[Blog] You'll never play alone

Par dans

Gaëlle Baumann
Dimanche dernier, en voyant des visages apparaître sur mon écran, à la place des habituelles voix du Multiplex Poker, j'ai été prise d'une sensation étrange. Non pas que j'ai été étonnée de découvrir ces trois éphèbes à la chevelure douteuse – je les connais déjà bien, les artistes ! - mais cela m'a permis de prendre conscience d'une chose : ça fait bien longtemps que je ne joue plus seule.

Lorsque j'ai commencé à jouer au poker en ligne il y a une dizaine d'années, le calme régnait dans la pièce. Si un petit Capital en fond visuel pouvait être un moteur pour ma bankroll, j'essayais plutôt d’installer une ambiance « poker » pendant mes sessions. Mais les contenus étaient peu nombreux... Oh, j'aurais pu écouter de la musique à la place, mais les téléchargements à 0,12 kb/seconde sur eMule avaient plus tendance à me mettre en tilt qu'à apporter la sérénité escomptée ! Car c’est là que réside l’intérêt de chercher de la compagnie lorsque l’on fait face à ses tables : briser la solitude inhérente au jeu sans perdre sa concentration au cours des longues heures que peuvent durer une session. Depuis quelques années, c'est tout trouvé : je m'accompagne de la communauté.

Je ne vais néanmoins pas vous mentir, il y a certaines situations durant lesquelles on reste désespérément seule. Il y deux semaines, par exemple, je terminais en 40e place parmi près de 22 000 joueurs sur le tournoi Colossus des Winamax Series. Ma dernière main ? As-Roi contre deux As. Le pire, c'est que ma connexion a subi un bug au moment où mon adversaire réfléchissait à payer mon tapis... J'étais persuadée qu'il allait passer : sans comprendre pourquoi, un message a subitement fait apparition sur mon écran. « Vous avez terminé 40ème, félicitations ! » Ma connexion venait de revenir : mes jetons, eux, étaient partis. À ce moment-là, nous sommes tous pareils : abattus. Si un animateur a le malheur de glousser à cet instant précis, la croix rouge pour qu'il la ferme le plus vite possible n'est jamais très loin.

Mais ce n'est pas grave. Car à ce stade, les décisions sont déjà prises, et le tournoi plié. Ce qui compte, c'est ce qui a précédé et je dois bien vous avouer avoir du plaisir à jouer en suivant plusieurs types d'émissions.
 

Le lundi, c'est Winamax Live Stream - pardon, Top of the Pok, maintenant que l’émission est passée sur Winamax TV. C'est toujours marrant de regarder les potes du Team jouer en direct et de pouvoir les chambrer après leurs passages. Je pense notamment à ce bon ValueMerguez qui se transforme régulièrement en Jean-Marie Bigard dès qu'il est derrière un micro en balançant des vannes à tout-va. Enfin, faut pas trop que je la ramène car la dernière fois que j'étais de l'autre côté de la caméra, j'ai réussi à passer un brelan involontairement...

Club Poker Radio
J'ai une affection particulière pour une autre émission : Club Poker Radio. J'y suis passée à plusieurs reprises au cours des six dernières années et l'ambiance est toujours aussi bonne. L’équipe de CP Radio a une stratégie simple pour réussir leurs émissions : ils font boire des shots à leurs invités dès leur arrivée et répètent en permanence que l'interview est « pour bientôt »... Tout en resservant un verre, bien sûr. Ce n’est que bien plus tard, quand ils te sentent « à point », que la radio peut enfin débuter. Vous avez désormais l'explication des retards hebdomadaires du coup d’envoi de l’émission... Fort heureusement, il n’est absolument pas obligatoire de picoler avant de lancer les podcasts de l’émission durant votre session.

En ce qui concerne les dimanches, vous l’avez compris : je les passe en compagnie du Multiplex ! J'ai eu la chance de participer à la cinquième émission (février 2012 ! Je venais d’intégrer le Team) et depuis, il est bien rare que je ne lance pas la radio chaque dimanche soir. Comme les thèmes abordés sont nombreux et prêtent régulièrement à débat, il faut faire attention à rester concentré sur ses tables. Du coup, il m'arrive parfois de couper le son quand j'ai une décision importante, un peu comme quand vous êtes en voiture et que vous cherchez une rue... (Avouez, vous avez déjà vécu ce moment au volant, sans pouvoir vraiment vous l’expliquer !) Je suis en tout cas ravie du passage au format télé : je faisais partie de ces personnes indisciplinées qui ne cliquaient jamais sur les liens transmis dans le chat pour approfondir les actualités déroulées dans le sommaire, et le format vidéo est parfait pour les fainéantes comme moi.

Multiplex Poker
Il m'est arrivé à plusieurs reprises d’entendre, de la part de joueurs croisés sur les tournois, qu’ils perdaient parfois patience à une table en ligne car il leur manquait un à-côté. Certains lancent ainsi des séries ou un film à côté de leurs tables, mais je suis convaincue qu'il est préférable de se maintenir dans une ambiance poker. Attention néanmoins : il arrive un temps dans la soirée, au moment où les tournois sont le plus avancés, où je deviens plus mélomane. La concentration doit être à son paroxysme : c’est le moment que je choisis pour lancer une playlist.

En ce début d'année 2018, ma motivation est à son comble. Je bosse mon jeu et ai envoyé un volume important sur les Winamax Series. Malgré le Colossus et une place payée sur le Highroller à 1 000 €, le bilan n'est pas flatteur… Derrière, direction Marrakech pour disputer l’étape marocaine du WSOP Circuit, avant de vous retrouver au Cercle Clichy-Montmartre pour la finale du Winamax Poker Tour en mars. En ce moment,  je me réveille poker, je mange poker, je travaille poker, je joue poker (forcément!) et je dors (trop peu) poker. Bref, j'attends impatiemment les prochaines grosses échéances et suis pressée de vous retrouver autour des tables. À bientôt !


O RLY

Une des premières vraies terreurs au féminin de la nouvelle génération. Un talent fou de choc et de charme !

Suivez O RLY sur FacebookSuivez O RLY sur Twitter