[Blog] Un nouveau chapitre

Par dans

Blog Winda Facebook

Amis lecteurs, chers internautes, ce moment est enfin arrivé : celui de mon premier blog en tant que membre du Team Winamax. Et quoi de mieux pour attaquer que de me présenter, tout simplement ? Revenons donc ensemble sur cette ascension... qui a débuté tout en bas de l'échelle.

Avant de me lancer sur une table, je commence par lire Poker Cadillac début 2018. El famoso. Il est impensable pour moi de commencer une partie alors que d’autres joueurs ont des avantages techniques sur moi. Je lis donc avec attention, puis let’s go… sur les freerolls. L’objectif ? Entre les parrainages, tournois gratuits et autres croustillades (comme le premier pari remboursé… que je perds !), je cherche à monter une bankroll de 50 € pour me lancer sur les Minirolls. La première perf’ ne se fait pas attendre, et je n’en suis pas peu fier. Visez plutôt :

Devenir joueur de poker professionnel sur Winamax, une question de temps ? Je ne croyais pas si bien dire. Notez également que je maîtrise déjà quelques ficelles du métier, à l’image de ce petit whine à propos du flip perdu sur la dernière main. Une étape obligée, presque un rite de passage. Toujours est-il qu’après ce rapide tuto, c’est le Up ! Je viens de passer niveau 1 de mon nouveau jeu préféré. 

Je me lance alors en Real Money, mais attention : pas question de brûler les étapes. Je commence sur les tournois à 25 et 50 centimes, puis monte les limites. En deux mois, j’atteins les 500 € de capital. Hop, je passe au niveau 2 !

Et toujours el clasico whine sur un flip loupé… quel enfer ! Suis-je insupportable ou est-ce le métier qui rentre ? À toutes fins utiles, voici la règle numéro 1 : se plaindre de bad beats auprès de tes potes (qui pour la plupart s’en fichent complètement) n'amène à absolument rien de positif. Il faut être plus fort que ça et ne pas oublier tous les scénarios positifs en notre faveur (flips gagnés, tirages rentrés, set-ups...) qui nous ont permis de monter des jetons avant le fameux bust.

Quoi qu’il en soit, j’avais visiblement compris un fondamental pour progresser à ce jeu (voir ci-dessous) : le mimétisme. Observer les joueurs plus forts que toi reste l’une des façons les plus efficaces de progresser (et ça ne s'applique pas qu'au poker). Plus précisément, l’idée est de comprendre leurs actions. Retenir que As-9 off est un combo qui fera partie de notre range de 3-bet small blind contre bouton à 40 BB deep, c’est bien beau. Mais comprendre pourquoi ce combo est intéressant à 3-bet, c’est ça qui est important. C’est en assimilant que nous apprenons le mieux et que nous pouvons ensuite nous adapter.

Une montée de limites fulgurante

C’est parti pour l'ascension ! Après les 1 € suivent logiquement les 5 et 10 €. C'est à ce moment-là que je commence à prendre le jeu très au sérieux. Nous sommes fin 2019 et je décide alors de faire appel à un coach et staker. L’idée est d’avoir les outils et l’entourage pour pouvoir progresser le plus vite possible et franchir les limites. J’effectue en parallèle un travail technique (vidéos, reviews, logiciels comme HRC/ICMIZER pour travailler l’ICM…) et un volume conséquents, et l’ascension se fait presque toute seule.

Je décide de me fixer sur des tournois à 1 000 joueurs maximum et 150 joueurs minimum. Je voulais que les gains des Top 3 soient suffisamment intéressants pour ma bankroll (afin d’être motivé pour jouer mon A-Game), mais pas démesurés non plus, pour éviter que des paliers trop importants me fassent dévier de mon jeu. Et puis il y avait un deuxième argument : si d'aventure je claquais une énorme perf’ sur un field énorme, comment savoir si c’était grâce à mon niveau au poker ou un simple coup de chance ?

Je dirais que l’idéal est un field autour de 400 joueurs. D’une part afin d'atteindre plus souvent la finale et gagner en expérience ; d'autre part car les gains, plus réguliers, représentent mieux ton niveau réel. C’est ainsi qu’en un an, je suis passé des freerolls aux 100 € ! Le voilà le secret, et ce n’en est d’ailleurs pas vraiment un : un subtil mélange de réussite, de travail, de motivation et une quête d’excellence.

