[Blog] Mental & Variance

Par dans Général il y a 3 jours.

Sylvain Loosli
La variance est quelque chose que beaucoup de joueurs ont du mal à réellement apréhender. En ligne, nombre de joueurs peuvent aisément lancer 8, 16 ou même 24 tournois dans la même soirée et enchaîner les éliminations sans pour autant en être affecté : ils vont continuer à jouer normalement leur meilleur poker sur les tournois restants.

En live, les choses sont différentes : toute votre attention, votre concentration et votre énergie sont dévoués à un seul et unique tournoi, au buy-in généralement beaucoup plus élevé que votre buy-in moyen online. Souvent, vous avez parcouru pas mal de kilomètres pour vous rendre sur place et disputer le tournoi en question. Etre éliminé d'un tournoi live est donc par définition plus "coûteux", à la fois pour votre bankroll et votre mental.

Le poker live nécessite donc une approche et une préparation différente du poker sur Internet. Enchaîner 15 ou 20 tournois online sans ITM online, c'est certes une mauvaise série, mais ce sont des choses qui arrivent et vous pouvez généralement l’encaisser sans trop de soucis. Le même bad run en live prend une toute autre dimension. On joue rarement 15 tournois différents au cours d’un même festival live (hors Vegas) : une mauvaise série de ce type sera donc étalée sur une durée beaucoup plus longue qu'une soirée de grind online.

Le poker étant par nature un jeu où vous prenez des décisions basées sur des informations incomplètes, il n'est jamais évident a posteriori de savoir si vos mauvais résultats sont uniquement dûs à la variance, ou à autre chose (mauvaises décisions, tilt, manque de motivation et/ou de concentration, etc). C'est pourquoi il est important de faire des "reviews" de vos tournois, en revenant sur les mains clé... Lire la suite

[Blog] Comprendre, c'est grandir

Par dans Général il y a 10 jours.

Mustapha Kanit
Salut les gars, nous voilà pour mon deuxième blog ! Comme la plupart d'entre vous le savent, il y a trois semaines j’ai participé au séminaire annuel du Team Winamax. Ça a été l’occasion de faire du sport, de réviser un peu de théorie et de passer du temps tous ensemble. On pourrait penser que le séminaire n'est qu'une simple promenade à la campagne entre amis, mais pas du tout. Avoir la possibilité de se confronter avec des personnes intéressantes et connaître mieux ceux qui nous entourent peut être très enrichissant. Ces quatre jours furent intenses, et nous avons tous appris quelque chose. J’ai la chance de faire partie d’une équipe composée de personnes stimulantes, chacun avec son histoire : je suis vraiment fier d'avoir rejoint ce groupe si uni et de pouvoir grandir avec eux.

Pendant le séminaire, nous avons discuté de pas mal de choses, mais le sujet qui a le plus capté mon attention, c'est la résilience (pas celle des cours de physique, hein !) Suite à l’analyse que nous avons faite en séminaire, je veux profiter de ce blog pour vous parler de résilience : à mon sens, c'est une des qualités les plus importantes qu’un joueur de poker puisse avoir.
 

Vous le savez, la vie d’un joueur est pleine de situations plus ou moins stressantes : bad runs, voyages qui s'enchaînent sans repos, des problèmes viennent nous harceler même aux tables de jeu, etc. Personne n’a une vie parfaite, et des situations déplaisantes peuvent arriver à n’importe qui. Réussir à apprendre par ses erreurs, être capable de se relever après une chute, cela peut vraiment faire la différence, car lorsqu'on se relève, on se relève toujours plus fort et plus mûr.

Dans la vie, il est fondamental d’être honnête avec soi-même. C'est ce qui... Lire la suite

[Blog] Finish him !!

Par dans Général il y a 1 mois.

