Winamax

[Blog] L'adrénaline, mon carburant

Par dans GénéralLife Style il y a 14 jours.

crea fb

Récemment, dans une interview, on m'a demandé ce que j'aimais dans le poker. Si cette question peut paraître banale, elle ne l'était pas en réalité : en répondant, j’ai senti le frisson de la passion traverser tout mon corps, me rappelant ainsi les raisons pour lesquelles j'ai fait de ce jeu mon quotidien.

L'adrénaline avant tout

La première chose qui m'est venue à l'esprit n’a pas été l'argent ou les titres, mais bien l'adrénaline. Un mot qui m'accompagne depuis toujours. À chaque fois portée par le frisson, je n'ai jamais hésité à suivre mon instinct, que ce soit pour changer de vie en allant habiter en Australie, ou d'occulter les bénéfices que je pouvais tirer de mon Master, afin de faire de ma passion mon métier. 

En lisant une première définition de l'adrénaline, on peut y voir un côté négatif si on joue aux cartes. Une hormone qui accélère le rythme cardiaque, augmente la pression artérielle et dilate les bronches... On a vu mieux pour la poker face ! Mais en creusant un peu, l'adrénaline est surtout l'hormone du frisson et de l'excitation. C'est en quelque sorte un catalyseur qui va booster l'énergie, maintenir la concentration et la vigilance et, à titre personnel, me permettre d'atteindre mon meilleur niveau de performance tout en vivant des expériences qui resteront pour la plupart gravées en moi.

blog gaelle baumann
Je ne vais pas vous mentir : après plus de quinze ans de poker, cette décharge d'adrénaline n'est pas la même selon les tournois. Lorsque j'arrive sur la Fièvre aux blindes 100/200, je ne peux pas vraiment dire que je ressens cette adrénaline. Je sens davantage le frisson monter dès que j’avance dans un tournoi. C'est d'ailleurs le cas en live lorsqu’on emballe nos jetons journée après journée, quand... Lire la suite

[Blog] 2023, c'était Sitbon

Par dans Tournois LiveTournois OnlineLife Style il y a 27 jours.

Blog Julien Sitbon Facebook

On fait le bilan, calmement, en se remémorant chaque instant. Et comme disaient Jacky et Benji, le temps passe et passe…

2024, nous voilà. Il est donc temps pour moi de revenir avec vous sur une année 2023 qui restera à jamais gravée comme l’une des plus belles années de ma vie, tant sur le plan personnel que professionnel.

2023, ça démarre fort

8 janvier 2023, Londres. Température ressentie : -2 degrés. Alors quoi de mieux que d’échapper à ce froid polaire en s’octroyant un petit voyage au cœur des Caraïbes, accompagné de sa moitié ? Entre découverte de la culture locale, croisière en catamaran, baptême de plongée au milieu des animaux marins, et le PSPC à 25 000 $ promettant à son vainqueur pas moins de cinq millions de dollars, il y a de quoi rêver. Après trois jours de tournois intenses, récompensés par quelques places payées dont une table finale, je termine finalement en 133ᵉ position du plus gros 25k de ces quatre dernières années, pour 40 000 $. Ça commence plutôt bien.

Février/mars/avril : entre l’EPT Paris, les WSOP-Circuit à Cannes et l’EPT Monaco, on peut dire que j’ai vécu trois mois très intenses. Sans signer d’énormes perfs, mais avec quelques tables finales et de belles places payées, j’entends régulièrement mon nom revenir dans la short list pour intégrer le Team Winamax… mais rien. Pour le moment.

Mai : une fois la déception digérée, il est temps de me focaliser sur mes objectifs et de me préparer au mieux pour les WSOP à Vegas. En ligne de mire : un bracelet de champion du monde avant mes 40 ans, le 2 juillet.

Champion du monde !