Dans la cour des grands

Arrive 2021, année marquant mes débuts sur les 250 €. Je me prends d’abord quelques bonnes claques. Je n’ai pas l’habitude de jouer ces fields, et ma progression qu’on pouvait jusqu'ici qualifier d’express se heurte à un mur bien épais : le manque d’expérience. Je ne sais pas comment jouent les top players de Winamax, et je suis très surpris de certains plays : des bluffs qu'on ne voit jamais sur les limites plus basses, des 3-bet all-in préflop avec un stack atteignant presque 40 blindes, de la recherche de value très thin et surtout, dès le moindre signe de faiblesse dans un spot : punition, di-rect !

J’effectue alors un gros boulot théorique post-flop. Je ne compte pas mes heures... mais en même temps, quand on aime ce qu’on fait, est-ce vraiment du travail ? Je cherche à être équilibré dans tous les spots, comprendre toutes les mécaniques d’un point de vue théorique, pour ensuite m’adapter au field que j'affronte.

Et puis, fin septembre 2021, après quelques belles perfs (cinq chiffres sur un Championship WSeries, 9 000 € sur le Battle Royale…) je réussis à m’installer sur les 250 €. Il m'avait fallu une année pour passer des tournois à 5 € aux tournois à 100 €. J'ai eu besoin du même laps de temps pour franchir cette nouvelle étape ! Mais le résultat reste incroyable : en seulement deux ans, je suis passé des 5 € aux plus hautes limites de Winamax. Et si je l’écris ici, ce n’est pas simplement pour me la raconter, mais parce que j’en suis très fier !

Il faut bien sûr de la réussite, j’en ai conscience, mais je me suis tellement investi dans ce jeu (jusqu'à y passer des nuits entières) que cette récompense ne peut que me réjouir. Me voilà au niveau supérieur ! Mais ce qui est beau avec le poker, c’est qu’il n’y a pas de limite à la progression. Il n’y a pas de boss de fin, ce n’est pas possible de finir le jeu. On peut toujours s’améliorer, et même le meilleur joueur du monde fait des erreurs. Alors moi, qui en suis loin, je ne peux que continuer à progresser.

Top Shark : le début d’un rêve ?

Devenir membre du Team Winamax, c’est quelque chose dont je rêvais depuis longtemps. J’en avais même parlé en stream début 2021, exactement avec ces mots ! J’étais en train de review en live un XTASE que j’avais gagné fin 2020… contre mon futur collègue du Team François Pirault, qui allait rejoindre l’équipe quelques semaines plus tard. Coïncidence ? Je ne crois pas. C’est fin 2021 que je me considère comme régulier des plus hautes limites de Winamax. J’ai un bagage théorique et technique qui me semble suffisant pour pouvoir participer à la Top Shark Academy. Je me lance et y accède dès la Semaine 1. L’objectif est clair : la performance. En clair, faire de mon mieux toutes les semaines.

Top Shark Academy Vote Winda BigZoowAAp

Après une première semaine mouvementée que je franchis au repêchage, je réussis à terminer Major deux fois d’affilée (Semaines 2 et 3), manque de peu la passe de trois dans la foulée et là, c’est le drame : je suis nominé lors de la dernière semaine avant la finale. Le problème, c’est que mon adversaire est BigZoowAAp, un joueur du Winamax Stream Gang bien plus connu du public et beaucoup plus suivi que moi. À ce moment-là, j’en suis convaincu : c’est la fin de l’aventure. Je suis évidemment très déçu. Ma nomination sur les heads-up entre académiciens est d’autant plus difficile à encaisser qu'auparavant, j’avais très bien réussi mes duels contre le Team Winamax. J’ai l’espoir que ma vidéo technique en cash-game, qui a plu au jury, me fasse gagner des points.

Cependant, les 24 heures que dure le vote s’annoncent rudes. En tant que Marseillais, je me dis que sur un malentendu je peux récupérer le soutien de Mohamed Henni et l’emporter grâce à lui. De toute façon, autant tout donner. Je vais chercher le moindre vote possible, les enjeux sont beaucoup trop importants pour ne pas y aller à fond. Nous sommes au coude-à-coude avec Léandry : j’ai régulièrement 15-20 votes d’avance, mais à tout moment une personne influente peut faire pencher la balance. Et beaucoup de monde s’exprime pour prendre parti.

