[Blog] Vis tes rêves

Par dans

Gaëlle Baumann Blog

En regardant ma fille un matin, je me suis demandée ce qu'elle ferait plus tard. En tant que parent, je souhaite évidemment le mieux pour elle. Qu'elle fasse quelque chose qu'elle aime et qui la rende heureuse. Pour arriver à cette finalité, notre rôle en tant que parent est de non seulement d'accepter les choix de nos enfants et de leur laisser une liberté importante mais aussi de les épauler au maximum chaque jour, et ce dès le plus jeune âge. C'est pourquoi j'ai choisi pour elle une méthode d'éducation alternative en vogue depuis quelques années, inspirée de la célèbre pédagogue Maria Montessori.

Le principe fondamental de la pédagogie Montessori consiste à apprendre l'autonomie à l'enfant en suivant son propre développement et son rythme. Cette méthode peut être résumée ainsi : "Apprends-moi à faire seul." C'est un enseignement individualisé qui va responsabiliser et aider l'enfant à se construire en tenant compte de ses besoins spécifiques. L'adulte est un guide mais c'est l'enfant qui est acteur dès son plus jeune âge. Selon Maria Montessori, la période la plus importante de la vie se situe entre la naissance et 6 ans. C'est à ce moment-là que l'enfant va développer cinq dimensions différentes : physiques, intellectuelles, sociales, spirituelles et émotionnelles.

Perdue dans le système

Gaëlle Baumann

Pourquoi je vous raconte tout ça ? Car mon éducation a été totalement différente. Je n'ai pas à me plaindre, j'ai eu une enfance très heureuse et des parents cools. J'ai eu la chance d'avoir des grands-parents enseignants qui m'ont appris énormément de choses et transmis une curiosité intellectuelle. Mais c'était une époque où l'on se souciait moins de l'autonomie de l'enfant ou de ses états d'âme, particulièrement à l'école. J'ai personnellement été très déçue, je dirais même traumatisée par le système scolaire français.

J'ai eu des enseignants très gentils et à l'écoute que j'appréciais beaucoup, mais d'autres à l'inverse très sévères que je craignais plus que tout. Pour une enfant à la timidité presque maladive comme j'étais, se faire ridiculiser, gronder de façon virulente sans véritable raison par un enseignant peu soucieux du bien-être de ses élèves, ou qui faisait tout son possible pour instaurer un climat de peur pour une question de soi-disant respect pouvait réduire à néant l'once de confiance que j'avais en moi. Les dégâts engendrés sont ensuite difficiles à réparer. Ayant une personnalité sensible, timide et réservée, j'ai été très affectée et touchée dans ma personnalité par ce qu’on appelle les VEO (Violences Éducatives Ordinaires) subies à l'école.

A côté de ça, j'ai eu la chance d'avoir une structure familiale et un cadre de vie idéal, sans frein. J'aurais simplement voulu être plus responsabilisée, plus poussée à l'autonomie, ce qui m'aurait sûrement aidée à choisir ma voie avec plus d'assurance et de certitude. J'ai été très peu guidée, notamment au niveau des études. Après un bac scientifique, je me suis dirigée vers une fac d'anglais, pour finir dans le monde du poker. Il n’y avait aucune continuité, je cherchais ma voie en tâtonnant. Aujourd'hui, si je devais refaire mes choix, ce serait une évidence. Je m'orienterais vers des études en biologie avant, pourquoi pas, de finir dans le poker à nouveau.

Pourquoi je ne l'ai pas fait à l'époque ? Toujours pour les mêmes raisons. Mes enseignants n'ont pas réussi à me donner le goût pour cette matière alors qu'elle était sans aucun doute celle qui m'intéressait le plus. Il est difficile à l'âge du collège d'avoir assez d'introspection pour prendre conscience de tout ça. Pourquoi je me suis tournée ensuite vers l'anglais ? Encore une fois, c'est un enseignant au lycée qui avait vraiment su me faire aimer ça. L'importance qu'a le personnel enseignant sur le futur de nos enfants et sur leurs choix est presque effrayante.

Trouver sa propre voie

Bahama Mama

Un petit verre en famille aux Bahamas.

Heureusement, en parallèle de mon côté fragile, j'ai également une personnalité très forte et déterminée. En clair, j’étais déjà une sacrée tête de mule ! C'est ce tempérament qui m'a fait choisir une voie alternative comme le poker au lieu de rester dans le moule qui me semblait destiné. J'ai ce besoin permanent de prouver à moi-même et aux autres que je peux le faire. Je suis ainsi très reconnaissante d'avoir eu la liberté et le soutien de mes parents dans mes choix. C'est ce qui m'a permis de faire la transition entre mes études et le poker de façon tout à fait naturelle. Car si je ne mettais pas de mots sur le processus mis en place à cet instant dans mon esprit, je me suis clairement laissée conditionner par mes rêves, suivant ma passion mais sans néanmoins me laisser bercer : à force de travail, je me suis donnée les moyens de réussir.

Aujourd'hui, j'essaie de faire en sorte que ma fille se retrouve dans les meilleures dispositions pour suivre la voie qui lui plaira en lui offrant ce que je qualifierais de liberté accompagnée. L'idée est de la responsabiliser et de lui offrir de l'autonomie tout en respectant ses décisions et choix. Les résultats se ressentent déjà alors qu'elle a à peine 4 ans. Elle a un profil similaire au mien : très timide et réservée. Je sens que cette approche lui fait le plus grand bien, que ce soit sur le plan du développement social ou au niveau de la prise de conscience de son autonomie. Elle a acquis une maturité qui lui permet de prendre conscience de son libre arbitre et de l'importance de faire ses propres choix. L'objectif, c'est qu'elle soit capable de penser par elle-même et de prendre des décisions suffisamment tôt pour bien choisir sa voie.

Plusieurs personnes ayant réussi de brillantes carrières ont également suivi cette voie d'éducation alternative. C'est notamment le cas de Larry Page, fondateur de Google, qui dit de lui et du co-fondateur Sergei Brin : "Nous sommes allés tous les deux à l'école Montessori et je pense que cela nous a formé à ne pas suivre les règles et les ordres, à être motivé, à nous questionner sur ce qui se passe dans le monde et à faire les choses un peu différemment." Inventeur de Sim City et des Sims, Will Wright dit à son tour : "Montessori m'a appris la joie de la découverte. Sim City est directement issu de Montessori."

Bien sûr, à l'heure actuelle, bénéficier d'une telle éducation n'est pas forcément simple, notamment à cause du facteur financier. La plupart des écoles Montessori sont privées et onéreuses. Au-delà de cette pédagogie particulière, il est également toujours plus compliqué de poursuivre ses rêves lorsqu'on se demande comment boucler ses fins de mois. Mais l'autonomisation et l'aide à la prise de décisions importantes sont accessibles à tous et peuvent modifier favorablement des avenirs avec, à la clé, pourquoi pas, la possibilité de vivre nos rêves.


O RLY

Une des premières vraies terreurs au féminin de la nouvelle génération. Un talent fou de choc et de charme !

Suivez O RLY sur FacebookSuivez O RLY sur TwitterSuivez O RLY sur Instagram