Julien Champion

Juin/juillet : nous y sommes ! Enfin arrivé à Sin City, et motivé comme jamais, j’entame sereinement le festival en prenant part à une première table... Lire la suite

[Blog] One shot sur le One Drop

Par dans Tournois LiveLife Style il y a 1 mois.

Adrian Mateos Blog 1/02/24
Nous voilà en 2024. Comme toutes les précédentes, j'attaque cette année avec beaucoup de projets et d'objectifs, toujours avec optimisme et une grande envie de continuer à performer au plus haut niveau.

Dans mon dernier article, dans lequel je parlais des "dangers" qui peuvent apparaître en cas de good run. J'évoquais ma possible participation au Big One for One Drop, le tournoi à un million de dollars organisé au Wynn par le World Poker Tour.

Vous le savez peut-être déjà, j’ai fini par me lancer. Des tournois aussi chers, il y en a eu très peu dans l’histoire du poker. En ce qui me concerne, c’était la deuxième fois que je participais à une épreuve avec un buy-in à sept chiffres. La différence, c'est que cette fois je vais vous raconter un peu plus en détail...

Évidemment, le One Drop, avec un buy-in de 1 000 000 $ (dont 40 000 $ reversés à des œuvres caritatives et 10 000 $ de rake), est un tournoi très spécial. L’atmosphère était très différente par rapport à d'autres tournois high stakes. Sachant que nous allions être au centre de l'attention, être davantage pris en photo et très sollicités pour des interviews, on est tous arrivés un peu plus élégants que d'habitude. De plus, les organisateurs ont placé les tables du One Drop bien au milieu de la salle, pour essayer de donner au tournoi encore un peu plus d’importance. Pendant les pauses, on venait souvent nous voir. Des journalistes, des fans, tous avec leurs questions. Ils voulaient savoir nos impressions, nous questionner sur telle ou telle main. Bref, c'était une ambiance à part, celle des grandes occasions.

Un bon investissement

Adrian Mateos Blog 1/02/24
En ce qui concerne les participants, avec seulement 17 joueurs sur la ligne de départ (pas de re-entry... Lire la suite

[Blog] Mon plan de vol pour 2024

Par dans GénéralTournois LiveTournois OnlineLife Style il y a 1 mois.

crea joao vieira

Salut à tous !

Je vous écris actuellement ce blog à 30 000 mètres d'altitude, bien installé dans l'avion pour rejoindre Londres.

Après une courte pause à Funchal où j'ai pu profiter de mes proches, je reprends la route pour entamer cette nouvelle année de poker sur les chapeaux de roues. Pour ce faire, j'ai opté pour un programme similaire à celui de l'an passé. Celui-ci s'organise essentiellement autour de quatre évènements majeurs : les World Series of Poker, les Triton Series, les festivals EPT et les "Series" online.

Pour le moment, on peut dire que mon début d'année a bien commencé, grâce aux Winamax Series : j'y ai donné le meilleur de moi-même pour en ressortir gagnant de 12 000 €. Mais l'année est loin d'être terminée et le programme à venir reste très chargé !

Un agenda bouclé

Selon mes prédictions, j'ai prévu de prendre part à 125 jours de poker live, répartis sur neuf événements différents. Online, je me suis fixé l'objectif de lancer 150 sessions, soit un total de 275 jours de grind. Entre-temps, je consacrerai une quinzaine de jours aux évènements live et séminaires organisés par Winamax. Pour me rendre à l'ensemble de ces festivals poker, je vais devoir voyager environ 23 jours et prendre ainsi pas moins de 50 avions d'ici la fin de l'année.

joao vieira

Pour performer sur la durée, je compte bien travailler mon jeu pendant un mois et tout faire pour me maintenir physiquement en forme grâce aux quatre séances de sport prévues chaque semaine dans mon agenda. Beaucoup d'intensité, mais également un peu de repos, sans quoi je ne pourrai rester performant. Je vais donc m'octroyer 18 jours off pour souffler entre ces importantes échéances. J'en profiterai notamment pour m'avancer et atteindre mon... Lire la suite

[Blog] Allez saluuuut, 2023 !