Je suis stupéfait par l’engouement autour de ce vote. On reçoit tous les deux de nombreux soutiens, et je ne m’attendais certainement pas à en compter autant, notamment ceux de certaines personnalités très appréciées et respectées. Arrive finalement le résultat et là… INCROYABLE LES AMIS ! Avec 1 184 voix contre 1 179, en plus d’exploser le record de votes de l’histoire de la Top Shark Academy, je réussis l’exploit d’aller en finale ! Plus motivé que jamais, je suis déterminé pour aller au bout. 

Je vous la fais courte, puisque tout a été détaillé presque jour après jour sur Winamax, mais je vis des moments de folie durant cette finale. Avec deux énormes perfs dès les jours 3 et 4 (pour 18 000 et 15 000 € respectivement), je me mets très tôt dans les meilleures conditions pour remporter le contrat et je parviens à maintenir l’écart jusqu’au bout.

Le rêve devenu réalité

Top Shark Vainqueur _Winda

C’est fait. Je suis Team Pro Winamax. Quel honneur et quelle fierté ! Serait-ce la fin du jeu ? Surtout pas ! Devenir membre du Team Winamax, je le vois comme une porte qui se dresse devant moi. Une porte magnifique, immense et dorée. Je ne sais ni ce qu’il se cache derrière, ni ce qu’il se passera pour moi une fois qu’elle sera franchie. Mais ce qui est certain, c’est que cette porte, j’ai envie de la pousser.

Devenir joueur de poker professionnel, c’était un rêve. Un rêve que je peux réaliser grâce à Winamax.
Et je suis prêt à me donner à fond pour vivre de ma passion. Comme l’a dit un célèbre philosophe normand du XXIe siècle :

« T’as juste besoin d’une passion
Donc écoute bien les conseillers d’orientation et fais l’opposé d’c’qu’ils diront
En gros, tous les trucs où les gens disent : “
Tu perds ton temps
Faut qu’tu t’mettes à fond d’dans et qu’tu t’accroches longtemps
 » 

Mes objectifs pour 2022

Un Top Shark nommé Winda

Je veux que ce W rouge soit le symbole du début d’un grand et long parcours en tant que joueur de poker. Je compte bien poursuivre mon travail technique et théorique tout au long de cette année, pour performer encore et encore. Je veux continuer à monter de limites, pour scorer des gains de plus en plus gros.

Concernant le live, ce sera une découverte totale pour moi. Je n’ai jamais fait le circuit et je ne suis jamais allé à Vegas. Et de votre côté aussi, je pense que cette expérience sera vraiment cool à suivre. Je compte bien vous partager tous ces moments ! Je ne sais pas encore si je pourrai aller à Prague en mars, mais je l’espère. Étant encore professeur de mathématiques, j’ai besoin de trouver un remplacement pour pouvoir partir et cela risque de faire un peu juste.

Cependant, ce qui est certain, c’est que je vous attends tous à Madrid pour le WPO. Comptez sur moi pour être présent sur chaque festival live Winamax, de la première à la dernière minute ! Poker, beer-pong, Midnight Deglingos et autres animations, tout ça dans une ambiance de folie : je brûle d’envie de jouer et de vous rencontrer.

Un peu plus loin, à Vegas, l’objectif sera de jouer un maximum de tournois (là-bas ou ailleurs d’ailleurs) pour augmenter la probabilité d’une perf’. C’est sûr qu’un petit bracelet WSOP, ça donne envie... J’en suis encore loin, mais je ferai tout pour m’en donner les moyens.

Ce jeu me procure des sensations uniques et indescriptibles. Je prends tellement de plaisir à jouer, vous n’avez pas idée. Je n’ai maintenant qu’une hâte : vivre ce qui m’attend !

Les pages à suivre

t in f wtv wtv wtv wtv


_Winda

Seulement quatre ans après ses premiers freerolls, l’étudiant marseillais a remporté haut la main la Top Shark Academy 2022.

Suivez _Winda sur TwitterSuivez _Winda sur Instagram