[Blog] Un Volatile à Paris

Par dans

Guillaume Diaz Blog Facebook

Comme chaque année, le début du mois de mars sonne l’heure de la Grande Finale du Winamax Poker Tour au Cercle Clichy Montmartre. Se retrouvent à Paris plus d’une centaine de joueurs qualifiés sur les étapes freeroll live organisées partout en France, de nombreux habitués du cercle, des WIP et des réguliers du circuit, tous là pour participer à cette grande fête du poker. Cette diversité de profil donne à ce tournoi une ambiance particulière, beaucoup plus chaleureuse et détendue que sur les tournois que l’on a l’habitude de jouer tout au long de l’année.

C’est dans cette bonne humeur ambiante que j’ai pris part au tournoi, débutant lors du Day 1C, juste après le traditionnel petit-déjeuner en compagnie de journalistes et de quelques WIP. Vous l’avez compris, dans ce blog, j’ai choisi de vous raconter mon Winamax Poker Tour 2018, de partager avec vous quelques moments de ma semaine qui font de cette épreuve un tournoi à part. Attention, ce résumé est garanti 100% sans hand histories !

Un début de tournoi idéal

Guillaume Diaz Finale WiPT 1

Commençons par le début du Main Event. Après un réveil à 8h45 des plus difficiles vendredi pour me rendre à ce fameux petit déjeuner, je retourne à l’appartement que nous avons loué près du cercle avec Romain (Lewis), histoire de faire une petite sieste avant de commencer le Day 1C. C’est aussi la particularité de cette Finale que de commencer si tôt les journées, afin de jouer quatre Day 1 différents en deux jours. Mon cerveau n’ayant pas du tout l’habitude de fonctionner à cette heure-ci, je pense que le fait de ne pas aller jouer directement ne peut être que bénéfique. Un petit somme de deux heures et c’est reparti direction le CCM.

Hasard du tirage, je récupère la place de ma toute nouvelle partenaire du Team, Leo Margets, qui vient tout juste de se faire éliminer. Je lui avais pourtant dit qu’il valait mieux qu’elle fasse une siesta aussi… Surtout, je rejoins Sylvain Loosli, installé sur cette table depuis le début de la journée, au plus grand désarroi de ses voisins de tables. Forcément, sur ce tournoi, rares sont les joueurs heureux de voir arriver un pro à leur table… encore plus lorsqu’il y en a déjà un à table.

Mais ce qui différencie le WiPT des autres tournois, c’est que mes voisins avouent honnêtement qu’ils ne sont pas contents de m’avoir à leur table, alors qu’il s’agit d’une information que les joueurs ont plutôt tendance à cacher. Ici, pas de problème bien au contraire, certains avouant à demi-mot qu’ils vont jouer le minimum de mains contre moi, quand d’autres souhaitent à tout prix m’attraper en bluff ou gagner un coup contre moi, le membre du Team Winamax.

Un de mes adversaires du jour avait d’ailleurs visiblement cet objectif en tête puisque, sur notre premier coup joué ensemble, il a envoyé 130 blindes avec top pair / top kicker, payant ma relance à tapis river sans sourciller, alors que j'avais une quinte. Un coup qui fait le malheur de mon voisin de droite qui me souffle : « Si j’avais su, moi aussi je serais resté faire la sieste. » Un large sourire illumine d’ailleurs son visage au moment où notre table casse. Un petit selfie avec Sylvain et moi, quelques bons mots et nous partons chacun à nos tables respectives.

Guillaume Diaz Finale WiPT 2

La journée se termine sans accroc, avec un stack plus que confortable mais surtout, il n’est que 19h et nous avons donc toute la soirée devant nous avant de reprendre le tournoi le lendemain, à 13h. C’est d'ailleurs un énorme plaisir de pouvoir profiter de sa soirée entre chaque jour, de ne pas finir à deux heures du matin pour reprendre à midi le lendemain, comme c’est le cas le reste de l’année. Et, mine de rien, c’est un bonheur incroyable que d’avoir la soirée pour déconnecter totalement du poker, au lieu d’aller se coucher directement après avoir terminé le Day.

Ce soir-là se déroule autour d’un bon repas avec quelques-uns de mes coéquipiers pendant qu’Ivan (Deyra), beaucoup moins matinal, se rend au cercle pour participer au Day 1D, qui commence à 19h et se termine à cinq heures du matin. Un tout autre rythme ! Nous ne ferons d’ailleurs que nous croiser lors des deux premiers jours puisque c’est seulement lors du Day 3 que l’ensemble des joueurs sont réunis, à quelques places de l’argent.

Le Day 2 fut très fluide de mon côté, puisque je fais passer mon tapis de 170 000 à 470 000, au cours d’une journée où j’ai été assez actif, faisant face à des tables plutôt passives. La plupart des joueurs attendaient patiemment la fin de ce Day 2 synonyme de pré-bulle. J’aurais tout de même pu me retrouver avec un stack sacrement diminué si un de mes adversaires avait décidé de payer mon troisième barrel à tapis alors que j’avais totalement manqué un énorme tirage. Heureusement pour moi, après trois minutes de tank, il s’est résigné à abandonner, me permettant de terminer la journée dans les hauteurs du classement.

