[Blog] Year in Progress

Par dans

Blog Guillaume Diaz

Depuis que j’ai la chance de faire partie du Team et de vivre au rythme du circuit live, la période qui suit les WSOP est toujours synonyme de vacances. C’est le seul moment de l’année où la frénésie du circuit s’arrête durant quelques semaines et où, personnellement, je déconnecte totalement du poker le temps d’une grosse dizaine de jours.

Cette année n’a pas fait exception. À part deux ou trois sessions dominicales online et quelques heures passées sur le transat à regarder les Triton Super High Roller Series, je n’ai absolument pas pensé au poker, et ça fait du bien ! J’ai donc profité de ces vacances pour retourner dans mes montagnes natales, à Grenoble, pour voir famille et amis : piscine, pétanque, vélo de descente, golf, foot et surtout pas mal d’apéros !

Mais les vacances, si reposantes soient-elles, doivent se terminer un jour. Ce matin du 8 août, en voyant, sur mon fil Twitter, le compte @Year_Progress indiquer que nous venons d’atteindre 60% de l’année 2018, je me suis dit qu’il est grand temps de me remettre au travail. Mon côté procrastinateur m’incite à me fixer des deadlines courtes pour être le plus performant possible. Cela m’oblige à un travail soutenu et constant car, si les objectifs sont assez ambitieux, il est impossible de les réaliser sans un acharnement quotidien.

Guillaume Diaz Venetian

Pour donner le meilleur de moi-même chaque jour, mes objectifs doivent également avoir une importance forte à mes yeux. Mon erreur dans le passé fut de ne pas me refixer des objectifs assez élevés en cours d’année. Ce fut notamment le cas l’année dernière : en juillet, je pointais à 85 000 € de bénéfice depuis le début de l’année et j’ai conservé l’objectif de 100 000 € que je m’étais fixé en janvier, au lieu de partir sur un chiffre plus ambitieux et motivant. Cela a entraîné trois mois durant lesquels j’ai peu joué online, où je n’étais pas à 100% lorsque je commençais une session, pour de piètres résultats.

Ayant la prétention d’apprendre de mes erreurs (parfois après avoir fait 85 fois la même...), j’ai décidé cette année d’utiliser une méthode assez simple, mais j’espère efficace : je vais reprendre un à un les cinq objectifs quantitatifs principaux que je m’étais fixé en début d’année. Puisque nous sommes à 60% de 2018, nous allons voir quelles proportions de ces objectifs j’ai déjà réalisé. Si je suis à moins de 60%, je conserverai l'objectif tel quel et détaillerai ce que je dois mettre en place pour l’atteindre. Si j’ai déjà atteint plus de 60%, je modifierai l'objectif selon son avancée.

Objectif 1 - 250 000 $ de buy-in live : 153 000 $ à ce jour

Progression : 61%

Ce premier objectif est un peu la base de tous les autres en live : si je veux avoir le plus de chances de remporter des titres majeurs, si je veux pouvoir bien figurer au classement GPI ou au Player Of the Year et si je veux accumuler un maximum d’expérience contre les meilleurs, je dois être ambitieux ici. En 2017, la somme de mes inscriptions était de presque 200 000 $ et je pense que j’aurai pu viser plus haut dès le début de l’année, puisque je comptais jouer au moins autant de tournois que cette année, et surtout plus de High Rollers. De plus, il reste encore de nombreux festivals en 2018, dont de très beaux tournois à 5 000 € et plus. Je pense donc pouvoir monter à 300 000 $ de buy-in cette année, ce qui serait une belle évolution par rapport à 2017. Avec une moyenne de buy-in à 3 000 $, cela voudrait dire que je dois jouer encore 50 tournois. Difficile mais réalisable.

Objectif 2 - 500 000 $ de gains en live : 414 780 $ à ce jour

Progression : 83%

Guillaume Diaz 58-59

Cet objectif me paraissait le plus difficile à atteindre. 2017 était un mauvais millésime en live et je n’avais jamais dépassé les 200 000 $ de gains en une année. Mais, en même temps, je savais que les expériences passées m’avaient énormément appris. Plus le temps passait, plus j’étais dans les meilleures dispositions pour être régulier et performant en live. Une croyance qui ne fait que se renforcer depuis le début de l’année, en bonne partie grâce au séminaire en mai et à mes 40 jours réussis à Vegas. Évidemment, les résultats y sont pour quelque chose et il est bien plus facile d’être confiant dans ces choix lorsque les perfs sont là. Mais, même avant ma victoire à Monaco et ce Vegas satisfaisant, j’avais le sentiment d’être dans la bonne direction. Cette victoire m’ayant permis de faire une grosse partie du chemin, je dois maintenant me refixer un objectif bien plus élevé.

Comme je le disais précédemment, les objectifs doivent avoir de l’importance réelle à nos yeux pour avoir de l'impact. Puisque c’est un cap que je n'aurais jamais pensé pouvoir atteindre il y a quelques années, j’ai décidé de me fixer le million de dollars de gains sur l’année 2018. Je suis donc à 40% de cet objectif et il me faudra être très performant sur chaque tournoi pour y arriver (et évidemment avoir le petit coup de pouce nécessaire de Dame Variance), puisque je vise un ROI de près de 400% sur le reste de l’année ! Autant dire qu’il va falloir faire quelques beaux Top 3 ou gagner un gros titre. Ça tombe bien, cela fait aussi partie de mes objectifs récurrents !

Objectif 3 - 2 500 points au classement GPI Player Of the Year : 1 810 points à ce jour

Progression : 72%

5k 6max Français

Avec la fine fleur du poker tricolore.