Par dans GénéralTournois LiveLife Style il y a 1 mois.

crea kitai
Comme vous le savez peut-être, à chaque début d'année, j'ai l'habitude d'écrire un blog pour dresser le bilan des douze mois qui viennent de s'écouler. Je prends le temps de disséquer mes résultats afin d’en tirer les conclusions pour l’année à venir. Alors pour la review de 2023, c’est par ici que ça se passe !

Commençons par le live. Je suis parvenu à faire 14 places payées, dont 4 tables finales, le tout pour un gain total de 358 038 €. En prenant en compte le fait que j’ai participé à 65 tournois et dépensé un total de 331 960 € de buy-in, je me retrouve avec 22% d’ITM, 6% de TF, et un bénéfice net de 26 078 €, soit un ROI de 7,86%. Au classement GPI, je termine cette année à la 173e position, ce qui fait de moi le 3e meilleur joueur belge de l’année. Si les résultats n’ont pas l’air exceptionnels sur le papier, je suis tout de même super content de mon année. Je vous explique pourquoi.

La qualité, non la quantité

Certes, j’ai très mal débuté 2023, avec entre autres, un EPT Paris sans ITM. Mais en finissant l'année dans le vert, je perçois naturellement cela comme un succès. Les tournois que je privilégie sont les Main Events, car les fields sont plus gros. J’en ai notamment deep run une bonne partie, passant à plusieurs reprises non loin du gros score, celui capable de changer la tournure d'une année. Ayant réalisé que mon jeu très exploitant était plus adapté sur les Main Events, que j’adore jouer, j’en ai logiquement fait ma priorité.

dav
Si cela est plutôt rare, je n’ai malheureusement pas réussi à obtenir de perf' à six chiffres en 2023. Comment l’expliquer ? Car j'ai fait un volume de jeu moins conséquent, et bien moins coûteux. J’ai beaucoup progressé dans le choix de mes tournois. Je privilégie désormais la... Lire la suite

[Blog] Du VietFou au VietSage

Par dans Tournois LiveLife Style il y a 2 mois.

crea blog
Huit ans. Cela fait déjà huit ans que je suis membre du Team Pro Winamax. Je l'ai intégré à l'été 2015, et nous voilà maintenant à l'aube de l'année 2024. En octobre 2015 sortait mon premier blog en tant que membre du Team, conclu avec une promesse : celle de vous faire un bilan de ma vie dans les mois qui allaient suivre, afin de rendre des comptes quant aux bonnes résolutions que je comptais tenir. Évidemment, ce bilan n'a jamais été publié... jusqu'à ce jour. Avec donc sept ans et quelques mois de retard.

Un homme changé

À chaque relecture de ce blog, je me remémore avec plaisir ma jeunesse. J'étais fou, sans peur et inconscient. Je ne regrette aucun moment de cette période. Pour autant, je suis fier de la personne que je suis devenu et de tout le chemin accompli depuis toutes ces années. Assurément, ma plus grande réussite est d'avoir trouvé la femme de ma vie et je souhaite à tout le monde de vivre une histoire d'amour semblable à celle que je vis avec Delphine. Se lever le matin aux côtés de la personne qu'on aime et être aimé en retour est sans aucun doute le sentiment de plénitude le plus intense et pourtant le simple que l'on puisse vivre. Mieux encore, je suis devenu papa d'une petite fille il y a un mois, et cette naissance est venue nous combler de bonheur, nous et nos familles. Certes, les nuits sont parfois agitées, mais c'est un bien petit désagrément comparé au bonheur que cela procure.

WiPT Grenoble
Sur le plan professionnel, cet équilibre m'a permis de me recentrer sur des choses essentielles qui étaient mes points faibles lors de mon arrivée dans le Team Pro. Je suis aujourd'hui devenu, je crois, très professionnel dans les deux facettes de mon métier. Je m'astreins à une discipline de fer à... Lire la suite

[Blog] Le revers de la médaille

Par dans GénéralLife Style il y a 2 mois.