Tout ne tient qu'à un fil

Aladin Reskallah - Guillaume Diaz

Malheureusement, je suis le membre du Team à atteindre le Day 3, Michel et Pierre se faisant éliminer juste avant la fin de leurs Day 2 respectifs. Les WIP ont même été plus en formes que les Pros, puisque Moundir, Fred Chau et Bernard Mendy se sont qualifiés. Je croise également beaucoup de têtes connues au moment de revenir dans le CCM le dimanche matin, tous venues avec pour objectif premier de rentrer dans l’argent, ce qui ne devrait pas prendre plus de deux heures.

Etant donné la profondeur de mon tapis, je devrais pouvoir profiter de la bulle pour mettre la pression sur les autres joueurs et engranger quelques jetons. Je retrouve juste à ma droite mon ancien coéquipier et vainqueur de la Top Shark en 2017, Aladin Reskallah. On profite de ces quelques moments pour échanger sur nos vies, nos projets et pleins d’autres choses. Je n’avais pas eu l’occasion de lui reparler depuis Prague, en décembre dernier, donc ça fait vraiment plaisir de le revoir ici et de pouvoir discuter. C’est avec tristesse que je perds ce joyeux voisin de table à quelques places de l’argent, sur un classique lancer de pièce pour une quinzaine de blindes. Pas cool ça…

Pour ma part, tout se passe comme prévu lors de la première heure. J’ouvre à peu près 40% des coups et en gagne une bonne partie. Seuls un ou deux joueurs à table ont un tapis suffisant pour se permettre de prendre des risques à la bulle mais n’ont pas l’air décidés à trop faire de résistance. Mon stack grimpe donc progressivement jusqu’à avoisiner les 700 000 : comme dans un rêve. Mais, comme le disait si bien le Supreme NTM il y a quelques années, « Tout n’est pas si facile, tout ne tient qu’a un fil. » (Oui, je suis déjà à fond dans le concert de NTM à Bercy !).

Tout ne tient effectivement qu’à un fil car, à deux places de l’argent, je gâche complètement tout le travail accompli, sur un bluff que l’on peut au mieux qualifier de médiocre face à Cédric « smiths2000 », un joueur très connu de la communauté Wam-Poker, qui a pratiqué un poker très solide tout le début du Day 3, et joué ce coup à la perfection en me poussant à commettre une grosse erreur. Je retombe donc à moins de 25 blindes et attends quelques mains avant de voir la bulle éclater sous de forts applaudissements. Les short stacks respirent enfin, tous assurés de repartir avec un joli billet de 900 € en plus de pas mal de beaux souvenirs.

Un suprême week-end

Guillaume Diaz Finale WiPT 3

J’ai à peine le temps de discuter avec mon nouveau voisin de droite, en la personne du très sympathique Jéremy Palvini, que je me retrouve déjà à surrelancer à tapis mes 21 blindes avec Valet-10 suités face une relance de smiths2000, encore lui, qui finit par payer avec une paire de Valets pour m’envoyer directement à la caisse. De son côté, notre fameux Wameur termine le lendemain à une bien belle huitième place, même si j’étais forcément un peu déçu pour lui de ne pas le voir arriver au bout.

M’étant fait sortir trop tard pour m’enregistrer sur le 800 € 6-max (qu’une autre ancienne coéquipière s’est fait le plaisir de remporter en la personne d’Aurélie Quelain/Réard, quelques jours après que son fou de mari Alex a remporté le Monster Stack !), je décide donc rentrer sagement à l’appartement pour terminer ce blog et lancer la session dominicale.

Team Winamax Groupe

Ce fut donc une belle semaine parisienne comme on les aime, avec beaucoup de bons moments, de bonnes bouffes, des fous rires et bien évidemment des jetons et des cartes. J’aurais aussi pu vous parler de la soirée Diamond qui a tenu toute ses promesses, avec des matchs de boxe Thaï dans l’ambiance magique du Trianon ou encore de la première réunion du Team au grand complet, avec nos deux nouveaux coéquipiers, Leo Margets et Joäo Vieira. Une dynamique de groupe semble déjà s’être créée entre nous et j’ai hâte d’être au séminaire afin de pouvoir échanger plus longuement tous ensemble.

Enfin, cette semaine parisienne se terminera par un événement que j’attends depuis mes 14 ans, lorsque je découvrais le rap : le concert de NTM à Bercy ! Je ne pensais déjà pas que j'allais pouvoir vivre ça un jour, mais si en plus vous m'aviez dit que je serai invité par Kool Shen et que je passerai cette soirée en compagnie de pleins de fratus, je vous aurais sûrement bien ri au nez tellement cela aurait paru surréaliste. Je pense que je réaliserai complètement lorsque j’entendrai les premières notes de Seine Saint-Denis Style résonner dans tout Bercy. J’en ai déjà des frissons...

D’ici là, je vais tâcher de faire un peu le touriste à Paris (pour une fois !). Prochain rendez-vous live à Barcelone début avril pour le PartyPoker Millions et, bien évidemment, on se retrouve tout le mois de mars sur les tables de Winamax. J’ai prévu un gros programme de grind pour la fin du mois.

Prenez soin de vous, je vous fais une bonne bise et vous dis à très bientôt !


Guillaume Diaz

Le vainqueur de la troisième Top Shark Academy possède l’un des plus beaux palmarès de Winamax.

Suivez Guillaume Diaz sur Twitter