Adrien_Delmas
Un de mes bons amis dans le poker a un jour prononcé ces mots :

« Au poker, quand tu arrives en heads-up, il faut gagner, car l’histoire ne se souvient que des vainqueurs. »

Cette phrase n’a pas tout de suite résonné dans ma tête, mais elle fît sens quelques mois plus tard, lorsque j’ai réalisé mes premiers deep runs en ligne. Je vois trop souvent des joueurs se relâcher une fois arrivés en tête-à-tête, comme ci le travail était terminé, comme ci le tournoi était déjà fini. Alors que pas du tout ! Quand vous n’êtes plus que deux, c’est l’œil du tigre qu’il vous faut... comme si vous sortiez d’un entretien avec Pascal Dupraz !

La première place est un Graal, et ceci pour des milliers de raisons propres à chacun. Lors de grands évènements, que ce soit en ligne (Winamax Series) ou « en dur » (EPT, WSOP, etc) : qui reçoit les trophées ? Qui prend le plus d’argent ? Qui se retrouve dans les news ? Qui jouit de la plupart des compliments ? Qui fait des interviews ? Le vainqueur, le vainqueur, et encore le vainqueur.

En matière d’argent aussi, la différence entre la première et la seconde place est énorme. De manière générale, le vainqueur prendra toujours entre 30 et 40% plus que le runner-up. Un écart qui se creuse un peu plus sur les tournois en mode Knockout progressif : là, on parle d'une différence allant du simple au double ! Forcément : le vainqueur d'un KO remporte en plus la valeur du bounty qui planait au-dessus de son avatar et gonflait petit à petit depuis le coup d’envoi du tournoi.

Vous l’avez compris : gagner fait autant la différence au niveau de votre palmarès que de votre compte en banque.

- Dis-donc, c’est bien beau ça Jamy, mais comment fait-on pour gagner un heads-up, et comment est-ce qu’on travaille... Lire la suite

[Blog] C'est dans la tête

Par dans Général il y a 1 mois.

Blog Ivan Deyra

« Et le mental dans tout ça ? » Voilà une question qui revient souvent. Lorsque je la posais à d’autres joueurs il y a quelques années, j’avais le droit à plusieurs types de réponses :

« Ne t’inquiète pas mecton, je me concentre surtout sur la technique c’est le plus important. »
 « Pas besoin, je sais quand je suis en tilt ou non. »
 « Je me gère très bien tout seul mon vieux, c’est dans la tête ! »

J’ai donc décidé de prendre les choses en main et de m’y intéresser par moi-même. Direction Amazon. Dans la barre de recherche : « mental ». Ajouter au panier, commander. Oui, je suis sûr de vouloir confirmer l’achat de ces quinze articles, merci.

Je me rends alors compte que le mental ne se résume pas aux mots objectifs, tilt et au fameux « c’est dans la tête ». Il regroupe aussi tout ce qui est : jouer dans la zone, A-game, C-game, break, confiance en soi, concentration, détermination d’objectifs, gestion de son temps, gestion de ses émotions, hygiène de vie, sensation, méditation, visualisation positive, apprentissage, processus de décision, ancrage, état idéal de performance, PNL (Préparation Neuro-Linguistique), relaxation, Darling, Rhino, Vertigo, Pacha… Euh non attendez, pas les derniers ! Vous couperez au montage, hein, dites ? Bon, tant pis.

Livres Mental

Avec ça, on a déjà de quoi commencer à bosser.

Autant de de sujets listés ci-dessus aussi passionnants les uns que les autres (même les derniers). Nous avons déjà entendu et pensons connaître la plupart, mais sans forcément les maîtriser, voire pas du tout. Je m’astreins donc à une prise de notes écrite sur chaque livre, en essayant de le résumer et d’en garder le plus important pour travailler ensuite dessus. Cela fait maintenant plusieurs années que je... Lire la suite

[Blog] J’ai choisi Winamax

Par dans Général il y a 2 mois.