Facebook Blog Leo Margets

Je savais que j'écrirai cet article un jour ou l'autre.

D'autant plus que je me connais : je sais à quel point il m'est facile de m'adapter à tout, ou presque. Au début, tout du moins. Dans un prochain blog, j'aimerai d'ailleurs parler de la capacité d'adaptation en tant que caractéristique, car bien qu'elle semble positive au premier abord, elle peut être une arme à double tranchant. Mais ce sera pour une autre fois. Aujourd'hui, nous allons (re)parler d'Andorre.

Je suis arrivée dans la Principauté il y a un peu plus de quatre mois, en plein mois d'août. Le climat estival s'ajoutait à mon envie de changer d'air, et j'avais également peu de tournois et de voyages en vue, à l'exception de l'EPT Barcelone prévu peu de temps après. Je n'avais pas encore rencontré ce que j'ai décidé d'appeler "Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse andorrane."

Le mauvais temps
 Les difficultés pour voyager
 La claustrophobie (physique et sociale)
 Le coût de la vie

Mais j'ai voulu trouver un aspect positif à chaque calamité andorrane, pour m'aider à voir le bon côté de ces points noirs.

Leo Margets

Le mauvais temps

Avant de m'installer en Andorre, j'ai vu sur Google qu'il y avait plus de 300 jours de soleil par an, et j'étais très contente ! Je comprends maintenant que cette statistique signifie qu'il y a 300 jours par an où l'on voit le soleil pendant au moins une nanoseconde, mais que cela ne veut pas dire que toute la journée sera ensoleillée...

Heureusement, je suis une geek de la santé et je sais que la vitamine D (qui est d'ailleurs plus une hormone qu'une vitamine, vu son rôle fondamental dans la régulation de l'humeur) est synthétisée dans la peau par les bains de soleil. Donc en l'absence de soleil, il faut... Lire la suite

[Blog] Le regard des autres : et alors ?

Par dans Tournois LiveTournois OnlineLife Style il y a 3 mois.

julien sitbon crea
Qui ne s’est jamais dit : "Les mecs ne bluffent jamais ce spot et moi je call encore et encore." "Je suis trop haut dans ma range pour fold." "Si je hero call, on va voir ma main, tout le monde va me prendre pour une calling station." "Put** je suis trop co*, pourquoi je ne m‘écoute pas, je savais qu’il avait full !"

Bienvenue dans votre cerveau, et surtout dans celui de vos adversaires. Notre égo nous perd et nous perdra encore longtemps. Retour sur ce qui m'a amené à vous partager mes pensées.

14 septembre 2023. Main Event des Championnats de France de poker à Aix-en-Provence. Nous sommes au milieu du Day 2. Je suis à table avec Mehdi, deux trois bons regs français dont un Marseillais (je tairais son identité, mais je peux vous dire qu'il a le meilleur prénom du monde), et un reg américain qui joue particulièrement bien.

La peur d'être jugé

julien sitbon blog
Notre ami marseillais se retrouve à la river dans un coup contre cet Américain sur un flop 10-3-6-As-9. Après avoir misé au flop, check/call le turn et check river, il se retrouve à tank pas loin de dix minutes lorsque son adversaire le met à tapis. Personne ne réclame la clock tant le pot est conséquent. On sent qu’il est persuadé que son adversaire bluffe. Quelques tells peuvent d’ailleurs nous aider à aller dans son sens, mais il est délicat de se prononcer. Après mûre réflexion, il finit par passer en m’affirmant avoir une paire de 5. Quelque peu surpris, je me souviens lui avoir dit Ah ouais, t’es chaud !”. Finalement, l’Américain avait Dame-Valet, soit hauteur Dame. Un beau bluff ! Il avait donc raison. Cinq minutes plus tard, il perdra ses 35 dernières blindes avec As-Roi suité contre une paire de Rois.

