[Blog] Un bracelet en six coups clés

Par dans

Adrian Mateos un bracelet en 6 coups clé
¡Hola! Comment ça va ? Moi : plutôt très bien. Vous savez peut-être pourquoi ! Pas mal de belles choses me sont arrivées ces dernières semaines… avec notamment des WSOP qui resteront à jamais gravées dans mon panthéon personnel. À Las Vegas, j’ai remporté mon quatrième bracelet WSOP. Au passage, j’ai battu mon record de gains sur une seule épreuve et remporté ma première victoire sur un tournoi au buy-in très élevé, du genre de ceux qui n’apparaissent que rarement au calendrier. Autant de raisons pour faire de ce titre un moment unique, me confirmer que le travail acharné paie, et que je peux affronter n’importe qui sans aucune crainte, ni penser que mes adversaires sont mieux préparés que moi.

Je n’avais pas envie d’écrire un blog de remplissage, où je me serais contenté de répéter les mêmes impressions quant à la satisfaction de réaliser ses objectifs, le frisson au moment de remporter la dernière main, la joie d’ajouter un bracelet à ma collection... Vous avez pu déjà lire tout ça sur le coverage Wina, ou dans les journaux qui nous ont interviewé ensuite, Leo et moi. (J’en profite au passage pour féliciter une fois de plus Leo pour sa perf, GG !) À la place, j’ai envie de vous raconter ce Super High Roller à 250 000 $ comme s’il s’agissait d’un épisode de Dans la Tête d’un Pro. Les équipes de la série nous ont filmé durant les WSOP, mais ils avaient déjà quitté Las Vegas lorsque ce tournoi a débuté. De toute façon, avec l’exclusivité de diffusion détenue par le site PokerGO, je ne crois pas qu’ils auraient pu filmer ce tournoi. Découvrez donc sans plus tarder… comment gagner un bracelet, en six coups clés.

Main clé #1

Début du Day 1 / Level 2 - Blindes 2 500 / 5 000, BB ante 5 000.

Michael AddamoMa toute première table est assez intéressante : un joueur récréatif s’y est installé en late reg. De quoi compenser un peu le fait de devoir affronter Stephen Chidwick et Michael Addamo, deux des joueurs les plus impressionnants de ces dernières années. Et c’est justement contre Addamo que je vais jouer mon premier coup intéressant du tournoi.

Avec 55, je relance UTG à 13 000. Au bouton, Addamo 3-bet à 58 000. Flop : J73. Je check/call un c-bet de 43 000. Puis on check tous les deux le turn, un 6. La rivière est une Q. Je check à nouveau et Addamo overbet pour 275 000. Pour moi, il représente grosso modo soit une Dame, soit un bluff. La main la plus évidente avec laquelle il pourrait value bet sans avoir envoyé un deuxième barrel, c’est As-Dame. Et je ne crois pas qu’il aurait 3-bet tous ses combos de As-Dame. Pour cette raison, je pense qu’il peut tout à fait être en train de bluffer, avec des As-X assortis notamment. Je paie, donc, et effectivement : Addamo retourne A9.

Main clé #2

Dernières heures du Day 1 / Blindes 10 000 / 25 000 BB ante 25 000

Dan SmithLa première journée va bientôt se terminer, et jusque-là elle n’a pas été bonne pour moi. Je n’ai quasiment pas gagné une main durant les cinq ou six premiers niveaux. Quand arrive celle-ci, j’ai 35 blindes devant moi, soit 900 000 environ. C’est un coup assez standard. De grosse blinde, je reçois 66. Dan Smith a ouvert UTG : je suis obligé de défendre. Le flop tombe Q42 et je paie un c-bet.

Rebelote sur le turn, une Q : Smith envoie un second barrel. Pas très cher, un tiers du pot. Cela attire mon attention : je pense que le check/call est la décision la plus claire. La rivière est un magique 6 qui me donne le full. Pour moi, avoir une range de donk-bet ici serait une sérieuse erreur. Je décide donc de checker toute ma range et… le plan a marché ! Smith envoie 375 000 : je fais tapis pour 700 000 et Smith paie avec KQ. Je double mon stack, peu avant la conclusion du Day 1.