Un jour, alors qu’il prononçait un discours devant un parterre de jeune diplômés, Steve Jobs a lancé cette phrase : « Si vous n'avez pas encore trouvé ce que vous aimez, continuez de chercher. Comme c’est le cas avec tout ce qui concerne le cœur, vous le saurez quand vous le trouverez. » Que le nom de Steve Jobs ne nécessite aucune présentation n’est bien entendu pas sans raison.

Il en va de même pour l’histoire que je vais vous raconter... même si, au début, tu n'as pas immédiatement attiré mon attention. C’est d’abord via des amis que j’ai entendu parler de toi. Tu étais en train de conquérir la France. Les gens parlaient de toi avec enthousiasme, et ils étaient de plus en plus nombreux à parler de toi. Mais Paris l’enchanteresse semblait loin de la belle mais humble Madeira.

Avec le temps, ta réputation a débordé au-delà des frontières de ton pays d’origine. Ton nom revenait de plus en plus souvent dans les conversations. Sans crier gare, tu étais devenu un mastodonte européen. Ton prestigieux casting de superstars françaises (avec au milieu un Génie belge) s’est vu agrémenté du meilleur joueur italo-marocain jamais connu, et par-dessus le marché du numéro 1 mondial. Autrement dit : deux joueurs que personne n’avait réussi à séduire jusque-là ! Ainsi, les plus respectés de mes pairs se rapprochaient de toi. Ma curiosité a pris le dessus. Il fallait que je découvre par moi-même de quoi il en retournait. Cela ne m’a pas pris longtemps pour comprendre.

Ton approche et tes idées étaient différentes. Ton attitude était la bonne, et ta générosité allait dans la bonne direction. Tes propositions étaient variées et ambitieuses. Tout chez toi semblait avoir été créé avec le but de plaire à ceux qui s’étaient rapprochés de toi.... Lire la suite

[Blog] Préparé pour gagner

Par dans Général il y a 2 mois.

Blog LeVietF0u Facebook

Je sourcille à peine lorsque mon adversaire montre une paire d'As à l'abattage. Bien sûr, perdre des pots de 700 blindes en cash game n'a rien de plaisant, surtout quand on joue en NL 1 000, et d'autant plus lorsqu’on est battu avec une paire de Rois au cut-off, par le régulier hyper aggro au bouton. Il est tard et je vais m'en griller une devant le Cercle Clichy Montmartre. Je ne me sens pas du tout déçu ou en tilt. C'est assez curieux ce sentiment qui vous traverse parfois. À ce moment-là, je sais que je vais me remettre à gagner.

Une alléchante grille online

LeVietF0u WiPT 1

La parenthèse live de la Grande Finale Winamax Poker Tour désormais derrière moi, il est temps de retourner au jeu online. Depuis mon arrivée dans le Team Winamax en août 2015, j'ai beaucoup réduit mon volume sur Internet. Si les déplacements sur des festivals live justifient parfois mon maigre nombre de tournois joués sur la toile, je profite désormais des périodes moins chargées pour envoyer du bois sur Winamax.

La nouvelle grille de tournois est extrêmement excitante, puisque le nombre quotidien de MTT à 100 € et plus a quasiment doublé, avec l'arrivée du Battle Royale (un 200 € K.O.) et de l'XTREM (un 100 € Freezeout) dès 18h, chaque jour. Surtout, les fields de ces deux tournois sont bien plus soft à jouer (et donc EV+) par rapport à ceux d'un HighRoller ou du Monster Stack 100 € de 21h30. Autres bonnes nouvelles à signaler : le Prime Time est passé en 6-Max et l’XTASE est maintenant un tournoi Knockout. Or, la plupart des joueurs, surtout récréatifs, négocient extrêmement mal ce dernier format. Il n'est pas rare d’en voir certains payer des tapis de 30 ou 40 blindes avec des mains très faibles, simplement pour essayer de prendre une... Lire la suite

[Blog] Welcome aboard

Par dans Général il y a 2 mois.