Peu de temps après, au moment du dinner break, on se... Lire la suite

[Blog] Egomaniaque

Par dans Life Style il y a 3 mois.

crea
“La vraie mesure d'un homme est le degré auquel il a réussi à subjuguer son égo”. - Albert Einstein

L'égo désigne le moi, c'est-à-dire la représentation que chaque individu se fait de lui-même. Il se construit dès la naissance et va se forger au fil des expériences de vie, de l'environnement dans lequel l'enfant évolue, de ses rencontres et de ses interactions avec son entourage. Puisqu'il s'agit d'une perception propre à chacun, l'égo peut être plus ou moins fidèle à la réalité. On peut donc apercevoir des individus avec des égos surdimensionnés, de faibles égos, et des égos assez bien construits et équilibrés. Ainsi, un enfant constamment rabaissé par ses parents aura une vision négative de lui-même et une tendance à voir uniquement ses failles et lacunes. Cela se traduira plus fréquemment par une faible estime de soi, elle-même liée à un faible égo. Un individu avec un égo surdimensionné présente généralement les mêmes failles profondes qu'un faible égo, mais il les exprime d'une manière opposée, par un mécanisme de compensation. Il masque son sentiment d'infériorité par une confiance et un aplomb à toute épreuve.

Au quotidien, l'égo se manifeste de différentes façons. C'est lui qui va avoir tendance à vouloir convaincre, imposer ses idées et sa façon de penser, bien souvent de manière inconsciente pour l'individu chez qui il s'exprime. L'égo pousse à chercher de la validation, de la reconnaissance et aussi à manifester une certaine domination sur les autres. À l'origine, l'égo est tout simplement un mécanisme de survie, qui a pour but de combler nos besoins primitifs. Il se manifeste pour prouver la légitimité de l'existence de l'individu. Il prend le dessus dès lors qu'il perçoit un danger. C'est un mécanisme de défense et de... Lire la suite

[Blog] 3 tips pour une session réussie

Par dans Tournois OnlineLife Style il y a 3 mois.

Blog Alexane Facebook

Peu importe votre spécialité, que vous soyez un joueur d’Expresso, de MTT ou de cash game, vous devez savoir que lancer une session n'est pas une chose à prendre à la légère. Tous les pros ont leurs petites routines et habitudes qui les aident à performer sur le long terme. En voici trois des miennes qui m'ont le plus aidée au début de ma carrière.

1- S’assurer d’être dans de bonnes conditions

Alexane Najchaus

C'est une chose qui paraît pourtant évidente et c'est malgré tout trop souvent sous-estimé. De la même façon qu’un sportif ne se lance pas dans un match avec une cheville foulée, et qu'un musicien ne commence pas un concert avec un instrument cassé, il est super important de se rendre compte qu’on ne peut pas performer dans n’importe quelles conditions.

Idéalement, il faudrait être au point sur trois niveaux : physique, mental et émotionnel. Avant de commencer à jouer, il est important de toujours s’assurer qu’il n’y ait pas de frein à la réussite d’une session : Suis-je assez en forme pour jouer deux, quatre ou six heures d’affilée ? Suis-je sobre et en pleine possession de mes moyens ? Suis-je confiant concernant mon niveau de jeu et mes capacités, ou devrais-je plutôt prendre du temps pour bosser quelques leaks hors game ? Me suis-je remis d’une très mauvaise session jouée la veille, ou vais-je lancer mes premières tables en tilt ? Autant de questions simples, qui peuvent vous éviter de perdre de l’argent dans les cas où toutes les conditions nécessaires ne sont pas réunies pour réussir son entame. Personnellement, quand certains voyants sont au rouge, je préfère ne pas me lancer dans une session que de courir à la catastrophe. Pour être honnête, je n’ai jamais réussi à faire une session positive en jouant... Lire la suite