Main clé #3

Début du Day 2 – Blindes 15 000 / 30 000, BB ante 30 000

Adrian Mateos un bracelet en 6 coups cléC’est sans conteste la main la plus importante que j’ai jouée durant la seconde journée. Je n’ai clairement pas eu de chance au tirage au sort : à ma table il y a des joueurs comme Dan Smith, Ben Heath, Stephen Chidwick et Michael Addamo, ce dernier ayant entamé le Day 2 en tant que chip-leader. Et comme de juste, c’est contre lui que je vais disputer ce coup crucial.

Addamo est au bouton, moi je suis en petite blinde. Il ouvre à 80 000. Avec KJ, je décide de 3-bet à 310 000. Mais il me 4-bet à 770 000 ! Je pense que, face à des joueurs agressifs, il faut toujours payer avec ce genre de main, car on va souvent faire face à un bluff. Et agressif, Addamo l’est assurément.

Flop : K67. Je check et Addamo envoie 320 000. Ici, passer en mode check/call est assez standard. Le turn est un 5 : Addamo envoie 750 000, je check/call une seconde fois. La rivière est une Q. Je check une dernière fois et Addamo mise une dernière fois, pour le montant maximal. All-in ! Ma main est maintenant un « bluff catcher », c’est-à-dire que je ne bats pas grand-chose à part un bluff. Quels sont les bluffs dans la range de 4-bet d’Addamo ? Je pense à As-9 dépareillés et, parfois, As-8 dépareillés. Lorsqu’il joue ce type de main jusque-là rivière et que le tirage rentre, c’est certain : il va bluffer. Il est d’ailleurs possible qu’il tente aussi un bluff même lorsque les trèfles ne rentrent pas. En résumé, je suis convaincu qu’il va bluffer trop souvent dans ce spot. Et sa range de value, sinon ? Elle est composée uniquement de AA et As-Roi, selon moi. Mais puisque j’ai Roi-Valet, je bloque un Roi et lui enlève des combos de As-Roi. Il y a quelques cas où il pourrait avoir deux Dames, mais ils ne sont pas nombreux. En conséquence, lorsque Addamo fait tapis, je dois payer, même si c’est difficile car je dois engager l’intégralité de mon stack, et donc mettre mon avenir dans la balance. Ceci étant, ma cote est bonne : sa mise à tapis représente 65 % du pot, il me faut avoir raison 30 % du temps pour que le call soit profitable. Payer, c’est donc ce que j’ai décidé, et j’avais raison : Addamo a montré A9. Comme lors du Day 1 !

Je ne pouvais pas rêver meilleur début de Day 2 !

Main clé #4

Milieu du Day 2 – Blindes 40 000 / 80 000, BB ante 80 000

Daniel NegreanuQuand arrive cette main, j’ai perdu pas mal de jetons. Mais je vais réussir à doubler… contre Daniel Negreanu. Nous ne sommes plus que dix en course. Stephen Chidwick ouvre à 180 000 depuis le bouton. De petite blinde, je sur-relance à 480 000 avec J10. C’est un 3-bet un peu limite, qu’il ne faut faire que de temps en temps. En plus, je n’ai que 25 BB effectives au début de la main. Je pense toutefois que c’était un bon spot pour jouer ainsi. Problème : derrière moi, Negreanu (qui joue 60 blindes contre Chidwick) décide de cold call depuis la BB. Ce call de Daniel crée une situation un peu bizarre : en théorie, il ne devrait pas avoir de range de cold call. Ça sent mauvais… ça sent la value !

Chidwick passe et le flop tombe 9J4. Comme j’estime sa range plus forte que la mienne, je décide de check. Negreanu check derièrre : à ce moment, je le mets sur deux As. C’est vrai qu’il pourrait avoir des bluffs, ou des mains comme 88 ou TT (voire même Roi-Dame), mais je crois vraiment qu’il possède une paire d'As.

Le turn est un 4 : je décide de checker encore. Negreanu envoie une petite mise, un tiers du pot. Je choisis de payer, juste pour le cas où il aurait une main moyenne qu’il pourrait abandonner ensuite. En plus, les cotes sont très bonnes et j’ai encore de l'équité. La river m'offre la meilleure carte possible : un magnifique J. J'ai maintenant le full.

Sur une autre rivière, j'aurais jeté ma main face à n’importe quelle mise. Mais pas avec ce Valet, évidemment. Comme je ne me trouve aucune range qui pourrait donk-bet, je check. Negreanu mise la moitié du pot. Je décide de partir à tapis. Ici, il est censé comprendre qu'il est très difficile pour moi d’être en bluff. Ma range est très forte alors que lui ne représente que deux As. Mais il ne trouve pas le bouton fold : je double mon tapis. (Pour ceux qui se demandent : Daniel a bel et bien montré les As attendus.)