Blog Adrien Facebook

Mesdames et messieurs, bienvenue à bord de mon premier blog au sein du Team Winamax, placé sous le signe du voyage. Si vous ne m’avez pas beaucoup vu en ce début d’année autour des tables ou sur les réseaux sociaux, c’est normal. Je suis parti faire un voyage de trois semaines prévu depuis plusieurs mois dans un pays de rêve : la Nouvelle-Zélande. L’occasion de vous offrir ce long article, entre guide touristique et ressentis personnels, pour vous détailler ma façon d’appréhender les voyages et les liens que j’y trouve avec le poker.

L'appel du kiwi

Pont

En octobre dernier, César, un très bon ami, m’annonce qu’il va prendre une année sabbatique pour aller travailler/voyager au pays des Kiwis (surnom usuellement donné aux Néo-Zélandais). Moi-même grand amateur de kiwis, je propose de le rejoindre pour quelques temps, afin de pouvoir visiter ce pays dont on m’a tant vanté les magnifiques paysages. On se met d’accord sur ces modalités : road trip de trois semaines en mode sac à dos, camping sauvage et randonnée pour découvrir la beauté naturelle de la NZ. Le plan est de passer deux semaines sur l’île du sud, et une au nord, en évitant au maximum les grandes villes.

Pour l’occasion on achète une vieille Nissan Prairie aménagée pour les road trips, « sobrement » prénommée Djézon (c’est Jason mais dans le nord de la France, promis ce n’est pas moi qui aie choisi).

Voiture

Djézon dans son habitat naturel

Seulement six jours après le dénouement de la Top Shark Academy, je me retrouve à l’aéroport de Gatwick pour l’un des voyages les plus longs du monde : 25 heures de vol dont 6 heures d’escale. Plus de 18 000km de trajet, ça ne se fait pas comme ça. Come on, here we go !

L’île du sud

AvionLire la suite

[Blog] Mes huit commandements pour 2018

Par dans Général il y a 3 mois.

Pour mon tout premier article de l'année sur le blog, et pour faire honneur aux traditions, j'ai décidé de vous présenter mes résolutions, en espérant qu'elles puissent être utiles à vous aussi (aux tables comme en dehors), et que ma motivation soit contagieuse !

I. Mes objectifs pour 2018, j'écrirai

ToDoList
Être capable de coucher sur le papier les buts que vous souhaitez atteindre l'année à venir est la première étape indispensable pour vous donner les moyens de réussir. Tâchez de raisonner votre ambition : fixez-vous des sous-objectifs, qui joueront le rôle d'étapes plus faciles à atteindre que vos objectifs de long-terme. Par exemple, si vous souhaitez devenir un expert de la stratégie GTO, commencez par décomposer la tâche qui vous attend en plusieurs segments : être capable d'analyser une stratégie préflop, puis au flop selon les textures, etc...

Il s'agit de prioriser vos résolutions, en réfléchissant au degré d'importance que vous y accordez et les bénéfices que vous espérez en tirer. Derrière, il faudra mettre en place le plan d'action dont vous aurez besoin pour vous y tenir. En ce qui me concerne, mes principaux objectifs poker en 2018 sont au nombre de deux :

Gagner un titre majeur.
Terminer l'année avec un profit supérieur à un million de dollars.

Forcément, il va me falloir participer à un maximum d'évènements et de festivals en live, ce qui sous-tend un sous-objectif d'organisation et d'optimisation de mes déplacements sur le circuit.

II. Mon jeu, je travaillerai

WorkWorkWork
Vous êtes probablement déjà au courant : en 2018, si vous souhaitez gagner de l'argent grâce au poker, il vous faut mettre les mains dans le cambouis et travailler un peu votre jeu. Entre les contenus... Lire la suite

[Blog] You'll never play alone

Par dans Général il y a 4 mois.

