête. Voici quelques pistes de réflexion.

Des avantages certains

Être son propre patron
Avoir des horaires libres, se réveiller quand on le souhaite, décider le matin même de passer la journée avec des amis plutôt que d’aller travailler sous les ordres de son boss : tout le monde en a rêvé. Être joueur de poker c’est tout ça, mais il faut néanmoins savoir s’imposer un minimum de rigueur de travail, sous peine de rapidement déchanter.

Vivre de sa passion
Il est toujours plus facile de se lever lorsque c’est pour faire ce que l’on aime, plutôt que quelque chose qui nous est imposé. Vivre de sa passion est une grande chance dont jouissent tous les joueurs de poker. Et quand l'entrain disparait, c'est qu'il est signe de passer à autre chose.

Voyager aux quatre coins du monde
Lorsque l’on parcourt le circuit live, on a la chance de pouvoir se balader un peu partout dans le monde. Et même en tant que joueur online, on a toujours la possibilité de voyager. Il y a beaucoup de tournois qualificatifs en ligne pour des étapes live qui se jouent dans des lieux souvent très sympathiques : capitales européennes, stations balnéaires et autres grandes villes touristiques.

Gagner gros et rapidement
Combien de métiers peuvent vous permettre de gagner des milliers d’euros en une soirée ? Un joueur de poker peut gagner l’équivalent d’un an de salaire -... Lire la suite

[Blog] Réussites, erreurs et perspectives

Par dans GénéralLife Style il y a plus d'un an.

Alors que s'est achevée en août ma première année sous les couleurs de Winamax et que – bonne nouvelle ! – une autre a déjà débuté, il me parait opportun de faire le bilan de mes douze premiers mois en tant que joueur sponsorisé.

I - Une première année réussie

Sur le plan comptable, difficile de ne pas être satisfait de mes premiers résultats. Issu du jeu online et n'ayant que peu d'expérience en live, j'avais réellement peur de faire une année blanche sans perf’ significative. Il est bien entendu compliqué de tirer des conclusions sur un échantillon si faible, mais mon ressenti global sur le poker live en tournoi est très positif. Je me suis toujours senti à l'aise aux tables et j’ai l'impression de maitriser dans l'ensemble mon sujet.

Regardons mes chiffres :

 Tournois live joués : 37
 Places payées : 4
 Total des buy-ins : 85 840 €
 Gains bruts : 318 000 €
 Bénéfices : 232 760 €
 Retour sur investissement : 307%

Cela va sans dire, j'ai bénéficié d’une excellente dynamique sur ces tournois. Je suis néanmoins satisfait du niveau de jeu et surtout heureux de voir que la stratégie "high variance" que j'appliquais online fonctionne très bien en live. Les sommes en jeu étant bien plus importantes, beaucoup de joueurs sont trop conservateurs dans le but de gagner des paliers, ce qui m'a permis de monter de gros tapis à l'approche des bulles et chaque fois qu'un gros palier arrivait.

Autre point positif, j'ai beaucoup appris aux côtés de mes coéquipiers, notamment auprès de Davidi Kitai. Il est probablement le meilleur dans plusieurs domaines. Beaucoup de joueurs accordent trop d’importance à la technique pure. Pas lui ! En live, bien d'autres paramètres rentrent en... Lire la suite

[Blog] Mes 7 péchés capitaux

Par dans Life Style il y a plus d'un an.

Chers amis, l'heure est aux confessions intimes. Car oui, j'ai péché. Et pas qu'une seule fois.

La paresse

Quand on se déplace sur un événement, l'objectif est d'y jouer un maximum de tournois, histoire de rentabiliser au mieux les frais de déplacement parfois (souvent) élevés. Prenez la PokerStars Caribbean Adventure aux Bahamas, par exemple. Le billet d'avion ? 1 000 euros au bas mot. L'hôtel ? 3 000 minimum pour dix jours. Le buffet ? 80 dollars... par personne ! Finalement, le Main Event (la raison de notre venue) semble bien raisonnable en comparaison : 5 300 dollars ! En gros, vous avez presque déjà dépensé le double du prix d'entrée avant même de participer. Ce qui devient moins grave si vous prenez part à de nombreux Side Events, pour réduire le ratio buy-in/frais.

Mais voilà, aux Bahamas, c'est dur. En tant que passionnée de faune sous-marine – je vous ai déjà dit que j'ai fait un mémoire sur la reproduction des bulots (ce n'est pas un bluff) ? – j'ai tendance à me laisser distraire sur ce tournoi au milieu des Caraïbes. Entre l'eau à 32 degrés, les toboggans qui vous font passer au milieu de requins-tigres et les raies manta traversant le lobby de l'hôtel, je vous avoue avoir plutôt tendance à enfiler palmes, masque et tuba plutôt que mon écharpe pour cacher ma carotide. Et si on se met à siroter un Bahama Mama ensemble, je ne réponds plus de rien.

L'orgueil

En 2013, j'ai réalisé ma pire année sur le circuit. Ce n'était pas facile à accepter car, pour mon entrée au sein du Team Winamax en 2012, tout m'avait réussi ! Je devais tourner à plus de 50% de places payées, avec notamment trois ITM en autant de tournois à Vegas dont ma dixième place sur le Main Event ! L'année... Lire la suite