Main clé #5

Milieu du Day 2 – Blindes 50 000 / 100 000, BB ante 80 000

Dan SmithSur cette main, survenue peu après mon double up contre Daniel Negreanu, je fais de nouveau face à Dan Smith. Elle est assez curieuse, car ne jouons que 25 blindes effectives – je couvre largement Dan, qui ouvre au cut-off à 210 000. Avec QJ, je défends ma petite blinde.

Le flop vient J410. Nous checkons tous les deux, ce que je trouve assez standard… tout comme son call après ma mise à hauteur de 3/4 du pot sur le turn 3. Le moment le plus intéressant de cette main survient lorsqu’un 10 tombe à la rivière. Ici, il faut prendre en compte le fait que ma range est très cappée, car je ne suis pas parti à tapis préflop. Je ne peux donc pas détenir As-Valet, Roi-Valet assortis ou Dame-Valet-assortis, bref je n'ai pas beaucoup de top paires possibles quand je mise sur le turn. Quand je décide de miser si cher au turn avec ma main, je ne peux pas avoir un 10, ce qui signifie (je le répète) que ma range est vraiment très cappée. C’est pour cela que je décide de value bet ma main à la rivière. Ce n'est pas suffisant d'avoir seulement des couleurs dans ma range de value bet, je dois donc y ajouter des Valets. Et si j’optais pour un check, je pourrais ensuite faire face à une décision assez compliquée. Je considère que quand je fais tapis ici, on me paiera 50 % du temps avec des mains moins bonnes.

C’est vrai que je peux perdre contre plusieurs 10 (tous les 10 avec lesquels Dan a checké le flop vont me payer au turn et à la rivière). Malgré tout, je crois que je peux me retrouver devant des combos de mains qui peuvent me hero call, comme 4-x, ou les paires de 55 à 99 qui ont été checkées et transformées en bluff catchers sur la rivière. Il y a aussi d'autres mains avec lesquels Dan pourrait s'enflammer... C’est pour ça que je crois qu’il faut aller chercher de la thin value sur la river. En fin de compte, je m'en sors bien : il me paie avec A4 et je remporte un gros pot.

Main clé #6

Heads-up final – Blindes 200 000 / 400 000It's, BB ante 400

Ben HeathLa main la plus importante du tournoi : la dernière ! Mon duel face à Ben Heath a débuté il y a moins d’une demi-heure et je me suis déjà construit une avance très confortable. Avec Q10, je décider de limper, puis de payer son ROL (Raise Over Limp). J’aurais pu relancer préflop, les deux lines sont correctes.

Le flop tombe 765. Malgré le fait qu'il ait agressé préflop et soit hors de position, Heath check. Cela m'ouvre deux possibilités : soit checker aussi, soit miser petit. Je choisis la seconde option option. J'ai de la chance, puisque je trouve une top paire sur le turn, la Q... J'estime avoir maintenant deux barrels de value supplémentaires à prendre dans cette main. J'effectue donc deux mises neutres au turn (la moitié du pot), puis à la rivière (un 2s), où la taille du pot est suffisamment grosse pour mettre Heath à tapis. Après une longue réflexion, Ben décide de jouer son tournoi avec… 53, c’est-à-dire la quatrième paire. C’est comme ça que j’ai gagné le tournoi !

Adrian Mateos un bracelet en 6 coups clé
Ne m'en voulez pas d’avoir oublié d’analyser quelques autres mains intéressantes. Il faut bien que j'en garde un peu pour moi, je ne peux pas dévoiler tous mes trucs ! En tout cas, j'espère que vous aimé cette petite rétrospective. Promis, je ferai la même chose quand je gagnerai mon cinquième bracelet.

À bientôt, et bonne chance aux tables en 2022.

Amadi_17

Les pages à suivre

t in f wtv wtv wtv wtv


Amadi_17

À 25 ans seulement, la nouvelle recrue espagnole possède déjà trois bracelets de champion du monde et plus de 17 millions de dollars de gains.

Suivez Amadi_17 sur FacebookSuivez Amadi_17 sur TwitterSuivez Amadi_17 sur Instagram