L’avancée de cet objectif est un peu différente puisqu’il est plus simple de gagner des points au classement POY au début de l’année qu’à la fin. Je m’explique : ce classement prend en compte les treize meilleures performances de l’année en termes de points GPI (calculées selon une formule prenant en compte votre place dans le tournoi, le nombre d’entrées et le montant du buy-in, semblable à celle du classement Grand Prix MTT sur Winamax). Donc, pour améliorer son score total, un joueur comptant déjà treize places payées doit réaliser de meilleures performances que celles existantes, et ajoutera à son total un nombre de points moindre. Pour l’instant, je ne compte que onze places payées en 2018, ce qui me laisse donc la possibilité d’améliorer mon score, même avec des performances moyennes.

Je pense donc pouvoir faire grimper cet objectif à 2 800 points, ce qui, en 2017, aurait été suffisant pour finir meilleur Français de l’année (Alexandre Réard avait terminé en tête avec 2 629 points). La cadence imposée par les Français cette année semble un peu plus élevée : comme vous avez pu le lire dans son dernier blog, Romain Lewis est pour l’instant en tête du classement 2018 et possède déjà 2 626 points, alors qu’il reste un peu plus de quatre mois de compétition ! Cette année, il est donc fort possible que la gagne du POY France se joue à plus de 2 800 points.

En grand compétiteur, c’est quelque chose d’enivrant de me battre, semaine après semaine, contre les meilleurs joueurs de France et d'ailleurs, pour gratter des places dans ce classement. Évidemment, l’objectif ultime est de rejoindre un jour Adrián et les autres boss de ce jeu tout en haut du classement. C’est d’ailleurs d’autant plus motivant lorsque l’on se bat indirectement contre les personnes avec qui l’on échange au quotidien. C’est un moteur exceptionnel de pouvoir avoir une compétition saine au sein d’un groupe dont les éléments travaillent tous individuellement, pour atteindre un objectif qui est souvent le même. Nous avons tous, au sein du Team, l’ambition et la volonté de donner le meilleur de nous-mêmes et d’atteindre le sommet de ces classements, en remportant des tournois prestigieux et en battant des adversaires redoutables. Mais cela ne nous empêche pas de nous entre-aider, d’apprendre les uns des autres et d’être une bande de potes qui peut vivre ensemble dans une villa pendant six semaines.

Bref, Romain, tu es prévenu : on ne va pas te laisser gagner le POY France 2018 comme ça !

Objectif 4 - Remporter un titre majeur (WSOP, EPT, WPT, High Roller) : 1 titre, non majeur

Progression : 0%

Guillaume Diaz Monaco

Oui, cet objectif est encore et toujours présent dans ma liste et continuera de l’être tant que je joue le circuit live : même si la variance joue un énorme rôle là-dedans, cela reste ce qui me fait le plus vibrer et me donne envie de travailler chaque jour sur mon jeu, sur mon mental ou tout simplement sur moi. Comme j’en parlais dans mon blog sur Monaco, la sensation de remporter un tournoi live est incroyable et est, en partie, le moteur de ma passion pour ce jeu. Les victoires ont toujours eu une valeur forte à mes yeux et gagner des titres restera probablement mon objectif principal tant que je jouerai à ce jeu.

Même si cette victoire monegasque est un énorme point de satisfaction, ce n’est pas un titre majeur. Mon objectif reste donc le même pour la fin de l’année. Je vais même encore pouvoir tenter de décrocher un bracelet aux WSOP-Europe de Rozvadov en octobre. Avec en plus deux festivals EPT, à Barcelone et à Prague, les occasions ne manqueront pas !

Objectif 5 - 100 000 € de gains sur Winamax : 8 345 € à ce jour

Progresssion : 8%

Guillaume Diaz Main Event

Le gros point noir de mon année pour l’instant. Malgré un rythme décent (860 tournois en sept mois), j’affiche un bénéfice net très faible et un ROI total à 10%. En début d’année, j’avais décidé de ne pas me fixer un objectif plus élevé qu’en 2017, car je pensais moins jouer online. Finalement, cela n’a pas été le cas puisque j’ai déjà fait autant de tournois que l’an dernier… mais pas avec la même réussite.

Pour y remédier et mettre toutes les chances de mon côté, je prévois de jouer presque tous les Winamax Series de septembre. Dix jours de tournois incroyables, avec des fields d’autant plus énormes pour cette édition, avec l’arrivée des joueurs espagnols, et aussi un niveau un peu plus faible que le reste de l’année : c’est le meilleur moment pour rattraper ce mauvais début d’année et avoir une chance d’atteindre pour la deuxième fois consécutive les six chiffres de bénéfices sur Winamax.

Avec beaucoup de tournois live sur mon programme, je vais passer de longs moments sans pouvoir jouer online. Une grosse partie de mon année va donc se jouer durant ce mois de septembre. À moi de faire la meilleure préparation possible durant les semaines qui viennent, pour être au top de ma forme pour la reprise du circuit live, à Barcelone fin août, et pour ce mois de grind intensif qui m’attend.

Dans mon blog de début d’année, je terminais en disant que « cette année 2018 s’annonce incroyable pour Winamax et pour le monde du poker français en général ». Je crois que le premier semestre a tenu toutes ces promesses, et il en reste un second à venir !

Prenez soin de vous, profitez des vacances si vous avez la chance d’en avoir, et je vous dis à dans deux semaines pour l’EPT Barcelone et à dans un petit mois sur les Winamax Series !

Peace!


Guillaume Diaz

Le vainqueur de la troisième Top Shark Academy possède l’un des plus beaux palmarès de Winamax.

Suivez Guillaume Diaz sur Twitter