Gaëlle Baumann
Dimanche dernier, en voyant des visages apparaître sur mon écran, à la place des habituelles voix du Multiplex Poker, j'ai été prise d'une sensation étrange. Non pas que j'ai été étonnée de découvrir ces trois éphèbes à la chevelure douteuse – je les connais déjà bien, les artistes ! - mais cela m'a permis de prendre conscience d'une chose : ça fait bien longtemps que je ne joue plus seule.

Lorsque j'ai commencé à jouer au poker en ligne il y a une dizaine d'années, le calme régnait dans la pièce. Si un petit Capital en fond visuel pouvait être un moteur pour ma bankroll, j'essayais plutôt d’installer une ambiance « poker » pendant mes sessions. Mais les contenus étaient peu nombreux... Oh, j'aurais pu écouter de la musique à la place, mais les téléchargements à 0,12 kb/seconde sur eMule avaient plus tendance à me mettre en tilt qu'à apporter la sérénité escomptée ! Car c’est là que réside l’intérêt de chercher de la compagnie lorsque l’on fait face à ses tables : briser la solitude inhérente au jeu sans perdre sa concentration au cours des longues heures que peuvent durer une session. Depuis quelques années, c'est tout trouvé : je m'accompagne de la communauté.

Je ne vais néanmoins pas vous mentir, il y a certaines situations durant lesquelles on reste désespérément seule. Il y deux semaines, par exemple, je terminais en 40e place parmi près de 22 000 joueurs sur le tournoi Colossus des Winamax Series. Ma dernière main ? As-Roi contre deux As. Le pire, c'est que ma connexion a subi un bug au moment où mon adversaire réfléchissait à payer mon tapis... J'étais persuadée qu'il allait passer : sans comprendre pourquoi, un message a subitement fait apparition sur mon écran. « Vous avez terminé 40ème,... Lire la suite

Ce n'est qu'un au revoir, mes frères

Par dans Général il y a 4 mois.

Aladin Reskallah Blog Facebook

Attention : avalanche de clichés en vue.

Les adieux, ce n'est pas trop ma tasse de thé. Sûrement à cause de ma propension à trop m'attacher aux gens : cela me rend un peu trop émotif.

De toute façon, je n'ai pas trop envie de dire adieu mais plutôt : « à la prochaine ». Et le plus tôt sera le mieux !

Car de cette expérience en tant que Top Shark - et ce qui suit est absolument sincère - je retiendrai en priorité la formidable aventure humaine que ce fut. Je me suis vraiment éclaté et j'ai vécu des trucs de ouf’. Vivre des expériences qui sortent de l'ordinaire : c’est avant tout ce que je souhaitais retirer du poker, bien plus je pense que de gagner de l'argent en tant que tel.

Ce qui m’a enrichi cette année ? D’abord les nouvelles rencontres que j’ai pu faire. De peur d'oublier quelqu'un, je ne dresserai pas de liste, mais ceux et celles qui sont concerné.e.s se reconnaîtront.

En ce qui concerne le bilan « pokeristique » à proprement parler, il est correct et encourageant, sans être non plus transcendant : un véritable coup d'éclat se fait toujours attendre. Toutefois, si je regarde dans le rétroviseur, je ne peux absolument pas me plaindre, étant encore à l'aube de ma « carrière » de joueur. Je m'estime déjà très chanceux. En effet, je ne me suis lancé sérieusement dans le poker que début 2016, en repartant littéralement de zéro, après un premier gain d’une centaine d’euros sur un freeroll.

Aladin Reskallah PSC Barcelone

Une douzaine de mois plus tard, j’étais en table télévisée sur le PS Championship Barcelone, assis à la droite d’ElkY, et j’en profitais pour glaner un premier gain à cinq chiffres. (Remarque au passage : je n’ai pas encore joué un seul EPT ! L’appellation a disparu juste avant ma victoire sur la... Lire la suite